Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PS : le champ des possibles ...

croisée des chemins.jpg

Autant le dire tout de suite, le vote des militants socialistes n’a pas été celui de la clarification, loin s’en faut !et quoi qu’en dise les médias.
Si certains ont plus perdu que d’autres (notamment la motion que je défendais), personne n’a réellement gagné !

Petit rappel, car pour comprendre la cuisine interne d'un Congrés PS, autant en connaitre quelque peu les règles … d’abord le temps des contributions, puis vient celui des motions (les accords politiques), c’est à ce stade que nous sommes.
Le score de chaque motion est celui réalisé sur l'ensemble des sections; quelques résultats interpellent, à croire qu'il existe des micro climats fédéraux têtus qui font concilier étrangement vote des militants des fédération et appartenance des leaders locaux à telle ou telle motion.

Heureusement, rien de tel en Seine et Marne !

Nous en sommes désormais à la préparation du troisième et dernier temps (de la valse !), celui de l’arbitrage final (ou de l’emballage des alliances, c'est au choix), l’étape des résolutions … Pour faire simple et efficace, comment réunir plus de 50% des délégués sur un texte d'orientation politique, appelé résolution ! Autant dire que cette fois ci, mathématiquement il faudra que certains se rassemblent !

La géographie du PS après le vote du 6 novembre présente un visage pour le moins contrastée : aucune des quatre motions arrivées en tête ne recueille la majorité des suffrages, et de loin, c'est inédit !

Moralité : personne ne fait donc l’unanimité, voilà de quoi calmer certains égos exarcérbés !
Si la motion arrivée en tête est bien la E, défendue par Ségolène Royal, ce résultat est à nuancer; il y a deux ans, cette dernière réunissait sur son seul nom, 60% des militants ; c’est dire que depuis le contexte a évolué ! Quand aux motions A (avec 25%) et D (avec 24%) animées par Bertrand Delanoe et Martine Aubry elles n’ont incontestablement pas incarné aux yeux des militans le changement attendu, et Benoit Hamon, malgré sa bonne campagne, n’atteint pas 20%. Voilà pour loes commentaires sportifs ! (j'allais écrire hippique, à défaut d'épique !).

Constat : ce vote  nous éloigne du spectre d'une pré désignation à l’élection présidentielle et nous recentre sur le devenir du PS. Voilà qui me rappelle passablement la contribution "Besoin de Gauche" présentait par Pierre Moscovici que je défendais il y a peu ...

Bizarrement le score du 6 novembre, semble lui donner raison, a posteriori ... Pierre suggérait simplement de ne pas se positionner dés 2008 sur un présidentiel, mais sur un Premier Secrétaire, estimant avec raison d'aprés moi que nous avons encore le temps et d'ici 2011, tant de choses peuvent se dérouler, et que l'essentiel est de concentrer notre énergie à mettre le PS  en ordre de marche, tant idéologique (et il y a du boulot) que politique  ...

C'est bien cela qui importe pour l'instant ...

 

 

La balle est désormais dans le camp de Ségolène Royal, c’est à sa motion arrivée en tête de proposer les bases d’un rassemblement acceptable par d'autres, permettant de servir de base à une synthèse future. Encore faut il pour cela jouer collectif et promouvoir l'esprit d'équipe, ce qui n'a pas toujours été sa spécilaité, mais attendons pour juger !

Deux constats, apparemment contradictoires : le « Tout sauf Ségolène » me semble politiquement difficile à faire passer auprès des militants, et ne pas correspondre au sens d'un vote, donc acte. Pourtant, à contrario, 71 % d’entre eux ont voté pour d’autres motions. Ils peuvent également en toute légitimité se rassembler si nécessaire ... La solution se trouvera dans la résolution de cette équation.

Espérons que Ségolène ait la lucidité, l'altruisme et l'intelligence de proposer un scénario de gouvernance collectif; mais plus encore des conditions d’accords politiques acceptables.

Le PS n’a pas les moyens de rater le Congrès de Reims; au regard des difficultés qu'ils rencontrent les français ne lui pardonneraient pas de ne pas être à la hauteur des enjeux, dés lors, les uns ne doivent surtout pas jouer perso et les autres ne pas exiger d'exclusive à priori.
Nous devons, collectivement, apporter des réponses concrètes à nos concitoyens afin de leur proposer de nouvelles perspectives face à la crise financière et sociale qui s'abat, et vu les mauvais résultats enregistrés par Sarkozy, le pire est à craindre. Pour ce faire deux ans ne nous seront pas de trop !

Il est essentiel de remettre le PS au travail, de rénover ses pratiques mais également ses dirigeants (il serait bon que la génération Mitterand  tourne la page avec élégance, comme l'a fait en son temps Michel Rocard), écouter les français, de débattre du fond et non des  hommes ou des femmes afin de bâtir un projet politique qui soit à l’aune des enjeux du siècle (à cet égard les propositions faites par le Pôle écologiste sont plus qu'intéressantes).

