Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Education : "Toujours en mouvement est l'avenir"

     

    numerique-generique.jpg

    « Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre ;
    qui l'ose réveiller peut s'en laisser surprendre ».
    Pierre Corneille

     

    Le monde est en mouvement, mouvement qui ne s’arrêtera pas de si tôt et devrait même s’accélérer dans les prochaines années. Paradoxalement notre système éducatif donne l’impression d’être comme à l’arrêt, pire en décalage ; si durant des années, il a répondu aux demandes d’un pays en pleine croissance : généralisation de l’accès à l’enseignement secondaire, multiplication du nombre d’étudiants dans le supérieur, diminution du «différentiel d’instruction» entre élèves selon leur origine sociale, ce modèle a vécu.
    Le nombre de jeunes sans qualification et ne trouvant pas d’emploi est considérable, jamais l’école républicaine n’aura été aussi inégalitaire ; l’ascenseur social du pays  est bel et bien en panne. Dans le passé un jeune issu du système scolaire pouvait espérer trouver rapidement un métier pour la vie et progresser dans la même entreprise, autant de perspectives qui ont disparu.
    Plus de 130 000 jeunes sortent sans solution chaque année, et 65% des élèves d’aujourd’hui exerceront demain un métier qui n'existe pas encore ! Encore leur faut-il trouver un emploi !

     Si le système éducatif est le reflet de la société, force est de constater que le miroir est brisé, l’école nous renvoi toujours l’image du monde « monde d’avant ». Ses repères ne correspondent plus à une société ou l’horizontalité a supplanté la verticalité et dont les  fondations reposent de plus en plus sur des « nuages » ! Nous vivons une phase de transition entre deux mondes,  bouleversement qui se répercute sur l’enseignement, qui de masse devient quasi individualisé, privilégiant désormais un modèle plus qualitatif que quantitatif.
    Si auparavant chaque élève devait s’adapter aux enseignements existants, c’est au système éducatif de s’adapter désormais. Pourtant ses structures sont toujours les mêmes !

    L’école ne peut plus se permettre d’être « hors sol », devenu un véritable éco système, elle doit s’ouvrir au monde extérieur auquel elle est connectée, au propre comme au figuré.  La société émergente fait appel à des aptitudes particulières à maitriser que ce soit dans le monde réel ou virtuel d'Internet et des réeaux sociaux. Au cœur de cette mutation qui transforme en profondeur la planète, les qualités relationnelles prennent de plus en plus d’importance.

    C'est un coup de colère froide, suite à une divergence de fond avec des acteurs institutionnels, perdus dans leurs certitudes, éloignées des contingences matérielles du terrain et de la réalité partagée des élèves et des professeurs, qui a déclenché cette réaction et m'a amené à proposer des pistes d'action.
    Chef des travaux en Lycée Professionnel depuis des années, le décalage grandissant entre l’affichage politique, les exigences théoriques de l’institution, la déconnexion de responsables éducatifs et les besoins réels et concrets des élèves notamment des plus défavorisés comme le malaise grandissant de beaucoup trop d’enseignants, m’a conduit à mener une réflexion relative à l’acquisition des habiletés sociales et numériques. Travail qui s’est étoffé en cours de route, notamment autour des exigences et opportunités pédagogiques spécifiques induites par la société numérique.
    Afin que chaque jeune formé (mais en ce domaine la jeunesse a t’elle des limites ?) soit en capacité de s’épanouir dans la société d’aujourd’hui comme de demain. Cette contribution est disponible sur ce blog.

    Soulignons tout de même un paradoxe, et de taille. Si la raison d’être et l'utilité de l’Éducation Nationale est de former les jeunes générations, elle n’assure pas (n'assume pas ?), ou si peu, la formation continue de ses enseignants. Je ne veux pas abordons pas la question de la formation initiale, à priori inutile aux yeux des gouvernements successifs de l’ère Sarkozy.
    Former les enseignants sur le fond, pas seulement sur la forme, est pourtant un passage obligé incontournable pour chaque pays afin qu'il s'adapte aux mutations de la société, de ses exigences, des besoins ressentis sur le terrain et surtout de l’attente légitime des français.
    Faut il rappeler qu’une des missions majeures d’un enseignant est d’être transmetteur de repères, encore faudrait il que les siens puissent être réactualisés ! Aussi personne ne devrait s’étonner que beaucoup d’enseignants s’interrogent aujourd'hui sur le sens à donner à leur métier ?

    Autant il n’est plus possible de s’affranchir de l’évolution de la société et de l’incidence évidente du numérique, d’internet et des réseaux sociaux sur les modes de pensée, autant l’enseignement ne doit pas renoncer à son ambition pédagogique première : former des citoyens éclairés disposant des capacités de discernement, de penser par eux-mêmes, dotés d’un esprit critique.
    Encore devons nous tenir compte du changement de mode de pensée induit par l’émergence d’une société de plus en plus digitale.

    Le numérique intègre des problématiques globales, que ce soit au niveau social, culturel, économique et politique, mais aussi vis à vis de l’éthique et de valeurs plus philosophiques. Il présente également quatre écueils dont nous devons nous méfier, que je tiens à rappeler un peu plus loin ...

