Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe, avant tout un oui de passion !

Trilport, le 16 novembre

Soixante ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, cinquante ans après l’échec de la C.E.D, nous voici à une nouvelle étape, à plus d’un égard décisive de ce grand dessein qu’est l’Europe.

Ceci étant, un socialiste français ne peut que se sentir frustré de l’aspect timoré de trop de mesures du traité, notamment sociales et politiques.
Encore faut il avoir l’honnêteté d’assumer sa part de responsabilité, où est le projet politique socialiste européen ?
Le problème est bien là … Et tous les débats sur ce texte finalement quelque peu sécurisant. Si évidemment aucun socialiste n’a jamais conçu l’Europe comme une France en grand, du moins sur les principes, au niveau des arguments, nous n’en sommes pas loin … Trop de camarades croient qu'ils vont faire l'Europe entre socialistes français, ils sont dans l’erreur …
Il y a les textes constitutionnels et les actes politiques. Si Mitterrand fut un adversaire résolu de la Constitution de 1958, il s’en est accommodé et cette Constitution n’a pas empêché la gauche d’être la gauche et de mener sa politique . Plus que les textes, il faut avoir le projet, la stratégie, le pouvoir, la durée et la volonté de faire mais ensemble …
Nous n’avons pas le choix, et plus de temps à perdre. Il faut admettre que l’Europe ne sera jamais issue d’un grand soir mais plutôt le fruit d’une suite de compromis successifs, et que c’est sa grande richesse. Dans l’histoire de l’humanité, il n’existe pas d’équivalent à la démarche européenne. Les ennemis historiques d’hier n’ont pas fait table rase de leurs différents mais s’en sont au contraire nourrie … les deuils, les guerres, les atrocités qui ont parcourues les siècles derniers et particulièrement le XX eme siècle sur les terres de nos pays donnent toute sa valeur à ce choix, mûrement réfléchie, de s’unir pour exister et proposer une vision humaniste de la société, où tout n’est pas marchandise. Nous voulons un monde solidaire, équilibré et propre, l’Europe s’impose comme la conséquence même de cette volonté encore faut il lui donner vie politiquement !

Au travail, camarades !
Nous devons avec les tous les socialistes européens élaborer un réel projet politique. Un projet nécessairement réformiste car l’Europe politique, se construira avec l’Europe telle qu’elle est, pour déboucher sur une autre mondialisation.
Quittons le terrain de l’incantation et abordons enfin celui de la construction politique européenne afin de donner vie à une réelle alternative pour notre planète, ce qui permettrait de répondre enfin à l’attente de nombreux pays du Tiers et du Quart monde et aux générations futures de disposer de réelles perspectives d’espoir. Comme le disait Salvador Allende, certes un américain mais du sud, et partisan s’il en est d’un Monde multilatéral débarrassé de la tutelle dominatrice des USA, « L’Histoire est à nous, c’est le Peuple qui la fait »

Les commentaires sont fermés.