Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Conf'des decideurs locaux

    f3eea55b5cb78450ca22da452a16a258.jpg

    J’ai participé aux 17eme rencontres financières des décideurs locaux, une conférence sur les finances locales organisée par Dexia, établissement bancaire spécialisé dans les collectivités locales et le secteur public qui se déroulait sur le site prestigieux du grand amphi de la Sorbonne.

    Un lieu en pleine effervescence, vu l’importance du cordon policier présent autour du bâtiment et des mesures de sécurité prises. Procédures en relation directe, trés certainement avec le mouvement des étudiants sur l’autonomie des universités et la place qu'y prennent notamment les financements privés.

    Dans ce contexte, force est de constater que la Sorbonne possède un avantage concurrentiel important sur d'autres universités :  l’attrait suscité par cette vieille dame de 750 ans, auprès des communicants de tout bord qui y organisent de nombreuses manifestations de prestige :  émission de télé, débat de société, tournages de films …  mais également défilés de mode, reprenant au passage une ancienne tradition initiée par Lanvin en 1920 !

    Incontestablement cet endroit a du sens, en terme de communication du moins …

    Au menu de la conférence, outre l’intervention du Directeur Général de Dexia, celle de deux économistes renommés (Anton Brender et Jean Paul Fitoussi (Président de l’OFCE) centrée autour des dommages collatéraux causés par la crise des "sub primes" américaine aux finances européennes, une table ronde consacrée aux dernières propositions sur les finances locales émises par les trois associations d’élus les plus représentatives …

    Une matinée chargée s’il en est …

     

     

    Lire la suite

  • Trilport, témoin de l'histoire

    c9cd3f346ac5e3bc314c00f64cb13670.jpg

    La réédition du livre de Michele Bardon  « Trilport, témoin de l’histoire », a donné lieu à une belle cérémonie. Particulier, ce livre l'est par bien des aspects; il n’est pas si banal pour une petite ville comme la notre de posséder une telle mine d’informations sur son passé.
    Avec son ouvrage, Michele Bardon (cf note précédente ) poursuit l'oeuvre entamée par son père. Il faut beacuoup d'énergie pour collecter cette somme d'informations éparses, éparpillées dans le grand maelstrom du temps et les labyrinthes des archives. Son travail, son talent et sa plume alerte permettent aux Trilportais d'aujourd'hui, de découvrir le passé de leur ville, de ses grands comme de ses petits évènements.

    Je suis heureux d’avoir contribué à ce que les travaux de cette grande dame de la « petite histoire » soient connus du plus grand nombre et ne reste pas lettre morte, ce qui pour un livre, reconnaissons le, est plus que dommageable. Les bonnes volontés rassemblées (notamment avec les sociétés historiques locales de Meaux et Provins) ont permis de constituer le tour de table financier qui explique qu'un ouvrage de prés de 800 pages, avec des photos et une couverture quadri soit vendu seulement 15 euros.

    Il est essentiel à l’heure d’Internet, du zapping et de l’instantané, de saisir tout le poids du passé, et de prendre le temps de la réflexion. Un élu qui aime son territoire et dispose de la dose d’humilité minimale, le sait … Les leçons de l’histoire se conjuguent au présent, souvent au futur et quelquefois au conditionnel .
    C’est le sens de l’engagement de Christian de Bartillat, à qui je veux rendre hommage et sans qui nous aurions eu beaucoup plus de mal à boucler ce projet.  Cet homme de passion, de valeurs et de fidélité, a choisi il y a 25 ans d’implanter dans un village voisin, Etrépilly, une société d’édition dénommée « Les Presses du Village ».  Le choix de cet érudit, dirigeant de grandes maisons d’édition ( le Seuil, les Presses de la cité) loin des canapés et des petits fours des milieux intellectuels parisiens en a surpris plus d’un. C'était un choix du cœur,  qui s’est révélé au fil du temps précurseur … Le Développement Durable c’est aussi cela !

    Avec sa société d’édition, il a contribué plus que quiconque à faire revivre l'histoire de cette région, mais également à permettre à de nombreux historiens animés d'une passion commune à la faire partager. Plus que jamais, je pense qu’il n’y a pas de petite histoire ou de grande histoire, il y a l’histoire ... il n’y a pas non plus de petites gens sans importance, mais des hommes et des femmes qui passent , s’épanouissent et marquent parfois leur passage ici bas, d’une empreinte fugitive ou monumentale, qui peut surgir soudain au détour d’un quartier...

