Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il faut sauver les RASED !

rased.jpg

Le récent recul du gouvernement sur la réforme des Lycées ne doit pas faire oublier les menaces pesant sur le devenir des RASED (ou Réseau d’aide spécialisé aux élèves en difficulté).

 

Certains élus, relayant essentiellement l’argumentaire du Ministre Darcos, expliquent que les RASED n’ont plus d’utilité du fait des mesures prises à la rentrée : aide personnalisée, stages de remise à niveau et accompagnement scolaire ... Sans vouloir m’avancer sur le bien fondé, l’utilité et les conditions de mise en place de ces mesures, force est de constater que l’argument ne tient pas la route et ne résiste pas à une analyse , même superficielle !

 

Rappelons que le dispositif des RASED dont les origines remontent aux années 1970 (et dont le rôle a constamment été réaffirmée par les circulaires ministérielles de tous les gouvernements depuis 2002) est basé sur une équipe pluridisciplinaire composée d’intervenants spécialisés dont un psychologue scolaire. Placée sous l’autorité d’un Inspecteur de l’Education Nationale, chaque équipe intervient sur un secteur qui regroupe plusieurs écoles et se déplace à la demande et selon les besoins dans chaque école de son secteur.

Mais les différences ne se limitent pas à la seule structure support (école ou Inspection), elles concernent également : le public cible, la qualité des intervenants, le moment et la durée d'intervention, et n’en déplaise au Ministre les objectifs poursuivis ! Autant dire l’ensemble des paramètres qui caractérisent une relation pédagogique …

 

Car tout n'est pas aussi simple que semble le faire croire Xavier Darcos !

 

 

L'aide individualisée inaugurée à la rentrée 2008, se déroule hors du temps scolaire, est assurée par l’enseignant de la classe et s’adresse au élèves en difficulté d’apprentissage ponctuelle (lenteur, timidité, manque de confiance...), quelques heures dans l’année (matin ou midi ou soir ou vacances) pour un travail de rattrapage et de consolidation.

L’intervention du RASED est effectuée par des enseignants spécialisés, s'adresse aux enfants en difficulté scolaire (comportementales, structurelles  …), nécessite un temps de mise en œuvre long (trimestre, année scolaire voir plus), se déroule durant le temps scolaire obligatoire afin de ne pas alourdir les journées des enfants les plus fragiles, et vise à prévenir les difficultés rencontrés par l’élève afin de contribuer à sa réussite scolaire ... Autant dire qu'elles ne poursuivent pas les mêmes objectifs !

Concernant plus particulièrement Trilport, nos écoles dépendent du RASED du Val Fleuri, présent sur un secteur regroupant 1089 élèves, 46 classes, 6 écoles, 3 communes (MEAUX, TRILPORT et VARREDDES) ...
Durant l’année 2007/2008, 81 demandes d’interventions ont été faites (75 élèves effectivement suivis sur 550 élèves). A la rentrée, la nomination d’un enseignant rééducateur, a permis au RASED d’intervenir dés les petites sections de maternelle ou certains signalements ont été éffectuées par les enseignantes.

 

Avec la suppression de 3000 postes sur 11 000 décidée pour 2009 par Xavier Darcos, les plus grandes menaces pèsent sur la pérennité de ce dispositif ressource, unique en Europe et finalement économique : équipe réduite, mobile, faisant partager un savoir faire reconnu auprés de leurs collègues ...
Suppressions de postes qui altéreront inavitablement la qualité de l'enseignement prodigué, notamment des élèves en difficulté dans nos écoles et qui semblent contradictoires avec l'objectif ministérielle de réduire l'échec scolaire. Il faut insister sur le rôle préventif essentiel djoué par le RASED, et ce dés l’école maternelle , non seulement auprès des élèves et des familles mais également des enseignants des écoles qui trouvent une écoute, un relais et un soutien pédagogique éclairé. Rappelons que leur action s’appuie sur des méthodes pédagogiques adaptées à la situation, et au contexte, prenant en compte l'élève en difficulté dans sa globalité.

Je crains fort que ces suppressions de postes, prises dans la précipitation, ne soient qu’une mesure budgétaire à court terme, qui débouche au final sur une fausse économie, avec de graves conséquences humaines et financières  pour demain : augmentation de l’échec scolaire des élèves jusque là suivis (ces derniers ne relevant pas du soutien scolaire), incidences sur l’ensemble des classes et des élèves  (y compris sans difficultés), abandon d’enseignants désarmés et peut être moins armés (avec la suppression des IUFM) face à certains cas difficiles eet délicats. Des cas que notre société devra bien prendre en charge plus tard (ou trop tard ?) dans d’autres types de structures après des dommages considérables pour eux et leurs familles.

 

C'est pourquoi nous devons sauver les RASED, dispositif intelligent s'il en est qui met de l'huile dans les rouages et donne un peu de perspective à des familles, des enseignants et surtout des enfants en grave difficulté, soit actuellement 15% des élèves de primaires !

 

 

Site de la pétition : Sauvons les RASED

 

 

 

Les commentaires sont fermés.