Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gros temps pour les Moldus ?

4d12e1ec5f2e29a96c7a404e41544fd0.jpg Retour sur un évènement qui s’est déroulé il y a tout juste quelques jours, samedi 21 juillet, la sortie du 7ème tome des aventures de Harry Potter : " Harry Potter and the Deathly Hallows"  (Harry Potter et les reliques de la mort), ou la conclusion d’une  saga qui depuis 1997 passionne jeunes et moins jeunes du monde entier.

Une sortie réellement planétaire préparée avec le plus grand soin et une certaine paranoïa par les éditeurs, voulant éviter toute fuite avant l’heure fatidique. Il est vrai que le buzz autour de la disparition de certains personnages centraux de la saga suscitait beaucoup d’attente et d’interrogations des millions de lecteurs désirant connaitre le sort fait à leurs personnages favoris.

L’œuvre monumentale de JK Rowling n’a pas d’équivalent dans la littéraure mondiale. C’est tout d’abord un vrai conte de fée, celui de son auteur, maman anglaise divorcée, sans emploi,  vivant d'allocations chez sa soeur rédigeant un roman basé sur le parcours initiatique d'un apprenti sorcier qu'elle n’arrive pas à publier …  Au bout d’un an de démarches et aprés une douzaine de refus, elle réussit à signer un contrat avec un éditeur Londonien, la maison Bloomsbury, pour " Harry Potter and the Philosopher's Stone " (Harry Potter à l'école des sorciers), publié en juin 1997  à 1.000 exemplaires seulement !
Depuis, la saga de Harry Potter est devenu le plus grand phénomène économique de l'histoire de la littérature :  plus de 325 millions d'exemplaires vendus dans le monde (pour les 6 premiers tomes), des traductions en 65 langues dans 200 pays, quatre adaptation réalisées au Cinéma qui ont déjà rapporté 2,6 milliards d'euros de recettes à la Warner Bros, auquels il faut ajouter les revenus des innombrables produits dérivés générant des dizaines de milliards d'euros de bénéfices. En 2006, Joanne Kathleen Rowling est devenue milliardaire et c'est une des plus importantes fortunes du Royaume Unie ... Un vrai conte de fée !

Alors que penser d'un tel succès ?
L'audience planétaire de l'apprenti sorcier est elle une nouvelle manifestation de la domination du domaine culturel "impérialiste" anglo saxon, des lois du marché et d'une pensée unique ?

Pas nécessairement, les racines de cette réussite sont peut être beaucoup plus profondes et c’est bien là tout l’intérêt de ce qui est devenu 'un vrai phénomène de société  …

 

aaf0dc06f856df3594794d71fb1f530c.jpg

Effet de mode, certainement mais pas seulement, loin s'en faut !

Cela fait déjà 10 ans que ce phénomène d’édition passione la planète, relayée il est vrai par une politique marketing des plus efficaces amplifiée par les sorties successives des films issus de la saga … Mais rappelons cependant qu’en France, le premier opus sorti chez Gallimard en 1998 a dépassé en quelques mois la barre des 100.000 exemplaires vendus, du jamais vu pour un livre jeunesse, succès qui ne s'est jamais démentie depuis !

Un engouement vérifié dans les 200 pays où le livre a été publié, une réussite planétaire qui rappelle indiscutablement celle de StarWar dont le succès est tout sauf le fruit du hasard.
Georges Lucas (le créateur de StarWar) comme son ami Spielberg, autre faiseur de légendes avait étudié de prés les théories de Joseph Campbell, un professeur américain ayant beaucoup travaillé sur l’étude des mythes. Ils l'auraient eu même comme professeur !
Cq;pbell a développé une nouvelle approche de l’étude des religions basée sur la recherche d’une théorie unificatrice : l’ensemble des  différentes religions (orientales,  occidentales) répondraient aux mêmes questions essentielles, en suivant des archétypes similaires. Une théorie dont les fondements reposent sur une étude très poussée des différentes civilisations qu’elles soient orientales , américaines, africaines ou occidentales  (citons notamment les travaux de Mircea Elliade)

Il  a notamment analysé le rôle du héros dans les différentes mythologies , basées sur la théorie du voyage initiatique. Le héros répond  à un  «appel à l'aventure» , quitte son environnement, combat un  «gardien du seuil», premier obstacle de son voyage  (la plupart du temps avec l'aide d'un mentor), accède ensuite grâce à sa victoire à une autre dimension où il subit une série d’épreuves qui lui permettront d'accomplir sa quête émancipatrice (là sans l’aide de son mentor), avant de retourner chez lui complètement transformé …
Pour Campbell tous les héros mythiques suivent un parcours contenant au moins une partie de ce schéma et obéissant à certains ressorts psychologiques fondamentaux reposant sur des conflits souvent intérieurs. Car le conflit joue un rôle central, le héros doit en arriver à bout, et ce faisant il en sort transformé ainsi que sa destinée (même s’il peut y avoir plusieurs héros). Une lutte souvent intérieure entre l’égo et la «personnalité » du héros dont l’issue peut être heureuse ou mené à la tragédie. Nous ne sommes plus loin d’une phrase fétiche de Sartre : l’identité est une trajectoire …

Une logique à laquelle répond totalement l’épopée de Harry Potter, et qui apporte un autre éclairage sur les raisons de son succès planétaire. Il ne s’agit pas ici de « standardisation » et de victoire d’un modèle unique anglo saxon imposé à tous mais plutôt de la réussite d’une histoire obéissant à des archétypes universels  basés sur  un inconscient collectif partagé  et qui explique qu’objets magiques, créatures fantastiques, sortilèges, potions, plantes magiques , bref l’univers cher à Harry Porter "parlent" à tous quelque soit le continent ou la religion …

On trouvera également  et plus simplement trois autres qualités majeures à l’œuvre de J.K Rowling :

Le retour de la force de l’imaginaire. Les jeunes de 2007 tremblent de nouveau devant des histoires de fées, de dragons et de sorciers qui ont fait vibrer des générations d’enfants, s’endormant au rythme des « Il était une fois … »

Le goût à la lecture, puisque ce sont sept volumes et la description d’un univers complet qui composent la saga des Harry Potter

Et de manière plus anecdotique, pour la France, le développement de l’anglais. C’est plus de 200 000 livres qui ont été  édités dans notre pays en  version originale !

 

La morale de l'histoire ? Elle a été écrite par J. K. Rowling

"Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment. »

 

Le moldus est une personne ne possédant pas de pouvoirs magiquesm ce qui est malheureusement mon cas

Les commentaires sont fermés.