Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Trilport - Page 3

  • A Louis C. bénévole

    1517242981.jpgJe veux simplement saluer un de mes concitoyens qui nous a quitté, il y a quelques jours : Louis C., car je me souviens ...

    A l’image de tant d’autres visages, il est une des personnes qui ont marqué ma jeunesse et m’ont attaché viscéralement à cette ville, à ses citoyens et à leurs valeurs simples. On se connaissait pourtant peu ...

    Arrivant à Trilport, j’avais 13 14 ans, j’ai joué au foot de longues années, à l’Union Sportive de Trilport, l'UST on dit ici, comme tant d’autres et tant d’autres depuis …  Le bureau était composé de Louis C. Président et de trois autres mousquetaires : Jacques V. , Messieurs T. et V. … Personnes clés, s’il en est …

    Joueur j’ai utilisé des vestiaires qui,  je l’ai appris bien après au moment ou le Maire que je suis devenu a du les remplacer, avait été bâti de leurs propres mains.

    Adolescent, je me suis investi et impliqué dans une association de jeunes « Les 4 coins » devenue par la suite l’Union des Jeunes de Trilport. Nous avons passé tant de bons moments avec beaucoup d'amis de mon âge et de bénévoles … Notre QG était le sous sol du Mini Club qui abrite depuis le Service Jeunesse de la commune, juste retour des choses … Ces lieux avaient été construit par les mêmes mains, celles de  Monsieur C. et des mousquetaires.

    Ils étaient des bâtisseurs, au propre comme au figuré, à l'image de tant d'autres de cette génération, des bénévoles, des vrais  ...

    Ensuite,  j'ai participé aux festivités organisé par le Comité des Fêtes, notamment les défilés de chars fleuris qui ont tant fait pour le lien social entre les quartiers, les générations, la convivialité … Comité animé et présidé également par Louis C …

    Je n’évoquerais pas l’artisan, le professionnel reconnu et exigeant, qui a œuvré pour l’activité économique du bourg, ou l'élu qu'il a été, qui a tant bataillé, qui s’est tant impliqué, avec conviction, avec passion, au service des autres, de sa ville …

    Je le dis souvent, car je le pense réellement et c’est le moteur de mon attachement à Trilport, comme celui de beaucoup d’autres … Notre richesse ici est multiple; ce sont les hommes, la relation avec l’autre, l’altruisme, l’amitié …

    Louis C., mieux que tout autre  symbolisait cela …

    Parce que c’était un homme … Parce que c’était un homme engagé dans la vie, vers les autres, pour sa ville ..

    Parce que c’était lui …et parce que c’est Trilport

     

  • Retour sur le futur 2

    815200025.2.jpgSuite et fin du retour sur les municipales ...
    Vous trouverez ci joint (cf documents : "Notre projet pour Trilport") le projet proposé aux Trilportais et largement validé lors du scrutin du 9 mars dernier.

    Revenons sur le choix du visuel qui nous a accompagné toute la campagne. Support d'affiche, mais pas seulement, au final  il synthétise et symbolise les messages principaux émis en direction de nos concitoyens.Si dans une élection municipale, la personnalité du candidat qui postule au poste de Maire est importante, voire centrale, il me semblait essentiel de faire passer en priorité la notion d'équipe.Sans vouloir remettre en cause le coté charismatique indéniable de ma personne (attention, c'est du second degré), j'ai toujours préféré jouer collectif, d'autant plus lorsque l'élection repose sur un scrutin de liste.
    Bien évidemment, pour que ce choix soit à la fois judicieux et cohérent, l'équipe mis en avant doit comporter des candidats apportant de par leur personnalité, leur qualité, ou leur engagement au service de la commune, une réelle valeur ajoutée. C'est le cas ici, et cela explique également le soin apporté dans la compositon de ma liste.

    Il m'apparaissait important au moment de choisir le visuel que cette notion de la foece du collectif passe avant tout. Avis partagé par mes colistiers !
    Pour la petite histoire,  le choix de l'affiche a été trés discutée; nous avions hésité avec une autre proposition, de facture plus classique : le Maire sortant (que j'étais) placé au premier plan, l'équipe située en arrière plan, mais le résultat obtenu nous a semblé trop figé. Sur l'affiche choisie au final (représentée ci dessus) ne figurait qu'un nombre limité de colistiers, mais aprés discussion, cet élément ne nous a pas semblé rédhibitoire, le plus important à nos yeux étant que le visuel corresponde et colle fidélement au message que nous désirions faire passer en premier lieu : la force et l'énergie (j'allais écrire la pêche) d'une équipe ouverte et positive au service de Trilport  ...

    Nos concurrents ont opté pour des choix différents. L'un n'a communiqué que sur sa tête et il y en a collé partout que ce soit sur la vitrine de son local ou dans toute la ville, pour la tranquilité de tous nous nous sommes refusé à jouer à la surenchère et objectivement voit ma tête partout n'est pas obsessionnel chez moi. L'autre tête de liste ayant opté lui par une photo exhaustive de sa liste relativement statique.
    Bien évidemment, les électeurs ne se positionnent pas sur une photo aussi belle soit elle, le choix de cette dernière est cependant souvent révélatrice, à plus d'un titre de la personnalité des candidats ...


    Sinon comment décrire trés rapidement le projet  présenté à nos concitoyens ?

     

    Lire la suite

  • 9 mars 2008, 20h15 ...

    815200025.jpg
     
     
     

    Ecouter, c'est pourtant tout ce qu'il y a de mieux pour bien entendre.

