Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La puissance d'un tweet

votre tele et vous.jpgC’est peu de dire que le manque de rigueur et d'éthique des journalistes de l'émission « Des paroles et des actes » dont l'invité était Christine Taubira m’a interpellé.
J’ai réagis en envoyant un tweet le soir même puis un mel le lendemain au médiateur de l’information de France Télévision, Nicolas Jacobs, afin d’exprimer le fond de ma pensée. Pour être tout à fait honnête, une telle réaction est une première pour moi, mais l’émission de Pujadas a été  la goutte d’eau de trop, un quasi point de non retour.

 A ma grande surprise Nicolas Jacobs m’a contacté suite à ce mel, puis après une longue discussion m’a proposé de participer à l’émission mensuelle animée par Marie Laure Augry sur la 3 « Votre télé et vous ».
Ce que j’ai accepté, étant très attaché à la télé publique, par culture et histoire personnelle. Ma conscience de citoyen s’est forgée en partie autour de certaines émissions des chaines publiques, notamment politiques, qui ont marqué ma jeunesse comme celle de tant d’autres. Les paroles mais aussi les silences, avait alors non seulement du poids, de la consistance, mais aussi et surtout, du sens. Pour l’interviewer, seules les réponses importaient alors, non ses questions.

De vrais temps forts structurant, éveillant les consciences, traitant du fond, apportant des clés de lecture et de décryptage utiles, évacuant la facilité, l’écume médiatique, le sensationnel, le superficiel ou le superflu… L’émission de Pujadas en est malheureusement à des années lumière.
C’est pour exprimer tout cela que j’ai participé à l’émission de Marie Laure Augry, dont les deux volets sont accessibles par internet  (émission et bonus internet du 25 septembre 2013).

Tout a en fait commencé par un tweet, c’est la force des réseaux sociaux :

«#DPDA #pujadas @chtaubira : Au secours Desgraupes ils sont devenus fous : l'indignité de Pujadas»

 Mais, je vous propose d’aller un peu plus loin que ses 140 caractères ...

 

 

 

 

taubira.jpg

 

Le format de l’émission, n’est selon moi pas en cause, c’est la qualité des animateurs qui pose problème. Manifestement plus intéressés par les petites phrases, le sensationnel, le facile, le prisme réducteur de l’exacerbation des égos que l’analyse de fond de questions véritablement sociétales. 
On ne s'étonnera pas ensuite, du désintérêt croissant des citoyens envers la chose publique, de la montée des populismes de tout bord et des solutions simplistes et immédiates. S’il est évident que les politiques doivent se remettre en cause au plus vite et durement, y compris au gouvernement, certains « journalistes » devraient balayer également devant leur porte, selon moi ceux de cette émission en font partie, le malaise est qu’il s’agit de la télé publique.

ll faut saluer la Ministre, qui a su sortir par le haut de ce traquenard médiatique. Je suis d’autant plus à l’aise, que n'étant pas forcement sur « la ligne Taubira », oscillant en ce domaine, comme beaucoup d’élus locaux confrontés à la réalité quotidienne, entre le positionnement de deux ministres que les médias s’efforcent d’opposer. La vérité devant se situer selon moi, comme très souvent, sur un chemin de crête placée entre deux lignes finalement assez complémentaires.

Limiter les différences d’approche, les nécessaires débats sur des questions de société complexes, à l'image de notre société, aux échelles de temporalité différentes, exigeant pour être efficace constance et cohérence dans l’action, à de simples questions de personne ou d’opposition politicienne, n’est pas seulement réducteur mais démontre un réel manque d’esprit d’analyse et de profondeur, ce qui surprend de soi disants « spécialistes ».
C’est tout l’intérêt de rendez vous tel celui proposé par cette émission, à un horaire décent de plus. Cet espace de citoyenneté devrait permettre de sublimer le dialogue citoyen, faire avancer les lignes, élèver un débat que certains, par calcul, facilité, ou maladresse s’efforcent de ramèner au niveau de la caricature, de la confusion, des anathèmes, des slogans, des raccourcis ravageurs et réducteurs, et ce de quelque bord politiques qu’ils soient pour être très clair.
Les duels proposés par les chaines de la TNT, dans lesquelles chaque débatteur s’oppose pour s’opposer, offrent une piètre image de la politique. Elle n’est ni un sport, ni un jeu, son objet est d’améliorer la vie quotidienne présente et future de nos concitoyens, de leur proposer des solutions et des perspectives. Encore faut il réellement partager ce dessein. Il est malheureux de constater la dérive d'une émission comme « Des paroles et des actes », dont le point culminant est cette émission : interview d’une mère de victime cachée, proposition de quizz débile et pour finir, cerise sur le gâteau, analyse bâclée d’éditorialistes cabontin(e)s spécialisé(e))s dans le strass, les paillettes, les égos et l’écume médiatique.
Je préfère ne pas aborder le choix éditorial des tweets sélectionnés apparus à l’antenne, tous avec pour point commun d’aller dans le sens de l’émission, ce qui est risible vu les réactions en temps réel apparaissant sur le fil twitte r#DPDA. Qu'en penser ?

 

Le citoyen  téléspectateur que je suis, exige un minimum de de profondeur aux «professionnels» que sont les journalistes des chaines publiques. Je ne leur demande surtout pas d’être les supporteurs serviles et dociles d’un gouvernement, ou des opposants systématiques, mais simplement de vrais professionnels, plaçant au premier rang de leur priorité rigueur, « objectivité », sens de l'éthique et ayant la volonté de débattre du fond ou mettre à mal des politiques ne connaissant que langue de bois ou slogans.

Permettez moi de donner deux exemples d'émissions de chaines publiques qui échappent à ce massacre : "Mots Croisées" et "C dans l'air", cette dernière émission laisse une réelle place à des tweets dont la sélection ne donne pas l'impression d'être dirigée.

 

La télévision publique mérite mieux. Les rédactions de  ses chaines recèlent de talents pour qui éthique et rigueur ne sont pas terra incognita.
Je tiens également à saluer le travail de fond des médiateurs qui font honneur à une mission délicate, utile et difficile, ils constituent une véritable interface, j’en veux pour preuve la participation au débat qui m’a été proposé, certes à une heure de diffusion tardive, mais qui je l'espère aura peut être été utile.
L'émission, avec Taubira promettait, tant les problématiques liées à la sécurité et à la justice sont prégnantes, passionnées et complexes, et au combien indispensables au lien social et au mieux vivre ensemble dans une société aujourd'hui bousculée et qui doute quelque peu, ce fut malheureusement à mes yeux une belle occasion de gâchée.

Il me parait utile également d'évoquer l'émission animée par Marie Laure Augry, les questions de fond soulevées par les médiateurs et Eric Scherrer, Directeur de la prospective de France Télévisions, ouvrant lors du débat les perspectives offertes par la révolution numérique, ce sera le sujet d'un des prochains billets de ce blog ...

 

Les commentaires sont fermés.