Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Prix National Art Urbain 2009

    arturbain2.jpg

    La ville de Trilport était une des six villes sélectionnées pour la finale  du Prix National de l'Association pour l'art urbain, qui se déroulait à la Maison de la RATP, avec pour thème 2009 "le Centre urbain et son environnement accessible à tous".

    Précision utile, c'est le jury de cette association qui nous avait contacté, conséquence directe je pense du buzz émanant de la commune, suite aux réalisations et à la démarche environnementale initiée sur le terrain malgré les nombreuses contraintes rencontrées. Ce même jury, après une visite sur site d'une journée nous incitant à participer à leur édition 2009.

    Cette soirée a permis au nombreux public présent d'accomplir un véritable tour de France en moins d'une heure, vu le mode opératoire imposé par les organisateurs. Le concours tenant plutôt du speed dating, chaque candidature disposant de "8 minutes pour convaincre" sur la base d'un diaporama (deux minutes de présentation de la commune, par le Maire, six minutes pour décrire l'opération présentée, par un technicien). Avant de revenir plus en profondeur sur notre candidature, soulignons la diversité des situations présentées : tant au niveau de la localisation, que de la taille des communes ou de leur nature, touristiques ou pas (je pense notamment à Pèzenas et Plan d'Aups).

    Soutenu par le CAUE 77 pour ce prix national, nous avions placé notre candidature sous le signe du "Petit Prince". Ayant finalement opté pour la démarche globale initiée, y compris avec ses imperfections, plutôt que pour la description d'une réalisation aboutie "exemplaire", comme celle du gymnase HQE de la Noyerie, modèle du genre au niveau accessibilité.

    Pour être très rapide indiquons que le Grand Prix 2009 a été remporté par la commune de  La Rivière (38), Trilport remportant lui  la catégorie "respect de l'environnement", le jury ayant du être sensible à la démarche globale inititiée .

     

    Revenons un peu sur la "ballade du Petit Prince" qui nous a valut cette distinction ...



     

    Lire la suite

  • Ou comment nager à contre courant

     

    cop15.jpg

     

    Quand on est au fond du trou, on commence par arrêter de creuser


    Warren Buffet

     

     

  • SNCF, le 13 il y a du neuf ...

    Sncf.jpgJ’ai eu beaucoup de plaisir à participer il ya quelques jours à une réunion débat organisée avec la SNCF présentant le cadencement 2010. Vu le climat apaisé de la salle, chacun a mesuré le chemin parcouru depuis 2005 !
    Les lecteurs habituels de ce blog (pour les autres, il est possible d’explorer les notes de la catégorie transport et mobilité) connaissent l'importance que j'accorde à ce sujet et les différentes initiatives prises afin de contribuer à améliorer une donne, qui il y a peu était encore inadmissible.

    Lors du débat, quelques souvenirs ont refait surface ... Notamment une réunion organisée en catastrophe par le Sous Préfet de Meaux, à laquelle il m'avait convié par téléphone dans l'urgence, pour remplir le rôle de médiateur auprés d'usagers mécontents qui aprés avoir occupé les voies avaient fait appel à mes services, m'ayant rencontré lors d'une de mes permanences.
    J'avais par la suite rapporté cet incident à Jean Paul Huchon, Président de la région mais à l'époque simple membre du STIF qui m’avait écouté d’une oreille attentive, promettant d’intervenir concrètement dés qu’il serait en responsabilité sur ces dossiers.

    Aujourd'hui la cause semble entendue (qui s'en plaindrait ?), cependant il est toujours utile de rappeler la situation d'il y a seulement 5 ans !
    Lorsqu'en 2004 on abordait la thématique "transport", c'était pour l'annonce de mesures de fermeture de gare, de dégradation continue des conditions d’accueil, d'abandon de ligne projeté (La Ferté Milon notamment), le climat ne permettait pas aux usagers d'avoir le moindre optimisme sur une amélioration quelconque de la situation alors que dans le même temps la SNCF communiquait surr les performances du TGV battant des records du monde de vitesse !

    Chacun peut constater le changement d'atmosphère sur ces questions et  l'amélioration concrète et progressive des conditions de transport initié depuis 2006, surtout en grande couronne. Elle est à mettre incontestablement au crédit de l'action de certains responsables, dont en premier lieu le Président de Région ! Effort qu'il est vital de poursuivre, tant cette question est essentielle pour nos concitoyens et influe sur le renforcement du lien social et la cohésion territoriale, car la mobilité c'est le droit au travail,  à l'éducation, au loisir et à l'épanouissement personnel.

