Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elle était "à l’écoute du bien-être des gens" ...

FH Jourda.jpg

 

Je viens d'apprendre avec tristesse le décès de Françoise Hélène Jourda, elle était non seulement une architecte talentueuse mais une femme d'exception.
J'ai eu la chance de la rencontrer plusieurs fois dans le cadre de mes activités d'élu. C'est à elle et l'équipe qu'elle animait que nous avons confié, avec l'aménageur l'AFTRP, les destinées de l'écoquartier de Trilport, "l'Ancre de lune".
Nous avions été séduits par son projet, son implication concrète et reconnue en architecture environnementale, dont elle était une des pionnières européennes les plus reconnues, son souci de la qualité de vie des habitants, ses partis pris environnementaux, la place laissée au végétal et aux arbres notamment. Mais plus que tout, c'est sa passion sincère à vouloir animer notre projet (au sens premier du mot, "donner la vie") qui nous a convaincu.

J'ai ensuite appris pourquoi notre éco-quartier avait trouvé une certaine résonance au plus profond d'elle, puisqu'elle a déclaré il y a quelques années :

"Moi mon rêve, c'est de construire un morceau de ville, sur la ville, dans la ville, pour changer la ville pour démontrer aujourd'hui qu'il est possible de transformer les villes existantes que ce soit au niveau environnemental, au niveau social, et apporter du bonheur aux gens"


Le métier d'architecte urbaniste aux yeux de cette professionnelle, d'une simplicité non affectée, à la renommée pourtant internationale, devait avant tout être «à l’écoute du bien-être des gens», afin de répondre à leurs besoins, aux usages de la vie et de la ville, prendre en compte également l’urgence environnementale comme l'impératif d'économiser l’énergie en choisissant les matériaux et procédés de construction les plus respectueux de la planète, de leur conception à leur recyclage.

Autant de parties pris qui ont trouvé de l'écho aux oreilles de l'élu engagé que je suis, sur les questions relatives à l'habitat, à l'urbanisme et au Développement Durable.
Qu'elle sache, que là où elle est ou pas,  nous ferons tout pour que ce projet soit à la hauteur de ce qu'elle voulait pour la ville, qu'elle soit durable, aimable et désirable ...

 

Quelques éléments de bio

 

 

 

FH Jourda 2.jpg
l’Académie de formation du Mont-Cenis, à Herne-Sodingen, dans la Ruhr.

 

Françoise-Hélène Jourda, l’architecte durable

Terra Eco. Net

 

Françoise-Hélène Jourda a longtemps construit des maisons écolos sans l’afficher. C’était mal vu. Depuis 2007, elle cumulait les reconnaissances. Elle est décédée ce 1er juin 2015. Nous l'avions rencontrée en 2009. Voici son portrait.

« Je rêve de bâtiments biodégradables ! » Drôle d’idée pour une architecte. Quand une partie de sa profession s’escrime à laisser sa trace dans le paysage et dans l’histoire, Françoise-Hélène Jourda s’exerce à rendre son empreinte la plus légère possible. En ce moment, elle construit des logements sociaux à façades de bois et murs démontables à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) : des immeubles réversibles, presque recyclables, issus de trente années de recherche. Cette volonté de créer une architecture quasi-éphémère lui a valu une Légion d’honneur en juillet.

 

Et si, à 54 ans, Françoise-Hélène Jourda se réjouit avec tant d’allégresse de la vague verte, c’est qu’elle a longtemps ramé à contre-courant. Sa vocation semblait pourtant couler de source, peut-être de la maison de campagne familiale dans la région lyonnaise. Françoise-Hélène Jourda se souvient que l’eau de pluie y était récupérée et qu’elle servait à se laver, puis à faire la vaisselle. Et enfin à l’arrosage. Diplômée de l’Ecole d’architecture de Lyon en 1979, elle se définit à la fois comme une enfant du choc pétrolier, marquée par la « chasse au gaspi », et une post-soixante-huitarde inspirée par « l’architecture solaire » version Larzac.

 

C’est le temps des expérimentations en association avec l’architecte Gilles Perraudin : une école économe en énergie à Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) en 1981, des maisons en terre et l’Ecole d’architecture de Lyon, en 1982, avec « la première double façade au monde, qui, bien sûr, ne marchait pas », se rappelle-t-elle. Mais l’époque n’est pas vraiment réceptive à ces prospections vertes. Les années 1980 sonnent plutôt l’avènement des grands ensembles architecturaux. « Nous devions presque dissimuler nos visées environnementales. Pour installer 4 000 mètres carrés de toiture végétalisée sur la Cité scolaire internationale de Lyon, on expliquait que ce serait plus joli, mais pas qu’on allait ainsi récupérer les eaux de pluie », s’amuse-t-elle rétrospectivement. 

