Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'aprés Kyoto commence à Montréal

    Une réunion d’une extrême importance se déroule actuellement à Montréal du 27 novembre au 9 décembre 2005: la 11e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (dite COP 11), première conférence internationale sur ce sujet depuis l’entrée en vigueur, du Protocole de Kyoto en février dernier (lire note précédente), accord qui sera certainement au cœur des débats.

    Un premier bilan pourra être fait sur les cibles de réduction assignées aux différents pays afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre. La déclaration de pays d'Amérique du Sud qui a connu la pire sécheresse du bassin amazonien et le début du dégel des glaciers andins démontre que la prise de conscience des pays en "voie de développement" est en cours. Trop souvent en première ligne lors des catastrophes naturelles et trop peu organisé pour pouvoir protéger leurs habitants au mieux, ils ne peuvent se désinteresser d'une telle question, même au prix de difficultés supplémentaires pour se développer.

     

    Le Monde fait état de deux études publiées par le journal Science, cette semaine, qui confirment le rôle joué par l’homme dans le réchauffement climatique  et la gravité de la situation actuelle :

    • Une équipe américaine révèle que le niveau des océans a augmenté deux fois plus rapidement au cours des 150 dernières années que lors des cinq millénaires précédents (deux millimètres par an contre un auparavant). La moitié de cette hausse est imputable aux activités humaines résultant du rejet de dioxyde de carbone (effet de serre).
    • Une équipe européenne a étudié l'évolution de l'atmosphère terrestre depuis 650 000 ans, et a constaté que si la quantité de dioxyde de carbone avait été relativement stable jusqu'au début de la révolution industrielle, depuis la hausse constatée est environ 200 fois plus rapide !

     Depuis 2001, le protocole a été ratifié par l'Union européenne, le Japon, le Canada et la Russie mais rejeté par les Etats-Unis, qui reste le premier pollueur de la planète avec 25 % des émissions de gaz carbonique en 2003; un accord critiqué par les américains car il propose deux vitesses : une exigeante en direction des pays développés, une beaucoup plus modérée en direction des pays en transition (pour certains carrément « Lost in translation »).

     

    Quatre points cruciaux devraient être abordés, lors de cette conférence :

    • Celui, après 2012, de la deuxième phase prolongeant le protocole de Kyoto exigeant des pays développés la réduction de leurs émissions d'ici à 2012 d'au moins 5 % par rapport au niveau de 1990,
    • L’élargissement de ces mesures, sous réserves d’aménagements à l’ensemble des pays (y compris sous développés),
    • Les mesures d’adaptation permettant d’accompagner les changements climatiques désormais inévitables, concernant en priorité les régions situées en premier lieu prés de l’Arctique et les terres australes,
    • L’amélioration du « Mécanisme de développement propre», outil économique permettant de soutenir des projets de développement durable afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement (grâce aux « crédits à carbone »).

    Un des enjeu x majeurs de cette conférence est l’évolution sur la question du changement climatique de pays comme : les  USA (1er pollueur de la planète), la Chine et l’Inde, qui d’après les projections de l'Agence internationale de l'énergie, émettront en 2030 plus de CO2 que les pays actuellement développés

       
  • Aprés la synthèse du Mans, l'heure du projet ...

    medium_rose-rouge4b.jpg

    Nous finissons toujours par avoir le visage de nos vérités.

    Albert Camus (Le mythe de Sisyphe)

  • Les Maires de France ont la saudade ...

    La saudade est né au Portugal il y a une éternité (avant l'an 1200), elle est désormais associée à la lusitanité, du Portugal au Brésil en passant par le Cap-Vert. Cette expression signifie tout à la fois mélancolie, peine de l'âme (ennui, langueur, tristesse, mal de vivre ...) mais aussi paradoxalement le plaisir de l’anticipation de la joie des retrouvailles, du retour et l’aspiration à un mieux être …

    Ce mot-concept résume bien me semble t’il le "vague à l’âme" des Maires, souligné lors du 88eme Congrès des Maires de France qui s’est déroulé du 22 au 25 novembre. Ce ne sont pas les visites médiatiques de messieurs Villepin, Hortefeux, Coppé et Sarkozy qui ont dissipé cette impression, en fait beaucoup de Maires aujourd'hui ont la saudade !

     

    Une actualité récente les a de nouveau placé sur le devant de la scène, tentant avec patience et passion d’éteindre un incendie se propageant sur l’hexagone après la mort des deux jeunes de Clichy sous Bois, les paroles incendiaires du Président de l’UMP (également Ministre de l’Intérieur il est vrai ), le sentiment de mal être et de ras de bol de trop de jeunes de banlieues, l’intérêt médiatique suscité ... (faites votre choix, vous avez droit à plusieurs réponses …).

    Peu de jour après, d'autres élus ont été mis au ban; en qualité de Maire de communes égoïstes et hors la loi refusant de construire du logement social … Je ne reviendrais pas sur deux sujets sur lesquels je me suis largement exprimé (cf le notes précédentes De l’art de manier le « karcher » avec discernement & SRU, comment suis je devenu un Maire hors la loi ?)

     

    Le Maire est tout simplement au cœur des contradictions d’une société schizophrène qui veut à la fois moins d’impôt et plus d’état, plus de liberté et plus de sécurité et de leaders nationaux qui "jouent" aux élus de terrain comme Marie Antoinette jouait à la bergère, confondant Com' et écoute et vitesse et précipitation. Pourtant le Maire occupe encore (mais jusqu’à quand ?), une place particulière dans notre pays, constituant le dernier maillon politique à qui les citoyens fassent encore confiance. Placé entre le marteau et l’enclume, sa mission (s'il accepte) est trés souvent de résoudre l’insoluble … De fait c'est la société française qui actuellement a la saudade ...

     

     

    Revenons très rapidement, sur les résultats du 8ème baromètre financier des communes, réalisé début septembre 2005 auprès d’un échantillon national de Maires représentatif (CSA), voici en quelques élements en vrac, une photo de l'humeur des Maires d'avant les violences urbaines :

    • Le pessimisme sur l’évolution des finances locales est de rigueur : 39 % des maires envisagent une dégradation de la situation financière de leur ville et manifestement ce ne sont pas les dernières nouvelles concernant le bouclier fiscal et la réforme de la taxe professionnelle qui risque de les rassurer … 91% des maires ne considèrent pas légitime que les collectivités locales supportent les conséquences financières liées au plafonnement des impôts. Il n'y adonc pas de parti pris "politique" dans ce sentiment largement partagé,
    • La majorité des maires (51%) est prêt à consentir à un effort supplémentaire en matière de construction de logements sociaux. Mais 97 % subordonnent cet effort à une augmentation de leurs moyens financiers, cela ne vous rappelle rien (cf ma note sur la loi SRU) ?
    • Embellie, à contrario, concernant l’endettement, du fait du désendettement progressif des communes (fin des emprunts historiques avec taux d’intérêt à deux chiffres), 44 % estiment prioritaire la maîtrise de l’intérêt de la dette (ils étaient 60 % en 2003). Les emprunts conclus récemment se substituent à une dette plus coûteuse, désormais, seuls 11 % des maires jugent leur commune trop endettée, ce qui promet pas mal de perspective d'investissement,
    • Devant la hausse des dépenses de fonctionnement, 65 % des élus jugent prioritaire la maîtrise des dépenses de personnel.
    • Face aux projets de restructuration des services publics et de services au public dans leurs communes, 59% des maires estiment la consultation des élus comme « réduite / inexistante ». La grande majorité des personnes interrogées se déclarent par ailleurs satisfaites de la façon dont les services publics sont remplis (79%)
    • Enfin, face à l’inflation des normes (effet parapluie) et à la judiciarisation croissante de notre société (vive l'amérique) 56% des maires déclarent que le risque juridique entrave leur action, le contraire m'aurait étonné!

