Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Jusqu'ou ira t'il ?

    pov_con.jpgCela commence à faire décidement  beaucoup !

    Aprés l'affaire Corse (cf note précédente) qui confinait déjà au ridicule, celle de Saint Lô marque une nouvelle étape dans une démesure "a républicaine" et traduit dans les faits une dérive inquiétante au pays des droits de l'homme  ...

    Bien plus grave, les exemples se multiplient ...
    A l'image de ce grand père qui pour avoir tendu une pancarte au bord d'une rue reprenant une expression prononcée et immortalisée par "notre Président"  (voir l'illustration de cette note) s'est retrouvé de longues heures au poste de police  !
    L'exécutif sanctionne des citoyens pour délit d'opinion, et dans le même temps limite l'indépendance de la justice, de la presse, de la télévision publique. Aucun amalgame ici, si ce n'est l'énoncé de faits qui à force d'accumulation commencent à devenir "tendance"et inquiètent plus d'un démocrate ...

    Sanctionner également des représentants de l'Etat, grands ou petits, qui n'ont fait que leur devoir est non seulement scandaleux mais répréhensible ... C'est un abus de pouvoir caractérisé, car où se situe la faute justifiant les décisions prises en Corse où à Saint Lô ?
    A chaque visite présidentielle, pourtant le "ménage" est fait , et bien fait, malgré une pression inimaginable. Je peux personnellement témoigner que chaque fonctionnaire de la Préfectorale ou du Ministère de l'Intérieur est à son maximum, mais à l'impossible nul n'est tenu !

    Le fait du Prince déjà répréhensible dans une monarchie constitutionnelle, l'est encore plus en république. Ces épisodes qui s'enchainent ne témoignent pas seulement d'un manque d'humour et d'esprit de nos dirigeants (faut il employer le pluriel ?), ou de sang froid, mais également d'un refus quasi obsessionnel de voir la réalité en face !

    Espérons qu'aprés les manifestations d'hier, dont aucun fonctionnaire, grands ou petits, qu'il soit Commissaire ou Sous Préfet n'a pu empêché l'ampleur et le succés, un tsunami de déplacements, limogeages, sanctions ou autres mesures vexatoires ne se produise pas dans l'administration centrale française ...

    A défaut d'égaler Napoléon le grand, le rêve du petit Nicolas n'est il pas celui d'égaler "Napoléon le petit", comme le surnommait Victor Hugo, les décisions prises ces derniers temps sont de cet acabit !

    Dans l'attente de jours plus conformes à notre idéal républicain, vous trouverez ci joint un magnifique poème d'Eluard que je vous invite à redécouvrir ...

     

    Lire la suite

  • A Louis C. bénévole

    1517242981.jpgJe veux simplement saluer un de mes concitoyens qui nous a quitté, il y a quelques jours : Louis C., car je me souviens ...

    A l’image de tant d’autres visages, il est une des personnes qui ont marqué ma jeunesse et m’ont attaché viscéralement à cette ville, à ses citoyens et à leurs valeurs simples. On se connaissait pourtant peu ...

    Arrivant à Trilport, j’avais 13 14 ans, j’ai joué au foot de longues années, à l’Union Sportive de Trilport, l'UST on dit ici, comme tant d’autres et tant d’autres depuis …  Le bureau était composé de Louis C. Président et de trois autres mousquetaires : Jacques V. , Messieurs T. et V. … Personnes clés, s’il en est …

    Joueur j’ai utilisé des vestiaires qui,  je l’ai appris bien après au moment ou le Maire que je suis devenu a du les remplacer, avait été bâti de leurs propres mains.

    Adolescent, je me suis investi et impliqué dans une association de jeunes « Les 4 coins » devenue par la suite l’Union des Jeunes de Trilport. Nous avons passé tant de bons moments avec beaucoup d'amis de mon âge et de bénévoles … Notre QG était le sous sol du Mini Club qui abrite depuis le Service Jeunesse de la commune, juste retour des choses … Ces lieux avaient été construit par les mêmes mains, celles de  Monsieur C. et des mousquetaires.

    Ils étaient des bâtisseurs, au propre comme au figuré, à l'image de tant d'autres de cette génération, des bénévoles, des vrais  ...

    Ensuite,  j'ai participé aux festivités organisé par le Comité des Fêtes, notamment les défilés de chars fleuris qui ont tant fait pour le lien social entre les quartiers, les générations, la convivialité … Comité animé et présidé également par Louis C …

    Je n’évoquerais pas l’artisan, le professionnel reconnu et exigeant, qui a œuvré pour l’activité économique du bourg, ou l'élu qu'il a été, qui a tant bataillé, qui s’est tant impliqué, avec conviction, avec passion, au service des autres, de sa ville …

    Je le dis souvent, car je le pense réellement et c’est le moteur de mon attachement à Trilport, comme celui de beaucoup d’autres … Notre richesse ici est multiple; ce sont les hommes, la relation avec l’autre, l’altruisme, l’amitié …

    Louis C., mieux que tout autre  symbolisait cela …

    Parce que c’était un homme … Parce que c’était un homme engagé dans la vie, vers les autres, pour sa ville ..