    Pierre-Augustin Caron Beaumarchais

     
     
     
    Résultats définitifs des élections municipales de Trilport : Liste conduite par Jean Michel Morer : 1 265 voix (56,37%), Liste conduite par S. Chimot : 531 voix (23,66%) ass. UMP, liste conduite par Yves Levrey : 448 voix (19,96%) Divers Droite 
  • Retour sur le futur

    484212721.jpgEn cette période d'élections municipales et bien que ce blog ne soit pas un outil de campagne (cf site), il m'a semblé difficile de ne pas aborder ce sujet, du moins partiellement ou indirectement. C'est ce qui m'a amené à mettre à la disposition des lecteurs du blog non Trilportais, des documents significatifs de cette campagne afin d'aborder quelque peu l'envers du décor. Nous commençons la série par le Bilan de mandature (cf la partie documents du blog, fichier pdf).

     

    Alors pourquoi distribuer un bilan de mandat à un mois et demi d'une élection ?

    Parce que nous avions refusé il y a six mois, bien que la loi l'autorise, de financer par le Budget municipal ce compte rendu de mandat, comme tant d'autres l'avaient pourtant fait. Nous estimons, à tort ou à raison, que ce type de publication est par essence politique, et qu'à ce titre elle n'a pas à être payé avec l'argent des contribuables. C'est pourquoi nous l'avons publié il y a quelques semaines dans le cadre de la campagne des municipales et financé grâce aux dons obtenus et à l'argent des colistiers.

    Le document au départ devait faire 24 pages, mais au regard du travail accompli sur la période, nous sommes arrivés à 46 pages, et en limitant les actions sélectionnés. Il y a dans ce document beaucoup de nous même, il représente tout de même six années de nos vies communes consacrées à Trilport.

    Derrière chaque point évoqué (il y en a 41 !), combien d'heures passées en concertation, visites sur le terrain ou rencontres avec nos concitoyens...

     

     

     

    Lire la suite

  • Trilport, témoin de l'histoire

    c9cd3f346ac5e3bc314c00f64cb13670.jpg

    La réédition du livre de Michele Bardon  « Trilport, témoin de l’histoire », a donné lieu à une belle cérémonie. Particulier, ce livre l'est par bien des aspects; il n’est pas si banal pour une petite ville comme la notre de posséder une telle mine d’informations sur son passé.
    Avec son ouvrage, Michele Bardon (cf note précédente ) poursuit l'oeuvre entamée par son père. Il faut beacuoup d'énergie pour collecter cette somme d'informations éparses, éparpillées dans le grand maelstrom du temps et les labyrinthes des archives. Son travail, son talent et sa plume alerte permettent aux Trilportais d'aujourd'hui, de découvrir le passé de leur ville, de ses grands comme de ses petits évènements.

    Je suis heureux d’avoir contribué à ce que les travaux de cette grande dame de la « petite histoire » soient connus du plus grand nombre et ne reste pas lettre morte, ce qui pour un livre, reconnaissons le, est plus que dommageable. Les bonnes volontés rassemblées (notamment avec les sociétés historiques locales de Meaux et Provins) ont permis de constituer le tour de table financier qui explique qu'un ouvrage de prés de 800 pages, avec des photos et une couverture quadri soit vendu seulement 15 euros.

    Il est essentiel à l’heure d’Internet, du zapping et de l’instantané, de saisir tout le poids du passé, et de prendre le temps de la réflexion. Un élu qui aime son territoire et dispose de la dose d’humilité minimale, le sait … Les leçons de l’histoire se conjuguent au présent, souvent au futur et quelquefois au conditionnel .
    C’est le sens de l’engagement de Christian de Bartillat, à qui je veux rendre hommage et sans qui nous aurions eu beaucoup plus de mal à boucler ce projet.  Cet homme de passion, de valeurs et de fidélité, a choisi il y a 25 ans d’implanter dans un village voisin, Etrépilly, une société d’édition dénommée « Les Presses du Village ».  Le choix de cet érudit, dirigeant de grandes maisons d’édition ( le Seuil, les Presses de la cité) loin des canapés et des petits fours des milieux intellectuels parisiens en a surpris plus d’un. C'était un choix du cœur,  qui s’est révélé au fil du temps précurseur … Le Développement Durable c’est aussi cela !

    Avec sa société d’édition, il a contribué plus que quiconque à faire revivre l'histoire de cette région, mais également à permettre à de nombreux historiens animés d'une passion commune à la faire partager. Plus que jamais, je pense qu’il n’y a pas de petite histoire ou de grande histoire, il y a l’histoire ... il n’y a pas non plus de petites gens sans importance, mais des hommes et des femmes qui passent , s’épanouissent et marquent parfois leur passage ici bas, d’une empreinte fugitive ou monumentale, qui peut surgir soudain au détour d’un quartier...

    C'est également ce qu'écrit avec ses mots, Michelle Bardon :

     « Peut-être faut-il savoir, par delà le temps, retrouver la présence des amis disparus, avoir savouré la douceur qui inonde de sa paix champs et bois aux derniers rayons du soleil vespéral, la joie des matins de Pâques, fleuris d'oiseaux et d'arbres fruitiers, lorsque se répondent dans le ciel d'un bleu très pur, tous les clochers d'alentour,. les murmures bruissant du silence de la forêt, les jeux du vent dans les mais et dans les blés, la sérénité altière de la Marne ou encore, après la pluie, les pleurs des roses des jardins, peut-être faut il avoir goûté la quiétude de ces lieux pour s y attacher profondément et en apprécier la beauté toute simple?

     

    Intervention  de Mlle Bardon ...

    Lire la suite

  • La Halotte, la fin ... au prochain épisode !

    cb3c2a8447b5f2cc2a41af19180f3017.jpgLe 9 novembre dernier la Cour d'appel de Paris a rendu son verdict sur le dossier de la Halotte (cf notes précédentes). Un arrêt qui modifie singulièrement la donne sur cette affaire.

     Aucune charge n'a été retenu contre le plombier, la cour d'appel revenant ainsi sur le jugement rendu en première instance. A contrario, l'entrepreneur est jugé seul et unique responsable de l'explosion,au niveau de la juridiction civile (à lui le remboursement intégral des dommages et intérêts) et pénal car il écope d'une peine d'emprisonnement de deux ans avec sursis.

