Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rentrée littéraire ...

     Il n'y a pas de hasards, il n'y a que des rendez vous ...

     

     

     

     P. Eluard

  • Nouveau Libé, mue ou révolution culturelle ?

    Pour son anniversaire, Libé s'offre un nouvelle peau ... Mue ou révolution culturelle ? Il y a 10 ans, le quotidien Libération lançait le premier site d'informations électroniques français. Bilan aujourd'hui : 27 millions de pages / mois, 200 000 internautes jours, 2eme site d'information généraliste français derrière ... Le Monde.

    Pourtant tout n’est pas rose dans l’univers de la presse nationale. Paradoxe souligné par Serge July lui même dans l’édito présentant la nouvelle formule de son site, l'audience des journaux se développe, mais leurs recettes diminuent  … Les causes sont multiples pour expliquer ce phénomène : prix de revient, crise de la publicité dans la presse papier, concurrence avec les journaux gratuits …

    Ce n’est pas un hasard si Le Monde dans deux semaines lancera une nouvelle formule de son édition papier et que le plus grand site généraliste d'informations mondial, le New York Times, vient de faire lui aussi peau neuve; la presse quotidienne cherche son deuxième souffle.

    Pourtant elle attire les investisseurs … Surtout les titres ayant une forte audience. N’en déplaise à Mac Luhan, célèbre sociologue canadien ayant annoncé la fin de la galaxie Gutenberg, l'auteur de la formule choc « le message c'est le médium » ...  Dans ce contexte de mondialisation effréné, ce sont les marques qui jouent le rôle de repères et désormais derrière le médium et les informations véhiculées se cache le titre du journal, marque de fabrique du traitement de cette information.

    Le contenu traité par les rédactions doit désormais s'adapter aux différentes types de médias; car le développement des différents supports d'information qu’ils soient organiseurs, ordinateurs, télévisions (cf le succcés de la TNT) ou téléphone rend tout le monde accroc à l'info.
    Le support n'est plus qu'un des éléments d'une  chaîne complexe dont le point de départ est une rédaction qui passe du mono-produit papier à une entreprise multimédias : papier, net, télé, téléphone ....

     

    Le multimédia passe désormais par le net

    Le développement du haut débit avec bientôt 15 millions d'internautes français connectés, en attendant le trés haut débit, fait du Net une cible majeure et prioritaire de cet enjeu planétaire. Internet constitue à lui tout seul un laboratoire indispensable pour maîtriser les exigences du média électronique tant sur le plan rédactionnel que sur les techniques liées au son, à l'image ou à  l'interactivité (forum, débat, chat ...). Un média qui permet de plus à l'internaute de paramétrer la sélectivité de l'information (selon ses thèmes d'intérêt) et favorise l'émergence de communautés (blogsphère) ...

    Car si pour Mac Luhan ce n'est pas le contenu qui affecte la société, mais le canal de transmission lui-même, il y a désormais pléthore de canaux de transmission ... image choc, mot concept mais quelquefois même émotion ...

     

    Capacité d'analyse ou réactivité

    Auparavant dans la presse écrite, il y avait le quotidien, l'hebdomadaire et le mensuel ... Le quotidien traitait de l'actualité à chaud, l'hebdo ou le mensuel analysait cette actualité. Désormais à Libération, le quotidien  analyse, met en perspective et le site traite de l'actualité "on line" ... Le temps s'accélère et la durée nécessaire à la réflexion et à l'analyse se raccourcit d'autant ... Analyse / Réactivité ... Tout se mêle ...

    La nouvelle formule de ce site est donc plus qu'une mue, elle annonce des bouleversements plus profonds, car au jeu de l'adaptabilité, Libération a toujours été aux avants postes ...

    Le trés haut débit signifie l'irruption de la télé dans les ordinateurs, dans la presse et bientôt sur nos téléphones portables, une télé allégée au niveau de l'outil de production pouvant véhiculer toutes les images : du studio dernier cri, au téléphone portable qui peut devenir une caméra n'importe où sur le globe .. Information mondialisée, instantanée et interactive ...

     

     

    Etre une  référence pas un logo ...

    Cette mutation, transformera à terme la presse en modèle économique rentable; le mouvement de concentration en cours se précise et s'accélère ... L'information s'affranchit peu à peu des contraintes techniques, logistiques et financières liées à la fabrication du support  et à sa diffusion ... Libération va proposer dans quelques semaines un abonnement pour les internautes, suivant l'exemple du Monde qui a expérimenté cette formule avec succés depuis 2002 ( 67 000 abonnés dont plus de 30 000 nouveaux abonnés).

    L'enjeu est ailleurs ... Derrière le support et le contenu, demeurent le message, les valeurs et l'éthique. La guerre du golfe a démontré la difficulté pour des journalistes de rester maître de leur message et de garder un esprit critique ...

    Un titre de presse ( une marque ...)  se doit de garder son originalité et ses règles déontologiques. Si Mac Luhan classait les médias en deux catégories : média froid (analyse) ou média chaud (réactivité), il précisait que le média chaud ne demande la participation qu'un seul des sens du lecteur, qui devient ainsi totalement passif et captif perdant tout sens critique ...

     

    L'enjeu pour un titre comme Libération, est de garder son identité qui est également sa valeur ajoutée ... Ce petit plus, ce supplément d'âme qu'il apporte chaque jour à ses lecteurs et qu'il doit absolument préserver quelque soit le médium utilisé ...

