Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voeux 2018 : Nous ne pouvons bâtir qu'accordés à demain

voeux-2018-8.jpg

 

Traditionnelle cérémonie des vœux, salle des Fêtes archi-comble, cependant malgré tous les personnes présentes, une absence nous pèse et nous peine tout particulièrement, celle de Nicole Bricq, disparue cet été.

Nicole avait choisi de s'engager en politique autrement, pour agir et faire, laissant aux amateurs de petites phrases, les polémiques politiciennes stériles, à eux les mots, le plus souvent creux, à elle le concret des actes.
Persuadée que l’action publique pouvait et devait améliorer la vie de nos concitoyens au quotidien, elle n’a jamais oublié qu’il fallait toujours réparer avant de pouvoir retisser, renouer les liens distendus et éviter ainsi que les fractures territoriales ne deviennent des lignes de rupture irréversibles.
Assumant avec simplicité et efficacité les plus grandes fonctions de la République, ses responsabilités ne l’ont pas empêché de venir à Trilport, sans chichi ni protocole, pour un repas d’anciens, une inauguration, une visite de terrain ou cette cérémonie des vœux, fidèle à des rendez-vous dont elle appréciait simplicité, chaleur humaine, amitié et convivialité.
C’est une amie fidèle qui nous a quitté, avec laquelle j’ai partagé beaucoup de combats, victorieux ou non, dont le dernier il y a tout juste quelques mois. Véritable combattante, elle donnait envie de se battre contre l'adversité, les injustices, d’agir au présent pour préparer et bâtir un avenir plus solidaire et respectueux de la planète.
Nicole était une belle personne, comme il en existe trop peu en politique, attentionnée, disponible, accessible, sincère. Il était juste de la remercier et de lui rendre un hommage mérité.

 

L’esprit de solidarité qui a animé toute sa vie est à l’unisson de la citation de Paul Eluard choisie pour ces vœux. « On transforme sa main en la mettant dans une autre.

Nous ne sommes effectivement rien, seuls. Une ville est une communauté de femmes et hommes dont la cohésion fait la force ... Les dynamiques de nos territoires sont également les fruits des liens qui l’animent comme de ceux noués avec ces voisins.

Que serait l’action d’un Maire sans le soutien et l’activité de son équipe municipale et de l’esprit d’équipe qui prévaut en son sein, sans l’action quotidienne de services municipaux passionnés d’action publique ?

Ce lien de proximité essentiel est également porté par toutes les forces vives qui animent et protègent notre ville : pompiers, corps médical et para médical, policiers, gendarmes, commerçants, facteurs, travailleurs sociaux …
Comment oublier le tissu associatif, valeur ajoutée s’il en est du lien social entre Trilportais, et saluer l’énergie de tous les bénévoles qui lui donne vie et consistance.

 

Le Big Bang politique connue cette année, ne m’a pas surpris, tant j’ai souvent souligné la fracture grandissante entre états-majors politiques et citoyens.

« L’essentiel est toujours menacé par l’insignifiant » écrivait René Char, lorsqu’insignifiant devient l’essentiel du débat politique, faut-il s’étonner ensuite que nos concitoyens s’en désintéressent le trouvant par trop … insignifiant ?

Ceux-ci sont dans l’attente, de perspectives, de sens, de vérité dans les propositions des politiques. Nos concitoyens savent que la terre a tourné, que la conjoncture économique est difficile, que nous ne vivons plus dans le monde d’avant. Encore faut-il leur indiquer clairement le cap suivi pour dissiper tout malentendu ou méprise.
Leur priorité n'est pas de tester un prototype de monde idéal et théorique, de chercher des boucs émissaires ou de fausses excuses, mais d’agir pour adapter ce pays au nouveau monde qui émerge, en veillant à préserver nos valeurs et le modèle social et culturel qui nous unit, tant il protège les plus fragiles.

Une des réponses est l’Europe. Encore faut-il qu’elle soit présente au concret, dans tous les territoires, et proche des habitants. Chacun doit s’en saisir, citoyen et collectivités, y compris les plus petites. L’Europe ne peut rester la chasse gardée des technocrates sinon elle disparaitra.

