Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'explosion de "la Halotte" (1)

Il y a dix jours avec l’AVIMEJ ( Association d’Aide aux Victimes) nous avons réunit les victimes de l’explosion de "la Halotte" pour faire le point sur ce dossier avant son passage au tribunal en septembre. Avec deux objectif majeurs : Expliquer la suite de la procédure judiciaire, éclairer les victimes sur la possibilité de se constituer partie civile. L'occasion de revenir sur cette affaire qui a fait couler beaucoup d'encre à son époque ...

 

La Halotte est le nom d’une zone d’activités, implantée à Trilport, ayant placé ma commune sous le feu des médias en octobre 2002, suite à une explosion au bilan dramatique : deux morts, plus de 130 habitations touchées, six entreprises arrêtées, une cinquantaine de salariés au chômage technique durant de nombreuses semaines ...

 

Dans cette première note, quelques impressions relatives aux premières heures d'un évènement qui a profondément marqué ma vision du rôle d'élu local …

 

 

Mercredi 22 octobre, 22h20  … de retour d’une réunion municipale (Commission Scolaire), l'esprit libéré, je pensais déjà à mon départ en vacances le lendemain matin.

Soudain, une énorme déflagration … J'ai tout de suite pensé à un avion s'écrasant au sol non loin de chez nous  … C’est dire la violence de l’impact … Quelques secondes après, coup de fil : « ça brûle du coté de Recticel, c'est grave ». L’usine Recticel, implantée sur la commune depuis de très nombreuses années possède entre autres la caractéristique d’être classée Sevezo, seul bas.

 

Je m’y suis précipité aussitôt, l'usine étant situé à deux, voir trois kilomètres de mon domicile. En fait, "l'incident" ne provenait pas de Recticel,  mais d'un peu plus loin, de la Halotte, une zone d'activités où sont implantées des entreprises pourtant à priori sans risques. Je suis arrivé en même temps que le premier véhicule de pompiers, soit à peu prés 15 minutes après la déflagration.

Vision dantesque, flammes ,bruit assourdissant ponctué d'explosions soudaines, provenant des voitures du garage Peugeot qui s'embrasaient et explosaient à tour de rôle ...

Peu à peu les véhicules de secours et de police nous ont rejoint et le secteur rapidement bouclé afin d'interdire son accés aux riverains affolés et aux badauds. Aprés une rapide prise de contact avec les services de secours et la police, je me suis rendu dans les quartiers proches du sinistre, où l'effet de souffle avait laissé sa trace : toitures endommagée, fenêtres et verrières détruites. La violence de l'explosion avait été impressionnante ...

Une trés grande solidarité entre les riverrains s'est manifestée, les pompiers et les agents municipaux présents ont pu aider les victimes afin de mettre hors d'eau les toitures des maisons une à une, entre autres tâches urgentes à effectuer : informer et accueillir les entrepreneurs sinistrés, retrouver les plans des réseaux de  la Zone d’activité (nous craignons pour les canalisations de gaz), afin de prévenir tout risque éventuel pour les pompiers. Michel Vallier, Maire de la commune à cette époque, absent, c'était au Premier Adjoint que j'étais d'assurer sur place.

Allers retours incessants entre Mairie, où nous avions installé une cellule de veille (permanence téléphonique & accueil ...), quartiers sinistrés et site de la Halotte, afin de donner aux secours les informations techniques et les plans des réseaux collectés, de rencontrer les entrepreneurs et de tenter de répondre à une seule question, lancinante : y avait t'il des personnes dans les locaux des entreprises en flamme ?

Sur le coup d'une heure du matin, nous avons appris la découverte de deux corps inanimés ... A trois ou quatre heure du matin et avec la journée du lendemain qui se profilait, retour à la maison. Je savais déjà que nous n'allions pas partir en vacances de si tôt ...

 

Le lendemain matin, devant l’ampleur de la catastrophe, nous avons constitué une «cellule de crise» rassemblant élus, responsables des services municipaux et partenaires extérieurs. Deux publics sinistrés aux problématiques différentes à aider : administrés et entreprises. Au fil des heures, cette cellule s'est renforcée : l’AVIMEJ (association d’aide aux victimes), la Chambre de commerce et d’Industrie nous délèguant un de ses collaborateurs, Seine et Marne Développement, l'agence de développement économique du Département mais également la PJ de Versailles afin de coordonner les dépôts de plaintes et les différents constats.

 

J'ai piloté avec ma Directrice Générale des Services, l'ensemble du dispositif. Nos objectifs étaient simples : être réactif, concentrer et coordonner les différents dispositifs d’assistance, appréhender en temps réel les priorités du terrain, mettre en place au plus vite des services concrets auprès des sinistrés (particuliers et entreprises) et ceux dés les premières minutes, voilà, la feuille de route était toute tracée.

Nous avons mis l'ensemble de la logistique municipale au service des administrés. Les secteurs sinistrés étaient hors d'eau en fin de matinée mais les dégâts impressionnants; l'explosion s'étaient fait entendre à des dizaines de kilomètre et l'effet de souffle enregistré d'une violence extrême.

Nous avons réquisitionné l'Espace Multiservices de la Mairie (lieu d'accueil équipé de moyens informatiques et d'un accés à Internet) qui n'aura jamais aussi bien porté son nom, afin d'y installer un circuit administratif simplifié pour les sinistrés concernant l'ensemble des différentes formalités à vaccomplir, y compris une cellule de conseil juridique, financier et psychologique ...

Concernant les entreprises, d'autres impératifs étaient à prendre en compte : gardiennage, recherche de locaux provisoires pour un redémarrage d'activités rapide (six usines sur sept étaient entièrement détruites), collecte d’aides financières auprès des administrations, de l’Etat, de la Région et du Département.

Autre paramètre dont nous devions tenir compte également, la fièvre médiatique ... Tous les types de médias affluaient : presse écrite, radios, télés ... La nouvelle de l'explosion s'étant répandue comme une trainée de poudre, l'effet AZF trés certainement ...

 

Au matin, la Halotte était devenu un véritable champ de bataille aprés un bombardement : tôles enchevetrées, voitures calcinés. Cette explosion aurait eu lieu en plein jour, cela aurait été un vrai carnage ! Heureusement que personne ne travaillait ce soir là dans les usines.

Les personnes présentes sur le sinistre (policiers, pompiers, experts) étaient tous choqués de l'étendue des dégâts. Les badauds et les journalistes, en nombre important, contenus au loin derrière un cordon de sécurité.

 

Un coup de fil soudain de la Préfecture nous signalant l’arrivée prochaine de trois ministres sur le lieu du sinistre : Jean François Coppé, Nicole Fontaine, Roselyne Bachelot a un tout petit peu compliqué l'affaire.

 

(suite dans la prochaine note ...)

 

Les commentaires sont fermés.