Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eco quartier à la française ou pas ?

fsm.jpgTout l’enjeu, dans la montée en puissance des projets d’EcoQuartiers sur le territoire, est de ne pas perdre le cap initial, « agir contre le réchauffement climatique ».
J’en suis d’autant plus convaincu après ma participation à la journée nationale des éco quartiers qui s’est déroulée à Grenoble, il y a tout juste quelques jours.

Les interventions lumineuses d’Olivier Siedler et d'Alain Maugard, l'ancien président du CSTB, sur lesquelles je reviendrais dans un prochain post, ont dressé constat clair. Notre société est plus que jamais à un moment critique du fait du stress énergétique imminent qui menace et du réchauffement climatique.

Il nous faut anticiper et repenser notre modèle économique, nos modes de consommation et habitudes de vie  au plus vite. Limiter l’efficacité énergétique à la seule consommation du bâti est par trop réducteur, l’élaboration des matériaux, leur transport, recyclage après usage, comme leur localisation sont des déterminants incontournables. Le bilan énergétique doit être global, c’est l’unité de mesure pertinente d’un éco quartier : modes de déplacements, localisation des pôles générateurs de flux urbains, atténuation et adaptation aux changements climatiques ...

L'EcoQuartier n’est qu’un des premiers signes précurseurs de la ville durable, responsable et en tant que telle consciente de l’empreinte de son métabolisme sur la planète et de sa capacité à diffuser (« essaimer ») des pratiques environnementales plus vertueuses à ses alentours.
Un futur proche qui ne doit pas nous faire perdre de vue, que le présent nous impose d’agir sur le bâti actuel, tant il est énergivore. Au delà des bonnes intentions, toujours louables, qui jusque là caractéristisait la démarche environnementale de nos sociétés, l’heure est aux réalisations concrètes et à l’efficacité réelle, il y a urgence.
Pour ce faire, il est nécessaire de se fixer un cap et des objectifs ambitieux à atteindre:

  • Se doter d’indicateurs significatifs, suffisamment simples pour être appropriables de tous, et communs à tous les projets (comparaisons, seuils d'excellence ou de qualité, références  ...)
  • travailler sur les processus afin de pouvoir piloter les actions, de faire évoluer si besoin les objectifs, et de pérenniser la démarche,
  •  réfléchir sur les outils "facilitateurs" des mises en pratiques et poursuivre la sensibilisation de la population
  •  élargir le regard au-delà̀ de nos frontières pour s'inscrire dans les démarches communautaires (cadre de référence européen de la ville durable notamment), nous y reviendrons également dans un prochain post
  •  faciliter transferts, partages de connaissance entre les différents acteurs, qu’ils soient chercheurs, concepteurs, décideurs ou professionnels (agriculture, bâtiment, urbanise, architecture, aménagement paysager, énergéticien ...)

Force est de constater que la démarche EcoQuartier initiée par le Ministère répond à cette attente et favorise un processus continu d’ auto apprentissage collectif, quasi "cognitif", ouvert à l’innovation quelle soit technique, sociale, citoyenne ou organisationnelle.
Le contexte financier actuel impose de considérer dés son origine le cout global final d’un équipement ou d’un aménagement (investissement, charges de fonctionnement ou de maintenance, qualité d’usage, devenir : déconstruction, recyclage ou réversibilité ...), il se traduit encore aujourd’hui par un surcout significatif.
Ce qui n'est pas admissible, tant cela  est discriminatoire. C’est paradoxalement lorsque l’on a peu de moyens, qu’il est important de s’interroger, d’explorer des pistes de travail, d’anticiper afin de dépenser moins et mieux. Plus on est en crise, plus il faut réfléchir afin de ne pas commettre d’erreurs qui coutent cher au final.
Les collectivités pauvres, n’ont pas la capacité de bâtir économe, c’est ce qui a notamment motivé notre candidature à l’appel à projet régional sur les « Nouveaux Quartiers urbains », nous voyons les résultats aujourd’hui.


Le ministère souhaite créer pour 2012 un « label EcoQuartier », dont l’intérêt est d’approcher plus finement ce que doit être un EcoQuartier, ou plutôt ce qu’il ne doit pas être. La difficulté de l’exercice est bien de trouver le juste équilibre entre trop contraindre, ce qui découragerait tout esprit d’innovation et standardiserait une démarche qui n’a pas à l’être et trop permettre, ce qui du coup enlèverait tout intérêt à la démarche

Certains parlent d’« éco quartier à la française », ce qui semble prétentieux compte tenu de notre retard sur ces questions, et constitue également un non sens, tant les enjeux environnementaux d’aujourd’hui dépassent les simples frontières nationales, l’épisode de Fukushima en étant une illustration éclatante. N'oublions pas de plus, qu’une réflexion sur la ville durable européenne est en cours..