     

  • Douce france

    "Il revient à ma mémoire, des souvenirs familiers ..."

    Le repas des anciens est un moment tout à la fois émouvant, attendu et redynamisant …
    Emouvant car lié à des visages aimés pour certains désormais disparus, aux moments de convivialité et de fête partagés, aux traces laissées par la marche forcenée du temps sur certains de mes concitoyens …
    Attendu, parceque ce repas est tout sauf une obligation et fait partie des moments de plaisir mais également de réflexion; certains sont de vrais sages et possèdent une vue très lucide de la vie dans la cité… Il est toujours enrichissant d’écouter leurs analyses qui permettent souvent d’éclairer la voie ...
    Redynamisant, il ne pourrait en être autrement au regard de l'enthousisasme et de la joie de vivre qui se dégage de ce repas permettant de rétablir les vrais fondamentaux et d’entrevoir de nouvelles pistes d’action … Car animer une municipalité, c’est trop souvent avoir la tête dans le guidon, il faut savoir parfois la relever, afin de faire le point pour dresser le cap et corriger, si nécessaire, la route … Tradition désormais bien établie, ce repas est un de ces moments bienvenus …

     

    Constat évident : le nombre des convives augmente chaque année, conséquence des progrès réalisés par la médecine et la société... Ne parlons plus de troisième âge, il existe désormais un troisième et un quatrième âge … L’économie de marché ne s’y est pas trompée : après le panier de la ménagère de 50 ans, cher à TF1 et à Jean Pierre Foucault, il existe un marché des juniors et un marché des seniors … Nouvelles Frontières a d'ailleurs élargi sa palette vers d’autres nuances et une clientèle aux tempes plus grises …

     

    L’occasion de revenir sur l’importance de l’action publique. La canicule de 2003 a eu au moins un mérite, elle a remis les pendules à l’heure et réintroduit la Solidarité au premier rang de nos priorités; il était temps, n'en déplaise à certains « autistes du cœur » …

    Ici pas de grande messe rédemptrice et télévisée style Téléthon, ou d’opération marketing, genre pièces jaunes … Aprés 364 jours d’égoïsme et d’individualisme, quelques heures d’altruisme en direct et en technicolor … Pas de recyclage pour d’ancienne gloires de l’individualisme forcené recherchant de nouvelles niches publicitaires (et je ne parle pas de Yannick Noah qui lui est un vrai humaniste) …

    La vraie solidarité est faite d'une répétition d’actes simples et quotidiens mais au combien indispensables à la vie de tous les jours vécues; son instrument principal est l’action publique, souvent exercée en première ligne, par les communes et des associations comme l’ASSAD (aides ménagères). Cette solidarité demande des moyens humains et financiers (les impôts servent aussi à cela), de l’organisation, n’est pas toujours simple à mettre en place pour nos petites villes, mais elle est possible, c'est ce que nous essayons de prouver chaque année.

     

    Car les perspectives d’action sont innombrables :

    • Le retard de notre pays est criant … déséquilibre piétons / voitures, accessibilité dans la ville et dans les bâtiments publics … Dans nos communes, il n’est pas bon être piéton et encore moins piéton handicapé ou âgé… Nous avons une vraie révolution culturelle à accomplir afin de rendre nos villes accessibles à tous ; une réflexion qui concerne également les bâtiments publics … Le Développement Durable c'est aussi cela !
    • Autre constat, il n’existe pas de solidarité sans lien social … la vie associative, culturelle et festive est créatrice de lien social … Animer plus que jamais c’est également et surtout donner la vie …
    • Question cruciale s'il en est pour nos sociétés, la question de l’autonomie. Elle nous concernera tous, un jour ou l’autre. Un seul objectif : faciliter l’autonomie la plus longue et la plus douce possible. Le maintien à domicile dans sa maison, dans sa ville, auprès de ses amis et sa famille est préférable au lit médicalisé. C’est plus intelligent, plus humain et à la fin plus économique … Il faudra dans ce domaine également effectuer une révolution culturelle et notamment aborder la question de locatifs sociaux adaptés à ce type de population ...

     

    Ces perspectives d'actions sont au coeur de mon engagement d'élu local ... Afin de contribuer à perpétuer cette chance qui est la nôtre de vivre dans ce modèle français et européen, cette "vieille europe", plutôt que dans une société éclatée ou émiettée ou le maître mot est « chacun pour soi … »

     

    "Douce France Cher pays de mon enfance ... Bercée de tendre insouciance Je t'ai gardée dans mon cœur!"

  • Internet, état des lieux planétaire

    Le Journal du Net publie une étude Nielsen de juillet 2005 : "Internet en chiffres : le tour du monde". Etude trés instructive qui permet d'avoir au mieux une vision actualisée de l'état des lieux planétaire, au pire un instantanné d'une situation trés contrastée..

     

     Conçu comme un diaporama proposant une successsion de tableaux établis d'aprés divers indicateurs cette étude apporte une série d'informations permetttant de dépasser beaucoup d'idées reçues et d'avoir un eidée plus précise des tendances en cours sur la toile planétaire.

    On y apprend, par exemple, que la population internaute mondiale dépassera le milliard d'individus avant la fin de l'année, et que l’Asie en représente plus du tiers ... la Chine commence à poindre le bout de son nez,  l'Europe dépasse désormais l'Amérique du Nord, et avec les pays de l'Est démontre pour les années à venir un vrai potentiel et un marché prometteur ...

