Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le rassemblement c’est maintenant.


francois.jpgS’il faut saluer la belle victoire de François Hollande de dimanche dernier, il faut surtout en souligner l’importance, non seulement pour le pays mais également pour l’Europe. Elle arrive à un moment clé pour infléchir enfin une politique économique engluée dans l’austérité et réhabiliter dans la doxa économique, l'idée même du concept de  croissance comme élément stabilisateur budgétaire et porteur de dynamique tant au niveau financier que social.

Avant toute chose, il est utile de bien appréhender l’état de délabrement dans lequel se trouve le pays, ce mot ne me semble pas trop fort, tant le constat ne se limite pas aux seules finances publiques, loin s’en faut. Une situation qui restreint d’autant le champ des possibles et qui explique la prudence du nouveau Président lors de cette campagne électorale, application concrète de l’adage jospinien: « ne promettre que ce que l’on pourra tenir ».

Si l’échec du quinquennat de Nicolas Sarkozy est patent, il est surtout global. La France n’est pas seulement moins forte aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a cinq ans, elle est ébranlée, jusque dans ses fondements mêmes.
Les virages successifs pris par l’ancien Président en cours de mandat, nombre de ses choix ou orientations, plus que discutables, y ont contribué, au moins autant sinon plus que la crise, d’autant que les clivages, souvent artificiels qu’il a suscité, la campagne du second tour est sur ce point explicite, n’ont pas amélioré la donne.

L’échec économique, apparaît,  sur au moins quatre fronts de manière objective :

•L’emploi. Le  taux de chômage est d’environ 10% avec deux publics particulièrement sinistrés : les jeunes (20% pour les moins de 25 ans, dans certains territoires le taux de chômage est supérieur à 50%) et les plus de 50 ans. Beaucoup d’acteurs économiques craignent l’émergence soudaine de nouveaux plans sociaux, retardés du fait du scrutin présidentiel. Le chomage n'a pas été considéré comme une priorité lors de ce quinquennat.

•Le déficit public, toujours élevé (5,4%), avec une dette qui atteint  un niveau record (85% du PIB), Une situation budgétaire qui impose de jouer à la fois sur la dépense et les recettes ! Encore faut il une répartition juste de l'effort de redressement exigé.

•Le commerce extérieur avec prés de 70 milliards d’euros de déficit. Un véritable repli qui révèle les difficultés de notre industrie à se maintenir, le recul de sa compétitivité ; notamment vis à vis de voisins européens comme l’Allemagne.

•La croissance, qu’il nous faut absolument retrouver, tant elle influe directement sur l’emploi, la compétitivité, mais également le moral des français. Il faudrait qu’elle soit supérieure à 1,2%, pour générer de l'emploi, alors qu‘elle se situe actuellement à 0,7%, et que les dernières perspectives de Bruxelles ou du FMI ne sont pas franchement euphorisantes …

Mais l’échec est également social et politique ... Comment sortir d’un tel marasme ?

 

 

421314.jpeg

Ce marasme apparaît clairement dans les résultats, la France est aujourd’hui divisée : fractures sociales, clivages catégoriels ou territoriaux profonds, inégalités croissantes … Le succès du front national qui a réuni presqu’un français sur 5 est sur ce point révélateur et préoccupant.

Il est essentiel de trouver les "marges de manoeuvre" qui permettront de faire bouger les lignes, et d’améliorer la donne économique et sociale; telle est aujourd’hui la priorité de François Hollande. Sortir de la logique unique d’une austérité devenue suicidaire, synonyme de repli et ressemblant fort à une impasse menant à un trou noir. Pour cela, il faut agir, agir autant sur le long terme que sur le court terme, vu l’acuité de la problématique sociale qui touche tant de nos concitoyens.

Sinon la situation économique continuera de se dégrader, avec toujours autant d’endettement public, moins de services publics, plus de chômage et des inégalités croissantes, entrainant de fait une crise sociale et politique qui larve : montée des extrêmes, recherche de boucs émissaires, xénophobies …

Rassembler les français autour d’un nouveau contrat social constitue une composante majeure de l’équation. Le projet présidentiel bâti autour de la question de l’emploi, et de la justice, intègre un « big bang » fiscal, qui tient compte de cette priorité.
Le sens du dialogue, de la concertation et du contrat qui caractérise le nouveau Président ouvre de nouvelles perspectives et permettront peut être de débloquer une situation « grippée » jusque là, au regard de la "qualité" des relations entre l’ancien locataire de l’Elysée et les « corps intermédiaires », hormis les représentants patronaux, soulignons le.
Il faut à François Hollande rassembler les acteurs économiques et sociaux, qu’ils soient chefs d’entreprise, syndicalistes, salariés ou fonctionnaires, afin que chacun devienne un porteur du changement et du mouvement et que tous travaillent dans le même sens. 

Défendre le pouvoir d'achat des plus fragiles, préserver les dépenses publiques utiles au plus grand nombre, elles sont des sources d’activités pour les entreprises du pays, privilégier le financement des créations d’emplois à celui des heures supplémentaires, pour combattre réellement le chômage …

Restaurer l'importance du long terme, trop souvent sacrifié à l’autel du trop court terme sans réflexion stratégique pour l'avenir : financement des infrastructures, recherche, éducation …Rappelons que cette dernière constitue un investissement immatériel, porteur de richesses et de développement potentiel futures, avant d’être une simple variable d'ajustement budgétaire. 

L’effort sur certains dossiers (énergétiques, communication …) peut être utilement partagé au niveau européen, tant de pays sont dans la même situation économique et sociale et doivent poursuivre leur développement pour être encore demain sur la planète des acteurs économiques, culturels, politiques de premier plan. Il est essentiel de rétablir la croissance et de créer des perspectives nouvelles pour les pays de l’union européenne, d’autant que leurs fondamentaux économiques ne sont pas si mauvais : comptes extérieurs  quasi équilibrés, endettement des ménages limité, épargne significative …

 

 Malgré une situation économique et sociale cahotique, une conjoncture difficile, la force de François Hollande demeure sa grande cohérence et son sens du dialogue.
Sa vision stratégique ne varie pas selon  les catégories d’électeurs à convaincre, ses humeurs, la température extérieure ou les médias présents … Autre facteur, la temporalité, par une bizarrerie de l’histoire, il arrive au bon moment, celui ou l’idée de croissance émerge de nouveau et fait son chemin, aussi un peu grâce à lui  …

Il le dit lui même : « Pour réussir il faut de la constance et des circonstances »

 

Les commentaires sont fermés.