     Bien évidemment, ne commentant pas la chose jugée, je m'abstiendrais de tout commentaire sur ce dossier. Fin de partie pour autant ?


    Non, le feuilleton judiciaire se poursuit ... Nous venons de recevoir un courrier de l'avocat de l'entrepreneur qui nous informe que ce dernier a inscrit au Greffe de la Cour d'Appel de Paris, un pourvoi en cassation ...

    Autrement dit, ce n'est pas encore demain que la Mairie sera remboursée des 2 397,67 euros qu'elle a demandé pour remboursement du préjudice subit (pretium doloris)  !

    Rappelons au passage que cette explosion s'est déroulée il y a déjà plus de 5 ans ...

     Aucun commentaire avons nous dit ?

  • 2 397,67 euros

    7ec06ddc812a2fe7314a36ab3887e5d3.jpg

     Vendredi 29 septembre 2007, Palais de justice de Paris,  11eme chambre de la Cour d’appel, 13h40 l'audience sur l’explosion de l’usine des Radiateurs de Meaux débute. Une séance marathon qui va durer prés de quatre heures.
    Cette audience arrive cinq ans, presque jour pour jour, après l'explosion et un an après le premier jugement rendu par le Tribunal de Grande Instance de Meaux (cf note), ce délai qui semble interminable est pourtant le rythme habituel de la justice française  !

    Ce malaise de la justice, institution majeure s'il en est a déjà été signalée ici (cf note) mais il est  encore plus visible en ce lieu, pourtant symbolique. Le manque d'entretien du bâtiment, le nombre de dossiers volumineux entassés à la va vite dans les couloirs voisins, la mine fatigué des magistrats, manifestement débordés, témoignent en effet d'un malaise évident qui apparait en ces lieux encore plus fort …

    Je m'efforce de défendre les  2 397,67 euros de dédommagement demandés par la commune; si certains s'étonnent d'un tel montant (cf note), vu l'ampleur de la catastrophe et ses conséquences pour ma ville, rappelons simplement que le plafond de remboursement des assurances souscrites par les accusés est de trés loin inférieur au montant des dédommagements demandés par les victimes. Informés trés tôt de cette situation, nous étions placés devant un dilemne :
    - soit évaluer les dommages réels subis par la commune que ce soit en terme d’image (Trilport  ayant fait la une des médias nationaux après l’explosion ), en dépenses de personnel (temps passé en intervention auprés des sinistrés, accueil, nettoyage du site, élaboration des multiples dossiers ...), l'incidence financière du retard de commercialisation de la zone d’activités … Autant de paramètres dont la simple estimation aurait demandé des expertises poussées et onéreuses
    - Soit demander un dédommagement quasi symbolique, ne nécessitant pas de recourir à des experts. Nous avons opté pour cette dernière solution, avec un montant correspondant au simple remboursement d'heures supplémentaires et à l’utilisation d’un bureau durant une semaine par la cellule de crise estimé à 2 397,92 euros.  

    Dédommagement que j'ai défendu en appel, dans une audience qui s'est révélée au final fort instructive.

     

    Lire la suite

  • Lorsque les feuilles d'automne tombent ...

    19b3c549727604edd08d955bcb1b945b.jpgTraditionnellement à l’automne, les feuilles tombent, au propre comme au figuré. Ce  phénomène climatique on ne peut plus naturel s'accompagne  dans notre pays de l’envol des feuilles d’imposition locale.

    A leur lecture, nos concitoyens peuvent constater le poids considérable représenté par des impôts les concernant au premier chef, et s’étonner, à juste raison, d'un mode de calcul pour le moins complexe. Ce dernier ne tient effectivement pas compte des  moyens financiers ou de la situation personnelle de chaque ménage mais repose sur des bases foncières trés discutables et non actualisées depuis des décennies. C'est tout sauf transparent, équitable, performant, et pédagogique, dur pour un impôt !

    La fiscalité locale est un sujet  complexe, qui a été souvent abordé dans ce blog. Logique, au regard de l'importance pour nos budgets de l'impôt qui en constitue la recette la plus importante. Une vérité qui s'impose à tous, ou à presque tous, Neuilly sur Seine ou Issy les Moulineaux par exemple étant  des contre exemples aux antipodes de la quasi-totalité des collectivités territoriales françaises.

    Communiquer sur le Budget est pour un élu un exercice de style délicat, surtout lorsque ce dernier ne veut pas être langue de bois. Mais cela constitue également et surtout un devoir d’information, de transparence, de citoyenneté et de pédagogie incontournable. Il est essentiel à la fois que chaque administré sache où passe son argent et que l'élu rende des comptes.
    Pourtant le vent est mauvais actuellement pour les défenseurs de l'impôt juste, dont je suis. Force est de constater que dans le paysage politique et idéologique actuel, le modèle social dominant proposé par nos gouvernants considère la fonction publique comme une charge et non comme un service donnant un avantage concurrentiel au territoire, et l’impôt presque comme un racket éhonté (j'exagère mais si peu !).

    L’idée de défendre, dans un tel contexte, la fiscalité locale peut apparaitre comme saugrenue, d’autant que la proximité des élections locales, période trés courrue par les démagogues de tout bord est peu propice pour parler de dépenses.
    C’est pourtant à cet exercice délicat que nous nous sommes exercés ces dernières semaines avec un dossier consacré au budget 2007 distribué dans toute la commune, et une réunion publique qui n’a pas eu le succès escompté, loin s’en faut …

    Alors que dire du Budget 2007, de Trilport ou d'ailleurs ?

    Avant de vous inviter à explorer l'espace Budget du site internet de ma commune, dont certains documents peuvent intéresser même les non Trilportais, retour sur quelques fondamentaux ! 