    Parce que c’était lui …et parce que c’est Trilport

     

  • Yes, We Can

     

    usa_elections_obama_stpaul432.jpg

     

     

    "C’est une histoire qui n’a pas fait de moi
    le candidat le plus conventionnel.
    Mais c’est une histoire qui a inscrit jusque
    dans mes gènes l’idée que cette nation
    est plus que la somme de ses composantes,
    qu'à partir de beaucoup nous formons
    vraiment un tout unique."




    Barak Obama
    Discours sur la race et la religion





    "Je suis le fils d’un Noir du Kenya et d’une Blanche du Kansas. J’ai été élevé par un grand-père blanc qui a survécu à la grande Dépression puis a servi dans l’armée de Patton pendant la Seconde Guerre Mondiale et par une grand-mère blanche qui a travaillé dans une usine de bombardiers à Fort Leavenworth pendant que lui était de l'autre côté de l'océan. Je suis allé dans des écoles parmi les meilleures d’Amérique et vécu dans l’un des pays les plus pauvres du monde. Je suis marié à une Noire américaine qui porte en elle le sang d’esclaves et de propriétaires d’esclaves – un héritage que nous avons transmis à nos deux filles bien-aimées. J’ai des frères, des sœurs, des nièces, des neveux, des oncles et des cousins, de toutes les races et de toutes les couleurs, répartis sur trois continents et, jusqu’à la fin de mes jours, je n’oublierai jamais que, dans aucun autre pays sur Terre, mon histoire ne serait même possible."


  • Pour 2009 ...

    voeux 2009.jpgJanvier est ponctué de cérémonies de vœux qui s’enchainent les unes après les autres; avec l’intercommunalité, c'est la multiplication des petits pains, chacun se rendant la politesse à tour de rôle.
    L’ambiance cette année est particulière, un nouveau mandat s’annonce mais pourtant l’enthousiasme n’est pas au rendez vous, derrière les pupitres comme dans la salle, l'atmosphère est bizarre, tendue, un peu « calme avant la tempête », la faute sans doute aux nuages noirs qui s’amoncellent …

    Le dernier trimestre 2008, a vu un avis de fort coup de vent ... Plus que les dépenses, ce sont les recettes qui inquiètent; l’effondrement des droits de mutation du à la crise immobilière risque d’avoir de graves conséquences pour les collectivités, car ces recettes avaient jusque là contrebalancer le désengagement financier de l’Etat, avec le gel des dotations» annoncé par le gouvernement, le pire est sans doute encore à venir de ce coté …

    Un comble après les mesures exceptionnelles prises pour les banques, sans aucune garantie !
    Rappelons pourtant qu’en 2008, les collectivités locales ont assuré plus de 70% de l'investissement public ! C’est dire leur importance pour l’économie et l’emploi, et il y a tant à faire pour améliorer l'efficacité du pays et la vie de nos concitoyens ou de la planète : isolation, fibre optique, accessibilité, énergies renouvelables ...
    Ce n'est malhaureusement pas la voie choisie par le gouvernement. Mais plus encore, derrière la crise financière, se profile une crise sociale qui risque d’avoir des conséquences dramatiques pour nombre de nos concitoyens.
    Qui sera alors en première ligne pour les aider à passer ce cap ? Les collectivités territoriales …

    Les élus qui dans le même temps, nient le désengagement de l'Etat, demandent plus de dépenses et de services et moins d'impôts aux collectivités (il y en a !) ne rendent pas service à la démocratie surtout dans des périodes difficiles., la démago a des limites ! Mais polémiquer ne sert à rien, c’est d’action concrète dont nos concitoyens ont besoin et ce pour la durée du mandat.
    Lorsque le coup de vent est violent, il faut réduire la voilure, les marins le savent, mais également garder le cap et avancer obstinément…

    En 2009, nous serons sur le pont, prêt à relever le challenge, et à faire plus avec moins !

    Plus que jamais pour un élu l’heure est à l’engagement, non au renoncement … Nous agirons, mais en toute lucidité, selon les enjeux du présent, mais également du court et du moyen terme.

    Dans le même temps, nous préparons le long terme, grâce au Plan Local d’Urbanisme. Il sera un des premiers à intégrer des primes de constructibilité incitant les bailleurs, aménageurs, lotisseurs ou particuliers à "construire écolo", nous agirons également sur le moyen et le long terme avec notre éco quartier et nous répondrons aux besoins du court terme, en fonction de nos moyens en maintenant nos services, sécurisant les rues (Contrat Triennal de voirie), ouvrant un nouveau gymnase, HQE bien évidemment ...

