Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nicole Bricq, "the right woman at the right place"

1702336_5_743f_nicole-bricq-le-14-mai-a-paris-deux-jours_4cd75d9083d54ea2140fa458319856a6.jpgLe choix de Nicole Bricq comme Ministre de l’Environnement est une excellente nouvelle, pour la politique en général, tant elle fait honneur à l’engagement public et citoyen, qu’à l’Environnement.
Si beaucoup s’attendait à la voir entrer au gouvernement, c’est plutôt en qualité de Ministre du Budget, dont elle est devenue une spécialiste reconnue. Première femme à occuper la fonction parlementaire de Rapporteure général du Budget, ses interventions étaient redoutées de tous les ministres, ce n’est pas Valérie Pécresse qui me démentira, tant elle s’est fait remuer "grave" par cette grande parlementaire lors de séances mémorables au Sénat.

Si ce blog s'est souvent fait l'écho de son activité de parlementaire au service des territoires et des collectivités, c'est du fait de son travail inlassable, tant à la haute assemblée que sur le terrain et dans des domaines trés divers. Une présence et un soutien qui ne nous ont jamais fait défaut.

Mais Nicole Bricq est également une authentique spécialiste du Développement Durable, qui si elle ne pratique pas le « green washing » et n’appartient pas au club des écolos "addicts aux médias", maitrise toute la problématique de ce domaine, notamment d'un volet souvent sous estimé car quelque peu rébarbatif, mais pourtant essentiel, celui de la fiscalité écologique, car c’est bien là que souvent tout se joue.
Nicole c’est du lourd, voir du très lourd : une détermination sans faille, une grande capacité d’écoute et une puissance de travail incroyable; elle dispose également comme atouts de ses compétences dans la maitrise des outils économiques financiers fiscaux et budgétaires et une très bonne connaissance des différents acteurs du monde de l’écologie, qu’ils soient associatifs, publics ou industriels, et de leurs logiques respectives face à l'enjeu environnemental.
Pierre Radanne (Expert environnemental, Président de l’association 4D et ancien président de l’ADEME) apprécie cette nomination «il n’y avait pas dix personnes capables de prendre un tel  poste ! ", pour lui incontestablement Nicole est dans le lot.
Sentiment partagé par les spécialistes de ces questions. José Bové que j’ai rencontré la veille de la constitution du gouvernement Ayraud (à l’occasion des législatives dans la 6eme circonsription de Seine et Marne) en est persuadé également, à l'occasion il a souligné le rôle de Nicole dans la mobilisation contre l’exploration des gaz de schistes, et la qualité de son travail parlementaire dont sa proposition de loi sur l'exploitation des gaz de schiste est l'illustration.

Une nomination qui atteste que l’environnement constitue un axe déterminant de la politique de François Hollande et Jean Marc Ayraud. Avoir confié ce poste non à un(e) responsable verte mais à une socialiste, principale animatrice du Pôle écologique du PS et Rapporteur Général du Budget de surcroit, indique clairement l’importance que le dossier de la transition énergétique aura dans le dispositif gouvernemental et sa politique économique et budgétaire.
 
tant ce domaine est stratégique a bien des égards …
 
 

 

nicole-bricq-and-me.jpg

 

La priorité poursuivie par le gouvernement Ayraux est clairement exprimée : lutter efficacement contre le réchauffement climatique et les émissions de GES.

Encore faut il pour atteindre cet objectif réduire l’utilisation des énergies carbonés (ou fossiles) et développer les énergies renouvelables. C’est un enjeu environnemental évident, mais également économique et social, j’y reviendrais. 

Chacun perçoit, sans être pour autant un grand spécialiste de la « chose écologique », le lien évident entre énergie et émissions de GES, pour agir efficace, il faut coordonner ces deux domaines, c'est incontournable, sinon rien n’est possible.
Ce constat a mené Jean Marc Ayraud à proposer à Nicole Bricq de devenir « Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie », un retour à la normale (depuis 2010, Nathalie Kosciusko-Morizet ministre de l’environnement, n’avait plus la responsabilité de l’énergie) salué par tous les acteurs impliqués, qu’ils soient associatifs ou industriels. 