     

     

     

     

    Lire la suite

  • La Fête nationale 2007

    0d36ce7405ac3f2c74005881b884ab69.jpg

    Ce n'est pas sans déplaisir que j'ai vu arriver, comme beaucoup d'entre nous, les célébrations du 14 juillet, sous un soleil estival nous signalant la proximité de vacances proches, attendues et tout compte fait méritées aprés un mois de juin interminable !

    Fidèles au rendez vous, les représentants des anciens combattants, les musiciens de l’Harmonie Municipale et de l’Ecole Intercommunale de Musique, les pompiers du Service Départemental d’Incendie et de Secours ont donné du relief à cette commémoration ... L'occasion a été belle pour se féliciter des prochains travaux, sur le site de la Halotte (tout un symbole ...), de la future caserne de Trilport, démontrant l’importance de l’action des pompiers locaux pour ce secteur du département ...

    Il m'est apparu important, surtout cette année de fêter la République et ses valeurs, matrice essentielle et incontournable d'une citoyenneté qui nous oblige ...

     

    Lire la suite

  • Les orientations budgétaires pour 2007 (2)

    medium_atteindre.jpgQuelles sont nos orientations budgétaires pour 2007 ? 
    Pas de scoop ... Nous sommes dans la suite logique des années précédentes. Une action municipale cohérente ne peut que se décliner sur plusieurs exercices. Trois objectifs résument ces orientations : réaliser les équipements dont nos habitants ont besoin, bâtir une ville plus solidaire et conduire son développement harmonieux.

    Deux éléments caractérisent cependant ce Budget :
    - Le lancement effectif (premiers coups de pioche) des programmes du Contrat Régional aprés de long mois consacrés à la concertation, aux études et surtout aux appels d'offre. Réalisations posssibles grâce aux partenariats contractés avec la Région et le Département mais pas seulement ! Il faut y ajouter une gestion budgétaire rigoureuse qui nous permet de recourir à l’emprunt de manière mesurée, sans risque de dérapage financier comme la modernisation des services municipaux, source d'une plus grande efficacité et de sérieuses économies !
    - L’annulation de « l’amende SRU ». Cette mesure équivaut à une économie de plus de 80 000 euros pour nos finances (prés de 6% d'impôts) par rapport à l'an dernier ! Conséquence directe du travail de fond entrepris depuis 2005 dans le domaine du logement social.

     Alors qu'écrire de plus, sans autant tomber dans la caricature d'un inventaire à la Prévert, d'autant que l'heure du Budget et des choix définitifs n'a pas encore sonné ?

     

     

    Lire la suite

  • Debat d'orientations budgetaires (1)

    medium_decrocher_lune.jpgLe dernier Conseil Municipal était consacré à un moment essentiel de la vie politique d'une commune, le Budget. Le sujet à l'ordre du jour était plus exactement le Débat d’orientations budgétaires, première étape du cycle budgétaire.

    Ce débat est une figure imposée par les textes (qui exigent deux mois avant le vote du Budget, la tenue d’un débat contradictoire sur les orientations de la collectivité en fonction du contexte financier local.
    L'esprit de ce texte de loi est simple : obliger les élus à se prononcer sur le Budget de leur collectivité, les yeux ouverts au lieu de voter mécaniquement (pour ou contre) !

    La procédure en place permet de répondre à l'objectif poursuivi : l'éxécutif est tenu de faire un point d'information sur le contexte budgétaire national et local afin d'éclairer les élus sur le contexte avant que ceux ci, à titre individuel ou au nom de leur groupe n'interviennent. Tout ceci deux mois environ avant la séance décisive consacrée au vote du Budget, acte politique majeur s'il en est de la vie de la collectivité.

    Ce débat est donc pour chaque groupe du Conseil Municipal l'instant clé, dans lequel il peut et doit exprimer ses choix politiques, arbitrages ou priorités, en tenant compte, bien évidemment des marges de manœuvre, de la collectivité car  les élus sont des gens sérieux qui ont pour mission de décrocher la lune au meilleur rapport qualité / prix ...

     

    Mais nous sommes là dans le domaine de la théorie … Pourquoi ?

     

     

    Lire la suite

  • La Marianne de Vera

    medium_vera3.jpgC'est une cérémonie sympathique et inattendue qui s'est déroulée en Mairie à l'initiative de Vera Dorrer, sculpteur, il y a quelques jours.
    Cette dernière a fait don à la commune, fait singulier, d'une Marianne de sa composition.

    Un cadeau unique et apprécié tant pour sa valeur artistique, que sentimentale et symbolique. Il est singulier et instructif que les révolutionnaires de 1789 et 1792 aient choisi une femme pour personnifier les valeurs de la République et de la Laïcité; s'en étonner est mal connaitre l'importance du combat des femmes dans notre histoire.
    Plus proche de nous et pour sortir de l'hexagone, chacun peut se souvenir de l'importance prise par les cortèges des "Mères de la Place de Mai" en Argentine dans la chute de la dictature ou plus récemment du combat mené par Cindy Sheehan, personnifiant à elle seule, la lutte contre la guerre en IRAK voulu par Bush, et devenue malgré elle l'icône planétaire de ce combat légitime.

     

    Avant de savoir si "la femme est bien l'avenir de l'homme", selon la formule d'Aragon ou seulement "un désir d'avenir" pour les prochaines semaines,  revenons sur la symbolique du présent de Vera ...

     

     

    Lire la suite

  • En 2007 « Apprivoisez vous »

    medium_voeux_2007.jpg

    Pour les élus, janvier n’est pas un mois comme les autres, marathon des vœux oblige ! Des vœux comme s’il en pleuvait : ambiance intimiste, grande messe ... Dans cette série, les vœux de sa commune constituent pour un Maire, un moment particulier, non seulement du fait qu’il se retrouve en première ligne. mais parcequ'au delà de l’exercice de style imposé, cette cérémonie constitue un temps fort, avec deux challenges à la clé : comment informer sans ennuyer son auditoire et mettre en valeur une action qui est avant tout collective ? comment situer les perspectives à venir pour mieux faire comprendre l’action en cours et les choix effectués ?

