Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Il était histoire et actualité

    otto.jpgAu moment ou l’Europe vit des heures difficiles, l’itinéraire de deux européens qui nous ont quitté cet été démontrent que cette grande idée a surmonté par le passé des périodes bien plus sombres. Elle survivra sans doute à cette séquence délicate, qui paradoxalement lui permettra d’avancer, cette crise risquant de tout emporter est aussi une nouvelle occasion historique pour l’Europe de progresser.Ce qu'elle fait à chaque fois qu'elle est au pied du mur.

    Voici une première note consacrée à l'un de ses deux européens ...
    Où la rencontre improbable entre un petit fils de bergers espagnols anarcho syndicaliste avec un des descendants de Sisi et de Charles Quint ...

    J’ai rencontré Otto de Habsbourg en septembre 2003, à Engen notre ville jumelée qui organisait une exposition des trésors de l’abbaye hongroise de Pannonhalma (leur autre ville jumelée). Le Prince, très attaché à ce lieu, où repose désormais son cœur (voir après), s’était déplacé pour l’occasion. Ce qu'il faut savoir est que du fait de leur double couronne (Autriche et Hongrie) les héritiers impériaux avaient des précepteurs hongrois issus de ce Monastère, Centre Universitaire reconnu en Europe Centrale.


    Un des sujets à l'ordre du jour à ce moment, était la Constitution Européenne, dont Otto de Habsbourg était un des auteurs. Ce traité a connu bien des visicitudes aprés son adoption par les chefs d'État et de gouvernement des 25 pays membres de l'Union européenne en juin 2004 et son rejet par notre pays lors du référendum de mai 2005.
    Nous avons discuté et débattu, lui dans un français exquis, trés Quai d'Orsay, sur les racines "chrétiennes" de l'Europe. Notre pays avait obtenu que la Constitution Européenne, ne fasse pas référence aux "origines chrétiennes de l'Europe". Concession lourde de sens pour beaucoup de pays voisins, alors que pour un athée comme moi, cela allait de soi. Manifestement Otto de Habdbourg avait accepté cette inflexion, mais avec déchirement. Discussion passionnante venant aprés un prêche oeucuménique ou tant le prêtre que le pasteur avait enfoncé le clou sur ce point. Une mesure semblant mineure aux yeux de beaucoup de mes camarades thuriféraires de ce Traité. Mais l'Europe c'est aussi et surtout la découverte des différences, culturelles, géographiques ou simplement des histoires des uns et des autres et de la perception de la "grande histoire commune", passée ou restant à écrire.
    Incontestablement, construire l'Europe, c'est d'abord  se découvrir pour mieux se comprendre. C'est ce que souligne un autre grand européen, Joschka Fischer dans un interview récent. 

    « Les Allemands restent un peu provinciaux et manquent de confiance en eux. Leur nostalgie d’une monnaie forte?? Songez à leurs efforts économiques, psychologiques, financiers après la réunification. Certes, cette réunification, financée par un impôt spécial, a été le ferment de nos réformes et de notre rebond. Mais elle a exigé beaucoup de sacrifices, généré beaucoup d’humiliation. Nous avons été longtemps la lanterne rouge de l’Europe et je me souviens encore du jour – en janvier 2000 – où José María Aznar [ancien Premier ministre espagnol] est venu sermonner Schröder en lui demandant de mieux gérer l’économie allemande. Quand les Allemands disent qu’ils ont assez payé, il faut les comprendre. [...]

    Mme Lagarde a fait une erreur en déclarant que l’Allemagne devait être plus coopérative. Elle oublie que dans notre histoire l’Etat a failli. Depuis notre retour à la démocratie, l’économie est au cœur de l’Etat et de la société allemande. Elle a une résonance émotionnelle énorme, absorbe toute notre énergie et est devenue le point focal de notre politique. C’est dans ce sens que nous avons parfois du mal à en partager les fruits. En sens inverse, il faut que les Allemands comprennent la psychologie des Français, plus souverainistes, qui vivent avec le souvenir d’un passé glorieux. [...] »

    C’est ce que déclarait également Otto de Habsbourg :  « Pour être un bon Européen, il faut assumer son passé, tout son passé ».

    Cet homme était effectivement histoire et actualité.


     

    Lire la suite

  • Lendemain de primaires

     

    1588699_3_5b2d_francois-hollande-et-martine-aubry-le-16.jpg

     

    "Avec vous, dès demain,

    Je veux construire une France qui croit en sa jeunesse et donc en son avenir.
    Une France qui croit en l'égalité, où chaque citoyen paie ses impôts en fonction de ce qu'il gagne et possède réellement,
    Une France qui croit en ses valeurs et qui sera capable de mettre en place,
    un modèle de République écologique et solidaire."


    François Hollande
    Candidat des socialistes à l'élection présidentielle de 2012
    16 octobre 

     

    Résultats du scrutin des primaires au niveau local

     

    Lire la suite

  • Primaires : pour moi, c’est Hollande

    phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpegEn organisant aujourd’hui la 1ere consultation citoyenne ouverte de l’histoire politique française, le PS entre certainement dans l’inconnu,  mais n’en déplaise aux thuriféraires de droite, après son initiative, rien désormais ne sera plus comme avant dans la politique française.
    Avant d’expliquer en quelques mots, pourquoi je soutiens la candidature de François Hollande, je vous propose un retour rapide sur l’irruption des primaires citoyennes dans notre vie politique.