Il nous faut donc un Premier Secrétaire (et non un porte parole de ...) qui puisse mener cette tâche à bien, avec altruisme et autorité, sans exclusive et qui privilégie dialogue, concertation et travail de fond.

Le résultat du 6 novembre, démontre que les militants ont refusé de donner quitus à un (une) présidentiable, quelqu'il soit, ou à une écurie présidentielle, il serait bon que chacun de nos leaders s'en souvienne et en convienne, ce qui permettrait d'éviter tout quiproquo. Chaque chose viendra en son temps, et les élections qui pointent menacent de ne pas être une partie de plaisir, avec tous les risques de déstabilisation que cela comporte !

A chacun de prendre et d'assumer ses responsabilités, de placer l’intérêt général au premier plan, et de remettre collectivement le PS en mouvement ...

Vaste et beau programme, non ?

 

Commentaires

  • Monsieur le Maire,

    Votre article sur la déclaration de Martin Luther King en dit bien plus que n'importe quel commentaire sur l'espoir que suscite l'élection de Barak Obama outre Atlantique : Le bilan de George W Bush est calamiteux .Il a conduit à ce que les Etats Unis soient une nation détestée dans bien des endroits du monde .La guerre inutile en Irak a causé plus de 3000 morts Amléricains et des dizaines de milliers de civils Irakiens . Tout dictateur qu'il était ,Saddam Hussein était l'un des rares chefs d'état du moyen orient à ne pas soutenir les extrémistes religieux notamment d'Al Qaïda. Il aurait peut-être mieux convenu d'être plus regardant sur l'Arabie Saoudite ,l'Iran et quelques émirats qui via leurs pétro-dollars exportent leur idéologie expansionniste dans le monde entier.

    Barak Obama est sans conteste un homme nouveau :
    Ni un vétéran va-t-en guerre ,ni un bigot des sectes Protestantes Américaines , mais un homme à l'image du métissage de son pays et favorable à plus de justice sociale et l'instauration d'un système de santé pour tous.
    Saura-t-il passer des déclarations aux actes ? J'en doute fort .. Car enfin ,quelles différences fondamentales existe-t-il entre les Républicains et Démocrates Américains ? Tout au plus des différences de style mais une inféodation au "libre marché à la concurrence non faussée "dont on voit ce que ce système a produit récemment.
    En Europe ,dans la plupart des pays dits démocratiques , des modes de scrutin iniques conduisent à une bipolarisation de la vie politique par l'alternance de deux forces , l'une de droite dure ,l'autre de droite molle se disant sociale démocrate . C'est le cas au Royaume Uni ,en Allemagne , en Italie ,en Espagne ..
    J'en viens à votre dernier article sur le congrès du PS où l'on voit qu'on se dirige vers un même type de parti ,qui n'a plus rien avoir avec ses valeurs fondatrices .. Tout au plus ,en France , il y a l'aiguillon des partis d'extrême gauche (qui ne veulent assumer aucune responsabilité en nous promettant la révolution dans un avenir lointain) et du parti Communiste avec lequel le PS a des alliances locales .
    Rien ne pourra se résoudre dans cette bipolarisation politique où des millions de citoyens ne sont PAS ou PEU représentés ,ce qui fait ,de plus le lit de l'abstentionnisme .
    Je pense que le PS pour ne pas être qualifié de parti Social-Autiste doit prendre enfin la mesure des défaites mémorables aux élections nationales ,en finir avec ses querelles de personnes qui n'intéressent plus le public depuis longtemps , changer le mode de scrutin et surtout effectuer un gros coup de barre à gauche fut-ce contre les technocrates de la Commission Européenne ,les critères de Maastricht..

  • Concernant ce congrés ... Il me semble urgent d'attendre ce week end.

    Ensuite, nous verrons ... Deux réflexions cependant : la crise actuelle a démontre l'absurdité d'un modèle économique basé sur le Capitalisme financier. Les thuriféraires d'hier (notre Président entre autres) semblent devenir les procureurs d'aujurd'hui (attention aux effets d'optique).

    Chaque parti politique, y compris le PS doit faire son aggiornamento idéologique face à cette nouvelle donne ou régulation, place de l'Etat et services publics sont de nouveau en pointe ...

    Enfin et surtout, il y a le fait écologique. Nous ne pouvons plus concevoir aujourd'hui, un modèle de gouvernance et de croissance sans tenir compte du fait écologique et des incidences de nos choix à court, moyen et long terme (échelle temporelle) et partout sur la planète (échelle géographique).

    N

Les commentaires sont fermés.