    Dans la répartition des noms de domaine, enjeu capital s'il en est, l'universel ".com" se taille la part du lion, avec 46,12 % des URL de domaine, soit prés d'1 sur 2 ... devant un suffixe national, le ".de" allemand qui tire plus que son épingle du jeu, avec 7.96%, car c'est de loin la première extension nationale. Notre pauvre ".fr" , avec 0,51%,  apparait en 24ème position ...  de quoi rester humble, circonspect, mais également inquiet pour le développement et l'avenir de la langue française sur la toile mondiale en attendant le développement de l'Afrique francophone ...

     

    Autres indicateurs de cette étude qui va trés loin : Population internaute, classement par pays, haut débit, cartographie des sites, technologies, consommation et profil, trafic, usages, équipement, interfaces,  e-Commerce et e-Pub ...

     

    Pour y accéder :

     

    http://www.journaldunet.com/diaporama/0509tourdumonde/01population-mondiale.shtml

  • Yaka ...faucon ...He 's not good ...

    L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit.

     

     

     

    Aristote

  • Contrat Nouvelle embauche, le pire est à venir ...

    Les permanences, pour un Maire, sont plus qu'un devoir, une nécessité.  Entre autre intérêt, ces rendez vous réguliers sont l'occasion de s'immerger dans d'autres réalités que la notre. L'écoute des problèmes rencontrés chaque jour par nos concitoyens amène inévitablement à avoir un regard différent sur la société d'aujourd'hui, et le problème qui est au premier plan des préoccupations actuelles de nos concitoyens est trés certainement la question sociale, un toit, un emploi  ... Pour faire simple, sur 10 personnes reçues actuellement lors de mes permanences, 4 viennent pour du travail, 4 pour obtenir un logement, 1 pour des problèmes de voisinage et 1 pour des choses diverses ...

    Les permanences sont une école d'humilité. Trés souvent , aprés certains de ces entretiens,  il est impossible de voir la vie en rose, on ressent plutôt le coté obscur de la force. Je vous livre ici quelques réflexions qui me sont venus aprés un rendez vous avec un de mes administrés, détenteur d'un Contrat Nouvelle Embauche et recherchant un locatif social ...

    Présentation du Contrat Nouvelle Embauche
    Ce nouveau dispositif, fait partie des six ordonnances du plan d'urgence destiné à faire baisser le chômage, sorti de la hotte du goucernement Villepin lors du mois d'aout sans aucun débat parlementaire ou concertation avec les syndicats. Il concerne les entreprises ne dépassant pas 20 salariés (initialement cela devait être 10) soit 96% des entreprises françaises. Ce nouveau type de CDI permet lors des deux premières années à l'employeur de licencier son salarié sans motif prélable. Il devra juste s'acquitter d'une indemnité de rupture égale à 8% des salaires bruts cumulés versés au salarié depuis son embauche et tenir compte d'un préavis de deux semaines avant six mois de travail, puis d'un mois après ce seuil.

    Le CNE, zone de non droit ...
    Selon le MEDEF cette mesure " est fondée sur une analyse pertinente des freins actuels à l’embauche et qu’elles apportent des réponses pragmatiques.".
    Une position qui est loin de faire l'unanimité. Quel travailleur protestera contre de mauvaises conditions de travail ou des heures impayées si cela risque de lui faire perdre son emploi ? 
    Car les conséquences de ce contrat sont multiples et ouvre le champ vers des situations plus que discutables franchissant allègrement les zones de non droit ...
    Ou est la liberté de choix d'un salarié ?  peut il désormais refuser des heures supplémentaires, des journées à rallonge, des conditions de travail dangereuses  ? Car le CNE offre la possibilité à un employeur de licencier impunément pour un motif illicite : maladie, grève, opinion, acte de la vie privée.
    Autre problème et non des moindres, il supprime de fait l’exercice des droits de la défense et interdit un contrôle effectif par un juge en cas de licenciement abusif, puisque par définition il n'y aura plus de licenciement abusif ... Donc plus de prud'hommes sur ce sujet au combien brulant et douloureux. Concernant le harcelement sexuel, rien de précisé, le pire est à craindre ...
    Et au bout de deux ans l'embauche n'est pas certaine ... loin s'en faut, puisqu'un salarié pourra être remplacé par un autre sans coup férir ...

    Derrière la flexibilité, la précarité ...
    Ce contrat érige de fait la flexibilité comme antidote au chomâge. Au regard de la politique gouvernementale et de ses résultats économiques, il n'est pas sur, que ce type de mesure nous rapproche du plein emploi ... Mais si le principe est osé, il a d'autres conséquences, pour le moins, problématiques qui touchent le salarié et le suivent jusque dans sa sphère privée ...
    Le contrat de travail étant on ne peut plus précaire, le salarié aura les plus grandes difficultés  à contracter un prêt : mobilier, voiture ou plus encore louer un logement ...
    Car si un tel Contrat permet à certains de mes concitoyens cherchant du travail d'en trouver dans les conditions décrites plus haut, ils auront le plus grand mal à convaincre un bailleur de leur faire confiance, y compris des bailleurs sociaux ...

    Finalement, le Contrat Nouvelle Embauche, introduit la précarité là où elle n'existait pas auparavant ...