Ci joint à la débottée, quelques idées d’ordre général …

 

 

 

Ma participation active à diverses instances, tant nationales que locales sur cette thématique m’a permis d’engager certaines réflexions, non personnelles, « restons humble » dirait Uriah Heep le personnage de Dickens, mais que je partage et que pour certaines, j’ai pu appliquer concrètement sur le projet d’éco quartier de Trilport.


Bâtir un projet en cohérence et en résonnance avec le territoire, en s’appuyant sur les démarches urbaines en cours (PLU, SCoT et documents associés PLH, PDU, etc.) qui doivent faciliter la traduction technique d’une vision stratégique et politique. Le diagnostic de territoire est un levier d’action indispensable, il permet de voir « grand angle » et de prendre le contexte local dans sa globalité et tout son potentiel, qui peut dépasser les limites de l’identifié ou du connu : ressources, savoir faire des acteurs locaux, développement de nouvelles  filières ... Etape trop souvent négligée, qui ne nécessite pourtant que de faibles investissements en temps et en argent, juste un peu de curiosité et d’esprit d’initiative.


Sinspirer avant tout et surtout du contexte local. Un tel projet ne peut être un produit de consommation. A l’ère ou le copier, couper, coller devient un structurant de la manière de penser, cette technique est totalement inadaptée à la démarche Eco quartier. Il ne peut y avoir de généralisation des dispositifs d’organisation ou de standardisation à mettre en place, toute reproductibilité est par nature limitée, tant les contextes diffèrent : ressources techniques et budgétaires, nature des projets, dimensionnement, enjeux territoriaux ... Chaque collectivité possède ses propres spécificités, et chaque quartier ses contraintes, son histoire, son parcours de vie ...
Imaginer un projet adapté à l’espace-temps, il est nécessaire de situer un projet non seulement dans son contexte territorial mais également dans sa temporalité, afin tout en respectant l’existant d’anticiper l’avenir ou du moins de le permettre afin qu’il puisse s’adapter à un contexte futur potentiellement différent. Il faut apprendre à imaginer, ou à prendre conscience d’échelles de temps variables … Le temps long n’est pas toujours compatible avec le temps court … Celui de la planète avec la vie des hommes, la vie des hommes avec la satisfaction immédiate et non réflechie d’un besoin consumériste immédiat, et ce dernier, de la temporalité d’un mandat politique.
Faire de l’EcoQuartier un laboratoire d’expérimentation et de diffusion des bonnes pratiques ou usages (living labs), allant bien au-delà̀ de ses limites et de son échelle. Sa vocation n’est pas de se contenter de demeurer un territoire d’exception mais d’être  l’initiateur d’un cycle vertueux, vecteur de progrès et levier vers la ville durable.


Ancrer le projet dans une démarche réellement et résolument politique. L’ambition est bien d’agir à terme sur toute la ville, puis de rétro agir sur le territoire, ce qui nécessite un portage politique soutenu tout au long du projet : échanger, dialoguer, proposer, innover, s’adapter, faciliter .... Autant d’actions constituant une garantie du maintien des objectifs sur la durée.


S’appuyer sur une équipe pluridisciplinaire impliquant un large panel des métiers et des savoir faire qui font la ville et la vie de la ville. L’approche systémique est incontournable, elle nécessite cependant une véritable acculturation des différents acteurs (équipe d’ingénierie administrative et technique, décideurs, collectivités, entreprises, professionnels, utilisateurs, etc.).et leur décloisonnement afin de favoriser une approche transversale du projet d’EcoQuartier, guidée par des outils de pilotage et d’évaluation spécifiques facilitateurs et permettant réactivité, adaptivité, quelquefois même anticipation.
Bousculer les schémas classiques et pratiques habituelles afin de mettre en place un nouveau type d’organisation qui soit participatif, collaboratif, privilégiant une approche quasi cognitive, « auto apprenante ». La réalisation du projet dépendant de la capacité du maître d’ouvrage à savoir s’entourer des talents nécessaires, pour certains nouveau (Assistance à Maitrise d’Ouvrage en Développement Durable). Pour ce faire,  l’identification des besoins et des limites du projet est incontournable: compétences et expertises attendus ? nature des missions, phasage du projet ... Le paradigme change : comment passer d’un urbanisme prescripteur à un urbanisme du mieux vire aprés vente. L’obligation de résultat remplace l’obligation de moyens, l’évaluation est un passage critique obligé, qui doit tenir compte cependant du contexte afin de ne pas se limiter à un calcul ésotérique.