    C'est également ce qu'écrit avec ses mots, Michelle Bardon :

     « Peut-être faut-il savoir, par delà le temps, retrouver la présence des amis disparus, avoir savouré la douceur qui inonde de sa paix champs et bois aux derniers rayons du soleil vespéral, la joie des matins de Pâques, fleuris d'oiseaux et d'arbres fruitiers, lorsque se répondent dans le ciel d'un bleu très pur, tous les clochers d'alentour,. les murmures bruissant du silence de la forêt, les jeux du vent dans les mais et dans les blés, la sérénité altière de la Marne ou encore, après la pluie, les pleurs des roses des jardins, peut-être faut il avoir goûté la quiétude de ces lieux pour s y attacher profondément et en apprécier la beauté toute simple?

     

    Intervention  de Mlle Bardon ...

    Lire la suite

  • Il fait danser les étoiles, à présent ...

    082f61462fe2ec7357826180f7df0fd8.jpg
     

    L'art, c'est le plus court chemin

    de l'homme à l'homme.


    André Malraux

     

     

     
     

    Lire la suite

  • SDRIF, attention au mélange des genres !


    324d98ec22b15c8977a1118dde5bc35d.gifJusqu'au 8 décembre, le Schéma Directeur Régional de l'Ile de France (ou SDRIF) est soumis à l'enquête publique. Celle ci se déroule dans un climat pour le moins passionné,  depuis l’intervention de Nicolas Sarkozy le 26 juin dernier à Roissy …

    Rarement texte d'urbanisme aura fait couler autant d'encre ... Rappelons que le SDRIF est un document d'urbanisme qui organise le territoire régional d'ici 2030 de façon harmonieuse, durable et solidaire ("s'il te plait dessine moi une belle région "...). Il donne les grandes orientations d'aménagement pour les prochaines années ...
    Depuis 50 ans, les Schémas Directeurs qui se sont succédés ont incontestablement structuré l'Ile de France d'aujourd'hui : villes nouvelles, RER, autoroutes, La Défense ...

    Jusqu'en 1994, si c'est l'Etat qui officiait, désormais les lois de décentralisation ont confié cette compétence et lourde responsabilité à la Région. Cette dernière a lancé la procédure, en privilégiant une concertation poussée avec les divers acteurs du territoire.

    Mais l’intervention de Nicolas Sarkozy a donné le départ d’une offensive généralisée contre le projet régional … Précisons que l’actuel Président de la République, ancien Maire de Neuilly sur Seine et Président du Conseil Général des Hauts de Seine, possède un point de vue très particulier sur l’Ile de France. Une situation similaire à celle du temps ou Charles Pasqua, à l’époque Président du Conseil général des Hauts de Seine s'était opposé avec succés aux propositions de Michel Rocard sur l’aménagement de notre région ("Touche pas au grisbi !").
    Une position suivie à l’époque sans l'ombre d'une hésitation par l’ancienne majorité départementale votant comme un seul homme dans la nuit pour l'ordre venue de l'Ouest. Moralité, les déséquilibres entre l’Ouest (emploi, recettes, richesse) et l’Est (habitants, dépenses, charges) se sont accentuées  

    Il est instructif de revenir, sur les critiques des élus de Droite, surtout départementaux afin de les analyser à l’aune de la réalité du contexte régional actuel et des orientations prises lors du « Grenelle de l’Environnement », défendues désormais par Jean Louis Borloo (équilibre transport en commun / routes).

    Bien évidemment si certains points du SDRIF sont à améliorer (et pourquoi pas ?), il est important de se positionner en fonction, non de sa couleur politique mais des enjeux et des faiblesses d'un territoire que nous connaissons bien et qui est avant tout une terre de contrastes. Eventuellement, rien n'empêche ces opposants de souligner également les points forts du texte (oui il en a !) et bien évidemment leurs propositions  ...

    Lorsque je lis certaines critiques émises, notamment par des élus départementaux UMP de Seine et Marne, je suis surpris, à croire que nous ne vivons pas dans le même endroit !

    Décidemment certains ne sont plus à une contradiction prés !

     

     

    Lire la suite

  • La Halotte, la fin ... au prochain épisode !

    cb3c2a8447b5f2cc2a41af19180f3017.jpgLe 9 novembre dernier la Cour d'appel de Paris a rendu son verdict sur le dossier de la Halotte (cf notes précédentes). Un arrêt qui modifie singulièrement la donne sur cette affaire.