    A l’heure du zapping, du règne de l’instantanée et de la « comm » à outrance diffusée par les médias nationaux qui renvoient les images formatées "pré digérées" pour le 20 heures de TF1 élaborées par les "spin doctor" (es spécialiste de la communication politique) prendre un moment pour faire le point et décrire tout simplement les différentes étapes et le  délai nécessaire à l’action politique du quotidien et du concret parait un rendez vous quasi anachronique …

    Voilà pour le fond, la forme variant selon les équipes, les contextes locaux ou la mise en scène de la manifestation … Cette année nous avons débuté avec la projection d’un clip musical réalisé à l’occasion du Téléthon, par une association locale qui a eu le privilège de passer sur la télé nationale durant ces journées de solidarité … Il y avait des couleurs, des visages d’enfants, de la joie, beaucoup d’émotion et de passion … Le tout en moins de quatre minutes et sur un rythme d’enfer …

     

    Après cela a été le tour des élus : salutations d’usage, puis retour vers 2006 …

     

     

    Lire la suite

  • Une inauguration attendue

    medium_clsh_peit_prince2.jpgJ'ai eu le plaisir vendredi dernier d'inaugurer le Centre de Loisirs Sans Hébergement "Le Petit Prince", en présence de Vincent Eble, Président du Conseil Général et de Monsieur Barbier, Président de la Caisse d'Allocations Familiales.
    Cette inauguration qui se déroulait juste 16 mois aprés la signature du Contrat de partenariat avec le Département (Contrat Contact) concrétise le travail accompli ces derniers mois : concertation, définition des besoins, choix des projets, recherche de financement, suivi des dossiers, et réalisation de ce chantier dans des délais records.
    L'année 2006 marque une inflexion majeure de ce mandat; outre cet équipement, nous avons mené à terme la restauration du clocher de l’Eglise, la réalisation de la Place de l’Eglise, et finalisons deux gros dossiers : la construction d'un réfectoire et d'un accueil péri scolaire et la rénovation complète du gymnase municipal. Deux caractéristiques majeures pour l'ensemble : les contributions financières du Département ou de la Région et la démarche environnementale, nous y reviendrons dans une prochaine note.

    Si le centre de Loisirs inauguré n'est pas encore tout à fait terminé, du fait de la difficulté pour les entreprises de tenir leur planning de travail et de problèmes techniques rencontrées sur le terrain lors du terrassement, l'inauguration du jour récompense le travail de tous (élus, collaborateurs, services municipaux, architectes et professionnels) et souligne l'importance de la contribution financière du Conseil Général et la Caisse des Allocations Familiales ...

    Une aide qui ne s'arrête pas là, loin s'en faut ...

     

     

     

    Lire la suite

  • La Halotte : le verdict, en attendant l'appel

    medium_balance2.jpgMardi 24 octobre, le Président du Tribunal Correctionnel de Meaux énonce les attendus et le verdict du jugement relatif à la catastrophe de la Halotte.
    Outre les indemnisations à verser aux victimes, entreprises ou les particuliers qui se sont constitués "Partie Civile", le gérant de l'entreprise des radiateurs de Meaux est condamné à 12 mois de prison avec sursis, son plombier lui à 8 mois, c'est à peu de choses prés ce qu'avait demandé le Procureur.

    Il n'est pas question pour moi de revenir sur l'audience qui a précédé, ou de commenter dans  ce blog une décision du Tribunal sur une affaire que j'ai suivi du premier au dernier jour et qui m'a profondément marqué ...

    Je pense tout d'abord aux deux victimes du drame qui ont eu la malchance d'être devant cette usine,,au mauvais moment, et paradoxalement, dans le même temps, je ne peux m'empêcher de penser, que le bilan aurait pu être beaucoup plus grave.

    Pour l'élu que je suis, ce dramatique évènement amène certaines interrogations ou réflexions d'ordre général ...

     

    Lire la suite

  • A Marcel

    medium_marcel2.jpgDans la vie d'un élu, certaines manifestations marquent, indiscutablement ...ce qui a été le cas, ce week end avec l'inauguration de l'Espace de pêche " Marcel Rabeau".

    Lui dédié cet espace n'est que justice, Marcel a toujours beaucoup donné aux autres, jusqu’à son dernier souffle ... Il était une figure de Trilport. Son énergie, ses pêches miraculeuses, sa gouaille, ses coups de gueule salutaires, son humour et sa casquette faisaient merveille.

     

     Mais il était avant tout et surtout un homme sensible que l’injustice révoltait. Il l’a démontré sa vie entière, en toute discrétion, en famille, au boulot, dans la pratique sportive, ses responsabilités associatives, que ce soit en aidant les amis en peine ou comme bénévole dans les associations caritatives.

     

    Lire la suite

  • Vie Municipale : en juin, ne relève pas la tête

    medium_montage-cm_mairie.jpg Dans l'activité municipale, certains mois comptent double, voir même triple ... Juin fait partie du club et constitue traditionnellement un mois trés intense pour les élus. Phénomène du à une accélération subite et soudaine du temps qui peut se résumer en une équation on ne peut plus simple : "Comment faire tenir 48 heures de travail, dans une journée qui n'en compte que 24 ?". Avec septembre, juin constitue un des deux mois les plus trépidants de l'année, d'autant que les réunions et les célébrations se multiplient avant la grande accalmie des mois d'été. 