S’insérer dans un processus d’amélioration continue : en ce domaine, les retours d’expérience manque. Si les critères d’évaluation doivent être définis dès la phase amont, ils doivent pouvoir être adaptés si nécessaire, tant le processus est évolutif, à l’aune du contexte économique et le prix de l’énergie n’est pas le moindre, mais également à celui des réalisations, des usages ... L’évaluation continue n’est pas dans la culture française, elle entraine son lot d’incertitudes, de remise en cause, elle ne doit cependant pas être une fin mais un moyen permettant de répondre à un besoin avéré.


Assurer une veille environnementale et technique, portant tant sur le contexte et l’environnement de l’EcoQuartier (le foncier, le cadrage réglementaire, ...), l’avancement du projet que les usages.
Prendre en compte dès l’amont les usages et leurs évolutions. Un EcoQuartier, avant que d’être un projet technique, politique, urbain, est avant tout et surtout un projet humain. Il faut encourager les habitants à s’approprier l’espace et à s’épanouir en usant du (utilisant) le territoire (transports, équipements, services, etc.), cela impose la création d‘espace de respiration, d’attention, l’aménagement d’espaces publics de qualité et diversifié permettant d’accepter une autre ville, un peu plus dense et la nécessité de mieux prendre en considération les priorités environnementales (place de l’automobile). Un EcoQuartier est une opportunité pour favoriser des changements de comportements et sensibiliser les habitants ou usgers du quartier aux enjeux du développement durable.


Co produire la ville durable. Aller au-delà de la simple information afin d’aboutir à une véritable co-construction requiert une impulsion forte de la collectivité, mais également du citoyen, qui doit laisser de coté le modèle du consommateur impulsif et individualiste. Si la participation citoyenne est un enjeu majeur du développement urbain durable et qu’on ne peut réduire à une simple "recherche d’adhésion à un projet", elle est de plus en plus difficile à obtenir. Le succés des réseaux sociaux apportant cependant des éléments de réflexion et d’interrogation, pertinents à prendre en compte.


Un fait est désormais acquis, le changement de nos modes de vie est le principal levier de réduction des émissions de carbone. Il faut faciliter cette quête vers la sobriété énergétique, en facilitant l’adoption de comportements responsables. Sans un bouleversement majeur des usages en cours, rien ne sera possible. Le politique doit contribuer à faire bouger les lignes, d’horizon et de perspectives.
Une volonté qui n’est pas obligatoirement auto flagellante, à nous d’inventer une nouvelle urbanité, de rendre la ville de demain aimable, vivable, désirable et durable. La ville de demain doit donner envie ...


Pour ce faire, il est important de surmonter certains obstacles dans cette véritable course de haies : 

  • Financier tout d’abord. Le coût de lancement d’un EcoQuartier (ingénierie de l’évaluation, énergies renouvelables ...) représente un budget considérable, dont les élus ne voient pas le retour sur investissement, qui n’interviendra qu’au fil des ans. Ce qui dans le contexte budgétaire actuel des collectivités est un handicap majeur.
  • D’angle de vue et de « focale ». Les projets actuels ne concernent que trop souvent la seule dimension environnementale. Pourtant un quartier est un morceau de ville, avec des dimensions sociale, économique et culturelle et une ville est avant tout un organisme vivant, doté de son propre métabolisme.
  • Culturels. L’omni présence de l’automobile dans la vie quotidienne et son corollaire, le stationnement ; mais également le peu de la dimension évaluation (manque d’outils et de références), qui lorsqu’elle existe est trop souvent déconnectée du projet concret ou du terrain. Le choc provoqué par quelques concepts urbains : densité, compacité, verticalisation ... Ce qui nécessite un minimum de pédagogie et de talent pour apporter un « bien vivre ». Avec un corollaire que ceux qui font (architectes, aménageurs, urbanistes ...) y vivent ou y travaillent.


Enfin, y compris si certains poètes ou artistes parlent de ville étérnelle ou intemporelle, la ville est avant tout temps et espace ... Tout est question de temporalité et d’échelle, dont de relativisme ...

Commentaires

  • Une information fondamentale publiée par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) est passée totalement inaperçue : le pic pétrolier s'est produit en 2006.

    Alors que la demande mondiale continuera à croître avec la montée en puissance des pays émergents (Chine, Inde et Brésil), la production de pétrole conventionnel va connaître un déclin inexorable après avoir plafonné. La crise économique masque pour l'heure cette réalité.