    Concernant le Développement Durable, aprés les différentes cérémonies de vœux auxquelles j’ai assisté, je mesure le chemin parcouru depuis 2002, année à laquelle nous avons placé l’environnement au cœur de notre projet de Territoire.
    Nos premiers équipements HQE fonctionnent depuis de nombreux mois et sont plébiscités par les utilisateurs, les services municipaux intègrent de nouvelles procédures soucieuses du développement durable, nos choix sur la récupération et l’utilisation de l’eau pluviale, les énergies renouvelables ou l’isolation ont été validés avec les accords de Grenelle … Les communes voisines, hier sceptiques, nous rejoignent dans ce combat pour la planète et notre agglomération intègre de plus en plus cette dimension … J’en suis heureux …

    Nous aurons l’occasion de revenir sur les dossiers qui sont sur la table comme sur ceux qui s’y invitent, quemlquefois malgré nous, la mission d'un élu est de répondre, avec les moyens dont il dispose et concrètement, aux défis et aux aléas qui surgissent. C’est ce que nous nous évertuons à faire depuis tant d’années … Les citoyens qui se sont exprimés, et clairement, lors du dernier scrutin municipal, ont validé plus qu’un programme, une démarche, celle de placer la réalisation concrète avant la promesse et éloigner toute démagogie …

    L’envie d’agir et de faire qui nous anime tous, doit être compatible avec un principe de réalité, celui des moyens financiers de la collectivité ! Car on ne peut plus demander l’impossible aux collectivités, elles n’en n’ont plus les moyens ...

    Même si, mais comment il dit Obama ?

    Yes, we can !

  • De l'autre coté du miroir

    affiche prisonnier.jpg


    "Je ne suis pas, un numéro, je suis un homme libre "

    Patrick Mc Gohan
    Ex Numéro 6

  • Mais que fait la Mairie ?


    voiture neige.jpgCette question bien des élus l’ont entendu ces derniers jours provenant d’administrés excédés par les conséquences de la neige et du verglas. Pour être tout à fait clair, au moins un de mes concitoyens a dépassé les bornes dans l’expression d’une colère peut être légitime mais quelque peu excessive au regard d'une analyse  circonstanciée de la situation.

    L’occasion d’aborder un sujet de saison dans lequel semble-t-il un élu local n’a que des coups à prendre et où la démagogie s’en donne à cœur joie.

    De manière générale, la météo s’exprime avec retenue dans notre pays et trop souvent avec excès dans d’autres régions du globe moins favorisées. Tous les observateurs avisés le confirment, le réchauffement climatique induit des sautes d’humeur de dame nature de plus en plus fréquentes et violentes.

    Pourtant, rien de tel cette semaine en Ile de France, si ce n’est un temps d’hiver  : gel, neige et  verglas. L’exceptionnel, n’en déplaise à François Fillon qui a perdu là une bonne occasion de se taire (bonjour la démagogie) a été l'ampleur des chutes de neige (une fois tous les 20 ans) qui ont touché le sud de la France. Selon leur ampleur, les intempéries ont effectivement une incidence directe sur les infrastructures (électricité …) et les conditions de transport, tant au niveau des voies ferrées, des airs ou de la route et peuvent empêcher tout déplacement.
    Les collectivités territoriales, comme les gestionnaires d’infrastrutures de transport sont alors mises à l’épreuve; car la perception de l'ampleur des contraintes est par définition relative, et dépend du point de vue de chacun, excepté lorsque cela tourne au tragique !

    Nous vivons sur une planète dominée par l’homme, ce dernier accepte difficilement que la Nature prenne le dessus (sans doute notre coté Promothéen, ce demi dieu qui avait dérobé le feu aux dieux avant que ceux ci ne se vengent ...). Certes, il peut y avoir effectivement faillite du gestionnaire mais également des demandes d'usagers impossibles à satisfaire, malgré toute la bonne volonté du monde ...

    Chaque pratiquant d’activité « nature » (qu’elle soit de montagne ou nautique) sait que lorsque l’élément naturel s’exprime  (tempête, avalanche …), l’homme n’est rien et doit composer : plier pour ne pas rompre, ou du moins s'adapter; réaction naturelle que paradoxalement notre société a tendance à de plus en plus rejeter.

    Avant de revenir sur les carences supposées des services municipaux, deux paramètres sont à  prendre en compte également et à ne pas négliger : chaque intervention requiert un minimum de logistique, certaines des interventions classiques (tel le salage) ne sont pas sans incidence sur notre environnement. ..

    Les jalons étant posés nous pouvons apporter quelques précisions utiles à tous ...


    Lire la suite

  • En 2009, vaut mieux être Zen

    bonne-annee-2009-C.jpg


    "Je m'en irai dormir dans le paradis blanc

    Où les nuits sont si longues qu'on en oublie le temps

    Tout seul avec le vent

    Comme dans mes rêves d'enfant

    Je m'en irai courir dans le paradis blanc

    Loin des regards de haine

    Et des combats de sang

    Retrouver les baleines

    Parler aux poissons d'argent"


    Michel Berger
    Le paradis blanc





    "La seule signature au bas de la vie blanche,

    C'est la poésie qui la dessine."


    René Char
    La parole en archipel