  • STIF : bras de fer gagnant pour Huchon ...

    La Commission Consultative des Charges (CCEC) de l'Assemblée nationale, présidé par Alain Fourcade, député UMP est composée de 11 élus de toutes tendances politiques et de 11 fonctionnaires a donné raison à Jean Paul Huchon dans le bras de fer l’opposant au gouvernement à propos du STIF (Syndicat des transports d'Ile-de-France).

     

    Il devait prendre la présidence de ce Syndicat au 1er juillet 2005 selon la loi du 13 août 2004 transférant la responsabilité de l’organisation du réseau des transports publics en Ile de France aux collectivités territoriales.

     

    L' avis de la CCEC nous intéresse au premier chef (cf notes précédentes sur Transilien) car cette décision conditionne la qualité de nos transports pour les années à venir. Rappelons que jusque-là, les représentants du Conseil Régional et de cinq départements franciliens (ceux de gauche) dont Paris, ont refusé de siéger afin de protester contre les dotations très largement insuffisantes octroyées par l’Etat. Un bras de fer entamé il y a presque six mois et qui va pouvoir se terminer avec pour seuls vainqueurs les douze millions franciliens qui se déplacent chaque jour dans les Transports en commun (SNCF, RATP …).

    Les conclusions de la CCEC démontrent bien que sur ce dossier, Jean Paul Huchon avait raison sur toute la ligne et que sa détermination et sa fermeté ont obligé l’Etat à assumer ses responsabilités financières.

     

    Raisons d’un réel « désamour » entre Région et Gouvernement …

    Devant prendre la responsabilité du STIF au 1er juillet 2005, la Région attendait les propositions du gouvernement; en l’absence d’un audit, des évaluations ont été effectué par les services de la Région, évaluations non remises en cause depuis. A la fin juin, l'Etat a révélé le montant des garanties financières accordées pour cette nouvelle responsabilité. Elle se sont révélés très largement sous estimées et insuffisantes aux besoins en fonctionnement et en investissement. Il est bon de souligner que selon la SNCF, plus de 50 % de son matériel circule exclusivement en Ile de France pour transporter 60% de son trafic voyageurs…

    Les dotations prévues pour l’Ile de France étaient de loi inférieures à celles des autres régions !

     

    Décisions de la CCEC ... Un, deux, trois zéros !

    Concernant le renouvellement du matériel roulant

    Le gouvernement octroie 400 millions d'euros, pour le renouvellement du matériel roulant de la SNCF dont la moitié pourra être utilisée au cours des exercices 2005, 2006 et 2007. Un montant qui devrait permettre d'assurer 20 % du financement nécessaire au renouvellement des wagons et locomotives des RER et des trains de banlieue. Auquel s’ajoute 140 millions d’euros versés chaque année à la SNCF pour l’entretien de son matériel en Ile-de-France à la région constitue un apport supplémentaire, l’intégralité de la somme étant désormais dédié à notre Région.

     

    Concernant le montant de la compensation pour le fonctionnement du STIF.

    L'Etat avait accordé la somme de 529 millions d'euros ; une somme qui ne permettait pas de financer des engagements pris par le gouvernement en matière de baisse de certaines tarifications et d'amélioration du service avant le transfert de responsabilité : instauration du demi-tarif pour les bénéficiaires de la CMU, allongement d'une heure du service pendant les week-ends pour les métros et le RER (2H15), compensation de la perte de l'abattement fiscal des conducteurs du réseau privé Optile, compensation du lundi de Pentecôte travaillé…

    La CCEC a estimé le coût de ces mesures à 88 millions d'euros.

     

    Levée des inquiétudes sur les retraites RATP

    L'Etat a garanti une «étanchéité totale» des retraites RATP par rapport au Stif qui n'aura donc pas à payer les pensions des agents du métro.

     

    Point d'étape

    Lors d’une séance de l’Assemblée régionale, le 22 juin dernier, Jean Paul Huchon déclarait

    « A prendre les rênes du STIF sans une compensation suffisante, le risque serait grand que nos projets ne soient pas réalisés, que nos finances soient asséchées et que les franciliens en fassent les frais !! »

    Avec ses conclusions, la CCEC permet désormais à l’exécutif régional de prendre les rênes du Syndicat des transports d'Ile-de-France et de pouvoir enfin réellement se mettre au travail …

     

    Il était temps !

     

     

    Notes précédentes sur le sujet :

     

    http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/23/grande-messe-transilienne.html

     

    http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/29/transilien-les-resultats-de-l-enquete.html

  • 5 ans d'amitié européenne

    Trilport a reçu une délégation d’Engen afin de fêter le cinquième anniversaire du jumelage entre nos deux villes … Un jumelage qui rassemble ...

    Pour préparer cette venue, la mobilisation a été quasi générale. Pour une petite commune comme Trilport, recevoir plus de 110 personnes venus d'Allemagne, n'est pas une sinécure; d'autant que nous voulions bien faire les choses. Un comité d'accueil composé d’élus, de représentants du monde associatif, d’associations, de membres du personnel municipal s'est constitué et a préparé avec le Comité de Jumelage ces trois jours de fête. De prés ou de loin, c’est plus d’une soixantaine de personnes qui ont participé à l'organisation des différentes manifestations.