     

    Sur ce dernier thème, le numéro d’octobre de la revue « Courrier des Maires » a souligné l'importance de cette crainte pour les élus, qui malgré la loi Fauchon du 15/07/2000 (réduisant le champ de la responsabilité pénale des élus) ne l'a pas fait disparaitre pour autant.De quoi dormir tranquille …

    Les causes potentielles de problèmes juridiques sont légions : nouvelles normes , règles de sécurité, gestion du personnel (harcèlement moral, prise illégale d’intérêt si embauche d’un proche), organisation de manifestation (bruit, dégâts violence, accidents …), concussion (exonération ou franchise au-delà des prévisions réglementaires), «rattachement» des délibérations (insertion ou modification au registre de délibération après approbation du conseil municipal, marchés publics, l'urbanisme en général, bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive !

    Est il utile de rappeler qu'on ne pardonne pas plus à un Maire de petite ville qu’à un Maire de grande ville, qui lui dispose de spécialistes et de juristes …

     

    Mais la saudade c'est aussi et surtout de la poésie; laissons nous donc bercer par ce quatrain, chacun y mettra la ligne mélodique qu'il désire.Comme quoi, malgré tout, il est bon quelquefois d'avoir le vague à l'âme ...

     

     

    A saudade da amada criatura

    Nutre-nos na alma dolorido gozo,

    Uma inefàvel, íntima tortura,

    Um sentimento acerbo e voluptuoso.

     

    Teófilo Dias, Brésil (1854-1889)

     

     

    (La saudade de la créature aimée, Nourrit dans notre âme un douloureux plaisir, Une ineffable, intime torture

    Un sentiment acerbe et voluptueux).

  • Budget municipal : la part de l'Etat est passée du tiers au quart, en trois ans

     

    medium_reunion-finances_oueb.jpgC’est devant un auditoire très attentif d'une soixante de personnes que nous avons avec Gérard Moraux, Maire Adjoint aux Finances présenté  le Budget 2005 et les perspectives d’investissements de notre commune. 

    S'il est vrai qu'attendre le mois de novembre est assez inhabituel pour ce type de réunion, nous avons jugé préférable avant de l'organiser d'attendre la validation de notre Contrat Régional (été 2005), compte tenu de son importance dans les perspectives budgétaires des années à venir.

    Cette réunion débat constituait une première pour nous, tant par la forme (diaporama) que par le fond (traiter du budget et des investissements prévus).  Gérard s'est livré à un exercice de haute voltige durant son exposé, réussissant tout à la fois à être simple sans être simpliste, synthétique sans être approximatif et pédagogique sans être technocratique, ce qui n'est pas si facile ...

     

    Les graphiques projetés ont permis de comparer les évolutions des postes budgétaires sur plusieurs années et démontré trés clairement certaines tendances qui se confirment  :

    le désengagement croissant de l’État dont les dotations sont passées de 36% du Budget en 2002 (941 852 euros) à 26% en 2005 (804 641 euros) ;

    l'incidence budgétaire de l’intercommunalité avec la suppression de la Taxe professionnelle (désormais encaissée par la Communauté d'Agglomération) qui entraine un manque à gagner de plus en plus net pour la commune.

     

    Les dépenses de la commune ont été examinées par poste budgétaire mais également par fonction, ce qui permet une analyse plus fine. Signalons qu’un tiers des dépenses de Trilport est lié aux écoles (32%) et qu'une partie importante des nouvelles dépenses consacrées à la Jeunesse, est compensée par les subventions de la CAF notamment, grâce aux dispositifs mis en place sur la commune (Contrat Temps Libre, Contrat Educatif Local, Ville Vie Vacances).

     

    Dans le Budget de Fonctionnement qui s'élève à 3 736 562 euros les frais de personnel représentent 52% (voir plus bas pour les comparatifs). Insistons sur les missions supplémentaires délégués par l’Etat aux communes ces dernières années, et malheureusement sans aucune contrepartie financière (service des élections, contrôle de légalité, marchés publics, demandes de travaux en urbanisme ...); une liste qui risque de s'allonger ... La baisse considérable  des dotations de l’État n'a pas été sans poser de problème et n' a pas été sans conséquence sur l'augmentation des taux d’imposition votés cette année.

     

    Nous sommes ensuite revenus sur le Budget Investissement 2005 et les perspectives des années à venir, avec surtout les partenariats engagés avec la Région et le Département autour du Contrat Régional (1 161 000 € de subventions), du Contrat d'Aménagement Communal de Territoire (483 000 € de subventions) et du Contrat Triennal de Voirie (prés de 200 000 euros de subventions). Région et Département, deux partenaires privilégiés et indispensables qui nous permettent de lancer et mener à bien ces projets d'équipement et d'aménagement (qui atteindront tout de même les 4 OOO OOO d'euro).  Nous pensons avec les autres participations à venir (CAF, Etat) avoir plus de 50% de subventions au final, ce qui n'est pas riien, d'autant que nos perspectives d'emprunt nous permettent d'engager ces réalisations grace au désendettement réalisé ces dernières années.

     

    Une réunion utile à la vie démocratique mais également à la compréhension des décisions municipales, qu'il nous faut renouveler absolument chaque année. La forme choisie (sur la base de graphiques notamment) a permis de présenter non seulement un exercice budgétaire isolé mais de le resituer dans la perspective des budgets antérieurs et de démontrer ainsi les tendances budgétaires et le lien indiscutable entre la gestion locale et les décisions gouvernementales.

    Ce n'est pas faire d'analyse manichéenne ou simpliste que dire que la baisse des dotations de l'Etat depuis l'arrivée de la Droite au pouvoir est significative et indiscutable : la part de l'Etat dans notre Budget communal est passé en trois ans du tiers (36%) au quart (26%) de 2002 à 2005 !

    Que la baisse des impots représente dogmatiquement pour certains l'alpha et l'omega de la bonne gouvernance, passe encore, mais il serait bon qu'elle soit clairement affichée et assumée devant les français, car sur le terrain ce sont les collectivités locales, toutes tendances politiques confondues qui doivent répondre présent aux demandes croissantes de leurs concitoyens.

    Cette situation budgétaire démontre que la baisse des impôts renforce non seulement les inégalités entre les individus et dans le pays mais également au niveau des territoires et des communes, car sans aide compensatrice de l'Etat, paradoxalement, ce sont les plus pauvres qui ont besoin de plus de moyens, donc de plus d'impôts locaux !

     

     

    Les charges réelles de fonctionnement sont de 2 925 598 € , ce qui représente 626 € par habitant (Moyenne nationale 784 €). Concernant les charges de personnel, elles s’élèvent à 1 548 785 €, soit 331 € par habitant (Moyenne nationale 334 €).

