Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Territoires - Page 5

  • Gens du voyage : quelques propositions d'actions

    Trilport, le 10 juin


    Propositions faites au Sous Préfet, à l’ensemble des Maires de la Communauté d’Agglomération et à notre représentation nationale


    S'il existe, au moins, deux catégories de gens du voyage ayant des problématiques d’accueil différentes, sur le terrain la confusion est inévitable, les sédentaires ou semi sédentaires se mêlent aux grands passages.
    Certains élus dont je suis, attendaient la création de l’intercommunalité avec impatience dans ce domaine, espérant que sur les bases du Schéma d’Accueil Départemental des solutions à l’échelon intercommunal soient étudiées et mises en place. Cependant au jour d’aujourd’hui, l’intérêt Communautaire (pour la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux) est strictement limité à la seule gestion de l’aire d’accueil de Poincy (reprenant en fait strictement les prérogatives du SIRTAN, l’ancien syndicat intercommunal de gestion de cette aire). La problématique des gens du voyage pourtant ne se limite pas à cette seule aire, pour preuve, les caravanes présentes sur la Côte Rôtie étaient des caravanes de locaux, sédentaires ou semi sédentaires.

    Ce qui démontre la difficulté si l’on souhaite intervenir de manière cohérente et efficace dans ce domaine de ne pas percevoir la problématique dans sa globalité : sédentaires et grands passages.

    Il n’échappera à personne que la logistique permettant : une hygiène élémentaire, l’évacuation des ordures, la gestion quotidienne, l’approvisionnement en eau, la remise en état du terrain après le départ des caravanes, nécessite des moyens humains et financiers qui dépassent les possibilités d’une seule commune.

     Des solutions sont cependant envisageables ...

     

    Lire la suite

  • Etes vous pro ou anti DSC ?

    Trilport le 28 janvier 2005



    Depuis la création de la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux (ou CAPM), un débat autour de l’institution d’une «D.S.C» a lieu entre les délégués des communes. Qu’en est il exactement ? Derrière ce sigle pour le moins ésotérique, se cache en fait un débat de fond et non une querelle technocratique de spécialiste de la « chose budgétaire »…


    Depuis sa création, la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux, comme toute Communauté d’Agglomération perçoit la Taxe Professionnelle (TP) des entreprises situées sur son territoire en lieu et place des communes. Elle leur reverse en contrepartie une dotation financière (dénommée attribution de compensation), calculée sur le montant collecté par chacune lors de la création de la Communauté; déduction faite, fort logiquement des charges transférées par les communes. Ces charges étant pour l’instant limitées,l’attribution reversée est égale, pour l’essentiel, au montant de la Taxe Professionnelle collectée en 2002.

    Notons que cette dotation ne tient pas compte des efforts financiers des communes pour aménager leurs zones d’activités et des remboursements d’emprunt s’y afférant.

    Alors pourquoi un tel mécanisme est il pénalisant pour les communes ?

     

    Lire la suite

  • Transport dans l'agglo, une situation intolérable …

    Meaux le 8 novembre 2004

    La situation des transports sur ce secteur du Département est intolérable ...

    Songez qu'il faut par exemple, plus de quarante minutes pour traverser une petite ville comme Trilport lors des heures de pointe, ce qui est inacceptable et le pire est encore à venir... Une raison essentielle : l’augmentation du nombre d’habitants dans le Nord Est du département qui s’accélère (beaucoup de familles disposant de deux véhicules pour pouvoir travailler et se déplacer).
    Cette situation pénalise nos concitoyens, en allongeant considérablement leur temps de transport pour se rendre au travail (très souvent situé à Roissy, Marne la Vallée, ou dans la Région Parisienne) par des bouchons successifs, matin et soir, et en rendant invivable la vie dans nos villes, circulation, vitesse et stationnement. Elle constitue un frein important au développement économique de notre secteur en ne permettant pas de rapprocher l’emploi de nos habitants

    Que faire … Ne pas se lamenter mais agir.