     

    La fête a commencé dés l’arrivée d’une première délégation le vendredi soir et s’est poursuivie durant les trois journées, en s'achevant sur une touche d'émotion grace à des chants d'enfants des écoles … A chaque fois, un lieu et une équipe d’organisation différente, de nombreuses associations de la commune avaient tenu à contribuer à la réussite de ce séjour.

    Le point d’orgue, a été incontestablement la soirée officielle qui a rassemblé plus de 3OO personnes dans le gymnase municipal, magnifiquement décoré et aménagé pour l’occasion par nos services … Soirée durant laquelle nous avons eu le plaisir d'honrer Johanes Moser Burgermeister d'Engen et Ulrich Scheller, responsable du jumelage, coté allemand, en les nommant citoyens d'honneurs de la commune. Cette soirée a montré à toutes les personnes présentes l’implication, le sens créatif et la qualité de travail des agents municipaux mais également la mobilisation des jeunes d ela commune et de nombre s'associations; on ne peut qu’être fier d’animer une équipe de cette qualité …

     

    Quelques mots sur un jumelage heureux …

     

    "L’amitié entre nos deux villes ne date pas d’hier, cette longue histoire a débuté en 1987 par l’appariement entre deux de nos établissements scolaires … Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts de Trilport …

    Les premiers élèves sont devenus des parents, leurs parents, des grands parents dont les petits enfants bénéficient aujourd’hui de cet échange si riche entre nos deux villes, nos deux pays … Je crois que c’est cela qui explique avant tout la réussite de ce partenariat … la force de ces racines … Nous pouvons dire que la greffe a bien prise et que peu à peu l’arbuste naissant a développé des rameaux plein de vitalité …

    Je ne reviens pas sur l’importance des jumelages, initiés par le chancelier Adenauer et le Président de Gaulle, dans l’amitié entre nos deux pays et dans la construction européenne … Nos histoires sont différentes, nos langues sont différentes, nos cultures sont différentes … Ce sont ces différences qui font notre richesse car elles sont au service d’une amitié qui est la même, et de valeurs qui sont semblables, nous sommes européens …

    Dorénavant il nous faut penser au présent, à l’Europe d’aujourd’hui, mais surtout à celle de demain, qui s’étend encore plus à l’Est … Bien sur la construction européenne est un long chemin semé d’embûches, mais Rainer Maria Rilke ne disait il pas dans une de ses Lettres à un jeune poète : « Qu'une chose soit difficile doit nous être une raison de plus pour l'entreprendre … ». La récompense est au bout de ce voyage.

    Notre histoire commune en est la preuve et donne toute son importance à ce choix mûrement réfléchi, de s’unir pour mieux exister, afin de proposer au monde une vision plus humaine de la société, C’est de cette sagesse, de ce respect de l’homme, de la vie et de la nature, dont la planète a tant besoin …

     

    Wir sind Europäer"

     

     

       

  • Contrat Nouvelle Embauche ... and Co ...

    Bien mal acquis, profite toujours à quelqu'un ...

     


    Paul Léautaud

    (manifs du 04/10/05)

  • La lettre de Meirieu aux jeunes profs, opus 2

    Deuxième note consacrée à l'ouvrage de Meirieu « Lettre à un jeune enseignant ». Rappelons que l'auteur a eu le bon gout de mettre en ligne certaines pages de ce livre sur le site de l’association Education & Devenir afin de susciter le débat ...

     

    http://education.devenir.free.fr/MeirieuLJP.htmm

     

     

    Culture de résultats ou culture de l'évaluation ?

     

    Pour Philippe Meirieu, il n'existe pas d'évaluation objective. Une évaluation sous tend toujours des valeurs implicites. Un résultat ne peut être une finalité, il doit interpellé et être évalué; de l'évaluation dépend ensuite l'analyse, la régulation, l'infirmation ou la confirmation des choix émis.

     

    Verbatim

    Nous arrivons ainsi au cœur du problème. Une véritable « culture de l’évaluation » doit développer une attitude réflexive et critique sur « les valeurs » : valeurs des « programmes » et des « actions », valeur des « indicateurs » de réussite, valeur des « résultats », quels qu’ils soient. C’est là où, précisément, se différencient la « culture des résultats » et la « culture de l’évaluation » : la « culture des résultats » totémise les « résultats » et, en particulier, les résultats tels qu’ils sont définis par la hiérarchie. La « culture de l’évaluation » interroge les résultats, se demande le sens qu’ils ont, débusque les biais dus aux outils de mesure et, surtout, confronte ces résultats aux finalités éducatives que doit se donner une société démocratique...

     la régulation ne peut être décrochée des finalités (on ne régule que pour améliorer le « fonctionnement pour… ») ; l’évaluation ne contient jamais les moyens de la régulation comme la coquille contient la noix. On a beau décortiquer les symptômes d’un dysfonctionnement, on ne peut se dispenser du travail d’invention, d’imagination, de conception qui permet d’améliorer les choses.

     

    L’éducation d’un sujet n’est pas la fabrication d’un objet

     

    "Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force, ni sa faiblesse ni son coeur" disait Aragon; pour Meirieu s'il y a des objets finis, il ne peut y avoir d'élève fini ou terminé. La pédagogie est un moyen de lutter contre ce qui peut apparaitre comme une fatalité.

     

    Verbatim

    L’élève serait « le produit » des actions que l’on exerce sur lui et n’aurait aucune responsabilité dans ses propres résultats. Comme vous, cette attitude m’insupporte et j’ai toujours plaidé pour le « principe d’éducabilité » : « Tout élève peut y arriver et, en cas de difficulté, je ne dois jamais désespérer de lui.

