Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2013, le sens d'un hymne

 

14-juillet-2013.jpg

La cérémonie du 14 juillet est une célébration particulière, à l’ambiance un peu estivale, car annonciatrice de vacances attendues proches, d’autant pls que l’année a été difficile et quasi interminable.
Nous avons le plaisir d’accueillir lors de cette manifestation, qu’il y est un soleil éclatant comme en ce 14 juillet, qu'il vente, neige ou pleuve, générallement plutot en novembre ou mai, les musiciens de l'Harmonie du Pays de Meaux. Présence fidèle, qui fait de ces moments solennels, de vrais instants de recueillement et d’émotion, notamment au moment des hymnes. Témoingange rassurant du dynamisme de cette structure, la présence de nombreux jeunes musiciens pour qui ces moments sont d’autant plus importants qu'ils constituent une première.

Cette commémoration née avec la République témoigne de notre attachement commun à ses valeurs citoyennes, qui au fil du temps et de l’histoire ont forgé ce pays et semé bien au delà de ses frontières, des petites graines de France, patrie des lumières et des droits de l’homme, qui depuis, avec des fortunes diverses fleurissent un peu partout sur la planète.
Un pays ce n’est pas qu’une économie, un marché ou une géographie, c’est également une histoire, une culture et des valeurs qui transcendent. La France est également symbolisée par des signes extérieurs : les trois couleurs de son drapeau tricolore, nos valeurs républicaines et un hymne national, la Marseillaise, dont un couplet est remis en cause de manière un peu malheureuse me semble t’il …

 

Pourquoi ?

 

Rappelons que l’hymne écrit par Rouget de L’Isle, qui depuis le 14 juillet 1795 symbolyse comme hymne national notre pays sur les champs de bataille et les terrains de sport de la planète, s’est appelé tout d’abord « Chant de marche des volontaires de l'armée du Rhin ». Il s'agit bien d'une marche militaire, entonnée par les Fédérés marseillais lors de leur entrée aux Tuileries, puis adoptée grâce à leur énergie communicative par les parisiens qui lui donnent alors son nom définitif de "Marseillaise".  Ce chant est avant tout un appel à la mobilisation générale contre l'invasion, la France révolutionnaire attaquée de toute part luttant alors pour sa survie face aux armées étrangères voulant restaurer l'Ancien Régime.
Un contexte historique qui explique le sens contreversé du fameux couplet : "qu'un sang impur abreuve nos sillons". La société d’avant la Révolution était divisée en trois état et hiérarchisée selon l'origine familiale, un noble était supérieur alors à un paysan du fait de son sang, ce que l'on a appelé "la noblesse de sang".
Quand sur les champs de bataille, les sans culottes français, paysans pour la plupart, entonnaient en choeur "qu'un sang impur abreuve nos sillons", ils évoquaient certainement, le leur, revendiquant ce «sang impur» et rouge qui coulait dans leur veine par opposition au sang pur et bleu de la noblesse portant « culottes et bas de soie ». Ils faisaient référence au sacrifice suprême consenti pour sauveralors  la patrie en danger. Nous avons depuis tous dans nos veines un sang impur ... Les notions de pureté de race n'apparaissant que bien plus tard avec le délire nazie et donnant effectivement à ce couplet un autre sens.

 Célébrer le 14 juillet c’est aussi se souvenir de cette naissance tumultueuse de la République et de ses valeurs. C’est bien la France de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité qui est à l’honneur en ce jour.Chacun à notre place, nous faisons vivre  les valeurs républicaines qui constituent le socle de notre communauté depuis 1789. Elles sont non seulement :

- l’héritage citoyen précieux transmis par nos ainés,

- le ciment qui tisse nos vies et forge la cohésion nationale,

- mais également le meilleur garant d’un avenir plus souriant et surtout plus clément ...

Encore faut il retrouver, ensemble, l’énergie et la force qui ont animé les sans culottes d’alors, affamés de pain, de justice et d’espoir en un monde meilleur, pour renouer avec le fil de l’idéal républicain et construire, ensemble sans exclusive ou exclusion, les nouvelles perspectives que notre pays attend et mérite et qu'il porte en lui ...

 

Les commentaires sont fermés.