Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • SNCF : La "P", ligne de fracture

    gare de Trilport.jpgJe me suis rendu à l'invitation de  Guillaume Pepy, Président de la SNCF,  à un repas qui se tenait au siège social de l'entreprise à Saint Denis, avec les élus Seine et marnais des villes abritant des gares de la ligne P conviés dans ce cadre, à un dialogue informel et direct. Il était pour l'occasion entouré de son état major et de Mme Bardy Directrice d'exploitation du STIF. 

    La ligne P est représentative des contrastes portaient par l'Ile de France. Partant de Paris Est, elle dessert 36 gares localisées dans 3 départements, transporte 85 000 voyageurs / jour sur 252 km de ligne et s'étire à plus de 90 km de Paris, allant jusqu'à Provins, Chateau Thierry ou La Ferté Milon; autant dire qu'elle traverse de bout en bout notre Région pour se rendre jusqu'à ses franges les plus lointaines, aux confluences des régions voisines.

    Je ne peux imaginer ce qu'en tirerait le chercheur  Emmanuel Vigneron célèbre pour ses travaux sur les variations de l'espérance de vie le long du RER B ("la ville, la vie, la mort dans Paris et ses banlieues au long du RER B"), une enquête sur cette ligne apporterait certainement des résultats également surprenants, sur les espaces de solidarité, les bassins de vie, les réalités quotidienne du transport en mode urbain, péri urbain ou rural.

    Réalité qui n'a manifestement ni les mêmes contours, ni la même saveur, entre ceux disposant d'un train tous les quart d'heure pour un voyage de 15 minutes pour se rendre au coeur de Paris et les autres. Pour faire simple, sans être caricatural pour autant, plus le voyage est long, plus les conditions de transport sont galères et plus le ticket coute. Grand merci à la région d'avoir enfin décidé un Pass Naviro à prix unique sur l'Ile de France dés septembre prochain. Au moins cette inégalité disparaitra !

    Les difficultés évoquées lors de ce repas sont à l'unisson de ces différences géographiques, plus que des nuances d'appréciation.

    Pour vous en convaincre, poursuivez la lecture de cette note, plongée dans l'Ile de France profonde ...

     

    Lire la suite

  • Laïcité, j'écris ton nom

    Charlie-Hebdo-La-laicite-cest-par-où.jpgLes tragiques évènements du mois de janvier ont révélé la gravité des fractures qui fissurent notre société ; si le pays est en guerre, il l’est surtout avec lui même, se proclamant égalitaire malgré les ségrégations multiples qu'il génère depuis des décennies.
    Deux France s’éloignent ostensiblement l’une de l’autre, fracture territoriale et sociale qui se double d’une crise identitaire douloureuse, car existentielle, auprès de ceux qui se sentent rejetés et exclus de la communauté nationale.
    Les images de la fierté et de la joie collective de la France métissée de 98 fêtant la victoire de l’équipe « Black blanc, Beur » qui ont marqué nos jeunesses, sont remplacées depuis dans l’inconscient collectif par celles des émeutes de la France « karchérisée » de 2005. Aujourd’hui les jeunes issus de l'immigration ont toujours autant de difficulté à trouver une place dans la société et à intégrer les valeurs d’une République qui n’est égalitaire qu’en apparence et discriminatoire au quotidien.
    Le non respect de la minute de silence qui a tant fait débattre, condamnable, n’est que la conséquence de cette réalité sociale trop longtemps ignorée.

    La laïcité, hier encore considérée comme ringarde par beaucoup, a pris une toute autre dimension depuis le 7 janvier ; encore faut il ne pas la réduire à un concept fourre tout, vide de contenu, et entretenir une ambigüité qui ne satisfait plus personne : pour certains elle constitue une forteresse nous « protégeant » de l’Islam, pour d’autres transmettre les valeurs républicaines est totalement inutile ! D’autant que la laïcité qui constitue une quasi «anomalie» en Europe, ce mot n’existant ni en anglais, ni en allemand, suscite à l’étranger beaucoup d’incompréhension.

    Comment exiger des enseignants qu’ils soient des "passeurs de valeurs" pour remplir une mission que la société a désertée depuis des lustres, pour laquelle ils n’ont pas été formés et dont les contours changent à chaque nouveau Ministre de l’Education ? Ils sont  pour le moins démunis. Dans une salle des profs, si l’on demande à chacun de définir ce que représente concrètement la laïcité, les copies risquent fort d’être toutes différentes !

    La laïcité n’est pas un talisman immuable, elle s’adapte au fil du temps et de l’évolution de la société dépassant le cadre des manifestations d’appartenance religieuse, trop réducteur, pour poser la question essentielle de la transmission des valeurs communes à partager, problématique qui concerne l’ensemble d’une société en panne d’intégration.

    L’école doit retrouver son rôle de creuset de citoyenneté républicaine autour de la laïcité, véritable  «fabrique à faire du commun», en intégrant que la France de 2015 n’est plus celle de 1905 !

    Car là est bien la difficulté ...

     

    Lire la suite

  • Il y a un autre monde, mais il est dans celui ci

    pollution.jpgL'heure au PS est à la préparation du Congrés ... Grande effervescence devant l'éternel s'il en est ... pour certains c'est le moment de se la jouer "tactique", histoire d'influer  "les rapports de force", comme ils l'ont appris dans une vie antérieure, chassez le naturel, il revient au galop ! 
    Nous sommes nombreux à penser qu'un Congrés est  le moment privilégié d'exprimer des idées de fond et de traiter de l'essentiel, et non destiné à se limiter à  l'écume médiatique, à l'accessoire ou à la promotion des plans de carrières de quelques uns.
    Il est grand temps d'ouvrir, non des parenthèses mais bien, les fenêtres pour se confronter à un monde qui mute, à une société qui se délite, une planète qui se fait la malle et se dérègle chaque jour un peu plus, et de proposer de nouvelles perspectives, car là est l'essentiel ... 

    Les repères que nous proposons ne peuvent plus être ceux d'hier, ils sont pour beaucoup, même si on peut le regretter, obsolètes, l'ardente obligations qui nous incombe devant une société en plein bouleversement et de construire les nécessaires balises d'un présent qui conditionne notre avenir proche et la survie même de l'espèce humaine. Nous savons désormais que comme l'a si bien écrit Paul Eluard, s'il y a un autre monde à construire, ses racines sont dans celui ci.

    Le Parti Socialiste doit faire sa mue idéologique autour de la question écologique, tant elle est centrale. Il n’est plus question de sous traiter la problématique environnementale ou de « verdir » un discours de portée « généraliste » bâti sur les idées du XIX eme siècle et la redistribution des richesses d'une croissance productiviste.
    Nous pensons que l’urgence environnementale est la matrice qui s’impose désormais à tout projet politique dont la réelle ambition est de transformer la société aujourd’hui et encore plus demain : que ce soir sur les enjeux (ils sont vitaux pour l’espèce humaine), le périmètre (la planète tout simplement) mais aussi les contraintes à venir (cumulatives et irréversibles) qui toucheront d'abord les plus fragiles ...

    Pour nous, l’urgence environnementale doit être la matrice du socialisme du XXI eme siècle que nous devons collectivement construire en prenant le pouls d'un monde qui avance et se transforme un peu plus chaque jour, c'estle sens de notre motion :

    Agir pour construire une planète plus durable et plus solidaire.

     

    Lire la suite