Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le chaos est orphelin

1189594719.jpg
 
 

Predictability: Does the Flap of a Butterfly's Wings in Brazil Set off a Tornado in Texas? »

 

(ou Prédictibilité : le battement d'ailes d'un papillon au Brésil provoque-t-il une tornade au Texas ? )

 

 

Edward Lorenz

Père de la théorie du chaos (23/05/1917 – 16/04/2008)

Commentaires

  • Attention la métaphore de Lorenz est souvent interprétée à tort de façon causale : ce serait le battement d'aile du papillon qui déclencherait la tempête. Il n'en est rien ;
    Lorenz a précisé sa pensée : « De crainte que le seul fait de demander, suivant le titre de cet article, "un battement d'aile de papillon au Brésil peut-il déclencher une tornade au Texas ?", fasse douter de mon sérieux, sans même parler d'une réponse affirmative, je mettrai cette question en perspective en avançant les deux propositions suivantes :
    * Si un seul battement d'ailes d'un papillon peut avoir pour effet le déclenchement d'une tornade, alors, il en va ainsi également de tous les battements précédents et subséquents de ses ailes, comme de ceux de millions d'autres papillons, pour ne pas mentionner les activités d'innombrables créatures plus puissantes, en particulier de notre propre espèce.
    * Si le battement d'ailes d'un papillon peut déclencher une tornade, il peut aussi l'empêcher. ».

    la « théorie du chaos », avait déjà été formulée, d’abord par James Clerk Maxwell (1831-1879), puis par Henri Poincaré (1854-1912), ces deux chercheurs émettant l’hypothèse que les théories prévisionnistes avaient leurs limites, car elles ne prenaient pas en compte les variations initiales.
    Avec Lorenz, le terme de « théorie du chaos » réapparaît , on découvre alors deux résultats étonnants :
    * Le chaos possède une sorte de signature
    * Il peut conduire lui-même à des phénomènes stables. On parle alors d’émergence.
    Dans l’exemple de Lorenz, un météorologue ne penserait pas forcément à prendre en compte les variations du courant d’air provoquées par le battement d’aile d’un papillon. Son idée de « non infaillibilité du système prévisionnel », théorisé sous la forme de « l’effet papillon », rappelle qu’il existe au moins une différence entre le déterminé et le déterminable.

    l’Effet Papillon sert de métaphore dans la vie quotidienne. Les futurologues considèrent peu à peu que les transformations sociales seront de plus en plus liées à quelques actions individuelles plutôt qu’à des phénomènes de masse. Ceci parce que deux conditions essentielles à l’émergence de l’effet papillon sont à présent réunies :
    * D’une part, la circulation de l’information est devenue plus rapide et plus dense entre les différents acteurs de la société et les diverses parties du monde. Des évènements auparavant isolés, peuvent maintenant être reliés très rapidement. Cela favorise la transmission et l’amplification des changements.
    * D’autre part, puisque nous redéfinissons plus vite nos normes et des valeurs en matière de travail, d’économie, mais aussi de vie sociale et de rapports entre États, une infime modification peut transformer en profondeur la carte des échanges.
    Ces éléments ne mettent pas pour autant le pouvoir de changer le monde à portée de chacun, mais font s’éloigner la vision d’un sens de l'histoire . L’effet papillon ne fait pas partie des choses sur lesquelles on puisse compter systématiquement, mais la possibilité existe toujours de l’inattendu au milieu des phénomènes les plus ordonnés .
    Ce qu’en bons sens (prés de chez nous), on appelle : « petites causes, grands effets »
    Ou par la maxime de Benjamin Franklin :
    « À cause du clou, le fer fut perdu,
    À cause du fer, le cheval fut perdu.
    À cause du cheval, le cavalier fut perdu.
    À cause du cavalier, la bataille fut perdue.
    À cause de la bataille, la guerre fut perdue.
    À cause de la guerre, la liberté fut perdue.
    Tout cela pour un simple clou »

    Pour en savoir plus
    http://www.tribunes.com/tribune/alliage/22/witk.htm

Les commentaires sont fermés.