    L'autre personne, que je tiens à saluer est Maurice Testu, Directeur Transilien de Paris Est. Je me souviens de notre première rencontre un soir de décembre à la Mairie, je me battais alors  pour que la gare reste ouverte le week end, qu'un nombre suffisant de personnel y soit affecté afin de garantir la sécurité et la qualité d'accueil et qu'un automate puisse délivrer des billets aux détenteurs de cartes bancaires ...
    Aprés les lettres, motions, pétition, excédé par l'absence de réponse, j'avais interpellé en plein salon des Maires Mme Idrac, Présidente alors de la SNCF, qui m'avait écouté (pas le choix), avant d'entendre parler de nouveau de Trilport deux jours aprés, en plein Conseil du STIF par les représentants des élus, région et département  !
    Maurice Testu avait été alors détaché pour me rencontrer. Entrevue cordiale mais franche, nous avons tout mis sur la table. Aprés des excuses, il s'ést expliqué sans langue de bois, évoquant ses marges de manoeuvre, et m'assurant qu'il allait tout mettre en oeuvre pour changer la situation. Force est de constater aujourd'hui que les résultats sont là et je mesure ce que les usagers doivent à son action efficace.

    Il est important, dans une époque où tout se brouille, de remettre les pendules à l'heure et de saluer l'action concrète des uns et des autres, de ceux qui ont permis que les choses changent réellement  ... Entre le dire et le faire, il y a surtout le faire ...

    Car ce 13 décembre beaucoup de choses vont changer dans les transports en Ile de France ...

     

    Lire la suite

  • Vous avez dit 7,7 ?

    SeineEtMarneProjets.jpeg

    Depuis quelques mois, les réflexions sur l'avenir de l'Ile-de-France se multiplient : adoption par la Région de son schéma directeur (toujours bloqué par le gouvernement), propositions autour du Grand Paris (votées sans enthousiasme par les députés de la majorité peu emballés par le grand 8 de Christian Blanc) ...
    Notre région traverse incontestablement une période de « multitudes » amplifiée par  la « contre réforme » des collectivités territoriales engagée par ce gouvernement qui impactera inévitablement le devenir de ces espaces de solidarités et de dynamiques locales.

    Autant de débats auxquels la Seine et Marne a décidé de s'inviter, tant elle est concernée par la réflexion autour de la région capitale, dont elle représente plus de la moitié de la superficie ! Il n'est que justice qu'elle est son mot à dire, tant elle est une chance de développement de ce territoire, ce que les travaux autour du Grand Paris a totalement ignoré, le soleil se lève pourtant à l'Est !

    Cette note aborde le devenir de notre territoire, un sujet transcendant tous clivages idéologiques, mais elle rend compte également d'une réelle "quête identitaire" destinée à transformer les représentations désuettes et dépassés que trop de personnes ont toujours de ce département. Aujourd'hui, la Seine et Marne n’est plus celle qu’a croisé sur sa route Christian Blanc, il y a plus de 20 ans lorsqu’il en a été le Préfet, ceci explique peut être cela !

    Afin que notre département en tant que tel, fasse valoir ses arguments et potentialités, Vincent Eblé, président du Conseil général, a lancé une réflexion collective sur son devenir.
    Au regard des particularités d'un territoire trop souvent considéré comme l'éxécutoire ou les terres de chasse de la capitale (au propre comme au figuré), il est essentiel que ce projet de développement soit partagé et fédère l’ensemble des acteurs, dont les élus toutes tendances politiques confondues, afin de déterminer des axes d'action forts, consensuels et factuels.

    Ce débat public et citoyen s'est organisé autour de multiples supports de concertation : rencontres publiques, plateforme participative,  instances de concertation spécifique (nosu y reviendrons) et le site internet : "seine et marne en projets" ! Trois temps forts le rythmeront :

    • Jusqu’à décembre, « le temps du dialogue et des propositions », avec 8 rencontres publiques organisées sur l’ensemble du Département, et un site Internet collaboratif sur lequel la concertation se poursuit ,
    • De janvier à  mars, « le temps de la synthèse », où les débats de l'automne seront analysés et serviront de base à une synthèse des projets porteurs établie et présentée aux habitants.
    • Ensuite viendra le « temps des décisions », dans lequel sera présenté les grandes orientations du projet.


    Débat alimenté également par des instances de concertation, dont la commission consultative des territoires composée de représentants des intercommunalités et de maires, qui se réunit à chaque étape du projet, instance à laquelle je participe. Lors de notre première réunion, nous avons pris connaissance des éléments de diagnostic réunis par Daniel Behar du Cabinet de consultants ACADIE, dont la mission est d’accompagner cette démarche.

    Quels sont ils ?

     

    Lire la suite