 

En 2017 nous avons beaucoup semé, aussi nous espérons récolter légitimement les premiers fruits de nos efforts dans les prochains mois. Retour sur l'action engagée l'an dernier :

  • Nombreux travaux de mise en accessibilité et  sécurisation d’entrée de ville (Montceaux),
  • Fin du chantier de l’école Maternelle qui sera inaugurée d'ici quelques semaines,
  • Opérations de rénovation et d’isolation des bâtiments communaux, peu spectaculaire mais au combien utile : Complexe Sportif, Mairie, Villa Bia,
  • Avancée  du Pôle Gare avec l’aménagement PMR de l’accès Sud, financée intégralement par Ile de France Mobilités et la Communauté d’Agglomération. Dossier qui après plus de 10 ans est enfin sur de bons rails.
  • Mobilisation pour la ligne P. Ma proposition de créer un observatoire rassemblant élus, SNCF, Ile de France Mobilités, associations d’usagers a été reprise par la SNCF dans le cadre du « projet P Plus » auquel je participe activement.
    Faut-il souligner que de nombreux Trilportais sont également usagers et que lorsque la ligne fonctionne, le nombre de voitures diminue dans nos rues !
    Je me réjouis de voir le front enfin uni des élus et suis heureux de me retrouver moins seul du coup à me battre sur ce dossier. Si rien ne change, c’est galère à perpett pour les usagers du simple fait de leur lieu de naissance ou de résidence, c'est simplement intolérable !

 

Quelle sera notre feuille de route pour 2018 ?

 

 

 

voeux-2018-1.jpg

 

Agir, afin de  :

  • Rendre la ville plus sure au quotidien, avec de nouveaux moyens pour la police municipale qui depuis mai dernier compte 3 agents, en déployant la vidéo protection. A terme ce sera  près de 30 caméras implantées à des emplacements stratégiques, en échangeant également autour d’un nouveau Plan de circulation permettant de rendre la ville plus accessible
  • Renforcer nos équipements publics, que ce soit au niveau des écoles en poursuivant les opérations de rénovation et d’extension, en lançant les travaux d'un nouveau réfectoire, en améliorant l’accessibilité dans la ville et en implantant de nouveaux aménagements de loisirs.
  • Rendre la ville plus sobre grâce à la rénovation totale de l’éclairage. 4 objectifs : éclairer mieux, sans pollution lumineuse, réaliser de sérieuses économies, réduire sensiblement nos émissions de Gaz à Effet de Serre.

 

Nous avons la chance de vivre dans un territoire doté d’un véritable potentiel dans lequel les habitants représentent également une formidable valeur ajoutée. Notre équipe fait depuis toujours confiance à ces savoir et vouloir-faire locaux comme à la volonté d’innover qui les caractérise.

Nous sommes convaincus ici que l’innovation ne se limite pas au seul domaine technique, c’est d'abord et avant tout un état d’esprit collectif et une dynamique …
Trilport est  à sa manière une terre d’innovation, comme ce territoire, il suffit qu’il s’en persuade.

Nous innoverons encore et toujours, c’est un peu notre marque de fabrique, avec :

  • l’éco quartier de l'Ancre de lune qui entre, enfin, en phase opérationnelle. Les premiers travaux commenceront dans les prochaines semaines.
  • le projet de Maison des Familles dédié au lien social. Notre volonté réunir en un seul lieu les acteurs des politiques publiques de proximité liées à la famille (services municipaux, institutionnels, partenaires) avec un Espace de Vie Sociale et de médiation numérique,
  • l'étude de faisabilité de nouveaux services en direction des seniors : portage de repas, collaboration éventuelle avec les facteurs et la Poste...
  • le numérique qui est un peu la prose de Monsieur Jourdain, on le pratique sans s’en rendre compte.
    Une grande majorité de Trilportais a accès à la fibre, dont le déploiement se poursuit jusqu’à fin 2018. Nous avons mis en place des téléservices ouverts 24h / 24, 365 jours sur 365, utilisés par plus de 95% des familles pour le périscolaire et 65 % pour le télépaiement. Les conseils municipaux sont entièrement dématérialisés. Toutes les classes des écoles connectées, chaque section de primaire dotée d’un Vidéo Projecteur interactif, les enseignants intégrant désormais ces outils à leur pédagogie quotidienne. Une partie de l’éclairage public est également piloté par ordinateur et fin janvier une application pour mobiles sera disponible sur internet afin de « simplifier la ville ».
    Trilport est sans doute actuellement la ville la plus « digitale » de l’agglomération, encore faut-il désormais agir vers tous ceux qui n’ont pas accès au numérique afin d’éviter toute exclusion, tant il prend une place centrale dans notre société pour ce qui concerne les formalités administratives.