     Aucune charge n'a été retenu contre le plombier, la cour d'appel revenant ainsi sur le jugement rendu en première instance. A contrario, l'entrepreneur est jugé seul et unique responsable de l'explosion,au niveau de la juridiction civile (à lui le remboursement intégral des dommages et intérêts) et pénal car il écope d'une peine d'emprisonnement de deux ans avec sursis.

     Bien évidemment, ne commentant pas la chose jugée, je m'abstiendrais de tout commentaire sur ce dossier. Fin de partie pour autant ?


    Non, le feuilleton judiciaire se poursuit ... Nous venons de recevoir un courrier de l'avocat de l'entrepreneur qui nous informe que ce dernier a inscrit au Greffe de la Cour d'Appel de Paris, un pourvoi en cassation ...

    Autrement dit, ce n'est pas encore demain que la Mairie sera remboursée des 2 397,67 euros qu'elle a demandé pour remboursement du préjudice subit (pretium doloris)  !

    Rappelons au passage que cette explosion s'est déroulée il y a déjà plus de 5 ans ...

     Aucun commentaire avons nous dit ?

  • Histoire d'eau

  • Grenelle de l'Environnement ... Chiche !

    ebd7f4c423a5f1969bb6fa45f71db5f9.jpgLe Grenelle de l’Environnement s’est terminé sur un satisfecit quasi général et ce n’est pas moi qui m’en plaindrait !

    Pardon d’évoquer quelques souvenirs personnels, style vieux combattant, mais tant pis !
    Lorsqu’en 2002, j'ai incité l'équipe municipale à se lancer dans le Développement Durable, à partir des partenariats contractés avec la Région et le Département, nous apparaissions aux yeux des élus voisins sinon comme des "indiens", du moins comme des originaux  … En 2003 et 2004, au moment de l'élaboration de nos projets H.Q.E, nous devenions selon les uns des "pionniers", et les autres des "dépensiers" et nous en étions encore à l'explication de l'intérêt du concept de Haute Qualité Environnementale,  y compris auprés d'élus de tout premier ordre, qui nous écoutaient poliment mais sans plus. Lorsqu’en 2005, Trilport a lancé son Agenda 21, nous faisions carrément sourire (une mesure "gadget" !), un an aprés nous en étions toujours à l'explication de texte concernant cette démarche (voir note )  …
    Aujourd'hui nos premières réalisations sont incontestablement dans l'air du temps, font parler d'elle, quelquefois malgré nous (cf note sur l'eau, et ronds dans l'eau)  et nombre de villes voisines nous regardent désormais d'un tout autre oeil, certaines allant même jusqu'à suivre cette même voie !

     Au niveau national, le Grenelle de l’Environnement marque également une inflexion forte dans la prise de conscience collective des français en direction du Développement Durable. Saluons le travail effectué par les cinq collèges (Etat, ONG, salariés, employeurs, collectivités territoriales) composant le tour de table tant dans les groupes de travail de l'été, que dans les séances plénières de l'automne. Un sccès à mettre également au crédit des ONG, vu la place décisive qu’elles y ont pris, notons pour l’anecdote qu’aucune n’a claqué la porte !

    Pour la première fois dans notre pays, et c’est là l'essentiel, l’Environnement est traité globalement et non de manière sectorielle et éclatée, l’enjeu est bien à ce niveau. Il est temps que les formations politiques recoivent le message 5 sur 5, revoient leurs fondamentaux et placent au cœur de leur projet de société les questions environnementales comme les problématiques qu’elles induisent.

    La France réagit enfin à ce qui constitue un réel bouleversement copernicien : le réchauffement climatique et ses conséquences … Vu notre retard dans ce domaine, le triomphalisme n'est pas de mise, nos élus seraient bien inspirés de ne pas vouloir donner de leçon à la planère entière mais au contraire faire preuve d'humilité (qualité faisant parfois défaut aux français ...) et retrousser les manches ...Car tout reste à faire !

     Une fois les sunlights des médias éteints, que restera t’il de ce Grenelle ?Au-delà des mots et des images, le plus dur reste à accomplir, notamment en matière de financement, d'arbitrages et de mise en oeuvre.N'oublions pas que les décisions nécessitant des choix décisifs et des décisions concrètes ne seront prises qu'aprés les élections locakes de Mars 2008.

    Comme quoi, le maître mot pour résumer l'aprés Grenelle est bien : Vigilance ...

     

     

    Lire la suite

  • "Dangerous reef", Saint John, Mer Rouge

    a79fc39be8c7ada84952be245f6f2dfa.jpg
     

     La mer est aussi profonde
    dans le calme que dans la tempête.


     John Donne