Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Seine-et-Marne est désormais vue du ciel, s’il existe ?

    Corbis.jpg 

    C’est avec tristesse que je viens d’apprendre que Christian Bartillat vient de tourner avec élégance la dernière page de sa vie, afin d'écrire de sa belle écriture déliée le mot fin …

    Et des pages on peut dire qu’ il en a connu … écrites avec passion, rigueur et humilité de sa plume alerte et précise, ou découvertes en provenance de tous les horizons et de tous les continents … 
    Ce diplômé en sciences politiques, essayiste et écrivain, a surtout été pour la majorité d'entre nous un éditeur de premier plan.

    Je devrais plutôt dire « à géométrie variable »,  tant il a accordé autant d’importance, de considération et de respect à des auteurs majeurs tel Karen Blixen, Anais Nin, Virginia Woolf ou Henry Miller qu’il a contribué à faire connaître en France, qu’à des historiens locaux anonymes dédiant leur existence, à la petite histoire des petites gens d’antan ou à leur territoires .…

    Cet éditeur reconnu de la place de Paris, directeur général des Éditions Stock, avait en effet décidé de consacrer la dernière partie de sa vie, à contribuer à nous rappeler l’importance et la qualité d’un patrimoine historique, culturel local, trop souvent méconnu, oublié ou même ignoré … Un des livres édités par les presses du village, ne s'appelle t'il pas "La Seine et Marne vue du ciel" ?

    Il l'a fait en présidant notamment aux destinées de la Société d’histoire et d’art de Meaux, mais surtout en créant les éditions « Christian de Bartillat », puis les Presses du Village qu'il a dirigé durant vingt-huit ans, jusqu’en 2010, lors de la cessation d’activités d'une maison d’édition,  atteint par la maladie 


    Cela a été une si belle aventure ...


    Lire la suite

  • N'oublions pas avril 2002, votons efficace

    web-mjs.jpg

    La jeunesse n'a pas de frontière ... 

     

    Pourquoi voter François Hollande, dés le 22 avril 2012 ou les raisons d'un vote


    Lire la suite

  • La marche d’Arcelor à Trilport, «l’acier lorrain vivra»

    Ou les leçons d’une marche citoyenne


     

    ARCELOR-marche-web.jpg

    C’est avec plaisir que nous avons accompagné les salariés d’Arcelor Mital lors de leur étape à Trilport pour le dernier kilomètre de la journée. Il paraissait tout à fait normal de nous associer à cette initiative citoyenne qui constitue certainement la réponse la plus intelligente que les syndicalistes pouvaient apporter aux lacrymogènes reçus des forces de l'ordre les empêchant d’accéder au QG de Nicolas Sarkozy, il y a quelques jours.
    Soulignons que c'est cet "accueil" qui est à l’origine de cette marche tant ils l'ont mal vécu. L'aspect incontestablement pacifique, bon enfant et non violent de leur initiative n'en prend que plus de relief, non ce ne sont pas des casseurs, et le seul mot d’ordre politique qui les a animé durant ces dix journées est le slogan : «l'acier lorrain vivra !».

    A leur arrivée à Trilport, les syndicalistes étaient impactés physiquement et moralement par les dix journées de marche, la fatigue, la pression, mais surtout les blessures diverses (ampoules, contractures ou entorses), résultant d'un effort physique auquel ils n’étaient pas préparés, totalisant déjà prés de 300 kilomètres au compteur.
    Cependant, si leur énergie était quasi intacte, c'est bien grâce à la chaleur de l’accueil et aux multiples témoignages de sympathie recues tout au long de leur parcours, qui les ont littéralement "booster" dans leur effort, relayé par les attaques inutiles de Nicolas Sarkozy du début de semaine sur l'action syndicale.

    Ce soutien populaire s’est vérifié à Trilport. Nous avions fait appel à toutes les bonnes volontés pour l’occasion, et avons été entendu au delà de nos espérances … habitants, retraités, syndicalistes, mais aussi beaucoup d'anonymes apportant spontanément nourriture, réconfort ou argent, et donnant ainsi à l’événement toute la dimension citoyenne à laquelle nous tenions.
    Jusqu’aux soins diligentés à leur arrivée afin de soigner les bobos et de leur permettre de repartir le lendemain du bon pied, afin d’être présent au rendez vous fixé au pays, sous la tour Eiffel, sentinelle d'acier lorrain, chacun le sait désormais.

    La dimension populaire de la marche pour l'emploi (ou encore marche de l'acier) a dépassé le seul cadre des hauts fourneaux, tant elle constitue non seulement un défi insensé pour sauver l'emploi des salairés de Florange, mais aussi interpelle le politique, et ce à plusieurs niveaux, dont celui notamment de la parole donnée, du poids des mots, et de la désespérance et la colère qu’entraine les promesses non tenues,

     

    J’y reviendrais …




    Lire la suite