Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Eclairer juste et durablement

    c436119a629074459f7c02a414472a1d.jpgIl y a quelques semaines des Lycéens Meldois sont venus m'interroger sur un sujet pour le moins inattendu : la "pollution lumineuse". Cet interview faisait suite au reportage que la revue Astronomie Magazine (voir Documents) a consacré à ma commune et à notre action dans ce domaine.
    La discussion avec ces lycéens m'offre l'opportunité de faire le point sur ce sujet, jamais abordé encore sur ce blog, et pourtant  trés représentatif du Développement Durable.

    Rappelons que l'éclairage représente en moyenne 18% de la consommation d'électricité d'une ville, 23% de sa facture et que chaque année c'est un million de tonnne de CO2 qui sont libérés dans l'atmosphère par l'éclairage public.
    Au regard de l'innovation technologique, trés dynamique dans ce domaine, une commune est donc certaine de réaliser des économies substancielles en renouvellant son parc de luminaires (surtout lampes, luminaires et opriques) et d'agir pour la planète ! Ce qui représente de gros investissement en perspective (rien que pour Trilport nous avons plus de 650 lampadaires) et nécessite dans la majorité des cas, une rénovation du parc progressive.
    C'est ce que nous faisons depuis 2002 en profitant des progrés réalisés; résultat, chaque année, nous éclairons mieux et plus en consommant moins !


    S'il est important pour un élu de se battre afin de réaliser des économies d'éclairage substancielles, il doit dans le même temps assurer à ses habitants pour des raisons de sécurité évidentes une visibilité satisfaisante la nuit, mettre en valeur ses monuments et illuminer sa ville lors des fêtes de fin d'année ... Paradoxal ? Pas tout à fait ...


    Autre point, la diminution de consommation d'énergie, n'est pas le seul argument environnemental, loin s'en faut ! Intervenir sur l'éclairage public revient à influer sur toute une gamme de thématiques liées au Développement Durable, y compris philosophique, c'est dire ...

     

    Alors qu'écrire sur la pollution lumineuse   ?

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • La ligne de partage des eaux

    dfc6f442ccf17b0e49950f8c9e39f5ce.jpgJe suis candidat aux prochaines municipales. Si pour certains élus, depuis de nombreuses semaines sinon quelques mois, la campagne a commencé, pour la grande majorité des soutiers de la démocratie de proximité dont je suis, ce n’est pas le cas. La vie d’une collectivité est tout, sauf celle d'un long fleuve tranquille et ne peut subir sans préjudice une longue période de campagnes municipales, avec ces inévitables dommages collatéraux : non décision, floue, surenchères ...
    La dernière présidence de Chirac a été à ce titre exemplaire et hallucinante, une paralysie de notre pays qui a duré des années ! Nos communes ne méritent pas cela et n'en ont surtout pas les moyens !

    J'ai jugé préférable de mettre à profit les ultimes semaines de l’année 2007, pour boucler  les derniers dossiers importants, sur lesquels nous travaillons depuis des mois , plutôt que m'éparpiller et battre le pavé, Situation qui explique également le ralentissement de mon activité sur ce blog depuis quelques temps, les journées ne faisant que 24 heures !

    Désormais le Maire de plein exercice va laisser peu à peu la place au candidat, l'heure de la schizophrénie institutionnelle est arrivée ! Autre métaphore appropriée, celle de la "ligne de partage des eaux"...  Ce qui pour ma commune (riveraine de la Marne) est en plus tout à fait indiqué.Pourquoi une telle métaphore se demandent certains ?
    Parceque d'un coup tout bascule pour un élu, il se doit d'être vigilant et de travailler dans la nuance : l'action menée n'est plus une action d'intérêt général mais peut être considérée comme initiative politique, ainsi que la moindre communicatrion faite à ses concitoyens, le sourire quotidien aux autres ou la poignée de main, perçue non plus comme un geste de civilité, d'écoute et de respect mais comme une invitation sinon au voyage, du moins au suffrage ...
    Sur cette thématique, la mue qui a métamorphosé certains citoyens-candidats est sur ce point éloquente ... Une ville pour laquelle jusque là ils ne s'impliquaient guère devient brusquement l'objet unique de leur désir, ils découvrent même l'intérêt et la saveur de certaines valeurs humaines (altruisme, écoute ...) qu'ils avaient trés certainement, mais jusque là enfouis au plus profond d'eux mêmes, miracles de la politique ... 

     

    Constat sans concession, la période n’engendre guère à l’optimisme. Mes permanences d'élu depuis des mois reflètent ce climat. La société est inquiète, anxiogène, éparpillée, divisée, fragilisée, fracturée … Ce n’est pas seulement de pouvoir d’achat dont il est question, mais de protection sociale, du travail qui se précarise, de repères qui se désagrègent, de sens de la vie et de confiance en demain  ...Les politiques nationaux doivent le comprendre, derrière le strass et les paillettes de certains, se cachent le stress et les problèmes du plus grand nombre.

    Les soucis de nos concitoyens sont à des années lumières des sujets proposés par les télénovelas quotidienne du 20 heures , ils appellent cela "journal d’informations", qui limite l’horizon et l'histoire quotidienne de notre pays, aux petites histoires de dirigeants n'ayant surtout en tête que leur égo.  Lorsque l’homme politique singe la rock star, c’est le monde à l’envers ! Gesticulations  secouant quasiment toutes les formations politiques: petites phrases, chamailleries, croc en jambe ...La politique nationale n'élève plus, mais donne plutôt l'impression de réduire, de rabaisser !