    Mais elle obérera tout retour de la croissance. La remontée des coûts d'exploration-production fera naître des tensions extrêmement vives. L'exploitation du charbon et des réserves fossiles non conventionnelles exigera des investissements lourds et progressifs qui ne permettront guère de desserrer l'étau des prix à un horizon de temps proche. Les prix de l'énergie ne peuvent ainsi que s'affoler.

    Le silence et l'ignorance d'une grande partie de la classe politique sur ce sujet ne sont guère plus rassurants. Et cela sans tenir compte du fait que nous aurons relâché et continuerons à dissiper dans l'atmosphère le dioxyde de carbone stocké pendant des millénaires... Chocs pétroliers à répétition jusqu'à l'effondrement et péril climatique. Voilà donc ce que nous préparent les tenants des stratégies de l'aveuglement. La catastrophe de Fukushima alourdira encore la donne énergétique.

    De telles remarques génèrent souvent de grands malentendus. Les objections diagnostiquent et dénoncent aussitôt les prophètes de malheur comme le symptôme d'une société sur le déclin, qui ne croit plus au progrès. Ces stratégies de l'aveuglement sont absurdes. Affirmer que notre époque est caractérisée par une "épistémophobie" ou la recherche du risque zéro est une grave erreur d'analyse, elle éclipse derrière des réactions aux processus d'adaptation la cause du bouleversement.

    Ce qui change radicalement la donne, c'est que notre vulnérabilité est désormais issue de l'incroyable étendue de notre puissance.

    L'"indisponible" à l'action des hommes, le tiers intouchable, est désormais modifiable, soit par l'action collective (nos consommations cumulées) soit par un individu isolé ("biohackers"). Nos démocraties se retrouvent démunies face à deux aspects de ce que nous avons rendu disponible : l'atteinte aux mécanismes régulateurs de la biosphère et aux substrats biologiques de la condition humaine.

    Cette situation fait apparaître "le spectre menaçant de la tyrannie" évoqué par le philosophe allemand Hans Jonas. Parce que nos démocraties n'auront pas été capables de se prémunir de leurs propres excès, elles risquent de basculer dans l'état d'exception et de céder aux dérives totalitaristes.

    Prenons l'exemple de la controverse climatique. Comme le démontre la comparaison entre les études de l'historienne des sciences Naomi Oreskes avec celles du politologue Jules Boykoff, les évolutions du système médiatique jouent dans cette affaire un rôle majeur.
    Alors que la première ne répertoria aucune contestation directe de l'origine anthropique du réchauffement climatique dans les revues scientifiques peer reviewed ("à comité de lecture"), le second a constaté sur la période étudiée que 53 % des articles grand public de la presse américaine mettaient en doute les conclusions scientifiques.

    Ce décalage s'explique par le remplacement du souci d'une information rigoureuse par une volonté de flatter le goût du spectacle. Les sujets scientifiques complexes sont traités de façon simpliste (pour ou contre).
    Ceci explique en partie les résultats de l'étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) pilotée par Daniel Boy sur les représentations sociales de l'effet de serre démontrant un sérieux décrochage du pourcentage de Français attribuant le dérèglement climatique aux activités humaines (65 % en 2010, contre 81 % en 2009). Ces dérives qui engendrent doute et scepticisme au sein de la population permettent aux dirigeants actuels, dont le manque de connaissance scientifique est alarmant, de justifier leur inaction.

    Le sommet de Cancun a sauvé le processus de négociation en réussissant en outre à y intégrer les grands pays émergents. Mais des accords contraignants à la hauteur de l'objectif des seconds sont encore loin.
    S'il en est ainsi, c'est parce que les dirigeants de la planète (à l'exception notable de quelques-uns) ont décidé de nier les conclusions scientifiques pour se décharger de l'ampleur des responsabilités en jeu. Comment pourraient-ils à la fois croire en la catastrophe et ne rien faire, ou si peu, pour l'éviter ?

    Enfermée dans le court terme des échéances électorales et dans le temps médiatique, la politique s'est peu à peu transformée en gestion des affaires courantes. Elle est devenue incapable de penser le temps long.
    Or la crise écologique renverse une perception du progrès où le temps joue en notre faveur. Parce que nous créons les moyens de l'appauvrissement de la vie sur terre et que nous nions la possibilité de la catastrophe, nous rendons celle-ci crédible.