La feuille de route de la nouvelle Ministre pour les prochains mois est chargée (ce qui ne risque pas de l'abattre quand on la connait !). Elle devra préparer le grand débat citoyen sur la transition énergétique promis par François Hollande, tant il est incontournable de consulter les français sur des décisions qui inévitablement impacteront leur quotidien, comme leurs perspectives à court et moyen terme. Une dimension des usages et des remises en cause du vivre au quotidien qu'il faut absolument intégrer avant de  déterminer les bons axes d'action et le niveau des ambitions à poursuivre.
Il lui faudra piloter également un dossier délicat, voir explosif ... la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et engager ainsi le premier démantèlement d’une centrale nucléaire sur notre sol afin de prouver la réversébilité de cet équipement. Nicole a l'avantage de n'appartenir a aucun lobby et de ne défendre aucun dogme, elle n'est ni pro, ni anti nucléaire, mais avant tout pragmatique. Elle aura ainsi toute liberté pour dégager les effets leviers, trouver les points de consensus qui permettront de débloquer la situation, sans idéologie mais concrètement. Dans le même temps il lui faudra développer les énergies renouvelables, afin de relancer l'économie verte, et faire adopter toute une batterie de mesures destinées à renforcer l’efficacité énergétique, surtout pour le vieux bâti, le plus énergivore et où vivent les plus démunis.
Autant de pistes qui permettront de réduire la dépendance énergétique du pays, de composer un mixt énergétique équilibré, de développer l’emploi et les PME dans des secteurs en tension (liées notamment au BTP (isolation, chauffage) ou aux matériaux bio sourcés), et de réduire la précarité énergétique qui concerne de trop nombreuses familles, notamment les plus modestes. 

Malgré le contexte budgétaire difficile et contraint, il lui faudra trouver les marges de manœuvre (dispositifs fiscaux, aides financières) qui permettront d'engager les réformes indispensables (énergie, biodiversité, transports...) facilitant la transition écologique.
Nicole a les capacités pour résoudre une équation qui parait, sinon improbable du moins, complexe, car elle possède la particulartié rare d'appartenir à deux mondes jusque là antagonistes : celui de la finance, de l'économique et du budget, et celui de l'environnement où sa légitimé est indiscutable. N'a t'elle pas contribué à faire évoluer en profondeur et sur le fond le PS sur les questions et la problématique environnementale, puisqu’elle a été une des principales animatrices du Pôle écologiste (2008, congrès de Reims).

Elle est de ces socialistes, dont je suis, qui pensent que les enjeux liés au  Développement Durable ne peuvent être laissés aux seuls verts, tant ils bouleversent la donne politique et sociétale. Ils concernent tous les aspects de notre vie sociale, économique, citoyenne, imposent des arbitrages, et de plus en plus une logique basée sur le long terme, l'esprit de responsabilité, une nouvelle régulation et manière de pratiquer la politique ...

Elle est convaincu que la transition écologique doit surtout bénéficier à tous, et que les différentes mesures à prendre doivent tenir compte notamment de l’acceptabilité sociale et ce dans tous les milieux, notamment les plus modestes. C'est ce qu'elle a déclaré dans un entretien au Monde, il y a tout juste quelques jours

 

 

Sa bio en trés bref ...

  • 1980 : Première secrétaire de la Fédération de Paris du PS.
  • 1986 : Conseillère régionale d'Île-de-France, Présidente de la commission culture.
  • De 1988 à 1990 : Conseillère technique au cabinet du ministre de la Défense (JP Chevènement).
  • De 1992 à 1993 : Conseillère technique au cabinet de la ministre de l'environnement Ségolène Royal
  • De 1997 à 2002 : Député de Seine-et-Marne, elle remporte le siège de JF Copé
  • 1998, rapport d'information sur la fiscalité environnementale, renforçant le principe pollueur-payeur.
  • 2004 : Sénatrice de Seine-et-Marne, elle siège à la commission des Finances.
  • En 2008 : Elle est élue vice-présidente de la commission des finances du Sénat.
  • En 2011 : réélue Sénatrice de Seine-et-Marne, elle est la première femme à être désignée rapporteure générale du budget au sein de la Commission des Finances.
 