    Une grande part de la crise culturelle, intellectuelle, spirituelle et identitaire que notre société traverse, provient de la mutation en cours et des remises en cause successives qu'elle entraine, car comme le dit si bien Yoda  : "Toujours en mouvement est l'avenir"

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Laicité, redonner du sens à un projet commun

    jean michel tribune.jpg

     

    Je viens de recevoir le numéro spécial de la revue "Communes, département et Régions de France" consacré à la "Laïcité, une garantie de liberté" ... Plus de 300 pages dédiées à un concept, qui depuis les attentats du 5 janvier dernier, a pris une toute autre importance aux yeux de tous, du moins des miens.

    Suite à une de mes interventions lors d'un Bureau National de la FNESR portant sur cette problématique, on m'a proposé de contribuer à ce travail collectif, ce que j'ai fait avec la tribune : "Donner du sens à un projet commun".

    Dois je l'avouer, le concept de Laïcité m'apparaissait jusque là, quelque peu éthéré, déconnecté de la société et de la vie actuelle, 2015 n'étant plus 2005 loin s'en faut. Une valeur à mes précieuse, certes, d'autant que je suis athée, mais quelque peu vide de sens, du moins de contenu concret et à renouveler absolument pour lui éviter de dépérir ...


    Par le passé pourtant, deux temps forts m'avaient incité à retravailler quelque peu cette problématique fondatrice et fondamentale à bien des égards :

    • les discussions autour du traité européen, dans lesquelles, suite aux pressions françaises toutes références à "l'origine chrétienne de l'Europe" avait été évacué. Une concession que beaucoup de nos compatriotes avaient trouvé mineure, alors que pour nombre de pays européens, elle était en fait majeure. J'ai encore le souvenir du ressenti d'amis allemands et hongrois et des sermons tant du prêtre que du pasteur entendus lors lors d'une messe œcuménique à Engen, en allemagne à cette période. Cet "abandon" constituait à leurs yeux un vrai déchirement.
    • le discours scandaleux de Nicolas Sarkozy à Latran "Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s'il est important qu'il s'en approche, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance". Nous voilà à des années lumière des valeurs républicaines que ce dernier prétend pourtant aujourd'hui incarner !

    Deux évènements dont l'ampleur ne peut être bien évidemment pas comparer à ceux de janvier dernier, beaucoup plus dramatiques. Ces attentats ont provoqué un réveil citoyen qui démontre combien ces questions demeurent importantes dans l'inconscient collectif national et comptent incontestablement, pour aujourd'hui et pour demain. Encore devons nous redonner à un contenant quelquefois vide, un vrai contenu ...

     

    C'est bien une partie de l'enjeu,  s'émanciper du prisme religieux, pour aller plus loin, à la recherche de valeurs à partager afin de vivre ensemble, riches de nos différences, au service d'un projet commun destiné à construire des lendemains  "qui chantent" plus durables et solidaires.

     

    Conclusion de ma tribune

     

     

     

    Lire la suite

  • Elle était "à l’écoute du bien-être des gens" ...

    FH Jourda.jpg

     

    Je viens d'apprendre avec tristesse le décès de Françoise Hélène Jourda, elle était non seulement une architecte talentueuse mais une femme d'exception.
    J'ai eu la chance de la rencontrer plusieurs fois dans le cadre de mes activités d'élu. C'est à elle et l'équipe qu'elle animait que nous avons confié, avec l'aménageur l'AFTRP, les destinées de l'écoquartier de Trilport, "l'Ancre de lune".
    Nous avions été séduits par son projet, son implication concrète et reconnue en architecture environnementale, dont elle était une des pionnières européennes les plus reconnues, son souci de la qualité de vie des habitants, ses partis pris environnementaux, la place laissée au végétal et aux arbres notamment. Mais plus que tout, c'est sa passion sincère à vouloir animer notre projet (au sens premier du mot, "donner la vie") qui nous a convaincu.

    J'ai ensuite appris pourquoi notre éco-quartier avait trouvé une certaine résonance au plus profond d'elle, puisqu'elle a déclaré il y a quelques années :

    "Moi mon rêve, c'est de construire un morceau de ville, sur la ville, dans la ville, pour changer la ville pour démontrer aujourd'hui qu'il est possible de transformer les villes existantes que ce soit au niveau environnemental, au niveau social, et apporter du bonheur aux gens"


    Le métier d'architecte urbaniste aux yeux de cette professionnelle, d'une simplicité non affectée, à la renommée pourtant internationale, devait avant tout être «à l’écoute du bien-être des gens», afin de répondre à leurs besoins, aux usages de la vie et de la ville, prendre en compte également l’urgence environnementale comme l'impératif d'économiser l’énergie en choisissant les matériaux et procédés de construction les plus respectueux de la planète, de leur conception à leur recyclage.

    Autant de parties pris qui ont trouvé de l'écho aux oreilles de l'élu engagé que je suis, sur les questions relatives à l'habitat, à l'urbanisme et au Développement Durable.
    Qu'elle sache, que là où elle est ou pas,  nous ferons tout pour que ce projet soit à la hauteur de ce qu'elle voulait pour la ville, qu'elle soit durable, aimable et désirable ...

     

    Quelques éléments de bio

     

    Lire la suite