Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Attention, une antenne peut en cacher d'autres ...

    antenne-relais.jpgDevant procéder à une rénovation majeure du  château d’eau de la commune (la première depuis sa construction), il a semblé utile avant de lancer ce chantier, de faire le point sur les antennes relais installées au sommet de l'edifice.
    Ces dernières, ici comme ailleurs, sont sources d'inquiétude pour les riverains, il est à nos yeux important d’apporter des réponses face à ces interrogations légitimes, le principe de précaution devant prévaloir en l’espèce.
    Pour ce faire, afin de disposer d'éléments d'analyse objectifs (basés sur les connaissances actuelles) il nous est apparu inidspensable d’évaluer la puissance des ondes émises et d’avoir une idée précise de l’exposition du public aux champs électromagnétiques sur différents endroits de la commune.

    Problème, nous sommes toujours dans une zone d'incertitude, le Grenelle des ondes n'ayant pour l'heure apporté aucune clarification. Les élus sont placés une fois de plus au carrefour des contradictions d’une société qui ne sait toujours pas où situer ses priorités : risque sanitaire zéro, ou  mobilité informationnelle universelle permettant de se connecter 24h sur 24, où que l'on soit sur la planète !
    Pour faire plus simple : les usagers désirent disposer de téléphones nomades à haut débit et à haut niveau intégrés de services, mais ne veulent surtout pas d'antennes relais à proximité de leur domicile …  Choix cornélien, rendu d'autant plus difficile que quelquefois l'irrationnel vient troubler les règles du jeu.
    A vouloir ignorer des "inquiétudes sanitaires", nos sociétés sont passés à coté de faits sanitaires majeurs, et ce pour des raisons trop souvent mercantiles. La transparence et la vigilance sont de mise sur de telles questions, il en va de la santé des habitants qui ne saurait être prise en otage pour des raisons économiques !

    Nous avons négocié avec les opérateurs téléphoniques le financement d’une étude (application du Guide des Relations entre opérateurs et communes) menée par une société indépendante. Afin d’être totalement transparent, nous avons confié le pilotage de cette démarche, dans le cadre de l'Agenda 21,  au « Comité 21 » de la commune (instance de concertation regroupant des citoyens non élus impliqués sur les questions d'environnement et de sécurité sanitaire).

    Avec une feuille de route se limitant à deux objectifs principaux : répertorier et identifier les installations de Radiotéléphonie Mobile présentes sur le territoire de la commune et évaluer leur puissance sur le territoire de la commune. Avec également deux principes : éviter et diabolisation et complaisance. Travail mené à terme, aux résultats probants, qui a donné lieu à une réunion publique de haute tenue (présentation powerpoint à télécharger) comme à l'élaboration d'un dossier pour un prochain numéro du journal municipal.

    Avant d’aborder le mode opératoire et les résultats de l'étude, un constat évident, nous vivons dans un monde peuplé d’ondes, et des plus diverses ... Il est essentiel d'être dans ce domaine vigilant et éveillé afin de prendre les dispositions qui s'imposent, au titre du principe de précaution que ce soit sur le court, le moyen ou le long terme. Vous trouverez à la fin de cet article quelques conseils de bon sens mais qu'il est utile de rappeler !)

    D'autant qu’un fait nouveau est apparu lors de la campagne de mesure, et qui risque d'avoir des conséquences pour le moins inattendues sur la suite des évènements et qui va peut être nous entrainer dans une nouvelle séquence, en lien avec un opérateur différent et des ondes d’un tout autre acabit …

     

    Lire la suite

  • Les territoires à l'heure de la contre réforme

    france.jpgJ’ai reçu comme les 515 000 maires et conseillers municipaux de France, une lettre de Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, et d'Alain Marleix, secrétaire d'Etat relative à la réforme des collectivités territoriales, destinée à «expliquer sans filtres d'aucune sorte » (sic), ce « rendez-vous historique pour la décentralisation » (sic) …
    Pour les deux ministres « la  réforme poursuit une triple « ambition » : simplifier, démocratiser et adapter notre organisation territoriale » … Rien de moins !

    Nous en sommes pourtant à des années lumières ! Leur démarche s'est surtout caractérisée jusqu'à aujourd'hui, par un manque de dialogue et de concertation flagrant, dénoncé par l’ensemble des associations représentatives d’élus. Un comble vu les conséquences d’une réforme qui bouleversera en profondeur les équilibres politiques et démocratiques territoriaux du pays !
    Préparée dans l’opacité la plus totale, malgré les déclarations du Président de la République et de ses ministres, pratiquant le "storytelling" jusqu’à plus soif (nous y reviendrons dans une prochaine note), la réforme territoriale tient en quatre projets de loi.
    Sur la clarification nécessaire des compétences et des moyens allouées encore peu de choses précises, ou si peu, excepté la création d’un conseiller territorial siégeant à la fois au conseil général et au conseil régional (voir plus loin), et la suppression de la Taxe Professionnelle.

    Les priorités du gouvernement se limitent pour l'heure à une pitoyable opération politicienne (voir plus loin) et à un transfert de la charge des entreprises vers les ménages, car il faudra bien répondre aux besoins quotidiens des français.
    Cette réforme n'est pas à la hauteur du mouvement de fond historique que constitue la décentralisation, grâce auquel la France est passé d’un centralisme technocratique bonapartiste (dont certains sont encore nostalgiques) à une démocratie territoriale de proximité et de projet.
    Il s'agit d'une recentralisation implicite et explicite du pouvoir au détriment des collectivités locales, à contre courant de la tendance enregistrée dans les démocraties européennes depuis la chute du mur de Berlin.

     

    Lire la suite

  • 9 novembre 1989

    mur berlin rostro.jpg

     

    Sur l'espoir sans souvenir
    J'écris ton nom

    Et par le pouvoir d'un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté,

     

    Paul ELuard
    Poésie et vérité 42

    (voir la suite)

    Lire la suite