Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PS : Un congrès à l’ombre d’un budget difficile …

CongresToulouseContributions.jpgPour le PS l’heure est au congrès, et aux cinq motions présentées aux votes des militants; dans les débats, hormis les stratégies individuelles des uns et des autres, ou de quelques éléments de différenciation programmatiques, deux principaux points de clivage de fond demeurent : les orientations budgétaires du gouvernement et la validation ou non du traité européen.

Autant le préciser, je défends la Motion 1, portée par l’ensemble des ministres socialistes du gouvernement Ayraud. Je la soutiens par conviction, les orientations prises vu le contexte économique correspondent à mon analyse de la situation, mais également par solidarité.
La mandature de 5 ans qui s’ouvre sera tout sauf un long fleuve tranquille, au regard du triste bilan de l'équipe précédente qui, pour le moins, « plombe » la trajectoire du pays. S’il est essentiel de préparer le bateau France à affronter les coups de vent annoncés, ils sont et seront encore rudes, la marge de manœuvre pour le moins réduite exige un pilotage des plus fins pour tenir le cap annoncé : redresser le pays dans la justice.

Point cette fois-ci, d'état de grâce, il faut être être efficace et ce dés le début du mandat. Quatre principes selon moi caractérise ce budget ainsi que la ligne politique ébauchée par le gouvernement Ayraud, même si certains sont encore en filigramme, on ne peut réduire une mandature de 5 ans au seul exercice 2013, : réalité, responsabilité, équité, innovation …

Le principe de réalité s’impose à tous, vu les conséquences dramatiques de la gestion antérieure. La gauche revient aux affaires dans les pires conditions économiques et sociales que le pays a connu depuis des lustres, du fait du bilan désastreux des cix dernières années, que ce soit au niveau économique, social ou politique.
Analysons plutôt : seuil de 3 millions de chômeur dépassé en août 2012 (plus 10% sur un an), déficit public atteignant plus de 100 milliards d'euros et représentant 5,2% du PIB (plus 300% en 10 ans), 600 milliards de dettes de plus lors du quinquennat précédent (plus de 90% du PIB !), la charge de la dette avec prés de 50 milliards d'euros (plus 15% en une année) est devenue la 1er dépense du pays (supérieure au budget de l’Education Nationale), et pour rajouter une ombre à un tableau des plus sombre, signalons le record historique du déficit du commerce extérieur qui a dépassé 70 milliards d’euros en 2011 (il était à l'équilibre aprés la mandature Jospin). La France a désormais le 4e plus grand déficit commercial au monde, mais plus que le chiffre c’est la tendance qui préoccupe. Bon courage à Nicole Bricq pour l'inverser ! 

Ce constat sans appel est préoccupant, autant le dire la "cata" n’est pas loin. Si tout budget est un acte politique, celui ci l'est plus que tout autre tant il marque une véritable rupture; encore faut il pour tenir le cap, intégrer le contexte météo, incertain, les tempêtes prévisibles et les écueils à contourner.
Nous sommes dans le dur du dur, à des années lumière des effets de tribune : « il faut réinjecter l’argent public pour relancer la croissance » (avec quel argent ?),  des « y’a qu’à faut qu’on », « là ou il y a une volonté, il y a un chemin » …  La pratique assidue des sports ou l’élément naturel domine, m’a appris le sens du mot humilité. La volonté seule ne suffit pas, il faut composer avec les éléments qui nous dépassent pour évoluer et quelquefois progresser.

Mais je comprends les réactions de certains de mes camarades; avec plus de trois millions de chômeurs et aucune perspective d’amélioration à court terme, notre pays déprime et nos concitoyens désespèrent.
Méfions nous cependant des anathèmes ou théories simplistes, voir populistes, nos compatriotes ont plus besoin de réponses concrètes que de slogans. On ne règle plus nos factures en monnaie de singe, et nous savons désormais qu’il est impératif de les acquitter.
Les années précédentes, y compris et surtout la période bling bling chère à Nicolas Sarkozy, ont montré que lorsque la cigale chante un peu trop au soleil, le pays se trouve fort dépourvue l’hiver venu, et que ce sont les plus nécessiteux qui trinquent !

Faut il pourtant afin d'être en paix avec ses idées, ou en harmonie avec les envies de monde meilleur qui nous animent, distribuer aujourd'hui d’une main ce que l’on reprendra demain de l’autre ? Je ne le pense pas, notre rôle est d'apporter des solutions concrètes à la détresse sociale et de vraies perspectives aux chômeurs, travailleurs pauvres, retraités qui se bagarrent avec des pensions insuffisantes, aux familles à loger comme aux collectivités qui en première ligne n’en peuvent plus !

Il s’agit ici plus d’un langage de vérité que d’austérité … 

Il nous faut cependant aller  plus loin dans l’analyse. Pourquoi réduire nos déficits à un tel niveau et parvenir malgré tout, à redresser le pays dans la justice  ?

Quadrature du cercle ou graal inatteignable ?

 

 

buegert .jpg

 

Ne soyons pas langue de bois, l’objectif des 3 % de déficit en 2013 sera difficile à atteindre, mais du fait de l’importance du niveau de notre dette publique, la nécessité d'obtenir des marchés des taux compétitifs, conséquence d'une rigueur budgétaire avérée est un impératif absolu.
Force est de constater, que contrairement à ce que prétendait l’UMP avec le sens de la nuance qui caractérise les responsables de cette formation (« après nous le chaos »), que les taux obtenus des marchés n’ont jamais été aussi bas, signe indéniable de la crédibilité dont bénéficie ce gouvernement et qui lui permet de soutenir concrètement les « stabilisateurs sociaux ».

