Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ne réveillez pas cette nuit les dormeurs

 

8-mai-7.jpg

 

Tous les 8 mai, nous célébrons à Trilport, durant la même cérémonie, deux évènements majeurs liés par le sang, la douleur, les larmes versées, mais également la foi dans la paix et en un avenir meilleur. Deux évènements qui ont marqué notre passé à jamais, arriment notre présent à des valeurs clés et fondatrices, et constituent les balises éclairant notre route et nous guidant vers un futur plus harmonieux : l’armistice de 1945, évidemment, son lourd héritage qu'il soit politique, humaniste, éthique ou spirituel, et l’Europe ...


Cette année cette cérémonie a pris une dimension particulière, compte tenu du contexte électoral. Intervenant au lendemain d’une élection décisive pour le pays, second tour présidentiel inédit, dans laquelle nationalisme et projet européen se sont retrouvés au centre du débat public durant des semaines.
Nos concitoyens ont tranché de manière claire, mais ce vote, contrasté selon les territoires, témoigne cependant d’un profond désarroi, d’une colère latente qu’il serait irresponsable de ne pas prendre au sérieux, tant le climat politique ambiant, quelque peu délétère, peut nous ramener aux heures les plus sombres de notre histoire moderne.

Ce 8 mai, l’émotion était bien présente, palpable, renforcée par la présence de nombreux citoyens, des anciens combattants, des enfants des écoles chantant Marseillaise et hymne européen, des musiciens de l'harmonie. Autant de visages et de généations qui réunis confèrent à ces cérémonies une intensité rare, et en font des moments importants de la vie républicaine de notre communauté. Emotion rendue plus intense encore par l'hommage à un Trilportais disparu il y a juste quelques mois, héros de la résistance et déporté, Jean Le Roch.

Si Rimbaud a écrit « on est pas sérieux quand on a 17 ans », la jeunesse de Jean Le Roch a été tout elle, sauf insouciante. Il n’avait pourtant que 16 ans en mai 40 lorsqu'il s’est engagé avec les jeunes Résistants et Patriotes.
Conscient des risques pour sa famille, il quitte alors son domicile, rompt toute relation avec ses proches, change de nom et de vie … Ses qualités, son courage lui valent d’être nommé Chef de la Région parisienne de tout son réseau qui multiplie ses actions contre l'occupant.
Suite à une dénonciation, il est arrêté par la Police Française, interné à la Santé, puis envoyé à la forteresse d’EYSSES. Il y participe à une tentative d'évasion collective qui sera la plus importante de la guerre, mutinerie réprimée dans le sang par la division SS DAs Reich (celle d’Oradour sur Glane). Il est alors déporté à Dachau qu’il atteindra dans des conditions atroces, transportés dans ces fameux wagons plombés chantés par Ferrat, subissant pendant prés de deux années interminables l’horreur des camps de concentration et d'extermination. Lorsqu'il est enfin libéré et retrouve sa liberté, le 9 mai 1945, il n’a pas 21 ans !!!


Louis Aragon, dans son poème « Chanson pour oublier Dachau » a rappelé avec beaucoup de délicatesse et de profondeur, toute la détresse et la douleur intime de ceux qui sont revenus d’un enfer qui les a rendus différents et transformés à jamais …


"Nul ne réveillera les dormeurs … Homme ou femme, retour d’enfer ... Le cœur étonné de battre ... Derrière leurs yeux ... Cette conscience de l’abîme, Et l’abîme …
Il y a dans ce monde nouveau, tant de gens, Pour qui, plus jamais ne sera naturelle la douceur,
Il y a dans ce monde ancien, tant et tant de gens, Pour qui, toute douceur est désormais étrange,
Il y a dans ce monde ancien et nouveau, tant de gens, Que leurs propres enfants ne pourront pas comprendre ...
Ne réveillez pas cette nuit les dormeurs …"

 

Ces instants solennels, constituent des espaces de respiration privilégiés et rares dans une société ou le temps semble s'emballer. Ils favorisent un passage de relais immémoriel inestimable pour les nouvelles générations et indispensable au pays, tant célébrer la mémoire du passé, n’est pas seulement se souvenir du passé, c’est aussi et surtout, prévenir le futur et protéger les valeurs républicaines l’audace de la liberté, l’exigence de l’égalité, la volonté et la grandeur de la fraternité.


