Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Réconcilier France des villes et France des champs

    618849901_huge.jpgDans le cadre des Etats Généraux du Parti Socialiste, j'ai élaboré une contribution relative à la fracture territoriale.
    Rappel de la règle, toute contribution doit être inférieure à 2700 signes, ceci explique peut être cela ...


    La fracture sociale et spatiale entre métropole et périphérie s’accentue et transforme en profondeur le pays.
    Ce mouvement de fond amplifié par la crise et les contraintes budgétaires provoque un véritable «bloodshift territorial", les territoires riches aspirant la ressource financière devenue rare aux dépens de la périphérie.
    Conséquence pour les habitants : repli sur soi, déclassement, sentiment d’abandon avec une traduction politique directe : la montée de l’abstention et surtout du vote extrémiste, tant la désespérance s’installe dans ces espaces de déliaison sociale. 

    Accepter la discrimination entre citoyens selon son lieu d’habitation est inacceptable pour tout républicain ! Il nous faut redonner cohésion, espoir, perspectives.
    Reconnaître le fait métropolain, ne signifie pas pour autant abandonner territoires ruraux et péri urbains. Notre planète avec 10 milliards d’habitants aura besoin de se nourrir, se loger, se chauffer et de forêts entretenues pour renouveler son atmosphère.

    Nous devons revitaliser ces territoires autour :

    Des mobilités réelles ou virtuelles. La capacité de se déplacer est un marqueur social et spatial. Pour un métropolitain tout est possible, pour d’autres un vrai parcours du combattant. Il faut développer dans ces territoires des réseaux de transport multi modaux performants basés sur les différents éco systèmes locaux et créer les infrastructures nécessaires aux usages numériques les plus innovants.

    De la transition énergétique afin de lutter contre la précarité qui caractérise l’habitat de la grande périphérie et développer jeunes pousses et filières courtes (bois, matériaux bio sourcés, BTP) créatrices d’emplois locaux et de richesses, 

    De l’équité territoriale. Il ne peut y avoir une France à plusieurs vitesses et des citoyens de seconde zone, relégués, "invisibles". Il faut une péréquation juste, lisible, réactive au cœur d’un pacte républicain renouvelé liant collectivités et Etat pour remettre confiance et sérénité au cœur des relations entre acteurs clés des politiques publiques.

    Du lien social de proximité. En permettant à toutes les collectivités d’être en capacité de répondre aux besoins premiers des familles de plus en plus nombreuses qu’elles accueillent. 

     

    Imaginer aujourd’hui l’organisation territoriale de demain en baronnies ou duchés n’a plus de sens.
    Les dynamiques territoriales tel un réseau neuronal doivent trouver force et énergie dans l’épanouissement de tous les territoires, la qualité et vitalité des liens qui les animent et les relient afin d’initier un développement durable, solidaire et partagé du pays.

    Il est grand temps de réconcilier France des villes et France des champs autour d’un contrat territorial adapté à notre temps.

     

     

  • Le Développement Durable, matrice du socialisme du XXI eme siècle

    Etats generaux.jpgDans le cadre des Etats généraux du PS, nous avons organisé a Trilport une réunion dédiée à la "Sociale Ecologie", le jour même du vote de la loi "sur la transition écologique et la croissance verte" dont un des acteurs et non des moindres Jean Louis Bianco était présent avec nous.

    Ces états généraux sont l'occasion d'ouvrir les fenêtres, encore faut il le vouloir et le faire … Nous sommes nombreux à penser que c'est une nécessité; non pour des postures pré congrès mais plutôt pour laisser entrer la lumière, renouveler l'air ambiant, entendre les bruits et le tumulte du dehors, celui de la vie de tous les jours, contempler les paysages extérieurs, leurs perspectives, histoire de se confronter au monde réel comme  au nouveau qui se construit chaque jour, ici et ailleurs,

    Ouvrir les fenêtres, c’est surtout à un moment donné, arrêter l’entre soi, afin d'échanger avec les autres, tous les autres, au sens large, et de débattre de vrais sujets, de sujets de fond, surtout avec une telle thématique ...

    Placer la question sociale au coeur de la réflexion écologique constitue selon moi non seulement une avancée majeure, mais un passage obligé, une démarche totalement adaptée à notre territoire, tant ces deux questions sont liées inévitablement.

    De par son patrimoine naturel, la qualité de ses espaces et ressources (agriculture, filière bois, croissance démographique, sous sol, ressource en eau, émergence de filière en matériaux bio sourcés comme le chanvre ...), la Seine et Marne est une terre d'opportunités pour l'écologie, encore potentielles et en devenir pour beaucoup ...

    De par les contraintes subies au quotidien par trop de familles ayant le sentiment d'être des "laisser pour compte", abandonner, déclasser, du fait des conséquences d'une discrimination territoriale et sociale avérée : précarité énergétique, problèmes de transport, menaces liées à l'exploitation des gaz, huile et pétrole de schiste, 'état de la ressource eau …

    Chacun constate que la problématique est aussi éminemment sociale ... 

    C'est le sens de la contribution, en moins de 2700 signes (c'est la règle imposée) que j'ai commis pour ces Etats Généraux.

    Elle est intitulée "L'urgence environnementale, le Développement Durable, matrice du socialisme du XXI eme siècle"

     

     

    Lire la suite