Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bénef SNCF : qui se moque de qui ?

    1273992186.jpgEn 2007, la SNCF  a fait des bénéfices, qui  s’en plaindra ?  D’autant que pour une première, c'est une réussite, car ce résultat est tout sauf symbolique, il représente tout de même plus d’un milliard d’euros dégagé essentiellement de l’activité TGV.

    Pourtant cet évènement heureux a fait couler beaucoup d'encre et suscité pas mal de réaction en provenance des utilisateurs avertis ou des Régions,  pourquoi ?

    Tout simplement parceque son actionnaire principal, l'Etat, a jugé bon de s'octroyer un dividende de 130 millions d’euros !

    Pour les associations d'usagers ce versement "suscite l’inquiétude car, manifestement, l’Etat sous-estime l’ampleur de l’effort financier qui est nécessaire pour mieux répondre aux exigences de service public". La  SNCF peut affecter "une partie de son résultat 40%) à l'infrastructure ferroviaire" (principalement à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France), ces millions auraient pu utilsement servir à améliorer les conditions de transports ou d'accueil des usagers (cf les notes précédentes sur le sujet).

    Une décision qui peut également aux yeux des régions apparaitre comme une véritable provocation … D’autant que cette manne risque fort de se tarir au plus vite car résultant des profits réalisées sur la seule branche excédentaire : le TGV !  Un bénéfice tout à fait conjoncturel, qui ne tient pas compte du nécessaire renouvellement du parc et de l'augmentation prévisible des redevances demandées par RFF à la SNCF ... 

    Examinons avec un peu plus de détails, une situation qui est tout, sauf simple, et convenons qu'effectivement l'Etat ne s'honore pas en agissant de la sorte, et que ce n'est pas avec de telles méthodes qu'il comblera le tonneau des Danaïdes (et pourquoi pas dadaï des?)  qu'est devenu le Budget national  !

     

     

    Lire la suite

  • Où l'on reparle des agrocarburants

    351552771.jpg

    Peter Brabeck, futur ex-patron de Nestlé (premier groupe alimentaire mondial) a fait sensation dans un interview donné ce week end portant sur le développement des agro carburants."Si l'on veut couvrir 20% du besoin croissant en produits pétroliers avec des biocarburants, comme cela est prévu, il n'y aura plus rien à manger",

    Il va même beaucoup plus loin dans son analyse, abordant de manière directe la responsabilité sociale des gouvernements et en remettant en cause les incitations fiscales apportés par certains états (dont le notre) ou la communauté européenne pour développer cette filière : "Accorder d'énormes subventions pour les produire est inacceptable moralement et irresponsable", qualifiant même ce type d'aide de "non sens politique".

    Il rappelle que les millions de tonnes de maïs consacrées aux biocarburants sont autant en moins pour le secteur alimentaire et que cette demande nouvelle et croissante entraine des hausses de prix importantes du maïs, soja et blé, une dénonciation qu'il avait déjà effectué l'an dernier dans un interview donné au Financial Times, finalement assez prédictif. Soulignant que cette filière nécessite de plus en plus de terres cultivables et occasionnant directement une importante déforestation. enfin il enfonce le clou précisant que la ressource eau, elle même est également  menacée par ce type de culture (un litre de bioéthanol nécessitant 4.000 litres d'eau).

    Même si chacun doit prendre de telles déclarations avec un certain recul, ce dirigeant défend avant tout les intérêts économiques de son secteur d’activités et de son entreprise, de tels propos donnent un nouveau relief à des critiques de plus en plus nombreuses sur le développement de la filière de l'agro carburant. Critiques et position soutenue dans ce blog et qui jusque là aller à contre courant d'un mode de pensée encore dominant, notamment dans un département céréalier comme celui de la Seine et Marne.

     

    Allons un peu plus loin dans l'analyse pour savoir si Peter Brabeck a raison de parler de "non sens politique" ? 

     

    Lire la suite

  • Nous avons gardé une Seine et Marne d'avance !

    1156413876.jpgSoyons clair : l'information la plus importante à mes yeux et que nous gardons une « Seine et Marne d’avance » , tant mieux pour mes concitoyens ! La majorité de gauche conduite par Vincent Eblé sort confortée de ce second tour des cantonales,  malgré une droite seine et marnaise revancharde qui a tout fait pour reprendre un  département qu’elle considère toujours comme sa propriété privée.

