Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Soif d'europe ...

pse.jpg

Une réalité. Au regard de l'ampleur de la crise et des remises en cause qu'inévitablement elle va induire, nos pays n'ont jamais eu autant besoin d'Europe pour peser sur leur avenir commun. Paradoxalement, la campagne nationale des élections européennes n'a pas reflété cette nécessité absolue, conséquence, de nombreux concitoyens risquent de ne pas vraiment choisir, soit en s’abstenant, soit en se réfugiant dans un vote protestataire, éparpillant le sens et le poids politique de leur bulleton.

Il est essentiel de rappeler les vrais enjeux de ce scrutin : déterminer quelle majorité siègera à partir de lundi prochain à Bruxelles, quelle ligne politique sera aplliquée et quelles personnalités animeront le Parlement et la Commission européenne ?

Car au bout du bout, les seules questions qui importent concrètement sont bien celles ci  !

Les bulletins des 375 millions de votants (ce qui fait se ce scrutin la plus grande élection transnationale de l'histoire), désigneront les 785 représentants du nouveau Parlement européen. Le hic, est que dimanche les abstentionnistes risquent d'être nombreux, ce qui est à la fois dommageable et dramatique au regard des enjeux qui portent sur les cinq années à venir.

Rappelons s’il en est que lors de ce dernier mandat, le Parlement européen et la Commission européenne ont été dominés par les conservateurs dont J.S Barroso. Autant dire que l’Europe, n’a pas apporté de réponse efficace à la crise, loin s’en faut et que la "laisser faire" a démontrer ses limites.
Certains leaders conservateurs ont communiqué énormément, trouver beaucoup de bouc émissaires pour expliquer les non résultats obtenus, mais seuls importent le concret. Au de la de l'éciume , lorsque l'on analyse un tant soit peut l'impact des décisions sur le monde réel, nous sommes à des années lumière du monde médiatique. Dernier exemple en date, les propositions faites au G20 sur les fonds spéculatifs et les paradis fiscaux ... Du vent, car rien n’a réellement changé !

Concernant la crise elle même, pas de réponse commune. La croissance verte, les grands chantiers, le développement du numérique et des hautes technologies de communication, auraient pourtant pu être des éléments de réponse collective pertinents, surtout à l'échelle européenne et préparer le rebond de nos économies ... Rien de tel ne s'est produit, la montagne a accouché d'une souris !

La crise globale que nous subissons démontre s'il en est le besoin absolu de régulation, de protection sociale et la nécessite de définir un autre modèle de croissance plus vertueux, régulé et durable. Cette crise est une rupture, un nouveau monde émerge. Il serait dommageable de réduire à la seule sphère financière les problèmes rencontrés.
Nous affrontons de plein fouet, une crise économique, sociale et environnementale. L'heure d'un nouvel ordre mondial a sonné, et l’Europe doit y trouver toute sa part. Pour cela elle ne doit plus être un nain politique à la remorque de l'Amérique, non plus de Bush mais d'Obama.

Le choix qui s'offre dimanche à chacun est  clair : bâtir une alternative collective, ou ne pas décider, s'éparpiller et maintenir un statu co qui serait dramatique et reproduirait demain, ce que nous subissons aujourd’hui en laissant Baroso et les siens en responsabilité, ou en irresponsabilité.

L'Europe ne doit pas laisser la seule Amérique d’Obama, incarner seule le mouvement et l’engagement. Elle a ses valeurs à défendre et de formidables atouts. un impératif cependant, être en capacité de constituer une alternative, pour cela nous devons "jouer collectif" en travaillant, malgré nos contrastes, nos différences, travailler dans le même sens et la même direction.

C’est ce que propose les 27 partis de gauche, notamment sociaux démocrates dans le « Manifesto », plate forme commune de propositions avec comme candidat à la succession de José Manuel Barroso, l’ex-premier ministre danois Poul Nyrup Rasmussen. Simple rappel, leur tête de liste en Ile de France est Harlem Désir ...

Plus que jamais nous devons avoir envie d'Europe !

Où siègent les députés français ?

Les 78 députés européens français se répartissaient dans six des sept groupes du Parlement européen:
- Les 18 députés UMP siègent au Parti populaire européen-démocrates européens (PPE-DE), premier groupe du Parlement (droite)
- Les 31 socialistes appartiennent au groupe du Parti socialiste européen (PSE), deuxième formation du Parlement (gauche)
- Les dix élus en 2004 sous l'étiquette UDF siègent au sein de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE), groupe charnière constitué avec les libéraux-démocrates britanniques, les démocrates italiens ou les libéraux allemands
- Les six Verts sont membres du groupe des Verts européens
- les trois communistes appartiennent à la Gauche unitaire/Gauche verte nordique, avec d'autres partis communistes européens mais aussi le Sinn Féin irlandais
- les trois députés du Mouvement pour la France (MPF) siègent au groupe souverainiste Indépendance et démocratie, dominé par l'Independence Party britannique
- les sept élus Front national sont non-inscrits

Les commentaires sont fermés.