Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 2 grands débats publics pour 1 Grand Paris

    debat_public_accro.jpgChaque collectivité francilienne est actuellement invitée à participer à la concertation organisée par la Commission nationale du débat public, relative aux deux projets de métro automatique de la region capitale  : le métro du Grand Paris défendu par  l'Etat et l’Arc Express proposé par la region et le STIF.

    Ce débat public constitue une vraie première, imposant de fait, pour que chacun y voit plus clair, une transparence totale de l'information sur les enjeux, le financement, les contraintes de chaque projet et la prise en compte des différents points de vue des acteurs du terrain, concernés par la problématique, qu'ils interviennent d’ailleurs sur le champ économique, politique, social, institutionnel ou associatif …

    Autant les atteintes à la démocratie et à la séparation des pouvoirs depuis 2007 se multiplient, autant il est réconfortant de souligner le coté exemplaire de cette procédure de consultation publique.
    Chacun peut mesurer le chemin parcouru depuis 1976, date à laquelle avait été introduit l’étude d'impact permettant de prendre connaissance des conséquences environnementales d'un ouvrage et la loi Barnier (1995),à l’origine de la création de la Commission nationale du débat public (CNDP).

     Deux dossiers à priori "concurrents » sont proposés actuellement au débat public, avec un objectif à priori commun : faciliter les déplacements des 12 millions d'habitants de la région capitale et des visiteurs occasionnels dans les «prochaines décennies :

    • celui présenté par le gouvernement “ le Grand Paris”, double boucle de métro automatique de 130 kilomètres, est estimé à 23 milliards d'investissements, qui devrait desservir une "quarantaine de gares" et permettre la liaison rapide de "huit pôles majeurs de développement" 
    • celui présenté par le syndicat des transports d'ldF (Stif) , "l’Arc Express", , qui représente  60 kilomètres, coute 6 milliards d'investissement et dessert une cinquantaine de stations. Ce cout est indicatif cependant, ce projet étant intégré au "plan de mobilisation" de 18 milliards d'euros portant sur l’ensemble du réseau francilien, plus que fatigué.

    Afin de permettre à chacun de ses débats de se dérouler au mieux, deux commissions distinctes ont été créées par le CNDP : une sur pour le Grand Paris,  l’autre sur l’Arc Express , 

    Restons vigilant cependant, ce débat n'est pas qu’un débat technique, loin s'en faut, il est surtout politique. Beaucoup de spécilaistes trouvent pour le moins surprenant après les lois de décentralisation qu’un gouvernement intervienne dans des compétences expressement reconnues comme régionales.
    Soulignons que grace à cette procédure de concertation, chaque citoyen disposera des éléments nécessaires à sa complète information. Bien sur, tout n’est pas sur la table  et il conviendra de décrypter les enjeux des débats dans une prochaine note, mais les éléments proposés sont trés intéressants et nombreux.

    Handicap majeur de la procédure à souligner : le manque d’habitude des citoyens. En France, nous sommes encore peu habitués à nous exprimer sur des projets d'aménagement concernant pourtant notre quotidien au premier chef.
    Ce débat public constitue une réelle opportunité pour les citoyens, une vraie chance par rapport à la triste image donnée par les parlementaires ces dernières semaines, abandonnant toute prérogative face à la volonté d’un seul homme. Signe inqiétant et symptomatique  de la véritable crise démocratique traversée par notre pays.

    Avant de traiter dans une autre note, du fond des deux projets proposés,  il m'a semblé important de présenter les outils du débat public, ses acteurs, d’apporter quelques clés de lecture, tant l’existence de cette concertation constitue une innovation démocratique dont nous devons nous louer et que chacun peut et se doit de saisir …


    Lire la suite

  • 1914 / 1918 : in memoriam

    jaures31juillettoulouse.jpg

    A l'occasion des célébrations du 11 novembre, nous avons organisé en collaboration avec le Musée de la Grande Guerre et diverses associations locales (Rail Club, association des cartophiles du Pyas de Meaux), une exposition qui a permis à de nombreux visiteurs dont beaucoup d'écoliers et de collégiens de s'informer et pour certains de découvrir ce qu'a été la Grande Guerre. 

    Une commémoration qui a également  permis de rappeler la singularité du combat des trop rares pacifistes de l'époque, dont le plus illustre, Jean Jaures, première victime d'un conflit dont il avait annoncé la violence  et l'absurdité bien avant son déclenchement …

    Le devoir de mémoire permet de passer au tamis de l'histoire, certaines idées préconçues ou images d'Epinal convenues, de les confronter à un autre point de vue, moins institutionnel et officiel, afin de constater que certaines sont de réelles impostures à des années lumière de la réalité vécue par les combattants ou les populations civiles d'alors ... Le tribunal de l'histoire réserve parfois son lot de surprises ...

    Et si dans l'histoire dite "moderne" un conflit nécessite un inventaire approfondi,  tant sur sa nature, ses causes, que ses conséquences, c'est bien  la guerre de 1914/ 18, car la Grande Guerre a été instructive à plus d'un titre ...

     

    Lire la suite

  • Un powerpoint sinon rien !

     

    Powerpoint_slide.jpgPowerpoint, le logiciel de Microsoft est dans la tourmente, suite à la publication du livre de Franck Frommer consacré à l’incroyable succès de ce logiciel qui a causé un véritable tsunami médiatique et lui a valu des articles éloquents dans la presse parisienne : le Monde, Télérama, les Inrocks, l’Express …
    Le sujet passionne littéralement les éditorialistes, et pour cause, Powerpoint s’impose partout (réunion, enseignement, internet …) et est utilisé par tous. 

    Apparu en 1987, le premier des logiciels de Présentation Assisté par Ordinateur (PréAO) est devenu en quelques années un outil incontournable , un passage obligé pour tout décideur désirant communiquer un minimum.

    La révolte a commencé au début des années 2000 aux USA. Notons que la réalité américaine n'est pas la notre, problème de culture, de forme d’esprit et d’éducation de nos élites, mais soulignons qu’outre atlantique l'utilisation de Powerpoint dépasse l’entendement.
    Un succés qui déborde le simple territoire de l'informatique et de l’entreprise ou les arcanes  de la communication et du management pour s’étendre à tous les espaces sociaux et lieux de pouvoir. Pourtant beaucoup de présentations proposées présentent la caractéristique commune d’être longues, monotones, inintéressantes, confuses, vides de sens et souvent sans originalité !

    Faut-il pour autant renoncer à Powerpoint ou apprendre à bien s’en servir ?

    Plus grave encore semble t’il, l’utilisation quasi hégémonique de Powerpoint a une conséquence majeure : la forme conditionne désormais le fond de la pensée exprimée.
    Une situation qui amène beaucoup de spécialistes à se mobiliser contre la  « powertisation » rampante des esprits, tant il apparaît que ce logiciel en canalisant les idées, réduit la portée de la pensée et s’affranchit de toute complexité, afin d’offrir un raisonnement linéaire éloigné de toute contradiction. 

    Alors faut il réellement se révolter, instruire le procès de Powerpoint et de le bruler sur l’autel de nos valeurs ?

    Tout n’est pas si simple cependant,

     

    Focus sur ce logiciel et son utilisation …

     

     

     

    Lire la suite

  • Un bol d'air bienvenu

    red-sun2.jpg

    Longitude : 26.3204984 / Latitude : 34.8596191

     

     

    La terre est bleue comme une orange

     

    Paul Eluard