Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Conversations urbaines" autour du (trés) Grand Paris

logo.gifL'Atelier international du Grand Paris (AIGP) lance un cycle de débats intitulé « Conversations métropolitaines » consacré à l'avenir de la métropole francilienne.
Installé depuis février 2010 au Palais de Tokyo (dans les anciens locaux de la FEMIS) l’équipe permanente de  L'AIGP poursuit  la réflexion initiée lors de la consultation internationale de 2008, avec une feuille de route claire : provoquer le débat, catalyser et accompagner les recherches sur les enjeux urbains liés au projet, et alimenter le travail des 10 équipes d’architectes toujours en charge du suivi de ce grand dessein. L’AIGP associe à parité Etat et collectivités territoriales, Pierre Mansat Maire Adjoint de Bertrand Delanoe est apparemment pressenti pour en prendre la présidence ce qui ne serait que justice au regard du travail qu'il a effectué sur notre métropole.

Afin de contribuer à l’émergence d’une vision «partagée», et de prendre en compte les initiatives locales et la réalité du terrain,  l’Atelier international du Grand Paris s'est associé à l’Union régionale des Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement d’Île-de-France (URCAUE) pour organiser ces "Conversations Urbaines". Elles sont ouvertes aux élus, acteurs du terrain et professionnels de l’aménagement urbain et regroupent des séminaires techniques, des soirées débats qui donneront l’occasion de confronter et croiser les différents points de vue sur les stratégies et pratiques urbaines mises en œuvre en Île-de-France, notamment au travers du prisme de l’Intensité urbaine et des Espaces ouverts. 

  • Intensité urbaine, afin de faire émerger la « métropole de l’après Kyoto » selon quelques principes : combattre l’étalement urbain, agir sur les mobilités en améliorant et l’optimisant le réseau de transport en commun, renforcer l’accessibilité des services de proximité au plus grand nombre. 
  • Espaces ouverts, ces derniers étant de plus en plus menacés, malgré leur qualité et leur complémentarité avec l’espace urbain. Espaces naturels pourtant indispensables pour lutter contre l'urbanisation consommatrice de foncier,  mais également apporter des solutions au  réchauffement climatique et à la dégradation de la bio diversité. 

Les "conversations métropolitaines" sont l'occasion de faire remonter  les retours d’expérience, susciter et provoquer les interrogations autour des nouveaux modes de faire (territoire, habitants, acteurs locaux), aborder les contraintes rencontrées, mais aussi  faciliter une réflexion plus transversale portant notamment sur les usages ...

J'ai eu l'honneur d'être invité à leur premier séminaire de travail consacré à une thématique pour le moins sensible et controversée ; celle de l’intensité urbaine …

Vaste débat, et ce pour plusieurs raisons …

 

 

 

Dans son propos introductif, Bertrand Lemoine, Directeur Général de l’IAIGP, a souligné l’intérêt de la collaboration entre sa structure, l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région ile de France et l'Union régionale des CAUE.
Les « Conversations métropolitaines », peuvent être utiles au rapprochement entre recherche théorique, prospectives proposées par les 10 cabinets d’architectes et la réalité du terrain telle qu'elle est ressentie par ses acteurs, c’est la grande force d'un tel partenariat.

Rappelons que chaque département abrite un CAUE assurant une mission de service public autour de la promotion de  la qualité architecturale, urbaine et paysagère du territoire. Cette mission se décline en plusieurs types d’actions : information et sensibilisation du public dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme ou de l’environnement, formation des maîtres d’ouvrages, information et conseil aux particuliers et aux collectivités locales …
Véritables butineurs  du terrain, les CAUE tissent des liens privilégiés avec l’ensemble des acteurs locaux de l’aménagement ou de l’environnement qui participent à la fabrication de la ville durable.

En Ile de France ils se sont regroupés en Union régionale (excepté celui de Seine et Marne !) afin de valoriser leurs réseaux de compétences, mener des initiatives communes  liées au devenir de la métropole francilienne, ou  à la réflexion autour du bâti bo climatique (expérience Ekopolis).

 

De la densité à l’intensité

Lors de ce premier séminaire, quelques intervenants se sont lancés dans un débat assez théorique en fait,  portant sur les différenciations entre intensité, densité, ou compacité, autant de termes « voisins » souvent employés pour  décrire un concept commun … Pourtant une ville intense n’est pas forcement une ville dense

Si certains n’ont évoqué qu’une différenciation de type sémantique, destinée à suivre un effet de mode, ou une approche plus soft auprès des habitants, d’autres participants ont précisé que l’intensité définit une notion beaucoup plus dynamique, tenant compte des relations entre habitants, de la présence et de la vitalité à la fois des services et des fonctions, une ville dense peut ne pas être intense, si elle se limite à être une cité dortoir orpheline en services aux habitants.

