Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du lien de causalité en matière d'éducation

exam_correction.JPGQuelquefois une ouverture de classe proposée par l'Inspection Académique peut être ressentie amèrement par la Communauté éducative locale; cela peut sembler paradoxal mais c'est pourtant  le cas, après la proposition de réouverture définitive faite ces derniers jours pour une  école ayant subi à la rentrée une fermeture définitive de classe (pour seulement quatre élèves)...
Décision se révélant catastrophique au fil des jours pour les élèves  : l'ensemble des classes de l'école à double niveau, des absences d'un enseignant remplacées par une kyrielle de remplaçants, eux mêmes quelquefois absents ... Illustration : depuis septembre, une classe a eu jusqu'à 8 professeurs différents ! Autant dire que les conditions ne sont pas réunies pour permettre à ces élèves de suivre une scolarité normale !

J’ai écrit à l’Inspecteur d’Académie afin de lui faire part des inquiétudes légitimes suscitées par ces conditions de scolarité, issues d'une mesure de carte scolaire discutable. Cette réouverture était selon nous, prévisible au regard de l'évolution des effectifs, ce qui ne fait qu’amplifier l'impression de gâchis, le terme n’est pas trop fort, inspiré par cette année. Réouverture dont nous avions indiqué la trés forte probabilité lors de nos multiples entretiens avec les services académiques, I'inspecteur d'Académie puis le représentant du Ministre afin de les convaincre.

Je ne peux que constater aujourd'hui avec amertume les conséquences de cette décision et en évaluer les dommages. Elle a gravement impacté la qualité de l’enseignement prodigué dans une école jusque là sans souci, une dynamique d'équipe est cassée, l'enseignante en poste a été déplacée dans un autre établissement malgré un investissement personnel conséquent non seulement auprés de ses élèves mais de l'école. Nous espérons avec les parents, sans trop y croire,  qu’une telle année n’aura pas de conséquences négatives sur la scolarité future de leurs enfants.

Situation à des années lumière des objectifs officiels (et théoriques) de réussite affichés par le Ministre lors de ses points presse. Ici point de communication médiatique, le principe de réalité prévaut et il est brutal !

Certains parents d'élèves et enseignants, chacun peut comprendre leur désarroi, parlent de "casse généralisée" de l'école publique. Soulignons dans le même temps  le travail remarquable et la conscience professionnelle exemplaire des enseignants de cette école qui exercent leur mission sans coup férir depuis septembre dernier, malgré des conditions matérielles et morales plus que délicates et qui honorent leur institution.

Analyse, cette fois ci plus politique. Il existe bien un lien de causalité direct entre suppression de postes au niveau national et situation locale, ceux qui pouvait en douter, en sont désormais convaincus. Il faut dénoncer le double langage d'élus qui devant les parents d'élèves sont "scandalisés" de telles fermetures, alors que dans le même temps ils soutiennent les mesures de suppressions de postes décidés au niveau national, qui sont pourtant directement à l'origine d'une telle fermeture et des problèmes de remplacement constatés ! Un gand écart idéologique dont certains sont coutumiers, la démagogie n'a quelquefois pas de limite ...

Je déplore que la question de l'éducation fasse l'objet d'une contreverse dogmatique et politicienne, il en va pourtant de l'avenir de notre pays. Il faut réformer bien sur, mais pour améliorer l'efficacité d'un système, pas pour réaliser de fausses économies qui à teme se révèleront négatives pour le pays, y compris et surtout au niveau économique. Autant l'education nationale ne doit pas être un tonneau des Danaïdes, autant elle doit être considérée pour ce qu'elle est, un investissement pour le futur.
Je constate avec intérêt l'évolution de groupes de réflexion tel l'institut Montaigne, pourtant classée trés à droite et plutôt catalogué comme chantre du néo libéralisme (bien qu'une révolution culturelle se déroule sous nos yeux, au regard de la crise que nous traversons) qui dans une étude consacrée aux ZEP, démontre l'acuité des problèmes rencontrés au quotidien dans les écoles : "Il y a urgence. Sans égalité assurée très tôt au quotidien, et dès l’école primaire, la société française risque de s’étonner encore longtemps des maux dont elle souffre aujourd’hui" ...

Une telle conclusion me va, c'est dire ! Elle démontre l'importance et la légitimité de combats visant à soutenir l'activité de structure comme celui du RASED ou de protester contre des suppressions de classe pour deux à quatre élèves manquant selon le département dans lequel ils vivent et les dotations de postes glanées par l'Inspection Académique chaque année.

L'institut Montaigne ira t'il jusque là dans son aggornamiento politique ?

 

Permetttez moi sinon d'en douter du moins de l'espérer ...

 

Commentaires

  • Entièrement d'accord avec l'auteur. Comment accepter ce travail de "petit épicier ( ou petit "charcutier?) uquel est conduitl'Inspecteur d'Académie chaque année, du fait du manque d'attribution des moyens indispensables?

    Une remarque de forme: il serait plus juste de parler de "conditions remplies", plutôt que de conditions requises (fin du 2ème§)

  • Monsieur le Maire et cher collègue,

    Tout à fait d'accord avec votre article. Vous auriez pu écrire "Le Directeur absent" et pas "un instituteur" et me citer ,je n'y vois pas d'inconvénient : Sachez que mon absence est une conséquence directe de ce gachis administratif...Que notre administration et tous les partenaires et usagers qui concernent notre école y réfléchissent et en tirent les enseignements qui s'imposent !
    Bien cordialement,
    Philippe FRANCOIS

Les commentaires sont fermés.