Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rentrée scolaire à l'école de la Charmoye

manif-ecole.jpgDepuis mardi dernier, des parents d'élèves occupent l'école de la Charmoye à Trilport,  afin de protester  contre une fermeture de classe décidée par l'Inspection Académique, pour ... 4 élèves sous le seuil administratif requis (104 au lieu de 109 demandés) !

Conséquence de cette décision, toutes les classes de l'école (4) se retrouvent désormais à double niveau ! C'est la raison principale de l'inquiétude et la colère des parents.

Il est réconfortant de voir les parents d'élèves se mobiliser pour défendre la qualité de l’enseignement, et cohérent pour notre municipalité de les soutenir : motion, prise de contact avec les élus nationaux et départementaux, participations aux délégations, rendez vous avec les responsables scolaires académiques ...  D'autant que notre commune ne ménage pas ses efforts pour accompagner l'Etat et assumer notre responsabilité dans ce domaine, tant en investissement qu'en fonctionnement !

Beaucoup de parents se révoltent contre une décision qui apparait en complet décalage avec la communication officielle gouvernementale sur le "soutien individualisé" et les "stages de remise à niveau" ... Comme quoi, entre les mots et les actes, il y a souvent un abîme, qui est celui de la communication ...

Je veux souligner le lien de causalité direct, dans ce cas de figure, entre politique nationale et réalité locale. L'Inspecteur d'Académie, décide en fonction des moyens mis à sa disposition par l'Etat. Reconnaissons que le contexte national de suppression de postes dans le primaire a nécessairement des retombées sur le terrain, y compris dans les écoles d'une commune, d'un canton, d'une circonscription ou d'un département. Dire le contraire serait mentir ! C'est ce que nous constatons avec cette suppression de poste !


J'ai obtenu rapidement une entrevue auprés de l'Inspecteur d'Académie. Ce dernier m'a longuement écouté (prés de deux heures d'entretien), mais a maintenu au final une décision due pour lui à un manque de moyens qui ne lui permet pas de s'affranchir, pour cette école, du seuil fixé au niveau départemental, au nom de la "transparence et de l'égalité républicaine" !

 

Autre anomalie dénoncée avec raison par les parents et qu'il convient de souligner, le seuil de fermeture est plus faible que celui d'ouverture ... Pour l'Administration, il est donc beaucoup plus simple de fermer une classe, que d'en ouvrir une ...CQFD ...

 

Car l'équité a tout de même des limites ...

 

 

manif-parents-eleves.jpg


 

Les parents d’élèves, dont je suis, estiment qu'avec cette décision, la logique budgétaire l'emporte sur la logique pédagogique; la suppression de ce poste entrainant une dégradation de l'enseignement prodigué car si en théorie, le double niveau n'est paq perturbateur et même pour certains spécialistes (dixit l'Inspecteur d'Académie)  "pédagogiquement intéressant", en faire LA NORME, ce qui est désormais le cas dans cette école, avec des enseignants qui n'en ont pas de pratique habituelle ne représente pas, une quelconque avancée pédagogique, bien au contraire ... Cela pose en outre au concret de réels problèmes d’organisation (piscine, cours d'informatique, sortie d'élèves ...).

Soulignons que ces suppressions de postes ne tiennent pas compte de la croissance démographique nationale (qui selon les prévisions  les effectifs d'élèves du primaire devraient continuer à croître fortement) , surtout celle de notre département, qui demeure toujours un des plus mal doté au niveau national. Les 64 nouveaux postes créés en Seine et Marne pour cette rentrée sont loin de rattrapper le retard accumulé au fil des ans.
Profiter d'une variation ponctuelle des effectifs pour supprimer une classe, alors que dans le contexte économique que nous connaissons, la mobilité professionnelle devient une réalité de plus en plus présente, démontre les limites de l'exercice imposée sur trois prise d'informations (février, juin et septembre); nos populations désormais évoluent de mois en mois, un ou deux déménagements dans une ville de 5 000 habitants peuvent totalement changer la donne au niveau scolaire ...

 

La rentrée scolaire 2008, aprés les annonces successives du Ministre Darcos promettait déjà d’être tout, sauf tranquille pour les collectivités. Elle se révèle du coup, à Trilport, encore plus compliquée ; d’autant que les enseignants, vu le contexte ambiant, sont de plus en plus rétifs à encadrer « l’étude », pourtant plébiscitée par les parents (dossier à suivre ...).

Nos communes, placées en première ligne, doivent selon le Ministre "s’adapter" ... Une vue technocratique, qui si elle a du sens rue de Bac au Ministère à Paris, s'affranchit de certaines données "matérielles" de base.

Passant accessoirement un peu trop souvent ces derniers temps au tiroir caisse, en lieu et place de l'Etat  : planning des personnels intervennant dans les écoles, accompagnement du soutien scolaire, accueil et service péri scolaire, service minimum d'accueil  … Les collectivités commencent à tirer la langue ... Car la réforme pédagogique a de plus en plus de mal à camoufler les restrictions budgétaires qui semblent être de fait le véritable moteur de cette "révolution en marche", alors que tous les décideurs savent qu'à l'heure de la globalisation l'économie de la connaissance et du savoir est la seul vraie porte de sortie de nos pays pour son développement.

Plus grave, au niveau pédagogique, la semaine de quatre jours demeure pour les spécialistes des rythmes des enfants trés contreversée, d'autant plus lorsqu'elle s'accompagne pour les élèves en difficultés, de cours de soutien placés dans des journées déjà bien trop longues, y compris pour les bons élèves ... Un état de fait qui risque fort à terme d'avoir des conséquences dommageables pour nos enfants et qui en tout cas n'apportera pas de réponse satisfaisante à l'échec scolaire !

J'y reviendrais prochainement, car ceci est malheureusement une autre histoire ...

 

Les commentaires sont fermés.