Deux interrogations ont été soulevées  :

  • le niveau à partir duquel la densité n’est plus « soutenable » pour les habitants. Approche mathématique basée sur un nombre de logements à l’hectare, variant selon les morphologies urbaines existantes et la fixation de seuils : 60, 70, 80 logements ou 100 logements par exemple, à proximité d’une gare …
  • la pédagogie à déployer auprès des  habitants pour les convaincre d’accepter une densité élevée. Aborder cette question sur l’angle de la qualité des services et des liens sociaux peut faciliter une prise de conscience collective au regard des priorités environnementales liées au réchauffement climatique : lutte contre l’étalement urbain, diminution des déplacements, création d’espaces publics et d’espaces verts de qualité. La notion de densité végétale a été avancée.

Le succès de l’habitat individuel a été évoqué, ce dernier s'étant développé à partir de la ville américaine, mode d’organisation urbaine basée sur le développement de lotissements individuels et l’étalement urbain qui répond cependant à priori au besoin d’intimité recherché par beaucoup de nos concitoyens. Véritable clé de valorisation d’une ville dense, la qualité architecturale du bâti et la diversité des typologies et morphologies urbaines qui doivent prendre en compte le besoin d’intimité des futurs habitants par la création d’espaces privés appropriables.
Chacun doit se sentir chez soi.

Vincent Fouchier, Directeur Général Adjoint de l’IAU, a fait une intervention remarquée,  présentant le grand intérêt, d’illustrer le relativisme des concepts liés à la densité urbaine de manière très visuelle et quelque peu provocatrice.

Une thématique sensible, correspondant à des imaginaires ou des représentations, qui diffèrent selon les approches des uns et des autres ou la profession exercée. Autre limite, l’écart entre  densité perçue ou densité effectivement mesurée peut surprendre, et souligne  les limites de l'analyse quantitative. A contrario l’importance du qualitatif, peu mesurable, a trop peu souvent été évoqué.

L’intensité urbaine est au cœur du Développement urbain car limitant l’étalement urbain, et privilégiant le fait de bâtir la ville sur la ville. Il est également important de ne pas confondre le concept de densité avec ceux de morphologie, d’organisation ou de forme urbaines ; dans le même esprit il faut différencier densité du bâti, densité de population ou densité végétale. Rappelons que  l’éco quartier de Fribourg est beaucoup plus dense que la ville de Sarcelles, on associe trop souvent à tort les fortes densités aux tours et aux barres des grands ensembles, un modèle d’organisation urbaine, littéralement « repoussoir » pour les habitants.

Il a abordé également  le lien naturel, indissociable, entre densité et mobilité, qui a été un axe majeur du Schéma Directeur d’Ile de France, mais également des projets autour du Grand Paris.

 

les outils réglementaires pour densifier ?

Emmanuel Acchiardi, Directeur Adjoint de l’Unité Territoriale de l’Equipement et de l’Aménagement des Hauts-de-Seine,  est revenu sur la « boite à outils » permettant de faire accepter par les habitants et les élus, une intensification acceptable, basée sur la concertation et la pédagogie (Agenda 21, Plan Climat, SCOT, PLU …).

L’intensification est « acceptée » selon lui, lorsqu’elle s’inscrit dans un projet global, concerté, qui permet de répondre à des besoins collectifs,  et qu’elle donne lieu à une démarche pédagogique, qui peut être basée sur des visites de terrains favorisant une présentation concrète des opérations réalisées et des densités auxquelles elles correspondent

Autre argument, notamment à partir d’une organisation urbaine existante,  le financier. Il a évoqué la piste de réflexion actuellement explorée autour du concept du « Build In My BackYard » (BIMBY), afin de faire émerger la ville durable à partir du tissu pavillonnaire existant, permettant tout à la fois de densifier et valoriser les parcelles. Elle correspond à un programme de recherche sélectionné en 2009 par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre de son appel à projets « Villes Durables » permettant de renouveler le tissu urbain pavillonnaire, qui représente une grande part des surfaces urbanisées en Europe. A ne surtout pas confondre avec le « NIMBY » :  acronyme provenant de l’anglais « Not In My Back Yard » (« pas dans mon arrière-cour ») qui désigne une position refusant toute nuisance dans son environnement proche (« syndrome nimby ») : déchetterie, usines ...

 

Et l’homme dans tout ça ?

