Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PS : Devoirs de vacances ...

congres-ps-reims.jpg

Les français sont pessimistes. Ils craignent pour leur avenir et celui de leurs enfants : contexte économique désastreux, crise écologique sans précédent, prix du pétrole, baisse sensible du pouvoir d’achat ... Tout semble aller mal, d'autant que la politique menée par l'actuel gouvernement accentue un malaise qui devrait s'accroitre, à en croire le Ministre du Budget. Le pire reste encore à venir semble t'il  ...
A trop jouer sur les fractures de la société et à stigmatiser les uns et les autres, Sarkozy a provoqué une montée de l'individualisme, des corporatismes et du communautarisme sans précédent. La société est de plus en plus en plus morcelée …  Son fameux  "tout est possible" laisse plus qu’un gout amer dans la bouche, car il est plus que sélectif, à l'aune des mesures gouvernementales, chacun peut voir qui trinque ...
Pour le Président et ses amis, tout va bien, le budget de l'Elysée et de sa communication atteint des sommets inégalés, les médias sont de plus en plus sous influence et les couacs au sein de l'éxécutif se multiplient ...  On peut se demandent désormais, à quoi sert un ministre ?

Pourtant, malgré ce contexte, la gauche est aux abonnés absents. Le PS s'est enlisé dans les querelles d’égo et de personne et se trouve dans l’impossibilité de proposer et d'incarner une réelle alternative. Situation dramatique et inadmissible, car les français sont en souffrance et ont un besoin absolu d'altrenance crédible qui leur ouvre d'autres perspectives, d'autres lignes de fuite !

Le congrès de Reims (week end du 15 novembre) apparait plus que jamais comme une "heure de vérité" décisive. A en croire le nombre de mels arrivés (à ce stade c'est quasimment du spam) et l'imposant document reçu dans ma boite à lettre, le « vide idéologique du PS » brocardé par une droite arrogante a laissé place à un trop plein d’idées : 21 contributions générales à se mettre sous la dent, soit plus de 250 pages !
Les deux mois d'été ne seront pas de trop pour tout étudier les propositions novatrices des uns et des autres. Les militants PS ont également leurs devoirs de vacances !

Le calendrier imparti est serré comme un expresso; sa première phase s’achévera le 23 septembre avec un "Conseil National de Synthèse", prélude à une phase plus décisive dans laquelle les idées laisseront place aux alliances politiques et aux motions …
Espérons que tous soient à la hauteur des enjeux d'un tel rendez vous et cultiveront humilité, lucidité et altruisme !


Aujourd'hui, le militant de base que je suis a deux convictions et une interrogation.

- L'heure n'est pas au choix du candidat(e) à la Présidentielle mais au travail de fond. Nous devons choisir un premier secretaire qui remette ce parti au travail et en mouvement avec un seul credo "l'esprit d'équipe"
- L'heure est justement au travail. Non en vase clos, mais en connection directe avec la réalité du pays, des territoires et des français. Pour ce faire, il nous faut ouvrir les fenêtre et les portes, aller à la rencontre des acteurs du terrain. "Partir du réel pour aller vers l'idéal" disait Jean Jaures ... Devise plus que jamais d'actualité, "Car le monde et les temps changent !" ...

Mon interrogation porte sur le mode de désignation du candidat(e). Doit il être désigné par les seuls militants socialistes ou faire l'objet d'une primaire ?

La question est posée ...

Les commentaires sont fermés.