Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une inauguration attendue

medium_clsh_peit_prince2.jpgJ'ai eu le plaisir vendredi dernier d'inaugurer le Centre de Loisirs Sans Hébergement "Le Petit Prince", en présence de Vincent Eble, Président du Conseil Général et de Monsieur Barbier, Président de la Caisse d'Allocations Familiales.
Cette inauguration qui se déroulait juste 16 mois aprés la signature du Contrat de partenariat avec le Département (Contrat Contact) concrétise le travail accompli ces derniers mois : concertation, définition des besoins, choix des projets, recherche de financement, suivi des dossiers, et réalisation de ce chantier dans des délais records.
L'année 2006 marque une inflexion majeure de ce mandat; outre cet équipement, nous avons mené à terme la restauration du clocher de l’Eglise, la réalisation de la Place de l’Eglise, et finalisons deux gros dossiers : la construction d'un réfectoire et d'un accueil péri scolaire et la rénovation complète du gymnase municipal. Deux caractéristiques majeures pour l'ensemble : les contributions financières du Département ou de la Région et la démarche environnementale, nous y reviendrons dans une prochaine note.

Si le centre de Loisirs inauguré n'est pas encore tout à fait terminé, du fait de la difficulté pour les entreprises de tenir leur planning de travail et de problèmes techniques rencontrées sur le terrain lors du terrassement, l'inauguration du jour récompense le travail de tous (élus, collaborateurs, services municipaux, architectes et professionnels) et souligne l'importance de la contribution financière du Conseil Général et la Caisse des Allocations Familiales ...

Une aide qui ne s'arrête pas là, loin s'en faut ...

 

 

 

medium_clsh_peit_prince_1.jpg

La CAF, un partenaire essentiel

La contribution de la Caisse d'Allocation Familiales, est à l'origine même de cet équipement. Si l'investissement est toujours plus spectaculaire que le fonctionnement, force est de constater que c'est le partenariat commun bâti autour notamment du Contrat Temps Libre, depuis 1999, qui a contribué à lancer, puis à développer notre secteur Jeunesse.
Ce contrat constitue une aide au fonctionnement indispensable désormais pour Trilport. Il nous a permis de mettre en place progressivement puis de développer, une politique jeunesse digne de ce nom. Nos structures accueillent un nombre croissant de jeunes Trilportais de 4 à plus de 18 ans ...
Le travail éducatif accompli depuis des années, de grande qualité, nous permet aujourd’hui de posséder un savoir faire reconnu et des structures rares pour une commune de notre taille. D’autres dispositifs ont suivis, avec des partenaires tel l’Education Nationale, la Direction Départementale Jeunesse et Sports ou la Mission Ville et ont permis de renforcer cette action, notamment dans les écoles et auprés des jeunes en difficulté.

2006, représente un tournant pour notre commune dans le domaine de la Jeunesse et ne se limite pas à cette seule inauguration. Nous avons en effet accompli la municipalisation du Centre de Loisirs, créé un guichet unique pour les différentes prestations jeunesse et périscolaire, introduit le paiement par Carte Bleue, finalisons la mise au point de la facture unique et la liste n’est pas close. Comme quoi, nous n’agissons pas que sur la pierre !

 

Vous avez dit subventions ?

Notre partenariat avec le Département est développé autour du Contrat CONT.AC.T, politique contractuelle originale par sa  souplesse, trés appréciée des communes. Ce dispositif, à partir d'un projet de développement validé par l'assemblée Départementale dote la commune d'une enveloppe financière proportionnelle à sa population (pour Trilport prés de 500 000 euros) sur une période de 5 ans maximum. Chaque année, un Comité de suivi valide les opérations à réaliser.
Nous menons ce partenariat en parallèle avec un Contrat Régional, basé lui sur une logique financière toute différente, nous aurons le temps d'y revenir prochainement. C'est en fonction des subventions obtenues qu'a été élaboré notre plan de financement prévisionnel, car pour chaque opération, nous recherchons le meilleur mixt possible afin de limiter au maximum le passage à l'emprunt pour la commune ...

Exemple, ce Centre de Loisirs :
Le cout prévisionnel estimé par l'architecte, se montait à 585 000 euros HT. La part du département s'élevant à 92 000 euros au titre du CONT.AC.T et celle de la CAF estimée à plus de 200 000 euros; soit prés de 60% du total.
Malheureusement, le résultat final, n'est pas conforme à ces prévisions. Plusieurs raisons à cela : mauvaise estimation de l'architecte (surcout de 20% dés la levée des enveloppes), problème technique rencontré sur le terrain, difficultés financière de la CAF obligée de revoir à la baisse sa participation ...
A l'arrivée cette réalisation atteindra plus de 750 000 euros et les subventions obtenues ne permettront de financer que le tiers de l'investissement à peu prés; malheusement les subventions sont attribuées d'aprés les couts prévisionnels. Point de catastrophe budgétaire cependant à l'arrivée car nous tenons notre budget, mais la situation est quelquefois tendue !

Une occasion d'insister une fois de plus, sur la nécessité pour nos communes d'accéder à de tels partenariats. Ils nous permettent d’avoir la capacité financière de réaliser des projets dont l’unique ambition est de répondre aux besoins légitimes de nos concitoyens afin de leur offrir un minimum de perspective ….
Sans l'intervention des collectivités territoriales partenaires (Département et Région) nos budgets n’y suffiraient pas ! Car aujourd’hui, l’Etat, ce que je regrette, est de moins en moins présent financièrement auprès de nous; en terme de Dotation Globale d'Equipement, sa participation aux investissements réalisés, il est même de plus en plus souvent absent !

Nicole Bricq, Sénatrice de Seine et Marne, lors de son propos, l'a rappelé : tout à un cout. Ce centre de Loisirs a pu être réalisé grâce au pacte républicain : participation Départementale financée par les impôts locaux et celle de la CAF, financé par la protection sociale; ce qui est un juste retour des choses.

 

Dans une prochaine note, je présenterais la démarche environnementale conduite lors de cette réalisation

 

Les commentaires sont fermés.