2018 sera également l’année de combats à mener, afin :

  • D'obtenir de la Préfecture le droit de délivrer Cartes Nationales d'identité et passeports pour rendre un meilleur service aux habitants et soulager des villes voisines, telles Lizy sur Ourcq, submergée, qui n’arrive plus à répondre à la demande. Solidaires, nous proposons de mieux répartir la tâche en y prenant toute notre part
  • De respecter les objectifs SRU de construction de logements sociaux, le PLU enfin adopté nous facilite la tâche et nous sommes grâce au lancement de l’éco quartier dans les clous question objectif de réalisation. Trilport disposant d’une gare, l’Etat et Agglomération demandent à la ville d’atteindre 25% de logements sociaux en 2025. Problème cependant, nous sommes toujours en Zone 2. Ce qui est scandaleux
    Pour faire simple, la zone 2 pour un bailleur social, c’est 20% d’aides financière en moins pour l’investissement et 20% de revenus en moins sur les loyers. Autant dire que pour faire passer des projets de qualité, il faut négocier dur, dur. L'équilibre financier de certains projets est quelquefois une équation financière insoluble.  Imaginer un coureur participant à une course de haies, déjà bien hautes et difficiles à franchir, auquel on mettrait un boulet au pied (c’est la zone 2) et à qui on reprocherait de ne pas courir assez vite. C’est la situation de Trilport, Kafkaienne, ubuesque même, simplement intolérable.
  • de lutter contre l’habitat indigne et les marchands de sommeil. Trop de personnes prospèrent sur la détresse et le malheur des autres en s’affranchissant des règles les plus élémentaires de salubrité publique.

 

Si le prisme communal de ces vœux semble réducteur, il atteste que la commune a toujours son utilité auprès de nos concitoyens non seulement dans le maintien d’un lien social de proximité de qualité mais aussi des dynamiques territoriales, surtout lorsque l’on évoque des ensembles intercommunaux XXL si éloignés des problèmes quotidiens des habitants et de nos communes. 

En 2017, l’ampleur de la fracture territoriale entre Grande Couronne et capitale est indigne de la Région la plus riche d'Europe, une fracture que le Grand Paris si l’on y prend garde peut aggraver. Je défends une conception large focale de ce fameux Grand Paris, à la dimension de l’Ile de France. La métropole du XXI eme siècle ne peut être une pâle copie XL du Paris du XIX eme siècle, cher au Baron Hausmann. Nous ne sommes plus dans un monde clos ou les périphériques servaient de rempart mais bien dans un monde ouvert.

Aujourd’hui pour les Seine et Marnais, c’est triple peine : ils acquittent des impôts pour financer des infrastructures dont ils ne bénéficieront pas directement, ces dernières accaparent l'essentiel des financements publics au détriment de la rénovation de réseaux à bout de souffle, leurs chantiers impacteront durablement notre environnement multipliant les décharges pour stocker les gravats. Autant dire que l’heure est à la mobilisation générale !
Que pèse la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux, 22 communes, pas encore 100 000 habitants, face aux mastodontes de la Petite Couronne ? Pas grand-chose.  C’est pourquoi nous soutenons les propositions de rapprochement avec des intercommunalités voisines initiés : avec nos amis du Pays de l’Ourcq, cela fait des années que je plaide en ce sens et les intercommunalités autour de Roissy …

N’oublions jamais que la dynamique d’un territoire ne dépend pas de l’importance d’un périmètre ou la grandeur d’un passé désormais dépassé, mais de la vitalité et de la qualité des liens entre ses différentes composantes. Il est essentiel de renforcer tous ces liens, dans le respect de nos singularités et complémentarités.

 

En 2018, nous agirons pour améliorer le quotidien tout en préparant l’avenir, et ce dans un contexte budgétaire incertain et fragile, suite aux décisions sur la suppression de la taxe d’habitation et les incertitudes concernant les dotations.

Lier impératifs du présent et enjeux du futur, voilà qui résume à merveille la feuille de route à venir, car comme l’écrivait Andrée Chedid

« Nous ne pouvons bâtir, qu’accordés à demain. »

 

Écrire un commentaire

Optionnel