 

FH Jourda 3.jpg

 

 

 

« Chaque projet, je commence par le trouver moche ! »

La rumeur publique attribue volontiers à cette belle femme, très blonde et aux yeux d’un bleu transparent, des origines germaniques qu’elle n’a pas. Sans doute parce que c’est de l’autre côté des Alpes, en Autriche et en Allemagne, que ses idées ont rencontré des fans.

En 1992, le gouvernement allemand la choisit pour imaginer l’Académie de formation du Mont-Cenis, à Herne-Sodingen, dans la Ruhr. Elle dessine et conçoit un laboratoire écolo géant en créant un microclimat à l’intérieur d’une serre de 13 000 mètres carrés, tout en gardant un œil sévère sur l’empreinte écologique de la construction elle-même. « Le bois était coupé dans la forêt mitoyenne et séché sur place. Je n’ai jamais retrouvé des conditions semblables en France », note-t-elle.

Pour expliquer ce long retard hexagonal, elle évoque, pêle-mêle, les lobbies énergétiques français ou le quasi-monopole des groupes de construction, bien moins flexibles qu’outre-Rhin. Peut-être aussi le dédain pour l’architecture non spectaculaire qu’elle revendique. « Construire compact, ramassé, c’est se mettre en marge de ce qui est médiatisé, du monumental, analyse-t-elle. Renoncer à la forme demande du courage. Chaque projet, je commence par le trouver moche ! »

 

Il a fallu attendre le Grenelle de l’environnement et la commande d’un rapport par le ministre Jean-Louis Borloo sur la construction durable pour qu’on regarde ses bâtiments d’un autre œil (1). « Elle a longtemps été à part, et devient aujourd’hui le porte-drapeau d’une nouvelle architecture ! », témoigne François de Mazières, président de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Au point de devenir une référence. C’est à elle que la Ville de Paris a fait appel, en 2007, pour réhabiliter la Halle Pajol et la transformer en un bâtiment emblématique à très faible empreinte écologique.

 

Avec encore quelques embûches. « Ses ambitions sont parfois stoppées par des problèmes d’homologation, explique Baptiste Le Brun, responsable des opérations à la Semaest, maître d’ouvrage de la Halle. Il y a encore des résistances bureaucratiques à l’innovation. » Pas rancunière, Françoise-Hélène Jourda continue à y croire. « Les mentalités ne sont pas si difficiles à changer, affirme-t-elle. Le développement durable concerne tout le monde, du jardinier au locataire, en passant par le bailleur social et le politique. Une fois qu’on a amorcé la pompe, ça peut prendre assez vite. »

 

Des normes jugées mensongères

L’architecte milite pour la disparition de la certification HQE (Haute qualité environnementale), dominante en France, qu’elle juge obsolète voire mensongère, et pour la mise en place d’une grille de cotation de l’empreinte écologique d’un bâtiment. Elle espère d’ailleurs, d’ici la fin de l’année, mettre en service un logiciel simple « pour qu’un locataire puisse lui-même faire le diagnostic énergétique et le mettre sous le nez de son propriétaire ». Tant que le Grenelle durera, elle aura la foi. Titulaire d’une chaire d’architecture durable à l’université technique de Vienne depuis 1999, c’est dans son labo autrichien, entourée d’une équipe de chercheurs internationaux, que cette Française continue d’imaginer les moyens d’effacer nos traces. En attendant que son pays natal se réveille pour de bon ?

(1) Rapport sur la prise en compte du développement durable dans la construction

 

 


 

FRANCOISE-HÉLÈNE JOURDA EN DATES ET EN GESTES

 

Vidéos & interviews
France info
Du bâtiment à la Ville Durable

Université de Mons : Halle Pajol
Interview Batimat : Halle Pajol

 

 

1955 Naissance à Lyon (Rhône)

 

1979 Diplômée de l’école d’architecture de Lyon, association avec Gilles Perraudin

 

1992 Imagine l’Académie de formation de Herne-Sodingen (Allemagne)

 

2004 Commissaire du pavillon français à la Biennale d’architecture de Venise, sur le thème des « Métamorphoses durables »

 

2007 Prix international d’architecture durable

 

2009 Petit Manuel de la conception durable, aux éditions Archibooks (parution à l’automne)

 

Son geste vert Elle interdit l’éclairage de nuit dans ses bâtiments.

 

Les commentaires sont fermés.