Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PS : Pour moi ce sera Bertrand

fete-rose.jpg

Un Congrès du PS est une période crispante, pour beaucoup de militants mais encore plus pour les sympathisants qui souvent y perdent leur latin et quelquefois patience …
Du vrai pain béni pour les médias "indépendants" (Lagardère, Bolloré ...) qui s’en donnent à cœur joie mais plus malencontreusement du fait de quelques apprentis machiavel de seconde zone confondant reconstruction et combinazione tout en rêvant de grandeur et de lendemains qui chantent ... De vrais tontons flingueurs  !

Question de tempo, très certainement pour cette traditionnelle et véritable valse à trois temps : un, les contributions, deux les motions et enfin, au bout du bout, troisième et dernier temps ... l’émotion des résolutions, bonnes nous l'espérons …

J’ai été signataire de la contribution présenté par Pierre Moscovici. Pensant que les deux priorités absolues étaient de remettre le PS au travail et de changer son mode de gouvernance afin d’élaborer collectivement  un projet novateur, clair, et qui soit surtout adapté aux enjeux d’aujourd’hui et de demain …

A nos yeux, une seule méthode, de l'air ! Ouvrir les portes et les fenêtres afin de faire rentrer dans la vieille maison un peu de ce vent frais qui nous manque tant : experts, think thank, acteurs du terrains … Il faut redonner à nos concitoyens envie du PS, car au regard de la situation dramatique actuelle, plus que jamais la France a besoin de gauche !

Encore faut il pour prétendre constituer une alternative crédible en 2012, un impératif absolu : clarrifier nos positions au plus vite, quitte à trancher si nécessaire afin d’éviter la cacophonie ambiante qui caractérise le PS depuis que Hollande en est son Premier Secrétaire.

Une gouvernance efficace et une ligne claire, voilà ce dont manque cruellement le PS actuellement …Si au nom de l'Unité, il s'agit de préparer un Congrès du renoncement du fait d’une alliance des contraires, sans renouvellement de génération, de pratique et de ligne directrice, alors le pire est à craindre. Ne pas choisir c’est surtout choisir de ne rien faire !

Voilà en partie ce qui explique mon ralliement à l'instant des motions comme celui de beaucoup de mes camarades à la motion préentée par Bertand Delanoe ...

Car (lire la suite)

 

 

La situation dans laquelle se retrouve notre pays, et nos concitoyens exige de notre part courage, persévérance, énergie et lucidité. Il est de notre responsabilité collective de remettre le PS sur les rails, afin qu'il puisse incarner de nouveau une perspective et une espérance, à des années lumière des combinaisons d'alcôve qui ont caractérisé ces derniers mois, animées par quelques happy few parisiens, stratège des salons s’il en est, qui représentent tout ce que les Français ne veulent plus voir.

Ce Congrès est l’heure du choix … d’un Premier Secrétaire, non d’un présidentiable ! Les deux élections à venir sont importantes (régionales et européennes,) et risquent d'être difficiles ... Le cap pourrait être dur à passer pour la personne à la barre, rue Solférino !

 

Force de constater que la tentative de Pierre a échoué pour diverses raisons, dont les défections affichées à La Rochelle qui ont d’ailleurs passablement ternis ces journées. Dont acte !

Pour moi, deux alternatives étaient dés lors envisageables : signer la motion présentée par le pôle écologique, ou l'une des trois motions « réformistes ». J'ai opté pour cette dernière option, tout en étant convaincu que la question écologique est centrale et que les propositions du pôle écologique seront à intégrer à notre prochain projet car riches, novatrices et porteuses d'un renouveau réel. Mais de ce Congrès, doit sortir un message clair adressé aux français, sur le leadership, la gouvernance, la cohésion et le projet à élaborer. ... "Le PS est de retour !"

Pour ce faire nous devons veiller à éviter toute fragmentation excessive qui nous fragiliserait …Si trois motions sont réformistes : Collomb, Aubry ou Delanoë, cette dernière correspond mieux à ce que je pense (même si l’on y retrouve Hollande). Elle me semble plus cohérente  : réformisme assumé, volonté de bâtir une gauche sociale qui soit à la fois  écologique et européenne, esprit collectif  … Elle peut constituer le socle stable de majorité indispensable au PS, afin que nous puissions de nouveau être porteurs d'une espérance crédible pour nos concitoyens, qui en ont plus que jamais besoin  !

Bertrand Delanoe, a également accepté le programme de travail et les conventions thématiques proposés initialement par « Besoin de gauche ». Le deal est clair, le soutien apporté pour le Congrés de Reims doit nous permettre de remettre le PS en mouvement, pour d’autres choix (notamment celui de 2011 ), nous gardons notre entière liberté et comme le dit la tradition .…

 

Ceci est une autre histoire ...

 

 

Les commentaires sont fermés.