  • Echos du Mans ...

    medium_h_9_ill_712181_salle.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    " Le défi aujourd’hui, pour tout socialiste, ce n’est pas simplement la révolte contre l’injustice. Mais c’est aussi, peut-être surtout, de se donner les moyens de rendre la France plus juste. Il faut que ce congrès soit utile. Comment être utile aux Français ? Comment être utile à ces ouvriers licenciés quand leur entreprise accumule des bénéfices ? Comment être utile à ces familles dont les fins de mois durent trois semaines ? Comment être utile à ces jeunes couples qui ne trouvent pas le moyen de se loger ? A ces retraités qui ont travaillé toute leur vie, et qui se retrouvent démunis ? Comment être utile à ces jeunes des banlieues qui sont d’ici, et qu’on veut renvoyer ailleurs ? A tous ces jeunes qui accumulent les handicaps ? A ces hommes, à ces femmes qui travaillent dur ou qui ne travaillent pas ? Qui souffrent et qui parfois le crient ?

    Aux Français, nous ne proposons pas les lendemains qui chantent, mais le présent qui change. Nous ne voulons pas d’une gauche avec ses engagements flamboyants du dimanche et sa triste réalité du lundi. Nous ne voulons pas d’une gauche des paroles, mais d’une gauche des actes.

    Partons de nous pour aller vers les autres, pas l’inverse. C’est le projet qui commande les alliances, pas les alliances qui sont un projet "

     

    Dominique Strauss Kahn 

  • SRU... Comment suis je devenu un Maire hors la loi ?

    Trilport est une des 742 communes désignées comme "hors la loi" par certains médias du fait du non respect de l'article de  la loi SRU relatice à la proportion de logement social. Comment justifier l'injustifiable ? Une réponse peut être politiquement non correcte et qui va à l'encontre des idées reçues, mais que j'assume pleinement.

     

    Certains rappels s'imposent afin d'aborder le fond des choses et de ne pas s'arrêter aux seuls aspects médiatiques  d'une question essentielle aujourd'hui, celle de disposer du droit d'avoir un logement décent et d'y vivre.

     

    Premier rappel, l’attachement de ma ville au logement social ne date pas des trois dernières semaines.  Nous n’avons en effet pas attendu la loi SRU ou le discours de Jacques Chirac pour créer du locatif social puisque nous possédons à l’heure actuelle un parc de 88 logements et sommes une des six villes de l’agglomération du Pays de Meaux (sur 18) à avoir mené une politique de ce type. Paradoxalement, les 12 villes de l'agglomération qui ne possèdent aucun logement social ne sont pas concernées par cette vague de répprobation, car n'atteignant pas le seuil des 3500 habitants, elles ne sont pas dans l'obligation de disposer de 20% de logements sociaux.

     

    Second rappel, le territoire pertinent définit par le texte de loi est celui de l’agglomération. Membre de la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux (possédant plus de 50% de locatifs sociaux), il nous est apparu urgent , vu le nouveau contexte proposé par la loi SRU et la situation particulière du locatif dans l'agglomération (présence de deux zones sensibles, Beauval et Pierre Collinet) de mener une réflexion intercommunale partagée sur l’habitat social dans le cadre d’un Plan Local d’Habitat d'Agglomération, étude aujourd’hui en voie de validation.

     

    Dans le même temps, plus localement, nous travaillons sur un Plan Local d'Urbanisme mené en parallèle avec un Agenda 21 dont la mixité urbaine et générationnelle sont des axes prioritaires. Il est essentiel de mener une réflexion de fond sur la problématique du locatif social (mixité urbaine, situation dans la ville, qualité du bâti ...) afin que l’objectif quantitatif fixé par le texte de loi, s’accompagne dans le même temps d’objectifs qualitatifs. En effet, nous ne parlons pas de boites de sardines que l'on entasse, mais de logements dans lesquels des hommes et des femmes vivent, des quartiers dans lesquels le lien social doit subsister et se nouer; les HLM ont aussi le droit à la Haute Qualité Environnementale !

    Il est de notre responsabilité d’élu de tout mettre en œuvre afin d'aboutir à une intégration et une mixité sociale épanouie et non à une concentration excessive de logements qui mènerait de nouveau à la constitution de « ghettos» donnant les résultats que l’on sait.

     

    Notre devoir est également de réfléchir, dans ce cadre, au lancement de programmes en direction de publics cibles précis (personnes du troisième âge, personnes handicapées) ne disposant pas actuellement de logements adaptés. Cette démarche faciliterait et prolongerait l’autonomie de personnes ne possèdant actuellement que deux alternatives au lit médicalisé : garder un logement qui n'est plus adapté, ou loger dans leur famille. Dans le même temps cette démarche aurait le mérite de libérer de nouveaux logements.

     

    Le contexte éconimique et social difficile que nous connaissons, la demande croissante en logements de nombreux de mes concitoyens, la volonté d’être partie prenante dans ce juste combat m’a amené à restructurer les services municipaux,  à créer un service Jeunesse , de lancer des dispositifs (Contrat Temps Libre, Contrat Educatif Local, Dispositif Ville Vie Vacances), d'initier avec la Région et le Département un important programme d'investissements afin de construite les équipements publics qui nous font défaut . J'ai rencontré également divers acteurs du monde du locatif aidé (PACT ARIM, opérateurs ...) .

     

    Ces initiatives ont considérablement retardé l’objectif de réalisation fixé unilatéralement par les services de l'Etat en 2002 (devant l’absence d’un PLH) , ce que je regrette. D'autant qu’une opération menée par l'OPAC local, prévue depuis de nombreux mois connaît un retard qui n'a rien arrangé à la situation et aurait porté notre taux de réalisation, de 5,1% à 48,7% pour la période 2002/2004.

     

    La question doit également être posée sur la capacité des grands opérateurs traditionnels à être réellement présent dans nos petites villes, alors qu'ils gèrent par ailleurs au quotidien dans les quartiers sensibles un parc de logement considérable dans des conditions souvent trés difficiles. Nos problématiques sont différentes.  Lorsque l'on constate jour aprés jour, le manque de suivi sur le terrain,  le manque d'engagement pour ne pas dire quelquefois le désengagement de l'opérateur social on devient prudent avant de lancer de nouvelles opérations. Surtout qu'aprés, cerise sur le gateau, les Maires  que nous sommes ont toutes les difficultés pour faire passer lors des commissions d'attribution les cas douloureux de beaucoup de nos concitoyens. L'expérience démontre que finalement pour une Mairie l'intérêt est parfois de devenir , même si cela est plus difficile, opérateur ...

     

    Ayant exprimé notre volonté collective d’agir dans ce domaine et de participer ainsi à l’effort national de cohésion sociale, je dois également faire part des multiples difficultés rencontrées par une commune de moins de 5000 habitants afin de remplir les obligations fixées par la loi SRU dans le calendrier imparti. Obligations fixées, il est bon de le rappeller sans aucune dotation de nouveaux moyens pour nos communes. Nous avons pourtant grandement besoin d’aide pour monter les opérations, choisir les bons opérateurs, maîtriser et acquérir le foncier.