     

    Alors, pourquoi partir pour un nouveau mandat ?

     

     

    Lire la suite

  • SDRIF, la contribution de Trilport

    9ff7f2ef8e3902f3549c467d185a2432.jpg

    L’enquête publique sur le SDRIF s’est achevée le 8 décembre (cf note précédente). Rappelons que les remarques remises au Commissaire Enquêteur seront examinées par une commission d´enquête indépendante qui rendra au printemps prochain ses conclusions au Président du Conseil Régional, des remarques qui peuvent donc influer le texte d’origine !

    Vu l’importance du document, il m’a semblé indispensable d’aborder ce sujet au Conseil Municipal; tant pour des considérations locales, notre secteur était à plus d'un titre concerné (déviation, transport en commun), que pour débattre du fond et des grandes orientations du SDRIF  :

    - Combattre le déséquilibre territorial entre les zones d’habitat situées globalement à l’Est et les zones d’activités situés à Paris ou à l’Ouest, ce qui a d’importantes conséquences pour les franciliens de l'Est (temps et conditions de transport), pour leurs communes au niveau financier (taxe professionnelle) et plus globalement au niveau environnemental (pollution...).

    - Donner la priorité à l'amélioration de l'offre de transport en commun en grande couronne et de banlieue à banlieue, du fait des carences actuelles dues au manque d’investissement des vingt dernières années tant dans l’infrastructure que dans le parc roulant,

    - Agir contre la crise du logement due au manque d’offre, notamment en logement aidé à la flambée du prix de l’immobilier (ce qui est rare est cher !). Une situation qui incite beaucoup de franciliens à vivre dans des secteurs éloignés, moins bien desservis en transport en commun, en infrastructures, ce qui a pour autre conséquence une consommation d’espace naturel ou agricole excessive,

    - Et plus globalement, lutter contre le réchauffement climatique, ce qui nous impose de remettre en cause un certain mode de développement et des choix antérieurs,

     
    Considérant que le rôle d'une assemblée d'élus au moment de l'enquête publique, ne se limitait pas à être une simple chambre d’enregistrement, nous en avons profité pour émettre certaines demandes, mais qui ne s'adresse pas qu'à la Région, loin s'en faut ...

     

    Lire la suite

  • www.telethon.fr

    244d4b558d4af9803ed890320e11f202.jpg
       
     
     
      Une vie ne vaut rien, mais

    rien ne vaut une vie.

     

    André Malraux

    Les conquérants


     
  • Gare SNCF ... Ce sera bientôt moins pire !

    b0051710ec41ba0c80430ddb7417c396.jpgJ'avais vivement réagi l'an dernier sur ce blog devant les problèmes rencontrés à la gare de Trilport : fermeture partielle le week end envisagées par la SNCF, mesures de restriction de personnel, dégradation des conditions d'accueil  (réparations ou aménagements non réalisés notamment ...cf note précédente ).
    Nous avions mené alors plusieurs initiatives afin de combattre cette dégradation manifeste du service public : classiques (courriers, motion en Conseil, pétition, rencontres avec  divers responsables de l'entreprise, intervention auprés des médias ...) ou plus personnelles (entrevue avec Mme Idrac, Directrice Générale de la SNCF au Salon des Maires et interventions auprés de Jean Paul Huchon, Président du Syndicat des Transport Franciliens) ...
    Cette mobilisation nous avait permis d'obtenir des mesures minimum et de revenir à une situation "standard", grandement insatisfaisante par ailleurs (cf note précédente).
    Nos efforts semblent cependant porter leurs fruits (aprés une période de gestation et de maturation comme pour tout bon fruit qui se respecte), avec les mesures annoncées cpar l'entreprise de transport, le STIF et la Région. J'avais préféré ne pas trop en parler auparavant vu la situation compliquée des transports des dernières semaines.


    Trois vagues de mesures concernent  directement les usagers de la gare : augmentation de la fréquence des trains (dés la semaine prochaine), programme d'aménagements de la gare et des quais pour 2008 .

    Avant de les détailler, si ces améliorations ne changent pas radicalement la donne, elles vont incontestablement dans le bon sens ! Je tiens à préciser que pour moi, elles ne constituent qu'un premier pas, je ne peux m'en satisfaire ...
    Même si cela peut surprendre, j'en conviens, je me garderais de tout triomphalisme au regard de ce qui reste à obtenir !

    Car la route est encore longue et le chemin parsemé d'embuches avant que nous ayons des liaisons quotidiennes dignes de ce nom. Encore faut il arrêter toute démagogie en ce domaine (Y'a qu'à, faut qu'on ...), et ne pas avoir la mémoire courte; la situation actuelle n'est que la conséquence de l'absence d'investissements des 20 dernières années, autant 'en souvenir, afin de ne pas faire deux fois la même erreur ! 

    Donnons nous les moyens de changer réellement la donne, en assumant notamment le cout du changement et son financement. C'est ce que fait pour l'instant le STIF, depuis que Jean Paul Huchon en est Président, et tant mieux au regard du retard que nous avons à combler !


    Car rappelons une bonne fois pour toute que des infrastructures de transport en commun performantes sont un avantage économique comparé et font du bien à la planète !

    C'est une des conclusions du Grenelle de l'Environnement, non ?

     

     

     

     

    Lire la suite