    Cette période, de plus,  présente une tonalité plus personnelle ... Cela fait tout juste deux ans que j’ai remplacé Michel Vallier comme Maire de ma commune  ...  L’heure aujourd'hui, n'est certes pas encore au bilan, loin s'en faut, mais il est tout de même êtrte intéressant d'effectuer un rapide retour sur ces derniers mois, et d’évoquer les perspectives de l’action municipale pour les prochaines semaines à venir …

    Deux attitudes qui peuvent présenter une contradiction de taille ... Au regard de l'emploi du temps, chargé, de ces journées, surtout ne pas relever la tête et dans le même temps, faire le point ... Etre tout à la fois dans la soute et sur le pont ...

     

     

     

    Lire la suite

  • Lendemain d'explosion ("la Halotte"2)

     

    Dans la matinée, coup de fil de la Préfecture :  arrivée prochaine de trois ministres sur le lieu du sinistre ...  En temps normal, en recevoir un, est déjà un exercice de style difficile, alors en recevoir trois d'un coup, en plein scénario catastrophe, je vous laisse deviner ...

    D'autant que nous ne chômions pas : intervention des services techniques sur le terrain, prise de contacts avec la Direction Départementale du Travail, les Assedic, l'AVIMEJ, la Police Judiciaire afin d'aménager un "guichet unique" dans la Mairie (Espace Multi-Services) et centraliser l'ensemble des démarches administratives pour les particuliers sinistrés et les entreprises, information auprés des victimes des initiatives prises, le travail ne manquait pas ! 

    Avec l'aide du collaborateur de la CCI mis à notre disposition, nous avons réussi à contacter chaque entrepreneur dans la matinée afin de définir au plus vite les priorités et les problémes prioritaires à résoudre, au niveau de l'emploi et de la poursuite d'activité. 

     

    Puis nous avons rejoint ensuite  le lieu du sinistre, autant profité de la présence ministérielle afin de faire avancer les dossiers, auprés non seulement des Ministres mais surtout des hauts fonctionnaires les accompagnant.

     

    Voici quelques souvenirs d'une journée bien remplie ...

     

     

     

     

    Lire la suite

  • L'explosion de "la Halotte" (1)

    Il y a dix jours avec l’AVIMEJ ( Association d’Aide aux Victimes) nous avons réunit les victimes de l’explosion de "la Halotte" pour faire le point sur ce dossier avant son passage au tribunal en septembre. Avec deux objectif majeurs : Expliquer la suite de la procédure judiciaire, éclairer les victimes sur la possibilité de se constituer partie civile. L'occasion de revenir sur cette affaire qui a fait couler beaucoup d'encre à son époque ...

     

    La Halotte est le nom d’une zone d’activités, implantée à Trilport, ayant placé ma commune sous le feu des médias en octobre 2002, suite à une explosion au bilan dramatique : deux morts, plus de 130 habitations touchées, six entreprises arrêtées, une cinquantaine de salariés au chômage technique durant de nombreuses semaines ...

     

    Dans cette première note, quelques impressions relatives aux premières heures d'un évènement qui a profondément marqué ma vision du rôle d'élu local …

     

     

    Lire la suite

  • En avril, ne te découvre pas d'un fil !

    La vie politique locale offre quelquefois des moments insolites et cocasses tel celui vécu lors du  dernier Conseil Municipal. Au menu, le Budget, certainement un des plus délicats de ces dernières années (voir note précédente).  Trois solutions se présentaient dés lors à nous : augmenter les taux afin de neutraliser l'augmentation imprévue et soudaine de l'amende SRU, reporter des investissements importants du Contrat Régional ou revoir nos dépenses à la baisse afin d’équilibrer notre budget. Vu le contexte social, l’augmentation du nombre de demandeurs d’emplois et de Rmistes sur la commune en atteste, nous n’avons pas voulu augmenter les taux.  Reporter la réalisation d'équipements qui nous font cruellement défaut ne nous a pas semblé non plus une bonne solution, d'autant que les subventions rassemblées grace au concours du Département et de la Région sont acquises. Nous avons décidé d'effectuer des arbitrages , pour certains difficiles, un choix qui a surpris au plus haut point notre opposition, occasionnant une scène pour le moins irréaliste ...


     

    Lire la suite

  • Vie municipale : en Mars, l'élaboration du Budget

    Le mois de mars a été marqué par l'élaboration d'un budget rendu difficile par les conséquences financières de l'arrété de carence (SRU) dressé par le Préfet il y a quelques jours. Le montant du prélèvement atteint désormais à peu de choses prés 3% de notre budget de fonctionnement et représente 6% d’impôts. Il peut du coup remettre en cause des investissements planifiés depuis des années afin justement de répondre aux objectifs de la loi SRU, un comble !

    Lire la suite

  • Vie municipale : à fevrier, les orientations budgétaires ...

    Mon édito de février ( site de Trilport) est consacré aux Orientations Budgétaires de la commune pour 2006.  Nous ne disposons pas encore de toutes les données de l'Etat (alors que nous sommes quasiment en mars) et les attendons avec impatience, non sans une certaine inquiétude (au regard de l'expérience des années précédentes). La feuille de route est pourtant tracée, cependant certains éléments pourraient pénaliser l'action municipale : poursuite du désengagement financier de l'Etat, pénalités liées à l'application de l'article 55 de la loi SRU et coût de l'intercommunalité lié à la Taxe Professionnelle (pour faire simple, à Trilport les charges, à l'agglomération les recettes ...), j'y reviendrais certainement bientôt.

    La caractéristique principale de ce budget est l'inflexion importante et attendue de l'investissement de la commune, fruit de quatre années de concertation et de travail. Un programme rendu possible grâce aux partenariats contractés avec le Département et la Région, aux efforts des Trilportais et à la gestion rigoureuse du budget municipal. Nous poursuivrons trois objectifs principaux :  Construire les équipements et les aménagements dont Trilport a besoin, être plus présent auprès de nos concitoyens les plus fragilisés (que ce soit pour des raisons d'emploi, de logement, d’âge ou de santé) et préparer le développement harmonieux de notre ville autour du Plan Local d’Urbanisme, avec au cœur de ce projet le Développement Durable et la défense de l’Environnement grâce à un  Agenda 21. 