     

    Pour conclure, je dois faire part de l’émotion du Maire que je suis devant des attaques dque j'estime injustifiées et le manque d’aide concret dans ce domaine des services de l'Etat. Il est facile de lancer des injonctions, des anathèmes démagogiques, de jeter le discrédit sur notre action, de demander notre inéligébilité, de faire des effets de tribune ou de manche, alors que sur le terrain, les Maires qui essaient de faire avancer les choses au concret, sont trop souvent isolés.

     

    L'ambition collective de notre équipe municipale est de réussir à Trilport une mixité sociale et urbaine épanouie. Cela demande du temps, de la réflexion, de la méthode, de la sérénité, mais également une logistique, du foncier, une batterie de moyens que l’on ne peut mettre en place dans une commune de moins de 5000 habitants de manière instantanée, si l'on veut être efficace . L'objectif doit bien être de ne pas reproduire les erreurs du passé, sinon le pire serait à venir ...

     

    Je suis extrêmement attaché à réussir ce défi qu'est la mixité sociale et je connais bien ce sujet, ayant vécu à une certaine période de ma vie de nombreuses années dans une tour HLM de Beauval, aujourd’hui disparue … 

     

    Paradoxe des paradoxes, le logement social, peut être aussi le combat d'un Maire hors la loi  ...

  • Reussir le Mans ...

    Un congrés socialiste est une dramaturgie qui se joue en quatre actes :
    - Premier acte, la section où les militants votent sur les motions présentées à leurs suffrages, 
    - Second acte, le Congrés Fédéral (au niveau départemental) où sont rassemblés, validés ou non les votes de chaque section, désignés, selon les résultats, les représentants des différentes motions au Conseil Fédéral (l'assemblée délibérante de la Fédération ) et le nombre de délégués envoyés au Mans,
    - Troisième acte, le Congrés National où sous les sunlights des médias et dans les réunions noctures interminables, tout se joue ou presque,
    - Quatrième et dernier acte, l'élection du Premier Secrétaire National au scrutin universel des militants ( qui se prononcent également le même jour sur le choix du Secrétaire Fédéral et des secrétaires de section).

    Retour sur le Congrés Fédéral
    Les péripéties pour le moins surprenantes de la Fédération du Pas de Calais où aprés, semble t'il, "quelques" tractations téléphoniques entre Laurent Fabius et Daniel Percheron (Premier fédéral de cette Fédération) la Motion 2 de Fabius a transformé en moins de 24h une déroute en simple défaite (quoique !), passant au niveau national de 18% de votes à un peu plus de 21% a troublé et alimenté beaucoup de conversations de militants.  Un épisode qui laisse perplexe et inquiet sur la vie démocratique de certaines fédérations.

    En Seine et Marne, rien de tel, et au regard de la netteté des votes exprimés (motion Hollande : +55%, Motion Fabius : -20% et motion NPS : +22%) on ne peut que regretter l'attitude des responsables départementaux de la Motion Fabius qui ont consacré l'essentiel de leur expression publique, a jeté le discrédit sur des résultats pourtant indiscutable. Attitude regrettable d'autant que paradoxalement les mêmes orateurs s'étaient il y a peu (quelques mois tout juste) allègrement affranchis de respecter le vote militant aprés le référendum interne sur la Constitution Européenne, menant même une campagne publique active contre un texte pourtant approuvé par la majorité du PS. Force est de constater que si des militants lors de leurs interventions enrichissent et élèvent le débat politique grace à des arguments et des idées contradictoires, trop souvent l'argumentaire "fabiusien" est d'un autre registre ; ce qui leur permet toutefois de ne pas aborder le fond des choses et de rester au stade des simples slogans ...

    Les enjeux d'un Congrés
    Les enjeux du Mans sont d'une toute autre nature et notre responsabilité doit être à la mesure de l'attente des français. Les querelles de personnes, les positionnements tactiques des divers présidentiales entretiennent la plus grande confusion et ne sont pas à la hauteur des enjeux d'aujourd'hui, l'état actuel de l'opinion publique en atteste (cf sondage du CSA publié dans Le Monde).
    Il est essentiel et urgent d'offrir des perspectives crédibles à un pays en désespérance, aux jeunes de banlieue déboussolés dont la seule ligne de fuite ne peut être la violence mais doit être la Société ... Ces gamins paumés par la violence sociale et l'absence de perspectives proposées ne sont pas une "racaille" que l'on "karcherise" mais des élèves de notre école publique, de nos collèges et de nos lycées ...
    La France a grand besoin de cette jeunesse et de sa formidable énergie que l'on peut canaliser quoique pense Sarkozy ... Si c'est cette France Bleue, Black, Blanc, Beur qui a permis à notre pays de gagner la Coupe du monde, nous ne devons plus la cantonner aux seuls terrains de sport.  Combien actuellement siègent sur les bancs de l'Assemblée Nationale, au Sénat, dans les organes dirigeants de  nos partis politiques (y compris au PS) ou dans les Conseils d'Administration des sociétés ?
    Soyons vigilants et innovateurs sur cette thématique. Ce ne sont pas les solutions gouvernementales et un couvre feu prolongé abusivement pour  trois mois qui apporteront une issue à cette grave crise sociale et institutionnelle qu'il ne faut surtout pas limiter aux seuls banlieues. Elles ne sont que le condensé et le concentré de nos contradictions et des difficultés multiples de nos société modernes. Constatons que depuis trente ans les réponses apportées par les gouvernements successifs de Droite et de Gauche n'ont pas suffit et rien changé ! Sur ce sujet, nous devons nous garder de tout propos démagogique, de toute promesse non crédible et nous remettre humblement au travail. 
    Insistons cependant sur un point, les gouvernements Raffarin et Villepin avec l'abandon de la Police de Proximité, la baisse des moyens accordés aux collèges et aux Lycées, l'arrêt des subventions aux associations de terrain, la suppression des emplois jeunes et les interventions plus que limites de Sarkozy ont incontestablement précipité les évènements et participé grandement à l'embrasement général.

    L'enjeu du Mans est de relancer une dynamique brisée par le scrutin européen, de remobiliser et de rassembler un Parti et ses militants autour d'orientations claires. Le résultat du vote des sections prouve que la majorité des socialistes est attachée à faire du PS, non une courroie de transmission d'idées venues de l'extrême gauche, mais une force de propositions, à partir de laquelle une alternative réelle, durable et sincère de changement peut et doit naître. "Dire ce que l'on va faire et faire ce que l'on dit .." propos jospinien, réformiste, peut être, mais qui peut en toute simpicité contribuer à changer la vie au concret, au quotidien et redonner une crédibilité à l'action politique.

    Nous devons garder en mémoire un principe essentiel qui doit guider aujourd'hui nos dirigeants, nos votes et nos choix lors de ce Congrés et lors de la désignation de notre candidat pour 2007, comme il a guidé bien avant nous, Jaures contre Guesde, puis Blum contre Mollet : Les idées avant les hommes, les hommes au service des idées ...
    Et certainement pas, les idées au service d'hommes exprimant aujourd'hui le contraire de ce qu'ils ont toujours pensé ou réalisé lorsqu'ils étaient en responsabilité ... Marx ne disait il pas que seule la Vérité est révolutionnaire ... Comme quoi même derrière un réformiste accompli peut se cacher un vrai révolutionnaire ...

     

    Je suis signataire de la Motion 1 défendue par François Hollande, DSK, Lionel Jospin, Martine Aubry notamment ...