    Sur le canton de  Meaux Sud, nous avons été battu. Je veux d'abord remercier chaleureusement les électeurs qui nous ont accordé leurs suffrages et leur confiance, prés de 4 000 tout de même (sur 8 955 exprimés), ce qui n’a pas suffit, car à l'arrivée plus de 1000 voix nous sépare du candidat UMP Jean François Pariggi. Mais c'était une élection à trois tours : ma commune, Trilport (nous atteignons prés de 61% des voix), le canton (voir ci aprés) et le département au décompte final des gains et des pertes des uns et des autres. 

    LE PS détenait ce canton depuis 1976 et la victoire de Michel Vallier, qui a été 32 ans durant son fidèle et exemplaire Conseiller Général. Nous savions que le challenge du fait surtout de la proximité du scrutin avec les municipales était difficile. Ce contexte a carrément brouillé chez beaucoup d'électeurs les enjeux du vote et sa spécificité "départementale", d’autant que l’ UMP s’est bien gardée tout au long de cette campagne d’aborder concrètement son projet pour la Seine et Marne, limitant son propos au seul canton de Meaux Sud (et à titre plus anecdotique du Pays de Meaux) et un argumentaire sur l'imposition des plus caricaturaux (voir note précédente) ...
    Mais qui au final pourrait jouer des tours à ses auteurs.

    Du fait assez mécaniquement, les tendances enregistrées lors du scrutin des municipales ont influé celui des cantonales. Un contexte politique qui risquait d'influer le résultat final en cas de mauvaise performance des listes de gauche locales, d'autant qu'il fallait intégrer le « poids » du vote des quartiers de la ville Centre : Meaux.

    C'est ce qui s'est effectivement déroulée ...

    Lire la suite

  • 1898 - 2008 : le dernier des mohicans

    1288878948.jpg
     
     

    La guerre n'est pas une aventure.

    La guerre est une maladie.

    Comme le typhus.

     

    Antoine de Saint-Exupéry

    Extrait de Pilote de guerre

  • Gardons une Seine et Marne d'avance

    481186961.jpgDimanche 16 mars, dans le canton de Meaux Sud, les électeurs se déplaceront de nouveau pour voter. Pourtant me diront certains les élections municipales ont rendu leur verdict dés le 9 mars dans les 10 communes de ce canton , mais ce second tour est uniquement consacré aux élections cantonales. Ce qui est une bonne chose, car ce scrutin a trop été jusque là, à l'arrière plan des municipales, il est pourtant de première importante pour le quotidien de chacun, au regard du rôle joué désormais par le département. C'est la raison principale de ma candidature au Conseil général.

    La question du maintien du département a été remis au premier plan avec le rapport Attali. J'avoue ma réserve,  il y a quelque années encore sur l'utilité de ce maintien, l'action du Conseil général, notamment en Seine et Marne, m'apparaissait alors pour le moins décalée de la réalité et des besoins concrets des seine et marnais. Trois évènements m'ont cependant fait changer d'opinion :

        * les conséquences des lois Raffarin et les nouvelles compétences attribuées aux départements, même s'il faut insister sur le manque de moyens financiers correspondants délivrés par l'Etat,

        * l'action de la nouvelle majorité départementale animée par Vincent Eblé depuis avril 2004. En écrivant cela, je ne suis pas dans la posture d’un militant ou d ‘un fan, je m’en expliquerais plus loin,

        * ma perception comme Maire, des difficultés actuelles de mes concitoyens et du  retard considérable de notre pays sur certaines problématiques liées au handicap, à l'action sur le troisième êge ou au logement notamment ...

     

    C'est pourquoi, j'ai la conviction qu'il faut absolument se mobiliser et s'impliquer pour  "Garder une Seine et Marne d'avance" !

     

    Lire la suite

  • 9 mars 2008, 20h15 ...

    815200025.jpg
     
     
     

    Ecouter, c'est pourtant tout ce qu'il y a de mieux pour bien entendre.

    Pierre-Augustin Caron Beaumarchais

     
     
     
    Résultats définitifs des élections municipales de Trilport : Liste conduite par Jean Michel Morer : 1 265 voix (56,37%), Liste conduite par S. Chimot : 531 voix (23,66%) ass. UMP, liste conduite par Yves Levrey : 448 voix (19,96%) Divers Droite