    Je dois, au contraire, toujours inventer de nouveaux moyens, de nouvelles méthodes pour, comme disait Alain, « redonner vie à ses parties gelées »… Je n’ai jamais fini de travailler à rendre le savoir accessible…

     

    L'élève au centre du système, cela ne date pas d'hier ou de 68 ...

     

    Petit règlement de compte à OK Corral. Pour Meirieu, il y a prescription , le nombre d'enseignants qui ont connu directement le joli mois de mai, comme le chantait Gainsbourg, arpentent désormais plus les salons de tourisme ouverts au troisième âge que les salle de profs.

    Il rappelle également opportunément que le concept de l'élève au centre du système (ce qui ne signifie pas pour autant l'enfant roi), ne date pas d'hier puisqu'il est antérieur à la seconde guerre mondiale ...
    Un bon pédagogue doit manier selon Meirieu la motivation et le travail (ou le bâton et la carotte), même si pour certains élèves leur milieu social (merci Bourdieu) induit une motivation supplémentaire pour apprendre à apprécier le travail ... Pour Meirieu la systématisation de la "démagogie pédagogique" bien dans l'air du temps (Luc Ferry n'est pas loin) est une attitude partielle et partiale. L'ombre du socle commun des savoirs plane également derrière cette analyse.

    (cf note précédente : Education en devenir http://jmorer.hautetfort.com/trackback/67329 )

     

    Verbatim

    « L’élève au centre du système » est […] un principe de bon sens dans une société laïque et démocratique qui veut transmettre à tous ses enfants les fondamentaux de la citoyenneté. Principe rappelé en 1938 par Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale du Front populaire, qui conclut l’une de ses principales circulaires par cette interrogation : « Vers l’enfant, centre commun, tous les efforts ne doivent-ils pas converger ? »

     

    Qui, en effet, pourrait prétendre le contraire ? Or, pour entrer dans le « comment faire ? », il faut d’abord se débarrasser des fausses questions qui nous encombrent... Ainsi en est-il, par exemple, de l’opposition entre « la motivation » et « le travail ».

    Passons sur l’ignorance de la réflexion, dans ce domaine, de tous les grands penseurs de « l’École moderne » et, en particulier, de Célestin Freinet et de son ouvrage majeur L’Éducation du travail…

    Passons sur les assimilations rapides entre la motivation et le jeu

    Passons sur le schématisme prêté au pédagogue qui s’imaginerait pouvoir obtenir de l’enfant un travail scolaire « sans la moindre contrainte » … Tout professeur sait qu’il doit conjuguer en même temps la motivation et le travail, sans établir de préalable entre les deux, ni faire de l’un des deux éléments la condition de l’autre.

    C’est pourquoi il y a quelque chose d’insupportable dans cette dénonciation systématique et permanente de « la démagogie pédagogique » de la part des intellectuels bien-pensants.
    Ils nous accusent de rabaisser les savoirs, de brader l’ambition de l’École, de priver nos élèves des connaissances et de la culture auxquelles ils ont droit. Ils moquent nos tentatives, pitoyables à leurs yeux, pour prendre appui sur leurs centres d’intérêt, leur faire réaliser des panneaux sur les effets spéciaux au cinéma ou des exposés sur Harry Potter…

    On voudrait croire que, derrière de tels propos, ne se cache pas une quelconque velléité d’abandon : « Enseignons la vraie culture à ceux qui la méritent et en sont dignes… Et renvoyons les autres de l’école le plus vite possible ! […]

     

    Construire un monde à hauteur d’homme

     

    Le pédagogue engagé doit avoir une démarche vulgarisatrice et salvatrice ... Quand l'art du savoir rejoint celui d'enseigner (Cicéron).

     

    Verbatim

    Sous prétexte que le monde nous donne, chaque jour, le spectacle lamentable de foules qui se prosternent aux pieds de tyrans ou s’avachissent devant le crétinisme des médias, trop d’intellectuels se retirent sur l’Aventin : ils n’en finissent pas d’excommunier le monde… mais sans jamais rien proposer pour nous permettre de le transformer.

    On peut ainsi, être, tout à la fois, révolté et résigné, bénéficier du prestige de la dissidence et de la tranquillité du renoncement. Et gagner sur tous les tableaux…

    On rejette alors, avec mépris, « les illusions pédagogistes » de ceux qui se coltinent, tant bien que mal, l’éducation des barbares. L’on se satisfait très bien – même si on ne l’avoue guère - d’un monde où cohabitent la démagogie et l’élitisme, le mépris pour les uns et la suffisance des autres, l’apartheid entre les exclus et les élus… (…)

    Et, en matière scolaire, ce comportement trouve une application facile : on se contente d’enseigner la minorité d’élèves qui connaît déjà la saveur du savoir et de déverser les autres dans des garderies plus ou moins déguisées.

     

    N’ayez crainte : je ne vous demande surtout pas d’abandonner la moindre parcelle de votre projet initial. De renoncer à enseigner les disciplines pour lesquelles vous vous êtes engagé dans ce métier. Bien au contraire. C’est au cœur même de cet enseignement, et en assumant pleinement votre mission de transmission des savoirs, que vous « enseignerez l’École ». Vous deviendrez ainsi, en même temps un professionnel de l’apprentissage et un militant politique – au sens le plus noble du terme - engagé, au quotidien, dans la construction d’un monde à hauteur d’homme.