     

  • Big Google is watching you

    Précision importante, je ne possède pas d’action Google (dommage peut être ?), je ne fais pas non plus de fixation sur cette entreprise, cependant force est de constater que l'activité de la société de Mountain View est passionnante à suivre et ce à plus d’un titre. Figure emblématique de «l’économie de la recherche», Google prend une place croissante dans la vie des internautes de la planète et explore des champs d’applications encore insoupçonnés il y a peu, faisant appel aux toutes dernières technologies et permettant d'effleurer le futur immédiat d’Internet …  Un futur digne d'Hollywood ...

    Avec Google, chaque jour qui passe apporte son lot de nouveautés. Voici un rapide tour d’horizon des services et outils proposés actuellement aux internautes, dont la plupart accessible directement à partir du menu d’accueil du moteur de recherche (http://www.google.fr/intl/fr/options/ ).

    Unique objectif affiché : satisfaire l’internaute Lambda (avec une prédilection, tout de même pour le Cousin Américain) grâce à des outils gratuits simplifiant la vie ! Dans le lot, mention toute particulière à Google Labs (  http://labs.google.fr/   ) permettant d'expérimenter en avant première des versions bétas, apportant du coup un parfum d'aventure à l'utilisateur qui a le sentiment fugitif d'appartenir à la communauté des pionners du net ... une impression toute relative d'ailleurs ...

     

    Florilège d'outils et de services "passe partout"

    • Traitement des photos avec Picassa ( http://picasa.google.com/index.html ). Ce logiciel graphique recherche, classe, modifie et partage les photos contenues dans un PC. Il détecte et indexe les photos automatiquement, les classant dans des albums et autorise les retouches simples, des diaporamas, des envois par e-mail, l'impression, la création de CD ...
    • Un utilitaire trés pratique (Google Desktop Search : http://desktop.google.fr/) permettant d'accéder aux informations stockées sur votre ordinateur, ainsi qu’à celles disponibles sur le Web (courrier électronique, fichiers des principales applications bureautiques, fichiers mulitmédias, discussions et pages Web consultées … ).
    • Un moteur de recherche dédié au blog ( Blog search : http://blogsearch.google.fr/). Ce service explore la blogosphère et permet de connaitre l'essentiel de ce que les blogs rapportent sur un sujet qui vous passionne, de retrouver un blog ... Les résultats incluent tous les blogs et l’index des blogs est mis à jour en permanence (une fonction trés impressionnante !). Possibilité de rechercher des blogs rédigés en langues étrangères ...
    • Disposer d'une revue de presse personnalisé ( http://news.google.fr/). Une page portail permettant d'obtenir une actualité paramétrée en fonction de centres d'intérêts sélectionnés. Google effectue le tri dans des milliers d'articles mis à jour en permanence.
    • Alerte Google (http://www.google.fr/alerts), ce service méconnu permet une veille technologique automatique effectuée par des agents logiciels intelligents informant par courrier électronique des articles publiés en ligne correspondant aux sujets étudiés,  
    • Google sur votre téléphone portable (http://mobile.google.fr/) , 

    • La création et la gestion de blogs gratuits (http://www.blogger.com/start )

     

    La messagerie instantanée, un marché prometteur à plus d'un titre.

    Ces logiciels liés au développement du haut débit constituent une nouvelle source de revenus publicitaires avec la publicité ciblée, plus efficace car prenant en compte les « intentions » des internautes. Les messageries instantanées étaient dominées jusque là par Microsoft et Yahoo avec leur "messengers" respectifs.
    Google Talk remet en cause cette suprématie. Si avec des clients comme Windows Messenger, Skype, Yahoo Messenger ou AIM, les deux contacts avaient l'obligation d'utiliser le même logiciel pour communiquer, Google en faisant le choix d'une technologie ouverte permet de faire communiquer entre eux des internautes utilisant des logiciels différents (Jabber, iChat d’Apple) , l'essentiel est d'avoir le même protocole, cela ne vous rappelle rien ?  Une arrivée qui a incité les trois grands à installer des passerelles entre leurs différents systèmes. 

    La messagerie instantannée est en évolution permanente, aprés l'envoi de mels, elle permet désormais les discussions vocales grâce à la technologie VoIp (ou Voice over IP) qui utilise Internet (grâce au protocole IP) pour faire circuler des paquets de données correspondant à des échantillons de voix numérisée et bientôt de la vidéo avec des webcams. A teme ce sont les marchés de la téléphonie et de la viso conférence qui sont en jeu ... Pour se démarquer de la concurrence,  Google a élaboré un logiciel qui en plus d'être "open" va à l’essentiel, sans fonctions inutiles et permet une utilisation trés intuitive. Unique obligation, posséder une adresse Gmail pour pouvoir utiliser Google Talk (http://www.invitationgmail.info/).

     

     

    La recherche locale et cartographique

     

    Grâce à l’acquisition de l'entreprise Keyhole en février 2004, Google a ajouté deux nouvelles cordes à son arc (désormais bien garni) : les marchés de la recherche locale et de la cartographie et les décline avec deux logiciels spectaculaires.

     

    Google maps (  http://maps.google.com ), une interface et des possibilités impressionnantes : images satellites, vue en 3D. A partir d'une photo de la Terre, ce logiciel permet à partir de base de données disponibles sur le web, de trouver l'hôtel, le café le plus proche de chez soi. Les pages jaunes du coup sont relégués des années en arrière ...

    Le moteur se charge lui même d'analyser votre requête. Cette application permet de repérer des adresses sur une carte et sur la photo satellite correspondante. Trois modes de visualisation sont proposés. Le mode Map présente un plan de la ville, le mode Satellite affiche une photo prise de l'espace de la zone concernée, le mode Hybride permet de superposer les informations fournies par le plan aux images satellite.

    Le tout est d'une rapidité et d'une fluidité impressionnantes compte tenu des images à afficher et des calculs engendrés par les déplacements sur la carte. Bien évidemment ce logiciel propose également des calculs d'itinéraires. Ce qui lié avec un GPS met du coup Google dans la course pour de nouveaux marchés trés prometteurs ...

     

    Google Earth (http://earth.google.com/downloads.html ). Logiciel basé sur les archives de National Geographics, est tout simplement extraordinaire. Il  permet en quelques clics d'afficher l'image satellite d'un endroit donné avec des agrandissements suprenants. Le film "Ennemi d'Etat" est devenu réalité ! 

    Une précision qui inquiète les spécialistes de la sécurité civile et les militaires et met à portée de n'importe quel internaute l'emplacement d'emplacements stratégiques (bases militaires, centrales nucléaires ...) autrefois inacessibles.

     

    Google Moon ( http://moon.google.com/ ). Google vous offre la lune. Ce petit frère de Google Maps, permet d'examiner de plus prés de notre satellite favori et les six expéditions américaines officielles qui l'ont visité entre 1969 et 1972.Jusqu'à présent aucune trace de l'expédition de Tintin, affaire à suivre ...

    .

     

    Encore et encore …

     

    Google se lance dans la connection Wi Fi avec Google Secure Access. La municipalité californienne de San Francisco l'a autorisé à fournir une connexion Wifi publique et gratuite sur la ville en plaçant des points d'accès à son réseau sur les 1900 lampadaires de la ville. Un financement assuré partir de publicités géo-localisées, de quoi donner des idées à Decaux !

