Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Que l'année nouvelle soit belle comme une orange bleue

    voeux-2016.jpg
    Voeux de la Ville de Trilport, Citation : Apollinaire, dessin : Albert, Conception : Concordance(s)

     

    "Il n'y a de rêve que de rêve étoilée"

    Paul Eluard

     

    Que 2016, soit pour chacun d'entre vous, une voie lactée ...


    la terre est bleue comme une orange ...

     

    Lire la suite

  • A mis abuelos

    Certificat de réfugié  de mon père

     

     

    Dernier Conseil communautaire de l'Agglomération du Pays de Meaux, intervention de l’élue FN, classique, ses prises de parole ne démontrant jusque là qu’une très grande méconnaissance des dossiers et un désintérêt manifeste et profond pour le quotidien de nos concitoyens (abstentions ou vote contre de quasiment toutes les délibérations, notamment celles destinées à améliorer les conditions de vie ou de transport).

    Mais là, elle franchit une limite, et quelle limite ... Elle demande tout simplement aux Maires présents de lui faire un état sur les migrants accueillis dans leurs communes … Son intervention m'a amené à lui répondre, cash, afin de ne pas banaliser l'inacceptable, une demande "digne" des époques les moins glorieuses du pays ... 

    Migrant, un mot qui résonne singulièrement à mon cœur ...

     

    "Les migrants

    comme vous dites, Madame,

    ont deux jambes, deux mains, une tête, une âme et un cœur,

    Comme vous et moi,

     

    Le sang des migrants

    comme vous dites Madame,

    est rouge,

    Comme le votre, le mien,

     

    Beaucoup l’ont versé ce sang 

    et ont perdu la vie

    pour libérer le pays qui les avaient accueillis,

    le votre, le mien … Madame,

    Je pense aux soldats de la Nueve entrant dans Paris,

    Je pense aux tirailleurs sénégalais venus d’Afrique Noire ou du Maghreb

     

    Je suis fils et petit fils de migrants

    comme vous dites, Madame,

    de réfugiés plus exactement,

    bergers espagnols fuyant le régime de Franco

     

    Je suis fils et petit fils de migrant

    Comme vous dites , Madame,

    Non seulement je l’avoue,

    Mais face à vous, je le revendique,

     

    Je suis fier de mes grands parents et parents

    Ils m’ont appris à aimer la France,

    Votre pays, mais aussi le mien, Madame

    Même si je n’oublie pas d’ou je viens

     

     

    Lire la suite