Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Te recuerdo Salvado !

medium_logo1.jpg

Chaque 2eme samedi de septembre, la communauté chilienne du Pays de Meaux commemore les victimes du 11 septembre 1973. Une cérémonie, moins médiatique que celle d'un autre 11 septembre mais tout aussi émouvante, qui se déroule devant la stèle érigée en l'honneur du Président Allende, en présence des membres de la communauté chilienne, des élus et des représentants des partis de gauche.

Un moment de recueillement et de retrouvailles attendu de beaucoup et particulièrement important à mes yeux ...

 

 

Non seulement du fait que la tragédie chilienne et l'assassinat d'Allende ont déclenché une prise de conscience politique durant mes années lycées (à Pierre de Coubertin, au rythme des chants des Quilapayun et de Victor Jara ...) mais surtout parceque cette cérémonie constitue pour le petit fils de républicain espagnol que je suis, un moment de souvenir et d'émotion trés particulier :

Similitudes entre la tragédie chilienne et celle vécue par mes parents et grands parents. Dans les deux situations,  présence d'un général félon, répression et dictature sanglante (combien de morts du fait de Pinochet et de Kissinger ?), implication d'une autre nation, l'Allemagne nazie pour l'Espagne, l'Amérique de Nixon pour le Chili, et surtout exil ...

Sentiment profond de gratitude envers cette magnifique terre d'accueil et de Liberté qu'est depuis toujours la France, ce si beau pays. Un sens de l'accueil auquel je suis viscéralement attaché et qui constitue une de ses caractéristiques fondamentales et historiques.

Espérance également, avec il y a quelques mois l'arrivée au pouvoir de la socialiste Michelle Bachelet (fille d'un ministre du gouvernement Allende).
Les paroles prononcées par le Président Chilien lors de son dernier discours, peu de temps avant son assassinat sur les marches du palais Présidentiel prennent dés lors une résonnance toute particulière. 

Continuez à penser que s’ouvriront bientôt, beaucoup plus tôt que tard, les grandes avenues où passera l’homme libre pour construire un monde meilleur.

Salvador Allende. 21 septembre 1973

Commentaires

  • "...l'assassinat d'Allende..."

    Faux. Allende s'est suicidé (cfr les témoignages de ses gardes du corps et de son médecin personnel, présents sur les lieux).
    Et puisque l'on veut faire un travail de mémoire, rappelons qu'après la Cour Suprême du Chili - qui, le 26 mai 1973, avait adressé une énième protestation contre les violations sans cesse répétées par l'exécutif des décisions de justice des tribunaux (Allende y répondra en déclarant qu'en période de révolution, c'était au pouvoir politique de décider de l'opportunité de l'application des décisions judiciaires) -, le parlement, le 23 août 1973, dans une résolution, approuvée à 81 voix contre 47, après le rappel des innombrables violations constitutionnelles et légales du gouvernement Allende, demande aux autorités et aux FORCES ARMÉES de mettre fin immédiatement aux situations de fait dont ils étaient fait mention.

    http://www.josepinera.com/pag/pag_tex_quiebredemoc.htm

  • S'il est vrai que les conditions de la mort d'Allende sont contreversées, les chars et les obus qui s'abattaient sur "La Moneda" n'étaient ni factices, ni en cartons.

    Pinochet était donc un libérateur ? Les familles des milliers de victimes de sa dictature, apprécieront.

    Décidemment, le révisionnisme chez certains à encore la peau dure ...

  • "S'il est vrai que les conditions de la mort d'Allende sont contreversées..."

    Absolument pas, même sa fille déclare qu'Allende s'est suicidé.


    "Pinochet était donc un libérateur ?"

    Malheureusement pour les Chiliens, il s'est trouvé qu'en 1973, la majorité d'entre eux a préféré faire appel à l'armée plutôt que de subir l'instauration d'une dictature socialiste par une minorité.


    "...le révisionnisme chez certains à encore la peau dure ..."

    Évitons de dire n'importe quoi. Les faits historiques sont là : le 23 août 1973, près des deux tiers des représentants du peuple chilien firent appel à l'armée pour mettre fin immédiatement aux agissement illégaux et anticonstitutionnels du gouvernement Allende.

Les commentaires sont fermés.