     

    Aprés la recherche, les contenus. La bibliothèque online Google Print ( http://print.google.fr/ ) est désormais accessible,; nous reviendrons sur ce projet qui a déjà fait couler beaucoup d'encre (électronique ... quoi de pls normal pour une bibliothèque ?) dans une prochaine note. Attention cette version ne constitue pour l’instant qu'un grand catalogue commercial, Google Print ".fr" n'en étant qu'à sa version bêta. A terme ce service permettra de consulter des livres en ligne (en entier s'ils ne font plus l'objet d'un copyright, par extraits s'ils le sont encore). Aprés quelques mois d'arrêt la numérisation a repris, notons que Microsoft se lance aussi sur ce marché et a passé un accord avec la British Library.

     

    Des partenariats trés intéressés : Google s'associe avec Sun Microsystems afin de promouvoir la sa suite bureautique Open Office, ainsi que la plateforme de développement Java. IBM et Google ont annoncé l’intégration prochaine de leurs technologies respectives de recherche pour ordinateurs corporatifs. Des rumeurs persistances affirment que Google se pencherait également sur le marché du Système d'Exploitation.

    Recherche et développement, Google a conclu un accord avec la Nasa afin de pour construire un centre de recherches commun sur une ancienne base militaire de la Silicon Valley (Californie), non loin de Mountain View, siège la société. Une collaboration sur le secteur de pointe des nanotechnologies (technologies de l'infiniment petit) alliées à celles de l'information et à la recherche de données. Un partenariat qui laisse entrevoir d'énormes potentialités.

    .

     

    Une seule conclusion s'impose : affaire à suivre ...

    Comme chacun peut s'en rendre compte, l'avance technologique de Google ne réside plus uniquement dans la pertinence de son moteur de recherche ou dans sa capacité à déployer des applications "on line" intuitives tournant à toute vitesse. Une avance qui repose sur la formidable capacité de cette entreprise à explorer des pistes de travail innombrables reposant sur les postulats de la convergence, de la miniaturisation et du nomadisme étendant du même coup les champs du possible à des horizons autrefois inaccessibles ...

    Un risque sérieux à signaler toutefois, le croisement des informations individuelles et personnelles disponibles sur chaque internaute.

    Un avantage commecial déterminant qui pourrait prendre des proportions insoupconnées, car si l'on y prend garde trés peu de choses risqueront d'échapper à Google ...

     

    Big Google is watching you !

     

     

    Notes précédentes sur Google :

    Google, No limit : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/11/01/google-no-limit.html

    Google, puissance 80 : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/21/google-puissance-80.html

  • Sous le couvre feu ... la plage ...

    medium_visuel.jpg

    J'aime penser que la lune est là même si je ne la regarde pas.

    Albert Einstein

     

    Trentième anniversaire du Conservatoire du Littoral : http://www.conservatoire-du-littoral.fr/

     

  • De l’art de manier le « karcher » avec discernement

    Quelques rappels s'imposent : Bien évidemment il est inacceptable d'agresser les pompiers, les forces de l'ordre, les agents de la fonction publique ou des sociétés de transport qui effectuent un travail essentiel à la vie de tous, il est intolérable de brûler des voitures ou des bus, de dégrader les biens ou les équipements publics, les écoles ...

    Bien sur qu'il faut insister sur l'importance de la laïcité, fondement essentiel s'il en est de notre société et valeur majeure à transmettre à tous ceux qui vivent dans notre pays quelque soit leur origine ou leur religion. 

    Mais il faut rappeler également que le rôle du Ministre de l'Intérieur est de lutter contre l'insécurité, non de la provoquer, qu’il est là pour défendre les forces de l’ordre, non pour les mettre dans des situations inextricables et compliquer leur mission délicate sur un terrain difficile.

     

     

    Des dangers de la « Com » à outrance

    L’insécurité et la peur sont depuis toujours le fond de commerce de l’extrême droite : les mots employés, les attitudes provocatrices, la tendance à stigmatiser certaines catégories de la population, les solutions guerrières et simplistes … Force est de constater que l’attitude de Nicolas Sarkozy porte à confusion. Avec ses déclarations contre les «voyous» et la «racaille», "les quartiers qu'il faudrait nettoyer au Kärcher», ses interventions musclées sur le terrain, le Ministre de l’intérieur loin de rétablir l'ordre dans les quartiers, attise chaque fois un peu plus la violence urbaine et se met sur le même terrain que ceux qu'il défie. C'est ainsi qu'une nuit de désordre urbain s'est propagée jusqu'à devenir une affaire d'Etat, suivie par les télés et la presse du monde entier s’interrogeant sur les raisons de l’échec du modèle français.

     

    L’obsession qu'à Nicolas Sarkozy de faire de sa vie quotidienne un show permanent et de rendre médiatique chaque moment de sa vie privée (cf « l’affaire » Cécilia) ou publique a de quoi laisser perplexe. Cette mise en scène devient plus que discutable lorsque les malheurs et drames d’autrui sont exploités sans vergogne afin de se mettre sous les feux des projecteurs ou de servir d'instrument de propagande.

    Il n'est plus admissible que derrière le Ministre de l’Intérieur (fonction importante s'il en est), se trouve un Président de Conseil Général (Les Hauts de Seine), un Président de parti politique (l’UMP) doublé d'un candidat en pré-campagne présidentielle . Activité principale avant de remplir ses missions ministérielles ? Se démarquer de ses collègues du gouvernement.

    Si l’efficacité est l’objectif d’un homme politique en situation de responsabilité, il se doit avant de communiquer à outrance, de travailler concrètement au quotidien et de laisser de coté la politique-spectacle. Le zapping n’a jamais été une méthode pour traiter le fond des dossiers.

     

    Ni de gauche, ni de droite, seulement responsable

    Le malaise des banlieues ne date pas d’aujourd’hui. Le débat entre la Gauche et la Droite sur l'insécurité a eu lieu, un équilibre enfin trouvé (comme souvent un « mixt » entre deux positions) et désormais la paix publique marche sur deux jambes : la prévention et la répression.

    C’est sur ce constat qu’en 1997, la «police de proximité» a été instauré par Jean-Pierre Chevènement. Une réforme qui n’a pas été une révolution culturelle de la seule Police, puisqu’elle s'est accompagnée d’une implication sans précédent des élus et des acteurs de terrain locaux et institutionnels (Education nationale, Justice …) à travers la démarche des Contrats Locaux de Sécurité. J’en parle avec aise car j’ai travaillé sur ces questions pour ma commune et au niveau intercommunal.

    J'insiste sur l’importance d’une concertation de tous les acteurs du terrain, d’un réel pilotage des dispositifs, de la dotation de moyens humains et logistiques, de la mise en place d’indicateurs de suivi,  mais surtout de la nécessité absolue d’avoir du temps, de la sérénité et de la constance pour arriver à des résultats concrets.