     

     

    En guise de conclusion

     

    Concernant la discrimination positive, selon Meirieu, pour qu'elle soit réellement positive, il faut mettre réellement les moyens ... Sinon on pratique du Darwinisme social, on peut apprécier, mais de la à dire que c'est la panacée ...

     

    Verbatim

    Je ne crois pas, bien sûr, que nous puissions réinventer le monde au quotidien. Mais, peut-être, peut-on travailler au quotidien à ce qu’il demeure ou devienne “à hauteur d’homme”: c’est-à-dire que les enjeux soient bien posés au niveau de l’avenir des hommes, et non de ceux de la marchandise, des “mécaniques institutionnelles” aveugles, des intérêts de quelques minorités mieux informées ou plus fortunées, des carrières politiques ou médiatiques de quelques uns, etc...

    Il ne faudrait pas, pour autant, s’en contenter et oublier d’apporter aux “établissements difficiles” l’aide dont ils ont besoin pour faire face aux défis qu’ils doivent relever. Je ne voudrais pas que “la discrimination positive” se solde par l’organisation de la concurrence entre les exclus pour que “les plus méritants” puissent quitter des ghettos considérés comme définitivement abandonnés.

  • Une collecte sans eboueur ...

    Cette poubelle a attendu plus de deux semaines avant d'être ramassée, pourquoi ?  Retour sur un  mouvement social qui a touché tous les habitants des dix huit communes du Pays de Meaux.


     Il existe bien une mort subite du nourrisson, il n'existe pas en revanche de grève subite des agents chargés de la collecte des ordures ménagères ... Si la collecte a repris,peut être provisoirement,  le conflit declenché lundi 19 septembre n'est que suspendu et le malaise perdure, sans doute plus profond qu'il n'y parait ... Car pour des agents avec des salaires au niveau du SMIC, une semaine d'arrêt de travail représente beaucoup en moins à la fin du mois, le moindre jour chomé coute cher ... alors que dire lorsque cet arrêt dure deux semaines !

    Rappelons que dans nos communes, la collecte des déchets est une compétence propre et exclusive de la Communauté d'Agglomération, et ce depuis sa création. Les Maires des communes membres n'ont plus leur mot à dire sur un sujet piloté directement par la CAPM et son Président.  Lors de la constitution de la Communauté d'agglomération, les élus intercommunaux ont retenu la solution d'intégrer les personnels travaillant auparavant à la Régie Municipale de Meaux, certaines habitudes ont pu perduré ...

    Voici quelques éléments de réflexion en vrac ...

    Lire la suite

  • Sarko ...S...Tique

    Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage !

     

     

     

     

    H. Michaux(poète belge 1899-1984)

  • La lettre de Philippe aux jeunes enseignants, opus 1 ...

    Belle initiative que celle prise par Philippe Meirieu de mettre en ligne des pages de son dernier ouvrage « Lettre à un jeune enseignant » sur le site de l’association Education & Devenir et de susciter un débat passionnant avec ses lecteurs internautes …

    http://education.devenir.free.fr/MeirieuLJP.htm

     

     

    Retour sur quelques points soulevés tant par l'auteur, son ouvrage que par les internautes ...

     

     

    Le syndrome du Lucky Luke

     

    Aprés s'être opposé à une "école-machine" déshumanisée, ou le face à face pédagogique serait absent, l'auteur présente le rôle du professeur face à l’institution et d'un syndrome dont seraient atteints certains enseignants : celui de Lucky Luke ...

     

    Verbatim :

     

    Quand on place la réussite des élèves comme projet fondateur de l’Éducation nationale, on ne peut que condamner les états d’âme d’enseignants qui ne songent qu’au plaisir de professer et refusent de rendre des comptes sur les résultats qu’ils obtiennent comme sur leur implication dans le fonctionnement de l’institution scolaire !

    Il y a, chez certains professeurs … une fascination pour un exercice purement solitaire de leur mission… tel le « poor lonesome cow-boy » qui n’est encombré par aucune contingence et peut se livrer librement à sa passion…

    qui met sa liberté individuelle au-dessus de toute contrainte institutionnelle ! … Cette vision des choses est, évidemment, très grave : c’est une vision d’avant l’émergence de l’État de droit, un retour à l’illusion selon laquelle on pourrait exercer son métier en dehors de tout cadre et récuser d’avance toutes les exigences du collectif… On en est même arrivé à ce paradoxe extraordinaire : les professeurs sont, en même temps, des anti-libéraux farouches sur le plan idéologique et des libéraux absolus sur le plan de leur comportement.

     

    Une question suit obligatoirement ces propos, qui peut créer la contreverse, celle de la quête de l’efficacité

     

    Verbatim :

     

    Nul ne saurait décemment prétendre que l’institution scolaire doit renoncer à toute efficacité. ...

    Et ce que nous nommons « didactique » n’est rien d’autre que la recherche par laquelle nous tentons de comprendre « comment ça marche » dans la tête d’un élève afin qu’il s’approprie au mieux les connaissances du programme. il n’y a rien de vraiment nouveau dans ces propositions.