    Deux pistes de travail complémentaires s’ouvrent aux élus et à l’Etat :
    créer de nouvelles infrastructures routières permettant d’éviter les goulots d’étranglement et lancer en priorité le dossier de la déviation dite de Trilport (liaison RN3/ Monument Américain) qui mettrait un point final au contournement de Meaux,
    développer les moyens de transports en commun reliant nos communes (aménagements, fréquences, amplitude) et la complémentarité Bus/ Train afin d’inciter nos administrés à les utiliser le plus possible.

    La question des transports, est une des raisons qui justifient à elle seule la création d’une intercommunalité comme celle du Pays de Meaux, les problèmes se réglant à ce niveau.
    Résuodre ce problème est une des clé du développement de notre agglomération, en qualité de vie pour nos habitants mais également en matière économique en permettant le réel désenclavement de nos communes et de leur zone d’activités.

    En ce domaine, la seule solution est de jouer collectif, que ce soit au niveau de notre communauté mais également entre les différentes collectivités territoriales (Département, Région) et l’Etat.
    Les « bouchons » de Meaux et Trilport perturbent les communes voisines (création de circuit parallèle de contournement), pénalisent le développement des franges de l’Ile de France et de la Seine et Marne et nuisent à l’aménagement de notre territoire national.

  • L'intercommunalité dans le Pays de Meaux pourquoi faire ?


    Si j'ai accepté de siéger au Bureau de la Communauté d'Agglomération du Pays de Meaux, étant le seul élu de gauche dans un Bureau Communautaire dirigé par Jean François Coppé , ce n'est certainement pas pour servir « d’exception culturelle » ou de prétexte …


    Nous avions avant les dernières élections Municipales, beaucoup travaillé sur la création d’une intercommunalité qui a vu le jour grâce aux lois Chevènement du gouvernement Jospin. Rappelons le c'est la gauche qui a réellement initié la modernisation démocratique dans notre pays, avec deux textes fondateurs : les lois relatives à la Décentralisation (Deferre) et à l'intercommunalité (Chevènement).
    Si nous avons accepté de travailler à la création d’une Communauté d’Agglomération, et ce bien avant les municipales de 2001, c’est que nous estimions que l’enjeu, le devenir du pays de Meaux transcendait les clivages politiques. C’est la raison essentielle qui explique notre implication, sans arrière pensée, laissant de coté nos différences ou appartenances politiques et travaillant en qualité d’élu au développement harmonieux de nos communes et de l’agglomération.


    Nous aimons nos communes, nous y vivons, travaillons même pour certains, trop rares, dans ce Pays de Meaux, nos familles s’y épanouissent …
    La richesse de ce coin de Brie est la diversité de ses territoires, de ses communes...
    Notre patrimoine commun ne peut se limiter à une unique cathédrale ou au seul domaine économique, loin s’en faut. Les richesses culturelles, historiques et naturelles de cette agglomération sont considérables et multiples mais également fragiles.

    Nous avons aujourd’hui un défi à relever et une obligation commune
    Le défi est de faire face au développement quasi exponentiel des pôles de Marne la Vallée et de Roissy, en élaborant et en menant collectivement, un projet de développement durable, solidaire, harmonieux, équilibré et respectueux des différences de chacun. Une idée simple : l’intercommunalité doit profiter à tous nos administrés.
    Nous avons également une obligation, celle de nous réunir et de nous rassembler autour d’un projet collectif fédérateur. N’oublions pas qu’une commune sur trois n’a pas voulu de cette intercommunalité.

    C'est sur ces bases que je me suis engagé et que j’ai accepté d'assumer la responsabilité de la délégation aux transports en tant que Vice Président, estimant que ce domaine de compétences justifie déjà à lui seul la création d'une structure intercommunale comme celle de la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux, afin de pouvoir réaliser les infrastructures permettant de décongestionner nos communes, mais également de travailler en amont, en profondeur et en concertation avec les élus, le Département, la Région, le STIF, les administrés et les différents opérateurs afin de relancer le transport en commun et de développer les circulations douces.