Tendre vers 3 % est un principe de responsabilité, mais également un signal de crédibilité, tant la France est attendue au tournant.
N’oublions pas que la dette continue de courir, 3 % de PIB de déficit public (et nous n’y sommes pas encore), c'est 60 milliards d'euros de dettes supplémentaires ! La financer à des taux d'intérêt raisonnables est une nécessité, sinon les marges de manœuvre pour mener les politiques de relance, de cohésion sociale ou territoriale dont le pays a absolument besoin se réduiront comme peau de chagrin. La dette est l'ennemie de la gauche, des couches populaires, des services publics, de la cohésion sociale mais aussi et surtout de notre souveraineté nationale.
Comme le souligne fort justement Pierre Moscovici « un euro de plus pour la dette, c'est un euro de moins pour l'éducation, pour l'hôpital ou la sécurité. » il rajoute «  La réduire, c'est garantir des taux d'intérêt faibles ».

Ce budget tient compte d’un objectif de croissance de 0,8 %, ce qui est optimiste qui le nierait ? La France n’est pas déconnectée des autres pays de la Zone Euro, une révision s’imposera d’elle même si la récession perdure, les mesures récentes prises par la Banque Européenne démontrent l'évolution en cours suite notamment au forcing de François Hollande, de l'Espagne et de l'Italie,  mais faut il au nom de cette incertitude laisser filer pour autant nos déficits ? Si elle tient son cap budgétaire, la France n’en sera que plus crédible et écoutée dans ses demandes de relance européenne (les grands travaux à l’échelle européenne réclamés par Jacques Delors), ou d’assouplissement du calendrier de retour à l’équilibre. 

L’autre principe de base de ce budget est l’équité, ce qui constitue un véritable bouleversement par rapport aux budgets des gouvernements Fillon / Sarkozy. En 2013, l’effort fiscal portera principalement sur les plus aisés et les grandes entreprises, même si beaucoup d’entre nous participeront également à l’effort national.
Après le scandale des lois TEPA, la progressivité de l'impôt sur le revenu est rétablie, les grandes entreprises contribueront à l'effort de redressement national, les PME étant épargnées une mesure utile à la relance de l’activité économique et de l’emploi dans nos territoires comme pour les exportations du pays.

Les mois qui viennent nous permettrons d'apprécier l’efficacité ou non des mesures prises et de la qualité du mixt budgétaire entre rigueur et croissance. Question de dosage certes, mais aussi et surtout de l'évolution du contexte européen que nous pouvons et devons contribuer à influer. 

Principaux reproches de la droite et des libéraux, le gouvernement privilégie, pour faire schématique, l'impôt aux économies; le budget 2013 répartit l'effort pour deux tiers sur des hausses d'impôts et un tiers sur une baisse de la dépense publique.
Ce mixt anime bien des controverses chez les économistes ; pour certains, les plans de rigueur tirés par la hausse des impôts provoquent plus de chômage et réduisent plus sévèrement la croissance que ceux axés sur la réduction des dépenses ; pour d’autres au contraire, les mesures s'attaquant aux niches fiscales et aux plus riches évitent de pénaliser la consommation, et les pistes d'économies de ce  ce budget trop importantes.

Vu la situation économique et sociale actuelle, ralentir excessivement les dépenses pourrait avoir un effet dépressif et des conséquences beaucoup plus négatives pour la reprise de la croissance, que des hausses d'impôt ciblées, les exemples anglais, italiens ou espagnol le démontrent. Les économies fléchées ne sont cependant pas symboliques puisqu'elles atteignent dix  milliards d'euros, autant de dépenses publiques en moins auprès de nos concitoyens. 

Le chemin de crête suivi par l’exécutif, est à l'équilibre de deux versants :

  • celui de la relance qui doit intégrer la nécessité de réduire le déficit record de la balance commerciale et de la capacité de nos entreprises à produire des biens ou services concurrentiels,
  • celui des déficits et de notre véritable dépendance à l’endettement, qui si l’on y prend garde réduira d’autant le champ des possibles et notre souveraineté.

Cette voie étroite demande ténacité, stabilité, cohérence et esprit d'innovation. Il faut obtenir le «choc de compétivité» cher à Louis Gallois, que l’on ne peut réduire au seul cout du travail, ce paramètre n'étant qu'un élement d'une équation complexe tenant compte également de l'infrastructure d'un pays, de sa productivité et de la valeur ajoutée apportée au produit ou au service.
La réponse n’est pas dans ce budget, elle dépend du contexte économique international et du résultat des négociations tout azimut menées par le gouvernement : sur l’organisation du travail (Michel Sapin), sur l’organisation territoriale et les politiques publiques (Marylise Lebranchu), l’Education (Vincent Peillon),  le financement de la protection sociale (Marisol Touraine).
Enjeu clé : maintenir en l’adaptant notre "modèle social" et effectuer pour ce faire les ajustements nécessaires en utilisant tous les atouts de notre pays : infrastructures, démographie, ressources naturelles, sens de l'innovation …

L’objectif recherché est bien de réussir de manière concertée et collective les différentes mutations à accomplir (énergétique, sociale, éducative, territoriale) grâce à la mise en place d’une nouvelle politique contractuelle basées sur le résultats des négociations entre les différents acteurs qu’ils soient institutionnels, corps intermédiaires ou partenaires sociaux. C’est un pari sur l’intelligence collective qui est menée, qui nous change du caporalisme centralisateur et parisien d’hier. 

Voilà les enjeux, du budget, et de l’action de ce gouvernement.

 

Les commentaires sont fermés.