Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

6 années en 44 pages, Bilan d'un mandat

bilan1p.jpgNous avons distribué ce week end le Bilan du mandat. 6 ans de travail acharné résumé en 44 pages dont une double représentant la carte des réalisations.
Curieuse impression, résumer tant d'énergie, de passion en quelques pages semble réducteur pour les acteurs et peut être, ce que je n'espère pas, longuet pour le lecteur.
Ce document bienvenu arrive à point nommé pour rappeler la réalité des choses, à ceux qu'on a pas du tout vu ou guère rencontré sur le terrain toutes ces années et pour qui rien n'a été fait, ficelle un peu grosse tout de même !
Quelques uns ressortent même comme le coucou de ma grand mère tous les six ans, c'est dire leur attachement  à cette ville et ses habitants, sans parler de quelques uns qui n'y habitent pas et déclarent toute leur flamme à cette ville, cherchez l'erreur !

Pour moi, un bilan est un document de campagne et à ce titre, le Maire que je suis, n'en a jamais financé sur les deniers publics,  il est normal que la loi n'autorise aucune publication de ce type l'année de l'élection ... Autant dire que le publier avant, ne sert pas à grand chose. 
Inutile de chercher la photo du Maire à chaque page du livret, ce n'est pas le genre de la maison, pas du tout ma conception de l'action publique  et certainement pas le but de ce document, qui est avant tout le fruit d'un travail collectif, on ne parle pas d'équipe municipale pour rien.

Je le rappelle dans mon édito, promettre est facile (encore faut il être crédible) c'est la grande période des "Y'a qu'à faut qu'ont", pourtant force est de constater que faire concrètement l’est beaucoup moins.
Ce bilan résume fidèlement lmd semble t'il ’action municipale engagée toutes ces années, sur tous les fronts, et l’implication des élus, qui ont rempli avec passion, implication leur tâche.

Nous avons réussi dans une conjoncture plus que morose  à développer un service public de proximité efficient, envié par beaucoup de communes malgré des contraintes financières fortes et de nombreux aléas, de ce coté, nous avons été plus que gâté  ! 
Malgré tout nous avons été du genre actifs : création de nouveaux équipements (complexe sportif, réfectoire scolaire ... ), réalisation de nombreux aménagements et mise en place des services utiles aux familles : relais d'Assistantes maternelles, service accueil, structure péri scolaire ouverte de  de 7 heures à 19 heures accueillant désormais les enfants de maternelle, favorisant ainsi l'activité professionnelle des parents ...  

Le tout, en préservant une fiscalité modérée et un rapport qualité / prix record par rapport à la taille de notre commune et inégalé sur l'agglomération. Nous avons même fait plus et préparé l’avenir en désendettant la commune, grâce à la recherche active de subventions (" That's my job"), qui  financeront les investissements des prochaines années, c'est ce qui s'appelle assurer le Service Après Mandat.

Une ambition commune nous a animé durant 6 ans : faire de Trilport une ville dynamique, innovante, « bien dans ses baskets », et qui garde  au centre de ses priorités la dimension humaine.  Un credo : Agir pour changer la vie au quotidien, ne serait ce qu'un petit peu chaque jour, avec pour seule ligne directrice, l’intérêt général.

Tout n'a pas été réussi très certainement, nous avons commis des erreurs qui nous servirons de leçons, mais nous avons, dans un contexte particulièrement difficile effectué ou mis en oeuvre plus de 80% de nos engagements de 2008 ...

Voici quelques repères financiers, histoire de décrire la ligne de crête étroite qu'il a fallu suivre ...

 

 

 

carte-des-realisations.jpg
Carte des réalisations - conception : Michel Delon / Bilan de mandat d'une équipe :"Un contrat de confiance" Trilport

 

« Ne pas dépenser plus que ce que l’on gagne »  a été le leitmotiv de ce mandat, mieux de ce que l'on gagne et de ce qu'il faut rembourser, règle d'or s'il en est de l'orthodoxie budgétaire que nous avons suivi, à la lettre.

Malgré la baisse des recettes (dotations, droits de mutation), l’augmentation des charges (coût de la vie), un paradigme qui a constitué le véritable enjeu du mandat. Quatre principes ont guidé notre action : désendetter la ville, préserver une imposition modérée, rechercher activement des subventions et garantir un service public efficient et de qualité.

Ce que nous avons fait grâce à l'implication des services et à la grande qualité de nos collaborateurs (triches), il n'y a de richesses que d'hommes (et de femmes) écrivait au Moyen Age l'économiste Jean Bodin, j'en suis convaincu c'est la réalité. 

 

Quelques ratios, pour le reste consulter le document qui est téléchargeable

 

Endettement (feu au vert)

Dette par habitant 

Trilport  : 727  € (villes de 3500 à 5000 h : 800 €, de 5000 à 10000 hab : 881 €)

Annuités d’emprunt par habitant (Capital + intérêt) 

Trilport : 83 euros € (ratios : villes de 3500 à 5000 hab :  105 €, de 5000 à 10000 hab : 112 €)

 

desendettement.jpg

 

Recettes (feu à l'orange, malgré nous !)

Les recettes d’une commune proviennent des dotations de l’Etat, de l’imposition locale et de ressources diverses dont les taxes immobilières (droits de mutation). 

Dotations de l’Etat (Dotation Globale de Fonctionnement)

Elles n’ont cessé de diminuer depuis 2009, passant de 761 000 euros à 737 000 euros (2013), soit une baisse de 24 000 euros (plus de 3%) alors que la hausse des prix dans le même temps était de  l’ordre de 2% an et que nous avons une DGF beaucoup plus faible que celle de la moyenne des communes, qui s'élève à 192 € alors qu'elle n'atteint péniblement que 150 euros / habitant pour Trilport (2013).
Malgré nos demandes répétées aucune justification n’explique concrètement les raisons de tels écarts dans le calcul de cette dotation.

Et pour nos voisins : Meaux : 433  € Nanteuil : 166 €Crégy : 230 €Villenoy : 100 €

Les impôts locaux (feu au vert)

Ils sont issus de la taxe d’habitation et des deux Taxes Foncières Bâtie et non bâtie. Chaque impôt résulte de l’application d’un taux à une valeur locative théorique (base), qui évolue généralement selon l’inflation. C’est le Conseil Municipal qui détermine ce taux. Attention nous ne traitons ici que de la part communale et non de celle de l’Etat, la Région ou la CAPM.

Trilport : 381 € / hab (Taxe Habitation + Taxe foncière bâti)

Et pour nos voisins ? 

Meaux : 390 € / hab / Nanteuil : 489 € / hab / Crégy : 542 € / hab / Villenoy :333 € / hab

 

La dépense publique (feu au vert)

Principalement les salaires des personnels et les charges des équipements mis à la disposition des habitants. Ils dépendent de la qualité du service proposé. Le résultat est véritablement une performance, lorsque l'on constate la diversité des services proposés sur Trilport, la plus importante de l’agglomération si l’on excepte la ville de Meaux et très rare pour une commune de notre taille

Elles représentent pour Trilport : 836 € (2013)

(ratios : villes de 3500 à 5000 :  851 €, de 5000 à 10000 : 1015 €)

Et chez nos voisins ?

Meaux :  1 426 €   Nanteuil : 868 €    Crégy : 1055 €     Villenoy : 838 €

 

 

 

Les commentaires sont fermés.