    Ce n'est pas en trois ou quatre annés que l'on effface plus de quarante ans d'abandon et que l'on assimile deux cultures qui n'ont jamais été des caractéristiques dominantes de la société française : celle de la concertation et celle de l'évaluation

    Nicolas Sarkozy a enterré le concept de Police de proximité en février 2003 à Toulouse. Constat : depuis le 1er janvier 2005, plus de 28 000 voitures et près de 17 500 poubelles ont été incendiées dans le pays, près de 5 760 dégradations de mobilier urbain, 442 affrontements entre bandes et 3 832 faits de violence contre les services de sécurité ou de secours ont été signalés (sans compter ceux de ce week end), pour quelqu'un qui se prétend adepte de la culture du résultat, ce bilan devrait amener à plus de modestie.

    Une situation dénoncée par les syndicats de police qui s’élevent contre la baisse du nombre de policiers dans les banlieues et l’abandon de la police de proximité tout en regrettant les propos de leur ministre : « Il faut arrêter de monter en vrille les jeunes des quartiers. Il va falloir calmer le jeu. Car le risque majeur, c'est que les violences se propagent. C'est trop facile d'aller exciter les jeunes et après d'aller se coucher ».

     

    De l’humilité, du temps, de la détermination et des moyens

    Les cités sont le point de rencontre des multiples contradictions de notre société contemporaine (urbanisme, intégration, éducation, emploi...). La France n'est pas le seul pays occidental confronté au problème banlieue / ghettos, loin s’en faut; plus la société est inégalitaire, plus les problèmes deviennent aiguës et la violence présente.

    Ces violences urbaines sont le fait, pour l’instant, d’une minorité de jeunes casseurs et concernent les lieux où eux et leurs familles vivent, ce qui est désespérant. Ces actes sont intolérables mais révélent un mal-être exprimé depuis des années que ce soit dans la rue, leurs cités, la musique (violence de certains morceaux de rap), le Ciné ( La Haine de Kassovitz en 1995 et le film du cinéaste meldois Jean-François Richet « Ma 6-T va Krak-er » en 1997).

    En 1990 François Miterrand écrivait : "Que peut espérer un être jeune qui naît dans un quartier sans âme, qui vit dans un immeuble laid, entouré d'autres laideurs, de murs gris sur un paysage gris pour une vie grise, avec tout autour une société qui préfère détourner le regard et n'intervient que lorsqu'il faut se fâcher, interdire ?". Force est de constater que depuis rien n'a changé !

     

    Le pacte républicain impose trois choses :  

    • rétablir l'ordre sans sombrer dans le tout répressif et relancer la Police de proximité avec les moyens afférents, sinon d'autres dérapages sont à craindre . Rappelons tout de même que les jeunes concernés sont nos élèves de collèges et de lycées,
    • ne pas abandonner les cités de banlieue et leurs jeunes à leur triste sort et laisser ainsi la place à un communautarisme maffieux ou religieux qui y ferait régner son ordre et ses "règles" de vie. Le terreau deviendrait alors favorable aux manipulations et aux récupérations de toutes sortes,
    • s’appuyer sur l’action des acteurs locaux et institutionnels placés en première ligne (élus, médiateurs, fonctionnaires, policiers de proximité, enseignants (voir note sur les ZEP) … ), ce sont eux avant tout qui font vivre au quotidien le pacte républicain. C'est leur action qu’il faut appuyer en leur donnant les moyens de remplir leurs missions et de faire de ces jeunes des citoyens (droits et devoirs) à part entière de la Cité (au sens étymologique),

    Les Maires de droite des villes de banlieues ont beau jeu de dénoncer au niveau national la flambée des impôts locaux, de faire de la baisse de l’ISF, de l’impôt sur le revenu des catégories les plus aisés et du nombre de fonctionnaires l’Alpha et l’Omega d’une bonne gouvernance alors que dans le même temps, au niveau local, ils demandent avec raison, des moyens financiers exceptionnels pour faire tomber les tours, rebâtir un habitat mieux intégré, mettre en place des Zones Franches, avoir plus de policiers, créer du lien social et mener à bien une politique d’intégration. L'impôt et la solidarité nationale servent aussi à cela ... Une vraie péréquation peut être également une piste de travail, il ne serait pas inconvenant qu'Issy les Moulineaux ou Neuilly financent Sevran et d'autres villes ...

     

    Il est urgent de passer à une nouvelle étape, afin de résoudre une à une et peu à peu les multiples contradictions qui traversent les banlieues. Ces affrontements sont avant tout les conséquences d'un mal vivre récurrent. Dans le même temps, sans démagogie, mais avec fermeté, conviction et constance il faut mener les politiques de terrain qui permettront à l'ensemble des élus (de gauche et de droite) d’offrir de réelles perspectives à la jeunesse des banlieues afin d'utiliser cette formidable énergie qu'est la jeunesse et d'éviter qu'elle ne tombe du coté obscur de la force (cf note précédente).

     

    Les jeunes pour un pays sont avant tout une chance avant que d’être un problème. Une société n'a telle pas la jeunesse qu’elle mérite ?

     

     

    Note sur les ZEP :

     http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/17/zone-d’education-prioritaire-qu’en-est-il-reellement.html

             
  • De la guerre des étoiles à la guerre des banlieues

     La peur de perdre ce que l’on possède mène au côté obscur de la Force

     

    Yoda
    (Star Wars épisode III )

  • Impressions sur Riou

    Durant  la semaine de Toussaint, j'ai plongé sur l’archipel de Riou (situé au Sud de Marseille), ce court séjour m’a permis de constater sur place les progrès réalisés depuis 20 ans dans la protection de l’environnement ...

     

    Depuis juillet 1992, l'archipel de Riou est la propriété du Conservatoire de l'Espace Littoral et des Rivages Lacustres, situé sur le territoire de la ville de Marseille, dans le 8eme arrondissement et dans le site classé des calanques (à l'instar de Morgiou et Sormiou), il offre à ses visiteurs un paysage minéral spectaculaire découpé de falaises vertigineuses. La diversité de sa faune et de sa flore est exceptionnelle, ses îles jouent un rôle capital dans la reproduction de nombreuses familles d'oiseaux marins de la rade phocéenne. Deux dangers perturbent cependant cette belle harmonie : la présence de populations animales introduites par l’homme (rats et lapins) et la fréquentation de ces lieux enchanteurs par les plaisanciers.

    La faune et la flore sous marine de l'archipel sont d’une diversité et d’une richesse rare; certains de ses sites sont quasi mythiques (Impériaux , Grand Conglue …) dans le petit monde de la plongée sous marine et ont marqué et façonnés des générations de plongeurs.  La profondeur (plus de 60 mètres), l'atmosphère, l'ambiance, la luminosité, l'intensité des bleus y règnant, la richesse de la faune et de la flore, les tombants de gorgones rouges interminables, la diversité du relief sous marin avec la présence de nombreuses grottes, arches et tunnels font de ces plongées des moments exceptionnels et inoubliables

    Autre satisfaction et non des moindres, lors de nos plongées, nous avons rencontré, dès dix mètres de profondeur, des mérous, des langoustes et du corail en fleurs à profusion, rencontres encore impossible dans cette zone il y a seulement une quinzaine d'années.

     

    En défense de l'environnement, il n'y a pas de fatalité mais ...