Au niveau politique, elle a été membre du CERES et proche de Jean Pierre Chevènement  (1980), puis proche de Dominique Strauss Kahn avant de devenir une des principales animatrices du pôle écologique du PS (congrés de Reims en 2008) et de rejoindre François Hollande lors des primaires de 2011. 
 

Commentaires

  • Nicole Bricq avait promis une totale transparence sur l'exploration des pétroles et gaz de schiste ...

    Promesse tenue, le Ministère a publié une carte interactive indiquant toutes les projets d'exploration, exploitation ...
    Il suffit de cliquer pour savoir si l'on est concerné ... Edifiant !!!

    Le code minier est absolument à revoir

    lien : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Transparence-sur-les-permis-de.html

  • Aprés le remaniement, Nicole Bricq est en charge désormais du Commerce Extérieur, dont acte. Une décision que personnellement je regrette, tant je reste persuadé que Nicole était à sa juste place à ce Ministère et avait toutes les qualités requises pour une telle responsabilité, sans préjugé de ce que donnera Delphine Batho, grande spécialiste des questions de sécurité.
    Concernant la rumeur indiquant que cette "mutation" ne serait qu'une concession faite au lobby pétrolier, suite aux premières décisions prises par la Ministre, le meilleur démenti qu'apportera le gouvernement sera la réforme du Code Minier et les moratoires sur les pétroles et gaz de schistes.

  • Ce texte n'est pas de moi ,il émane du blog Marianne 2 et d'Hervé Nathan journaliste de cet hebdomadaire pas connu pour son caractère particulièrement gauchiste ni fasciste mais qui porte à la connaissance des sujets dont on ne parle pas ailleurs et je pense qu'il est interessant pour la discussion ,même si je n'y souscris pas forcément d'emblée.
    Je l'ai déjà proposé mais semble-t-il ,Monsieur le Maire ,vous ne l'avez pas retenu ? A quoi sert un blog si comme c'est souvent le cas ici,on n'y publie très peu commentaires ? A moins d'un problème technique ? j'essaie encore ! Cordialement P.FRANCOIS


    """Le changement de ministère de l'ex-sénatrice socialiste a été expliqué en catimini, par une histoire d'irrespect à l'égard du Premier ministre. En fait, l’ex-ministre de l’écologie a rendu service à Arnaud Montebourg en engageant un bras de fer avec la compagnie Shell dont le véritable enjeu est l’avenir de la raffinerie Petroplus en Normandie.
    Pour le gouvernement, officiellement, il n’y pas d’affaire Nicole Bricq. Le passage ultra rapide de l’ex-sénatrice respectée et compétente du prestigieux ministère de l’Ecologie du développement durable et de l'Energie à celui du Commerce extérieur (qui est attribué d’habitude à un simple secrétaire d’Etat en France) n’est pas une sanction. Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, n’hésite pas à tordre violemment la vérité en proclamant que « Nicole Bricq est très heureuse de la (nouvelle) mission qui lui est confiée ». Cécile Duflot, qui risque de s’affirmer comme la future peste du gouvernement, invente même une confidence de Nicole Bricq, lors du conseil des ministres, selon laquelle cette dernière considérerait le commerce extérieur comme une « promotion ». Or vendredi dernier, à l'Elysée, Nicole Bricq n’a pas adressé la parole à la ministre du Logement… Cherchez l'erreur...

    Si Nicole Brick était si heureuse que le déclare sa collègue, elle ne se cacherait pas des médias et répondrait aux sollicitations nombreuses des journalistes. Matignon ne renverrait pas les mêmes journalistes aux seules assertions de Najat Vallau-Belkacem, en guise d’explication, même « off de off » !