    C’est, en effet, Jules Ferry lui-même, dans un discours prononcé le 2 avril 1880, qui affirmait : « Les méthodes nouvelles qui ont pris tant de développement, tendent à se répandre et à triompher : ces méthodes consistent, non plus à dicter comme un arrêt la règle à l’enfant, mais à la lui faire trouver. Elles se proposent avant tout d’exciter et d’éveiller la spontanéité de l’enfant, pour en surveiller et diriger le développement normal, au lieu de l’emprisonner dans des règles toutes faites auxquelles il ne comprend rien. » […]

     

     

    L’efficacité ne se mesure qu’à l’aune des finalités,

     

    Abordant la dernière enquête PISA (OCDE), Philippe Meirieu aborde les résultats obtenus sur les performances des élèves de quinze ans, sur un angle inédit ... Trois pays arrivent en tête de cette anquête : la Finlande, le Japon et la Corée du Sud. Avec des résultats à peu près similaires mais des contextes radicalement différents …

     

    Verbatim :

     

    En Finlande, les élèves sont scolarisés dans des classes hétérogènes jusqu’à seize ans. Ils n’ont aucune note chiffrée, mais des évaluations qualitatives leur permettant d’orienter leurs efforts ; ils bénéficient de parcours personnalisés en fonction de leurs besoins et n’ont aucun travail à la maison. .. ils occupent une grande partie de leur temps scolaire à des recherches documentaires, seuls ou en petits groupes. Ils sont systématiquement encouragés à participer à des troupes de théâtre, à des chorales ou à des activités culturelles de toutes sortes. L’après-midi, les écoles restent ouvertes et accueillent des clubs d’astronomie, de reliure ou d’informatique qui réunissent élèves, parents, enseignants et habitants du quartier ou de la région… Au Japon ou en Corée du Sud, en revanche, après des études primaires assez semblables aux nôtres, les élèves sont triés à dix ou onze ans, de manière draconienne. Ils passent un examen d’entrée au collège et, s’ils sont reçus, sont soumis à un rythme scolaire d’une extrême dureté. De plus, la plupart d’entre eux doivent, pour réussir, prendre de nombreuses leçons particulières. Très vite, ils abandonnent toute activité extrascolaire pour ne vivre que dans l’obsession des bonnes notes. Le taux de dépressions et de tentatives de suicide augmente d’année en année…

     

    Pour Meirieu, la question des indicateurs est posée :

     

    Verbatim :

     

    pouvons-nous, dès lors qu’il s’agit d’éducation, réduire l’évaluation de nos écoles et de nos établissements aux seuls indicateurs habituels de réussite scolaire ? … Qui ne voit que ces indicateurs de réussite pourrait être multipliés à l’infini ? Qui ne voit qu’aucun choix, ici, n’est innocent et que chacun d’entre eux renvoie, tout à la fois, à un projet d’homme et de société… qu’il promeut des pratiques pédagogiques spécifiques et s’appuie sur une conception implicite de notre métier ? Et qu’on ne dise pas que les objectifs alternatifs que nous proposons conduiraient à une baisse catastrophique du niveau : les exercices scolaires et les examens traditionnels n’ont pas le monopole de l’exigence de rigueur et de qualité.

    Une « école juste », explique François Dubet, ne peut ajouter l’humiliation à l’échec. Elle ne peut pas, non plus, faire l’impasse sur des savoirs sans lesquels les plus démunis perdent toute chance de comprendre un peu ce qui leur arrive…

     

    Nous reviendrons dans une autre note sur deux cultures complémentaires pouvant à l'analyse se révéler quelquefois contradictoires ... La culture de l'évaluation et celle du résultat ...

     

     

    Attention danger : la LOLF, une véritable révolution en marche

     

    Meirieu présente les transformations que va entraîner le LOLF (Loi organique sur les lois de finances) qui ne financera plus les structures mais des « programmes » (des domaines d’activités au service des citoyens), opérationnalisés en « actions » correspondant à des « projets » précis.

    Ce qui permettra selon le législateur de piloter l’action publique en fonction de buts identifiés, et de faciliter la transparence budgétaire, toutes dépenses comprises… car l’ignorance du coût réel de tous les « projets » impulsés ou financés par l’État est un facteur majeur de "déresponsabilisation" des citoyens.

     

    Le financement se fera désormais sur la base d’indicateurs de réussite, au risque de tomber dans l’arbitraire qu ‘on prétendait combattre… Il faut pour Meirieu que ces indicateurs soient élaborés, au niveau le plus opérationnel possible, en concertation étroite avec les acteurs, et non imposés de manière technocratique par les administrations (un voeu pieux ?).

     

    La LOLF va entrainer trois points positifs :

     

    - les parlementaires disposeront d’un tableau de bord plus précis et plus proche des personnes pour décider de l’usage de l’argent public ;

    - les citoyens, au sein d’un « programme » décidé par les parlementaires, auront les moyens de peser lucidement sur les choix des « actions » qu’ils entendent mener à bien ;

    - les acteurs pourront dire à quoi ils veulent être évalués…

     

     

     

    Tout cela, bien évidemment,dans le meilleur des cas, si la LOLF n’est pas « récupérée » par l’administration pour accroître, de manière arbitraire, son emprise technocratique. Ce qui a commencé à se produire … Qui est étonné ?

     

     

     

     

    Un texte important par les réactions et le débat qu'il peut susciter (Meirieu laisse rarement indifférent) et qui mérite une autre note, un opus deux en quelque sorte ...