    Le Conservatoire du Littoral qui gère désormais l'archipel constitue une véritable chance pour la défense du patrimoine naturel et met un terme aux spéculations immobilières qui ont dénaturé trop de "bords de mer" et confisqués une partie du patrimoine naturel national au profit de quelques privilégiés fortunés. Natif de Hyéres , je ne peux que regretter la création tardive d'une telle structure qui aurait permis de sauver du béton des centaines de kilomètres de rivages magnifiques. Nous devons demeurer extrêmement vigilant sur toute limitation (textes, moyens financiers et juridiques) de l'action et du rôle de ce type de structures qui sont d'une importance vitale pour la défense de notre patrimoine naturel.

     

    Dans les premiers films et livres de Cousteau (« Le Monde du Silence » notamment) le corail et les mérous étaient les victimes expiatoires toutes désignés des "hommes grenouilles". Au fil des voyages, des films, des rencontres, le message du Capitaine de la Calypso s’est transformé en une défense exigeante et passionnée de l'écosystème sous marin. La popularité de Cousteau, notamment, a facilité une prise de conscience générale  avec l'installation de stations d’épuration, l'élaboration de schémas d’assainissement, l'éducation des pratiquants de chasse (il n’y a pas ici de guerre de la palombe) et de plongée sous marine, l'arrêt de pratiques néfastes telle le pillage du corail. Minéral par son squelette, végétal par son allure, animal en réalité, il a toujours été associé à l'histoire de la Méditerranée et fascine les hommes depuis les temps préhistoriques. La légende rapporte que c'est Persée qui en tranchant la tête de la Gorgone sur un lit d'algues marines rapidement recouvertes du sang coulant transforma ces algues pétrifiées en corail rouge. Dans l'antiquité "l'or rouge" s'échangeait contre l'ambre de la mer du Nord, au Moyen Âge il était considéré à la fois comme un talisman contre le mauvais sort et comme un médicament (en poudre), puis il a été jusqu'à aujourd'hui beaucoup utilisé en bijouterie. Trop souvent les colonies de corail ont été victimes des "homo palminus" et tels des trophés exhibés dans les vitrines ou les aquariums des plongeurs du monde entier, une mode désormais dépassée. Dorénavant, ces même plongeurs peuvent admirer à la lueur des torches, dès les dix mètres de profondeur à peine, la beauté exceptionnelle de parois garnies de corail incandescent qui fleurissent et les ramener sous forme de fichiers photos numériques.

     

    Ce séjour m'a permis de découvrir des îles sauvages préservées et un coté de la ville de Marseille que je ne soupçonnais pas. Je comprends mieux depuis l'oeuvre d'Izzo et son attachement à la cité Phocéenne; comme quoi, à Marseille  il n'y a a pas que la Cannebière ou l'OM, même si l'on apprécie l'un et l'autre !

    Autre enseignement, exportable celui là, en matière de défense de l’environnement, s'il n’y a pas de fatalité, il faut cependant un savant cocktail de détermination, de moyens humains et financiers, de courage politique, de sens de la communication et de pédagogie pour permettre aux générations futures de s'épanouir sur la planète bleue ...

     

    Alors autant commencer tôt ...

     

     

    Liens utiles

    Conservatoire du Littoral : http://www.conservatoire-du-littoral.fr/

    Site de l'organisateur de la croisière plongée : http://www.revatua.com

     

  • Google ... "No Limit"

    Sur la toile mondiale 75 % des requêtes sont traitées par Google, dont l'action est passée de 85 dollars en août 2004 à plus de 372 dollars fin octobre, cette société est tout sauf une entreprise philanthropique surtout lorsque l'on sait que désormais en France la part publicitaire de l'Internet dépasse celle du cinéma.

    A l’instar des autres moteurs de recherche Google propose aux annonceurs d'apparaître sur des sites en fonction des requêtes exprimés par les internautes. A l’origine de cette réussite, deux modules complémentaires et indissociables : Ad Sens et Ad word qui sont loin d'être ses seules armes ...

     

    Ad sens et Adwords, les 2 font la paire

    AdSens (https://www.google.com/adsense/) permet aux différents concepteur de sites Web d’afficher des annonces commerciales sur leurs pages et de gagner ainsi de l’argent. Un plus déterminant qui explique un tel succès : des liens commerciaux qui ont du "sens", les annonces étant en rapport direct avec les recherches des visiteurs ou correspondant à leurs centres d’intérêts. Google diffuse ainsi des annonces pertinentes et mieux acceptées par les visiteurs, dans des emplacvements réservés qu'elle met en concurrence au sein d’un système d'enchères de mots-clés dont le prix varie en fonction de l'offre et de la demande, et ce grâce au module complémentaire Adwords.

    Ad words (https://adwords.google.com/select/) constitue le plus grand programme de publicité par mots-clés au monde. Idée géniale, il est basé sur une tarification au coût par clic (CPC) : l’annonceur ne paie que lorsqu’un internaute clique sur son annonce. Grâce à cette approche par mots-clefs ciblés un annonceur peut mettre en avant sa valeur ajoutée et marquer ainsi sa différence avec la concurrence. Avantage essentiel, cette approche permet de contacter des prospects ciblés qui recherche des informations en relation avec les mots-clefs sélectionnés et de générer ainsi un trafic hautement qualifié. Une véritable révolution dans le marketing qui se déplace « de l’inconnu au connaissable » grâce à la constitution d’une quasi «base de données des intentions » des internautes et qui constitue pour la société américaine un vrai filon...

     

    Google, acteur global ?

    Chaque internaute à partir de son ordinateur, bientôt de son téléphone et d’un accès internet surfe, achète, se déplace, échange du courrier électronique … Google grâce aux divers services proposés le fidélise en lui facilitant la vie : recherche d'information, actualités personnalisées, traitement des photos prises, recherche d’itinéraires, messagerie instantanée, blogs, accés Wi Fi, une liste qui n'est pas exhaustive, sur laquelle nous reviendrons un jour ou l'autre et qui constitue une vraie galaxie d'outils ou de services trés divers et pour certains révolutionnaires. Une fidélité qui permet à Google de ne plus rien ignorer de ses visiteurs ... 

    Mais la "quête" de Google ne s’arrête pas aux seules annonces publicitaires; son ambition est « d’organiser l’information du monde et de la rendre universellement accessible et utile. » quel que soit le contenu numérique, le type de documents recherchés (texte, image, vidéo, son...) ou le support avec l'arrivée probable de moteurs de recherche pour téléphones portables.

    Un appétit qui ne connaît pas de limites, puisque la société de Mountain View s’attaque à Microsoft en débauchant certains de ses meilleurs éléments, a renforcé son staff avec l’arrivée de Vinton Cerf lui même (voir note précédente : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/21/google-puissance-80.html) et aborde le champ des contenus avec l’objectif de bâtir la Très Grande Bibliothèque Numérique mondiale  ("Google Library Project"), en attendant d'autres contenus numériques, sans nul doute et plus encore lorsque l'on sait que désormais dans la téléphonie l'heure est au Triple Play ( offre combinée internet haut débit / téléphone illimitée / télé par ADSL.

    Pour Google les champs du possible paraissent infinis ... La frontière entre opérateur, diffuseur, fournisseur de contenus est de plus en plus ténue et Google met tout en oeuvre pour devenir un des acteurs incontournables et majeur d'un marché prometteur. La réaction de Microsoft, menacé, qui se rapproche d'AOL, est symptomatique et montre que la lutte sera féroce !