Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une "nouvelle" gare pour Trilport

    IMG_9816.jpgC’est avec beaucoup de plaisir que j’ai participé à l’inauguration de la rénovation de la gare de Trilport, gare que les lecteurs assidus de ce blog connaissent vu les différentes notes qui lui ont été consacré.

    Force est de constater que depuis 2005, fort heureusement la donne a bien changé, j'y reviendrais ...

    Lors de mon intervention, j'ai rappelé à mes interlocuteurs Odile Fagot Directrice de la région de Paris Est,  et Eric Cinotti Directeur des lignes Transilien Est (assurant la lourde responsabilité de succéder à Maurice Testut remarquable serviteur du service public du transport), ce que  cette manifestation signifiait pour nous et les raisons de notre attachement à "la gare".

    Trilport s’est bâtie autour de la mobilité et des transports : son gué tout d'abord, puis la route royale d’Allemagne, notre ville est par essence de par sa localisation, entre Marne et Forêts, ses ponts, les axes de circulation qui la traversent, un trait d’union entre Champagne et Ile de France …

    Si ce petit village est devenue une ville, la gare y est pour beaucoup, offrant la possibilité à des générations de Trilportais de se rendre chaque jour au travail lors des migrations pendulaires du matin et du soir. Beaucoup de nos lotissements sont nés, c’était alors la grande période de l’extension urbaine, repoussant les limites de la ville, parce que justement la gare était là …

    Combien d’amitiés durables se sont nouées lors des trajets quotidiens, souvent  trop longs entre Trilport et Paris ? Car le train, on n'en parle pas assez, est un formidable creuset social transportant et mêlant des usagers multiples : cadres, employés, étudiants qui attendent sur les quais, se parlent et voyagent ensemble tous les jours de l'année; le train de banlieue est incontestablement un vecteur de lien social, surtout lorsque le confort le permet, car pour  pouvoir échanger, mieux vaut être confortablement installé !

    Je ne peux oublier le temps consacré chaque jour au transport, et ce durant des années. Ce temps  compte dans une journée et une vie de travail. Il est dur de prendre le train, trop souvent dans de mauvaises conditions, lorsque l’on part tôt le matin dans la nuit et que l’on revient tard le soir dans la nuit, un rythme qui fait apprécier les beaux jours. J’en parle à l'aise ayant été un de ces voyageurs abonnés au premier et au dernier train.

    Des générations d'usagers, d'élus ont désiré, attendus se sont mobilisés et révoltés durant de trop longues années afin de demander des transports corrects pour la grande couronne.  Je me souviens des occupations de voie (tout juste il y a quatre ans), des pannes et retards trop fréquents, de l’état déplorable de motrices du siècle dernier (années 60) reliant encore pour quelques mois La Ferté Milon à Paris, des conditions de transports toujours  rudes et des longues heures d’attente Gare de l’Est, entre le train du midi et le train de 18 heures pour rentrer chez soi …

    Comme quoi,  il y a bien eu un avant et un après 2006 !

    Force est de  constater, en toute objectivité, que l’arrivée de Jean Paul Huchon à la Présidence du STIF a changé la donne pour le transport commun de la grande couronne.


    Et nous en avions bien besoin !


     

    Lire la suite

  • Digital native

     

    digital-native.jpg


    Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre d'années ...

     

    Pierre Corneille

    Le Cid

     

    La petite Clémentine risque de vous surprendre ...


     

  • La note juste

    la-note-juste.jpg

    Ce samedi, nous avons rendu un hommage mérité à Michel Vallier à l'occasion de sa nomination comme Maire Honoraire.

    Exercice de style particulier ...
    Si nous avons voulu  garder le relativisme des choses afin d'éviter toute flagornerie ou cirage de pompe superflu,  qui serait à des années lumière de la nature profonde de ce qu’est réellement Michel, comment dans le même temps ne pas honorer l’action exceptionnelle qu’il a mené pour notre commune ?

    Il y a eu en effet un avant, que j’ai connu comme simple habitant, Trilport était alors une ville sans équipement structurant, services à la population ou projet de territoire, et un après, suite à l'action qu'il a initié de 1978 à 2004 (date à laquelle j'ai pris le relais), et durant laquelle la commune s’est développée autour non seulement de nouvelles infrastructures mais  des liens sociaux qui s'y sont multipliés : vie associative, action sociale, liens multi générationnels ...
    Plus encore en creusant des fondations solides et profondes, il nous permet aujourd’hui de bâtir un projet de développement de territoire solidaire, en harmonie avec le magnifique patrimoine naturel qui nous entoure et les objectifs environnementaux qui s’imposent à tous.

    Il nous semblait important afin de lui rendre l'hommage qu'il mérite d'inviter une personnalité emblématique de la noblesse de l’action publique lorsqu’elle est au service des autres et du collectif.
    C'est ainsi que j'ai proposé à Lionel Jospin de venir à Trilport célébrer cet évènement, eu égard à l'admiration que Michel Vallier porte à son action d'homme d'Etat,  mais également du fait des valeurs d’altruisme que représente plus que quiconque l'ancien Premier Ministre, comme aux qualités que chacun lui reconnait : intégrité, respect de la parole donnée, sens de l'action collective, qui sont suffisamment rares dans le monde politique, pour être soulignées.

    Lionel Jospin était  certainement le plus à même d’officier en cette occasion.

    Il était ... la note juste …

     

    Plaisir double, car je n'oublie pas que j'ai été son étudiant durant deux années à Sceaux. Incontestablement, il a contribué comme Michel Vallier à mon engagement dans la vie politique. Concernant cette question essentielle de l’engagement, je me retrouve totalement dans ses propos  :

    « S’engager, c’est quitter l’état de spectateur pour rejoindre celui d’acteur … à la fidélité aux convictions, il faut joindre la recherche de l’intérêt général. S’engager, c’est prendre conscience que l’on appartient à une société, c’est, plus largement, se vouloir partie prenante de la communauté des hommes.

    L’engagement est une dimension essentielle de la condition humaine »

    C’est peu de dire que nous avons été honoré par une telle visite.
    Beaucoup espèrent et pensent, comme moi, que les graines semées par l'action de Lionel Jospin,  et elles sont innombrables, fleuriront demain jusqu'à devenir de beaux fruits qui porteront  de nouvelles perspectives, perspectives dont nous avons le plus grand besoin  …

     

    Extrait du Discours que j'ai prononcé pour l'occasion ...

    Michel nous pardonnera sans doute de lui avoir fait la surprise de cette venue ...

     

     

    Lire la suite