    Il est impossible de connaître le point de basculement définitif vers l'improbable ; en revanche, il est certain que le risque de le dépasser est inversement proportionnel à la rapidité de notre réaction.
    Nous ne pouvons attendre et tergiverser sur la controverse climatique jusqu'au point de basculement, le moment où la multiplication des désastres naturels dissipera ce qu'il reste de doute. Il sera alors trop tard. Lorsque les océans se seront réchauffés, nous n'aurons aucun moyen de les refroidir.

    La démocratie sera la première victime de l'altération des conditions universelles d'existence que nous sommes en train de programmer. Les catastrophes écologiques qui se préparent à l'échelle mondiale dans un contexte de croissance démographique, les inégalités dues à la rareté locale de l'eau, la fin de l'énergie bon marché, la raréfaction de nombre de minéraux, la dégradation de la biodiversité, l'érosion et la dégradation des sols, les événements climatiques extrêmes... produiront les pires inégalités entre ceux qui auront les moyens de s'en protéger, pour un temps, et ceux qui les subiront. Elles ébranleront les équilibres géopolitiques et seront sources de conflits.

    L'ampleur des catastrophes sociales qu'elles risquent d'engendrer a, par le passé, conduit à la disparition de sociétés entières.
    C'est, hélas, une réalité historique objective. A cela s'ajoutera le fait que des nouvelles technologies de plus en plus facilement accessibles fourniront des armes de destruction massive à la portée de toutes les bourses et des esprits les plus tourmentés.

    Lorsque l'effondrement de l'espèce apparaîtra comme une possibilité envisageable, l'urgence n'aura que faire de nos processus, lents et complexes, de délibération.
    Pris de panique, l'Occident transgressera ses valeurs de liberté et de justice. Pour s'être heurtées aux limites physiques, les sociétés seront livrées à la violence des hommes. Nul ne peut contester a priori le risque que les démocraties cèdent sous de telles menaces.

    Le stade ultime sera l'autodestruction de l'existence humaine, soit physiquement, soit par l'altération biologique. Le processus de convergence des nouvelles technologies donnera à l'individu un pouvoir monstrueux capable de faire naître des sous-espèces.
    C'est l'unité du genre humain qui sera atteinte. Il ne s'agit guère de l'avenir, il s'agit du présent. Le cyborg n'est déjà plus une figure de style cinématographique, mais une réalité de laboratoire, puisqu'il est devenu possible, grâce à des fonds publics, d'associer des cellules neuronales humaines à des dispositifs artificiels.

    L'idéologie du progrès a mal tourné. Les inégalités planétaires actuelles auraient fait rougir de honte les concepteurs du projet moderne, Bacon, Descartes ou Hegel. A l'époque des Lumières, il n'existait aucune région du monde, en dehors des peuples vernaculaires, où la richesse moyenne par habitant aurait été le double d'une autre. Aujourd'hui, le ratio atteint 1 à 428 (entre le Zimbabwe et le Qatar).

    Les échecs répétés des conférences de l'ONU montrent bien que nous sommes loin d'unir les nations contre la menace et de dépasser les intérêts immédiats et égoïstes des Etats comme des individus.
    Les enjeux, tant pour la gouvernance internationale et nationale que pour l'avenir macroéconomique, sont de nous libérer du culte de la compétitivité, de la croissance qui nous ronge et de la civilisation de la pauvreté dans le gaspillage.

    Le nouveau paradigme doit émerger. Les outils conceptuels sont présents, que ce soit dans les précieux travaux du Britannique Tim Jackson ou dans ceux de la Prix Nobel d'économie 2009, l'Américaine Elinor Ostrom, ainsi que dans diverses initiatives de la société civile.

    Nos démocraties doivent se restructurer, démocratiser la culture scientifique et maîtriser l'immédiateté qui contredit la prise en compte du temps long.
    Nous pouvons encore transformer la menace en promesse désirable et crédible. Mais si nous n'agissons pas promptement, c'est à la barbarie que nous sommes certains de nous exposer.

    Pour cette raison, répondre à la crise écologique est un devoir moral absolu. Les ennemis de la démocratie sont ceux qui remettent à plus tard les réponses aux enjeux et défis de l'écologie.



    Michel Rocard, ancien premier ministre, coauteur avec Alain Juppé de "La politique, telle qu'elle meurt de ne pas être" (JC Lattès, 314 p., 18 €).

    Dominique Bourg, professeur à la faculté des géosciences et de l'environnement de l'université de Lausanne, membre du Comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot

    Floran Augagneur, philosophe, enseigne la philosophie de l'écologie à l'Institut d'études politiques de Paris

Les commentaires sont fermés.