    Pour retrouver l'édito dans sa globalité (http://www.trilport.fr/actualites-edito.php)

  • L'édito de janvier : A Trilport,le DD à l'honneur !

     

    L'édito de janvier, premier de l'année 2006, est consultable sur le site institutionnel de Trilport (www.trilport.Fr). Il aborde le programme des réjouissances de l'année nouvelle  pour l'équipe municipale qui sont nombreuses et variées : réalisations des équipements prévus dans le cadre des différents partenariats signés avec le Département de Seine et Marne et la Région Ile de France, poursuite de la modernisation des services avec l'arrivée prochaine de la Carte Bleue et réflexions sur le devenir de la commune, avec une priorité, le Développement Durable (ou DD !).
    Nous lançons les travaux du Plan Local d'Urbanisme et simultanément un Agenda 21 qui placera la protection de l'Environnement et le Développement Durable au centre de notre projet de Développement. Trilport est la 1ere commune francilienne de 5000 habitants à se lancer dans une telle aventure ...

    Pour consulter l'édito : http://www.trilport.fr/actualites-edito.php

  • La "petite" histoire à l'honneur ...

    Samedi dernier, en présence de nombreux élus et personnalités des sociétés culturelles et historiques locales j'ai eu le plaisir de nommer, au nom du Conseil Municipal,  Michele Bardon Citoyenne d’Honneur de la commune de Trilport. J'avais proposé sa nomination au Conseil Municipal, vu l'apport inestimable de ses travaux  à l’histoire régionale et locale. Elle a consacré de nombreux ouvrages au passé de notre région, dont dernièrement un livre sur Bossuet qui fait référence, mais également à Trilport, poursuivant ainsi, sa vie durant, le travail entamé par son père.
    Auteur d'un ouvrage sur notre commune, "Trilport, témoin de l'histoire", aujourd'hui épuisé, son talent et sa plume ont permis aux Trilportais d'aujourd'hui de connaître le passé de leur ville, ses grands comme ses petits évènements, l'origine des lieux dits, des noms de rues souvent pittoresques qu'ils parcourent tous les jours ou dans lesquels ils vivent.
    Il n’y a pas de petite histoire ou de grande histoire, il y a l’histoire ... il n’y a pas non plus de petites gens sans importance, mais des hommes et des femmes qui vivent, s’épanouissent et marquent parfois leur passage ici bas . L'empreinte qu'il laisse pouvant surgit au détour d’un quartier, dans la dénomination d'une rue ...
    Soulignons l'importance du travail de ces "drôles de rêveurs" (les historiens locaux), qui à partir d'une exploration méthodique et laborieuse des différentes sources du passé : archives (privés, évéché, département, bibliothèque nationale ...) ou vestiges, nous aident à mieux comprendre la réalité d'aujourd'hui … Sartre ne disait il pas que l'identité est une trajectoire ?
    Pour un élu qui aime sa ville, il est important de s'imprégner effectivement de cette "trajectoire", avant de prendre des décisions influant sur le futur; surtout dans nos communes franciliennes ou l'évolution démographique des dernières années bouleverse l'ordre "naturel" des choses à un rythme effrené.
    Pour un élu s'intéresser à l'histoire, ce n'est pas perdre son temps, c'est réflechir à partir de l'action passée, à l'action à venir et à ses éventuelles conséquences, ce qui ne veut surtout pas dire ne rien faire ...
    Plus que jamais, notre génération doit, avant de prendre des décisions rapides, voir immédiates, aux conséquences quelquefois définitives, saisir tout le poids du passé et savoir prendre le temps de la réflexion. La science actuelle nous apprend tous les jours que si l'homme est seulement de passage, sa trace sur Terre étant tout sauf éphémère, jusqu'à remettre en cause le devenir de la planète.

    Honorer Michèle Bardon comme nous avons eu le plaisir de le faire, n'est que justice ... Il nous faut désormais tout mettre en oeuvre pour que ces travaux soient connus du plus grand nombre et ne reste pas lettre morte, ce qui pour des livres seraient plus que dommageable.

  • Un agenda 21 pour Trilport !

    Le Conseil Municipal de Trilport , lors de sa séance du 18 novembre, a pris dans une indifférence quasi générale la décision de lancer un Agenda 21; cette mesure est assez inhabituelle pour une commune de notre taille (5000 habitants)  et mérite d'être signalée. Notre ville était il est vrai dans le même temps sous les feux médiatiques du fait du non respect de l'article 55 de la loi SRU relative aux  20% de logements sociaux (lire la note sur ce sujet), l'Agenda 21 peut pourtant constituer une réponse intéressante à cette problématique, mais nous y reviendrons…

     

    Qu’est ce qu’un Agenda 21 ?

     En 1992, la Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement de la Planète qui s’est déroulée à Rio marque le début de la prise de conscience collective des risques pesant sur la planète face à la dérégulation climatique et aux conséquences de l’effet de serre. Lors de cette conférence les représentants de 178 pays décident le lancement d’un programme d'actions pour le XXIe siècle, baptisé Agenda 21 (agenda signifiant en latin "ce qu'il faut faire", et 21 étant une référence au 21ème siècle) ; autour d'une idée force « Penser globalement et agir localement ». 

    Depuis Rio, les autres conférences mondiales qui se sont succédées telles Johannesburg, Kyoto (lire note) et aujourd’hui Montréal (note) ont démontré la nécessité et l'urgence de réagir afin de maîtriser les conséquences dramatiques de l'effet de serre.

    L'Agenda 21 s’inscrit dans cette volonté,  et à partir d’une démarche contribue à résoudre des objectifs globaux et planétaires. C'est à la fois une démarche systémique et globale, à l'échelle d'un territoire, et dans le même temps le programme d'actions lui même. Il ne doit surtout pas constituer un objet théorique, une usine à gaz ou un couteau suisse mais être plutôt une suite de mesures et d’actions concrètes pilotées, et évaluées, allant dans le sens du Développement Durable. Un des principes majeurs de cette démarche est la concertation avec les différents acteurs du territoire (habitants, associations, services publics, bailleurs ...).

