Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour une Laïcité ... républicaine !

file_351775_350479.jpgL’accueil réservé par le Président de la république au Très Saint Père (TSP), après la controverse suscitée par ses discours de Latran et de Ryad a remis au premier plan le débat sur la laïcité. Le pape Benoit XVI (B16) a pris position, personne ne s’en étonne,  pour la  «laïcité positive» prônée par Sarkozy qui à Latran en référence aux « racines chrétiennes « de la France avait souhaité que la République s'enrichisse d'une "réflexion morale inspirée de convictions religieuses" ayant "des liens avec la transcendance" … Ni plus, ni moins …

Ne revenons pas sur la  pseudo analyse historique, devant plus aux images d’Epinal (Clovis, Jeanne d’Arc …) qu’à la réalité des faits et sur une vision plus proche du Concordat de Napoléon que de la loi de 1905 ; signalons simplement que cette position est partagée par B16, dont le discours de Ratisbonne (2006), portait sur la « menace pour l’Occident » représentée par l'islam après les attentats du 11-Septembre.
Lecture pour le moins réductrice et amnésique de l’histoire de ces derniers siècles (aucune allusion aux périodes délicates de l’inquisition, de la colonisation ou des guerres de religion …) qui ne peut surprendre du  cardinal Ratzinger (l’actuel B16), proche des catholiques traditionalistes, hostile à l’avortement, la contraception, le divorce, le mariage des prêtres et l’ordonnancement de femmes prêtres …

La laïcité fait aujourd’hui débat, et qui s’en plaindra ?

 

Pourtant certains arguments développés méritent qu'on les examine de plus prés  (lire la suite) ...

 

papesarko1.jpg

 


J’ai participé il y a quelques mois à une conférence débat organisée par l’église réformée de France sur la thématique «  La Laïcité, une anti religion ? », qui avait attiré un nombreux public, très attentif …  La question du sens, interpelle et il est tout à l’honneur des protestants français, attachés viscéralement au concept de laïcité de mener une telle réflexion plus d’un siècle après les lois de 1905, …  autour de la table des catholiques, des protestants, des élus et des universitaires … Point de représentant du culte judaïque ou musulman cependant …

 

Alors quel est le dessein poursuivit par Nicolas Sarkozy ?

Politique, afin d'aboutir à une coalition d'intérêt entre tenants de la droite traditionnelle française, attachée à ses «racines chrétiennes» et représentants communautaires islamiques, ou pour remettre « la question religieuse au centre de la vie publique» et occulter ainsi «la question sociale» pour le moins douloureuse actuellement ?

ou spirituel ?

Sans  vouloir tomber dans la caricature, ou la paranoïa, il convient d’être extrêmement vigilant sur la volonté du Président français de "toiletter » la loi de 1905 … L’influence qu’à sur lui l’Amérique baptiste de Bush, son soutien explicite à la théorie du choc des civilisations de Samuel Huntington, la lutte du bien (l’Occident) contre le mal défendue encore en Afghanistan il y a peu, porte à croire que sa volonté est de « reconfessionnaliser »  la société française.

Car même si la donne depuis 1905 a bien changé ce texte de loi, fondateur de notre société actuelle s’il en est, repose sur un équilibre bien fragile qui jusqu'à aujourd'hui nous a préservé du communautarisme …

Et demain ?

 

Le concept de  laïcité positive » ne peut être qu’encouragé par B16, qui agit pour que l’Eglise soit reconnue comme acteur officiel de l'espace public : "La foi n'est pas une chose purement privée et subjective. Elle est une grande force spirituelle qui doit toucher et illuminer la vie publique."

Cependant la crise des vocations est bien réelle … Beaucoup de nos concitoyens se réfugient désormais dans une approche plus philosophique et  orientale qui leur ouvre de nouvelles perspectives et horizons …  L’impact suscité par la récente visite du Dalaï Lama en est l’illustration.

La quête de sens, est une des caractéristiques de notre société, confrontée à des crises matérielles sans précédent : alimentaire, sociale, écologique mais qui sont également idéologique et spirituelle …  Nous ne sommes pas trés loin du traumatisme causé il y a quelques lunes par l'an Mille ...
Pour B16, l’important est de contrer la montée du "relativisme moral" et du "subjectivisme", qui détourne  l'homme de toute transcendance divine. … Lors de sa visite parisienne, il a développé son credo … "Le monde contemporain ne s'est-il pas créé ses propres idoles? » … et met en garde contre « la séduction offerte par de pseudo-sagesses religieuses ou philosophiques, la superficialité de la foi et la morale dissolue » (sic)…

Dans le, même temps la culture rationnelle issue des lumières, matrice s’il en est de la société française, ainsi que l’espoir placé dans la science et le progrès  ont quelques coups  dans l’aile … L’avenir de la planète, la crise climatique, la faillite des idéologies du XXeme siècle  ne sont plus en mesure de combler le besoin des femmes et des hommes à trouver un sens à leur existence … Si pour les Lumières, le progrès était le mouvement plus la certitude, force est de constater qu’aujourd'hui, c’est surtout  l'incertitude qui prévaut …

Pour le pape la religion peut apporter une «contribution à la création d’un consensus éthique fondamental dans la société». «Une culture purement positiviste, qui renverrait dans le domaine subjectif, comme non scientifique, la question concernant Dieu, serait la capitulation de la raison, le renoncement à ses possibilités les plus élevées et donc un échec de l’humanisme, dont les conséquences ne pourraient être que graves» ...Pourtant gardons nous de jeter l’eau du bain …

La laïcité est un socle fédérateur fragile qui doit respirer, permettre à la diversité multiculturelle de la société civile de s’épanouir en nous gardant de tout communautarisme … Faut il souligner, n'en déplaise à certains, que la transcendance n’est pas le monopole des religions …
Tant que l’homme sera homme, il espérera en demain et tentera de se dépasser … La quête des étoiles poursuivit par l'homo erectus n n'a de limite que celle de sa vie ...
L’important pour tout humaniste est que la récompense ne soit pas seulement au bout du voyage, dans "l’au-delà" mais au concret dans la vie de tous les jours vévues et de tous les humains  …

Pour paraphraser Briand "L'Etat ne doit pas être religieux ou irréligieux, mais areligieux." …

Gardons nous de toucher à la boite de Pandore et d’ajouter un adjectif au concept de Laïcité … Il pourrait en toucher le sens et remettre en cause l’équilibre de ce fragile édifice …

 

Le seul qualificatif qui vaille, pour reprendre le  bon mot de Robert Badinter est celui de "laïcité républicaine". !

 

Les commentaires sont fermés.