Au 8 mai, est associée à jamais, le si beau mot de Résistance, comme disait Lucie Aubrac,

Au 9, journée de l’Europe, nous devons arrimer, celui tout aussi beau, d’Espérance,

 afin que comme l'écrivait si joliment René Char :  « Résistance ne soit qu’Espérance » ...

 

Résistons, surtout aujourd'hui, afin de mieux espérer en des lendemains qui chantent

 

 

 

Texte de la poésie de Louis Aragon : " Chanson pour oublier Dachau"

 

 

 

 

 

 

CHANSON POUR OUBLIER DACHAU

 

 

 

IMG_0268.JPG

 

 

Nul ne réveillera cette nuit les dormeurs

Il n’y aura pas à courir les pieds nus dans la neige

Il ne faudra pas se tenir les poings sur les hanches jusqu’au matin

Ni marquer le pas le genou plié devant un gymnasiarque dément

 

Les femmes de quatre-vingt-trois ansles cardiaques ceux qui justement

Ont la fièvre ou des douleurs articulaires ou

Je ne sais pas moi les tuberculeux

N’écouteront pas les pas dans l’ombre qui s’approchent

Regardant leurs doigts déjà qui s’en vont en fumée

Nul ne réveillera cette nuit les dormeurs

 

Ton corps

Ton corps n’est plus le chien qui rôde et qui ramasse

Dans l’ordure ce qui peut lui faire un repas

Ton corps n’est plus le chien qui saute sous le fouet

Ton corps n’est plus cette dérive aux eaux d’Europe

Ton corps n’est plus cette stagnation cette rancoeur

Ton corps n’est plus la promiscuité des autres

N’est plus sa propre puanteur


Homme ou femme tu dors dans des linges lavés

Quand tes yeux sont fermés quelles sont les images

Qui repassent au fond de leur obscur écrin

Quelle chasse est ouverte et quel monstre marin

Fuit devant les harpons d’un souvenir sauvage

Quand tes yeux sont fermés revois-tu revoit-on

Mourir aurait été si doux à l’instant même

Dans l’épouvante où l’équilibre est stratagème

Le cadavre debout dans l’ombre du wagon

Quand tes yeux sont fermés quel charançon les ronge

Quand tes yeux sont fermés les loups font-ils le beau

Quand tes yeux sont fermés ainsi que des tombeaux

Sur des morts sans suaire en l’absence des songes

 

Tes yeux

Homme ou femme retour d’enfer

Familiers d’autres crépuscules

Le goût de soufre aux lèvres gâtant le pain frais

Les réflexes démesurés à la quiétude villageoise de la vie

Comparant tout sans le vouloir à la torture

Déshabitués de tout

Hommes et femmes inhabiles à ce semblant de bonheur revenu

Les mains timides aux têtes d’enfants Le coeur étonné de battre

Leurs yeux


Derrière leurs yeux pourtant cette histoire

Cette conscience de l’abîme

 

Et l’abîme


Où c’est trop d’une fois pour l’homme être tombé

Il y a dans ce monde nouveau tant de gens

Pour qui plus jamais ne sera naturelle la douceur

Il y a dans ce monde ancien tant et tant de gens

Pour qui toute douceur est désormais étrange

Il y a dans ce monde ancien et nouveau tant de gens

Que leurs propres enfants ne pourront pas comprendre

Oh vous qui passez

Ne réveillez pas cette nuit les dormeurs

 

Louis Aragon

Écrire un commentaire

Optionnel