    Le problème, pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault, est que l’exposition du dossier ferait apparaître que l’histoire qui se raconte dans les médias jusqu’à présent n’est qu’une partie de la réalité.

    Quelle est-elle ? Pour résumer le « story telling » diffusé depuis vendredi 22 juin, Nicole Bricq aurait tenté, au prétexte de revoir le code minier, de revenir sur des permis d’exploration au large de la Guyane obtenus par Shell (en commun avec Total et un autre associé) depuis 2001. Elle aurait « oublié » de prévenir les élus guyanais et Matignon de sa manœuvre. Jean-Marc Ayrault aurait mal pris la chose et pour faire acte d’autorité aurait « muté » la ministre sur un autre poste.

    Or, si Nicole Bricq a effectivement mis la pression sur Shell, ce n’est pas principalement pour des raisons de forage en Guyane. Son administration et elle-même savaient fort bien que l’Etat ne pouvait pas remettre en cause le permis accordé. Un communiqué du ministère daté du 16 juin, soit six jours avant le remaniement ministériel, le reconnaît explicitement : « conformément au principe de continuité et de respect des engagements de l’Etat, il n’est pas envisagé de remettre en cause les permis déjà octroyés pour la recherche de pétrole et de gaz conventionnel. »

    Ce communiqué est cosigné par Arnaud Montebourg. Que vient donc faire le ministre du redressement productif dans cette histoire ? Bien sûr, il exerce une co-tutelle sur l’administration de l’Energie. Mais il a surtout un intérêt tout particulier à engager un bras de fer avec Shell : le dossier Petroplus. La raffinerie qui emploie 550 salariés à Petit-Couronne, près de Rouen, ne fonctionne que grâce à Shell qui lui commande ponctuellement des produits raffinés, selon ses besoins. Il y a urgence, le contrat d’un mois actuellement en cours se termine le 14 juillet prochain ! Petroplus est un des dossiers les plus compliqués et dont l’enjeu est jugé majeur à Bercy. Sans reprise de l’activité, le pays se retrouverait avec une énorme friche industrielle polluée sur les bras, qui plus est dans le fief politique d’un poids-lourd du gouvernement, Laurent Fabius.

    Arnaud Montebourg, a selon, nos informations, demandé à Nicole Bricq de l’aider, en utilisant autant que faire se peut, le levier des permis d’exploration en Guyane, pour obtenir que Shell continue de soutenir Petroplus, voire l’aide à trouver une solution pérenne. C’est pour cette raison que la direction de Total, qui rencontre des membres du gouvernement, dont Nicole Bricq, n’est pas tenue au courant. Cette histoire ne la concerne pas. Mais c’est aussi la raison de la violence de la protestation des Guyanais et du lobbying déclenché par les industriels du pétrole : Total ne veut pas être pris en otage pour une histoire dont elle n’est pas partie prenante.

    Pendant ce temps, l’équipe de Nicole Bricq (qui se rend au Sommet de Rio avec le président de la République) négocie et obtient de Shell des avancées limitées sur la propreté du chantier qui va s’ouvrir en Guyane, puisque le navire « foreur » arrive sur place. Les derniers arrêtés préfectoraux nécessaires sont délivrés la veille du remaniement. Mais le pseudo scandale est public, Jean-Marc Ayrault a la conviction que son autorité de Premier ministre est en cause. Il obtient une sanction politique limitée. Le fait que Nicole Bricq demeure au sein de son équipe doit permettre de faire croire que la gauche n’a pas donné une ministre en pâture au lobby des pétroliers. L’antienne est reprise par les écologistes dans et en dehors du gouvernement. En fait, explique une collègue de Nicole Bricq : « on a muté Bricq parce qu’elle pesait peu, tandis qu’on ne pouvait le faire avec Montebourg, qui, lui, dispose d'un poids politique plus important. » """

  • C'était bien évidemment un problème technique, ce commentaire ne m'étant jamais parvenu ... Sur ce dossier bien des choses ont été écrites, une au moins apparait personne ne remet en cause, les grandes qualités morales et les valeurs de Nicole Bricq.

Les commentaires sont fermés.