Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Qui Edouard Martin gêne t'il ?

edouard3nb.jpg

 

Quelles hommes et femmes politiques voulons nous ?

A l'image de la vraie vie, celle vécue tous les jours par des millions de gens, en galère et révolte parfois, ou à celle du microcosme médiatique et politique parisien cosy, feutré, fermé, réservé aux seuls diplômés de grandes écoles ou apparatchiks d’écuries présidentielles ?

Une telle question s’impose après le lynchage médiatique et les réactions suscitées par la courageuse décision d’Edouard Martin d’accepter de conduire la liste PS aux européennes. Des commentaires révélateurs d’un vrai mépris sinon de classe, du moins de caste …


Un tel procès est inacceptable, par bien des égards


edouard2nb.jpg

 

Plus que tout autre, Edouard a prouvé sur le terrain et l'action initié avec ces camarades, remarquable par bien des aspects, l'utilité et l'importance de relever le gant, de se mobiliser pour sauvegarder son emploi, de ne pas se résigner à accepter l’inacceptable. Les syndicalistes d’Arcelor, du moins ceux qui ont participé à la grande marche entre Floranges et Paris, (et vlan pour Walter Brocoli, syndicaliste FO délégué par l’UMP aux basses œuvres) que nous avions reçu à Trilport,ont démontré à la France toute entière la force d’un engagement citoyen, son utilité pour une société en doute qui parfois a tendance à se refermer sur elle même, l’importance de renouer avec le collectif.
Ils ont également prouvé qu’il est toujours possible aujourd'hui de défendre avec efficacité et éclat une cause en privilégiant non violence et pacifisme tout en étant efficace.
Voilà pour le procès en illégitimité …


Le combat engagé n’est pas terminé, Edouard a touché du doigt l'utilité d'être présent, actif et mobilisé en Europe, mais aussi et surtout de peser là ou se joue réellement l’avenir de l’industrialisation de notre continent et de nos territoires. Une déduction faite avant lui par d’autres acteurs du terrain, de ceux qui font bouger et avancer réellement les lignes, je pense notamment à José Bové.
Il est bon que des personnalités du monde réel, notamment de cet acabit, entre au Parlement Européen pour faire non seulement entendre leur voix, mais aussi insuffler leur énergie. Cette assemblée ne doit plus se limiter à être la salle d'attente d'apparatchiks en mal d'autres responsabilités nationales à venir, mais accueillir des élus mobilisés, présents, actifs, porteurs de sens tant l'Europe en manque quelquefois !
A Bruxelles, Edouard pourra continuer le combat initié à Floranges.
 Voilà pour le procès en trahison…


Madame Morano a perdu une fois de plus l'occasion de se taire, elle en devient pitoyable et inaudible, tant ces propos n’ont plus de poids et ne représente rien depuis belle lurette. Que pèse son bilan face à celui d’Edouard ? Quelle caste représente t’elle ? Sinon celle des apparatchiks, des courtisans, des professionnels de la politique, du petit mot, auteurs de formules agressives trop souvent creuses, vides de sens, blessantes et au combien inutiles …
L’Europe, portée et défendue par Edouard Martin se situe à des années lumière de celle que représente Madame Morano, sérieusement qui s’en plaindra ?

  

Il est vital pour l’idée européenne que son futur Parlement s'ouvre aux citoyens du terrain.
L’Europe pour grandir et s'émanciper enfin, doit s’aérer et s’ouvrir a de nouveaux porte-voix prenant peu à peu la place des seuls technocrates qui la symbolisent depuis trop de temps au yeux de nos concitoyens. Elle doit trouver absolument un nouveau souffle, il y a urgence, elle a grand besoin de passion et de fraicheur. 


C'est l’honneur du PS d’avoir proposé une telle place à Edouard Martin, et je suis fier que ce soit ce mouvement politique qui l’ait fait. Le prochain scrutin européen se doit d’être porté par des acteurs du terrain comme lui, de ceux qui mouillent le maillot chaque jour en première ligne afin de contribuer grâce à leur action à changer la vie de leurs concitoyens, malgré tout.

C'est l'enjeu de ce scrutin, proposer et construire une Europe qui soit proche des citoyens, de tous les citoyens, notamment ceux de la France invisible ou périphérique (cf notes précédentes : êtes vous France ..., Le fait péri urbain)  de la proximité et des territoires, de tous les territoires !


Les commentaires sont fermés.