    Permettez moi en premier lieu d’avoir une pensée "émue" pour certains leaders politiques de l’UMP, qui vont attendre avec beaucoup d’inquiétude les taux de participation de ce soir. Il est vrai, qu’ils n'ont guère au préalable dans leurs interventions médiatiques, brillé par leur ouverture d’esprit, démontrant tout le conservatisme qui les caractérise et faisant preuve d’une mauvaise foi avérée, malheureusement habituelle de leur part. 
    Reconnaissons cependant en toute objectivité, que d’autres élus de droite ont réagit plus intelligemment devant le réel succès, médiatique et populaire, de la campagne des primaires auprès des français. Ils en ont même tiré des enseignements pour de prochains scrutins, dont acte.
    Ce n'est pas seulement faire preuve de fair play, mais bien reconnaitre la légitimité d'un nouveau mode de désignation citoyen, apportant un bol d'air bienvenu et une réelle valeur ajoutée à la politique nationale. Il est évident que les professionnels des arrière boutiques politiciennes ou officines, tant à gauche qu'à droite, verrouillant à tour de bras, ont tout à perdre de ce style d'initiative; ceci explique peut être cela ... Comment sinon expliquer la frilosité et l'hositilité manifeste constatée devant cette innovation politique majeure.
    Pour ma part, je pense que rien désormais, ne sera plus comme avant.

    Nous sommes en effet, à des années lumière du fichage et de l’encartage dénoncés par les « éléments de langage » en provenance directe de la rue de Boëtie, QG de l’UMP qui  n’ont abusé personne, surtout pas les français.
    Rappelons à toutes fin utiles que le PS avait, au prélable, consulté  le Conseil constitutionnel, la Commission nationale des comptes de campagne, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), tenues compte de leurs remarques, pour aboutir au final à des procédures, lourdes mais trés sécurisées et permettant une parfaite transparence.

    Si le succès est au rendez vous, il faut en premier lieu en féliciter les 6 candidats, sans exclusive. Ils ont su résisté aux affres de la division, au règne des petites phrases assassines, et nous ont proposé des débats de haute tenue, où chacun malgré un respect mutuel à pu montrer sa différence.

    Nous sommes à des années lumière du caporalisme trés "voix de son maître" de certains mouvements politiques, dont l'UMP.

     

    Pourquoi soutenir la candidature de François Hollande ?

     

    Lire la suite

  • Un Jobs pour l'éternité (virtuelle ?) ...

    steve-J.jpg

     

     Il a peut-être des secrets pour changer la vie ?

     Non, il ne fait qu’en chercher ...

     

    Arthur Rimbaud
    Une saison en enfer

      

    Discours de Steve Jobs lors de la  remise de diplôme 
    de l’université américaine de Stanford en 2005.   

    Lire la suite

  • Aide à domiciles, attention danger !

    una2.jpg

    Nous avons eu le plaisir d'accueillir les délégués de l'UNA 77 (Union Nationale des Aides à domicile) à l'occasion de leur assemblée générale annuelle.

    Cette association créé en 1970 regroupe l'essentiel des structures d'aides à domicile, une cinquantaine, intervenant dans le département.
    Autant le préciser immédiatement, ce secteur d'activités pourtant indispensable à la cohésion sociale du pays, traverse actuellement une sérieuse période de turbulences. En 2009, ces structures ont réalisé plus de 1 300 000 000 heures auprès de 12 000 usagers; l'ASSAD de Trilport et de ses environs, en réalisant plus de 50 000 heures.  

    C'est dire l'importance de leur action quotidienne auprés de nos concitoyens, qui permet à nombre de personnes âgées et dépendantes de poursuivre leur vie en toute harmonie, à leur domicile, dans nos villes et villages. 

    Le vieillissement est trop souvent synonyme d’isolement et de solitude lié soit à des problèmes de santé, d’accessibilité, de mobilité. Chacun d’entre nous, à un moment donné de sa vie, dans son environnement familial ou amical proche, a pu mesuré ce constat avec humilité. Quitter son logement représente pour les personnes âgées un traumatisme irréparable :  perte de repères essentiels, rupture du réseau social,  sentiment de déclassement et d’abandon.

    À l’horizon 2050, selon l’Insee, le nombre de personnes âgées de 60 ans devrait doubler, de 75 ans, tripler (pour atteindre 11,6 millions) et celui des 85 ans et plus, potentiellement concernées par une perte d’autonomie, multiplié par quatre (1,3 million en 2000 et 4,8 millions en 2050). 
    Avec l’allongement de la durée de vie, la problématique de la relation entre vieillissement de la population et adaptation du logement mais aussi des services de proximité, devient incontournable. Phénomène sociétal inéluctable que notre société se doit de préparer au mieux. Certes le vieillissement croissant de la population est une conséquence heureuse des progrès de la société, mais il nous impose d'être présent au rendez vous et de répondre à ces nouveaux besoins.

    Cependant, malgré l'importance de l'enjeu, l’année même du « débat sur la dépendance » voulu par le Président de la République, qui pour l’heure n'a donnée suite à aucune proposition concrète, la situation de beaucoup de ces associations est plus que problématique.

    Ce paradoxe a été le point clé de mon intervention, lors du mot d'accueil effectué en ouverture des travaux de cette réunion ...

     

     

     

    Lire la suite