Lors de mon intervention, j’ai surtout parlé d’humain, d’affect, de pathos, jusque là absent des échanges. J'ai fait part de ma surprise,  jusque là, aucune intervention, au delà d'arguments trés rationnels certes n’ayant fait référence au désir, à l’envie de ceux qui vivent, s’épanouissent ou travaillent dans les villes.
Rendre la ville désirable représente également pour moi une piste d'action pertinente à ne pas sous estimer : la qualité des espaces, de l'environnement, des services, la prise en comtpe des besoins, notamment avec le vieillissement de la population sont autant d'éléments qui in fine ont un sens et peuvent faire passer des représentations qui ne correspondent plus à la réalité. C'est ce que nous expérimentons au niveau du logement social en liant la réponse quantitative au qualitatif.

L’intervention de de Vincent Fouchier a d'ailleurs démontré le relativisme d’une approche trop technique et les limites d'une telle démarche. Maire d’une petite ville de la grande couronne, il m’apparaît important d’insister sur la notion de projet de ville, surtout lorsqu’il est partagé et collaboratif, mais également sur la question de l’identité locale.
Une ville est un élément identitaire important et structurant pour ses habitants, un des éléments clés qui font une citoyenneté, il est important que les urbanistes et les architexces en tiennent également compte.

La question sociale est centrale, les relations et le lien social étant par essence fédérateurs. La prise en compte des mixités urbaines qu’elles soient sociales, inter générationnelles ou fonctionnelles favorise une ville plus dynamique, plus forte car fédérée par une vraie cohésion sociale collective  … Une ville plus intensemais également plus humaine …

Un projet de ville ne peut se limiter à une approche uniquement théorique, quantitative, trop réductrice, mais doit intègrer le facteur humain trés en amont, sentir les tendances qui émergent et font bouger une société. La place croissante des seniors en est une, comme celle du réchauffement climatique ou de l'importance de plus en plus réelle et haureusement que nous accordons à la nature.

Autre point clé, celui de la temporalité ou plutôt des temporalités, car la ville est temps et espace … Il y a le temps de l’incubation du projet, celui de son montage, de sa réalisation, de son lancement … Le temps d’une opération urbaine également, comme celui des recours juridiques quelquefois abusifs, le temps d’un mandat, le temps d’une vie, le temps d’une ville, le temps de la planète  … Autant de temporalités qui s’entrecroisent.
Il faut du temps pour réfléchir, se concerter, étudier en amont, ou piloter de manière transversale et collaborative.  Nous sommes pourtant en plein big bang territorial. Les normes et  textes juridiques  sont de plus en plus complexes, exigeants mais également éphémères, influant un contexte mouvant qui impose pourtant retenue et sérénité. Le maitre des horloges qu’est l’Etat, exige, trépigne, demande des comptes, invoque l’urgence des besoins et dans le même temps parle de concertation, d'études  ...Une vraie schizophrénie !

Mais la ville est également émotion … La qualité des espaces publics, des formes urbaines, le talent des professionnels sont autant d’atouts pour permettre une densité  plus élevés, d’autant lorsqu’ils respectent l’homme, la cité et la nature.
Il faut travailler sur la piste de l’exigence qualitative …

Enfin, révolution culturelle et sociétale, l’urgence environnementale; une des clés d’entrée de la ville dense, ou intense.
Nous devons tout à la fois limiter l’émission des gaz à effet de serre, en recherchant la meilleure efficacité thermique, et préserver activité agricole, bio diversité ou espaces naturels en limitant l’étalement urbain, en reconstruisant la ville sur la ville et en privilégiant une certaine intensité.

Mais une ville vit, respire, se développe, se régénère quelquefois pour ne pas mourir, et pour ce faire il est important de rendre possible ou de favoriser la reconstruction de la ville sur la ville …

 

 

Pour aller plus loin :

inscription, plaquette à télécharger

 

CYCLE INTENSITE : Soirée débat le 16 juin

S’interroger sur les conditions à réunir pour intensifier les espaces urbains, c’est poser sans détour la question de la qualité. On sait en effet depuis longtemps que densité perçue et densité mesurée révèlent des écarts qui pointent les limites de l’analyse quantitative. .

Il n’est autre que celui de la «métropole d’après Kyoto » : combattre l’étalement urbain dispensateur de gâchis de terres agricoles, compléter ou optimiser le réseau de transports en commun pour limiter l’usage de la voiture, rendre la ville et ses services de proximité accessibles au plus grand nombre.

Au programme :

  • du règlement à L’urbanisme opérationnel : quelles marges de négociation ?
  • le paradigme de l’intensité : quels nouveau équilibres ?
  • Le temps de la pédagogie : quels aprtages avec l’habitant ?

 

Prochainement :

 Novembre 2011 – Marché foncier et accès au logement /  Janvier 2012 – Stratégies et formes urbaines

 

CYCLE ESPACES OUVERTS : soirée débat le 30 juin, à laquelle je participe.

Réfléchir à l’organisation de la métropole par l’armature des espaces ouverts n’est-il pas l’occasion de proposer un autre récit pour imaginer le devenir de l’ile de France ?

La reconnaissance de la valeur des espaces ouverts, dans leur complémentarité avec l’espace bâti, est indispensable pour lutter contre une urbanisation consommatrice d’espaces.

Mais cette inversion du regard, ce travail sur la fabrication du lien entre des morceaux fragmentés d’urbanisation ne permet–il pas aussi d’inventer d’autres projets ?

 Au programme : 

  • Quelles réponses apportent ils aux défis du XXI eme siècle ?
  • Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs : pour quelles richesses ?
Prochainement :

Novembre 2011 – Complémentarité des projets urbain et agricole / Janvier 2012 – Biodiversité et stratégie urbaine 

 

Commentaires

  • Pierre Mansat élu président de l'Atelier International du Grand Paris

    Plus de deux ans auront été nécessaires pour donner à l'AIGP une dimension nouvelle : désormais porté autant par les élus de la région que par l'Etat - donc fortement légitime - , il voit rentrer dans son conseil scientifique les deux grandes agences d'urbanisme françaises, l'IAU et l'Apur.

    "Son rôle est à inventer", déclarait Pierre Mansat, maire adjoint de la Ville de Paris, avant son élection, hier mardi 7 juin par le conseil d'administration. De fait, l'élu, qui fut un des maîtres d'oeuvre de la construction du syndicat Paris Métropole, va engager la mise en place d'un vrai laboratoire d'idées.

    Une consultation va être lancée pour confier des missions de cinq ans aux équipes pluridisciplinaires d'architectes. Pierre Mansat succède à Emmanuel Raoul, secrétaire permanent du Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA) au Ministère de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement. Le nouveau conseil d’administration et la nouvelle assemblée générale du GIP (groupement d’intérêt public) Atelier international du Grand Paris se sont réunis pour la première fois ce mardi 7 juin dans les locaux de l’Atelier au Palais de Tokyo. Cette installation fait suite aux délibérations successives des collectivités parties prenantes du GIP sur ses nouveaux statuts.

    La dimension juridique n'aura pas été le plus simple des problèmes dans la mise en place d'un outil collectif - unique en Europe - d'invention de l'avenir de la région capitale. Comment poursuivre l'élan initié par la consultation Grand Pari(s) sans contrevenir aux règles des marchés publics ? Le conseil d'Etat, interrogé, a préconisé l'ouverture d'une consultation pour confier des missions de cinq ans qui prolongent les premières pistes de réflexion esquissées par les dix équipes d'architectes retenues voici deux ans.

    La consultation pourrait être l'occasion de voir entrer dans le jeu de nouveaux noms : le ministère de la Culture verrait d'un bon oeil les apports d'un Dominique Perrault, d'un Rem Koolhaas, d'un Bernard Reichen. Cependant, Maurice Leroy, ministre de la Ville chargé du Grand Paris, n'entend pas se laisser dépouiller de ses prérogatives. Il l'a réaffirmé lors de la réunion, le 7 juin, du comité de pilotage du Grand Paris qu'il a mis en place. Si la place de la culture dans la réflexion générale est bien réaffirmée du côté de l'Etat, le ministre, représenté par Anne-José Arlot, ne devrait pas avoir son mot à dire sur les questions de transport aérien ou fluvial, de gestion des eaux, de mixité sociale, ou d'enseignement supérieur.

    "Peser dans les décisions politiques qui feront la métropole"

    De plus, désormais géré à parité par les collectivités locales avec l'Etat, l'Atelier peut devenir, selon son président, un lieu d'invention. "L’Atelier du Grand Paris ne doit pas se limiter à un simple rôle consultatif, mais aussi peser dans les décisions politiques qui feront la métropole de demain, analyse Pierre Mansat. Il doit aussi contribuer à donner à voir le Grand Paris, à façonner la représentation de la métropole." L'arrivée à la tête de l'Atelier de l'élu qui a su, depuis un mandat électoral et demi rassembler des intérêts souvent divergents, entre Paris et les villes de petite couronne, entre élus de tous bords politiques, entre Etat et élus, cette arrivée est appréciée, dans le contexte de fonctionnement défini par les nouveaux statuts.

    Les missions, et les actions de l'Atelier nouvelle manière vont se redéployer, chacun en est convaincu. "Ce ne sera pas le lieu où l'on dessinera les projets qui vont s'exécuter, commente Antoine Grumbach, une des rares équipes du Grand Paris représentée après le conseil d'administration d'hier 7 juin. Son rôle ne peut pas être prescriptif. Il n'est pas là pour décerner des labels. Il y aura de la place pour de nombreux architectes dans les projets qui se développeront. L'Atelier peut être un lieu d'exploration, de production d'idées nouvelles : comment habiter, se déplacer, introduire la culture à grande échelle..."

Les commentaires sont fermés.