     

     

    Pourquoi un agenda 21 pour Trilport aujourd’hui ?

    La loi "solidarité et renouvellement urbains" (SRU) impose aux communes de se doter d'une stratégie de développement durable (Plan d'Aménagement et de Développement Durable ou PADD); document à intégrer obligatoirement dans le plan local d'urbanisme (PLU). Ce texte trop souvent subi comme une contrainte administrative de plus constitue un atout fondamental pour réussir un projet de développement harmonieux.

    En lançant notre Plan Local d’Urbanisme nous avons décidé de l'associer à un Agenda 21 et de  jumeler les deux démarches en profitant des travaux du PADD, afin de mener une réflexion globale autour d'un projet pour Trilport bâti sur le développement durable et le respect de l'environnement. Notre objectif étant de répondre à notre niveau et sur notre territoire aux enjeux et aux objectifs définis par toutes les conférences climatiques mondiales qui se sont succédées depuis Rio et de contribuer ainsi utilement à la lutte contre l'effet de serre.

    Les axes d’actions sont multiples, cependant certains apparaissent plus adaptés au contexte local : la protection de l'environnement (nous avons la chance de bénéficier d'un patrimoine naturel remarquable et d'espaces verts de qualité), le risque industriel (présence de deux usines dites à risque Sevezo 1 et 2 dans la commune et dans son environnement immédiat), l’accessibilité dans la ville, la mixité sociale (ou comment concilier quantité de logements sociaux (les fameux 20%) avec qualité du bâti et diversité (des lieux et des publics)), le développement des modes de transport collectifs et des circulations douces, les choix d’urbanisme, d'aménagement et d’équipements privilégiant les économies d’énergie, les énergies renouvelables  et la Haute Qualité Environnementale, la mixité générationnelle, afin de permettre aux personnes agées de prolonger l'autonomie la plus longue et la plus douce possible dans la cité (et le logement social peut y contribuer !) ...

     

    Et maintenant ?

    Un agenda 21 pour être utile, ce qui est sa finalité, doit être une entreprise collective qui repose sur une concertation permanente (avant, pendant, aprés). Il requiert l'engagement de tous : élus, services municipaux, acteurs locaux et habitants. C'est une démarche globale et systémique  qui s’articule autour de cinq étapes essentielles :

    • Le diagnostic qui permet à partir de l’analyse des réalités du terrain de mettre en évidence les attentes et besoins  sociaux, environnementaux du territoire,
    • le choix des objectifs globaux et des axes d'action prioritaires,
    • la mise en place des structures permettant effectivement de mener les actions et d’améliorer ainsi les performances de la collectivité dans la conduite de son projet de développement durable,
    • la mise en œuvre de l'Agenda 21 autour des actions choisies,
    • l'évaluation de l'Agenda 21 permettant à partir d’indicateurs de mesurer les actions ou le programme d'actions et d’éventuellement corriger les orientations ou les moyens.

    L'Agenda 21 contribue à réussir une mixité urbaine et sociale épanouie, dans une ville respectueuse de son environnement naturel, concernée par le déréglement climatique et les enjeux environnementaux planétaires. Il repose à la fois sur le court, le moyen et le long terme et fait appel à l'humilité, à la réflexion collective, à l'engagement, à la persévérance, au courage, à la rigueur, à l'écoute ...

    Ces valeurs essentielles s'il en est, possèdent aux yeux de beaucoup de médias et de trop de politiques deux défauts majeurs : ne pas être spectaculaires ni éphémères ...

    Elles sont, en quelque sorte, intemporelles, révolutionnaires et anachroniques, et constitue un vériitable signe d'espoir dans l'avenir et dans l'homme ...

     

     Il est toujours permis de rêver, non ?

  • Budget municipal : la part de l'Etat est passée du tiers au quart, en trois ans

     

    medium_reunion-finances_oueb.jpgC’est devant un auditoire très attentif d'une soixante de personnes que nous avons avec Gérard Moraux, Maire Adjoint aux Finances présenté  le Budget 2005 et les perspectives d’investissements de notre commune. 

    S'il est vrai qu'attendre le mois de novembre est assez inhabituel pour ce type de réunion, nous avons jugé préférable avant de l'organiser d'attendre la validation de notre Contrat Régional (été 2005), compte tenu de son importance dans les perspectives budgétaires des années à venir.

    Cette réunion débat constituait une première pour nous, tant par la forme (diaporama) que par le fond (traiter du budget et des investissements prévus).  Gérard s'est livré à un exercice de haute voltige durant son exposé, réussissant tout à la fois à être simple sans être simpliste, synthétique sans être approximatif et pédagogique sans être technocratique, ce qui n'est pas si facile ...

     

    Les graphiques projetés ont permis de comparer les évolutions des postes budgétaires sur plusieurs années et démontré trés clairement certaines tendances qui se confirment  :

    le désengagement croissant de l’État dont les dotations sont passées de 36% du Budget en 2002 (941 852 euros) à 26% en 2005 (804 641 euros) ;

    l'incidence budgétaire de l’intercommunalité avec la suppression de la Taxe professionnelle (désormais encaissée par la Communauté d'Agglomération) qui entraine un manque à gagner de plus en plus net pour la commune.

     

    Les dépenses de la commune ont été examinées par poste budgétaire mais également par fonction, ce qui permet une analyse plus fine. Signalons qu’un tiers des dépenses de Trilport est lié aux écoles (32%) et qu'une partie importante des nouvelles dépenses consacrées à la Jeunesse, est compensée par les subventions de la CAF notamment, grâce aux dispositifs mis en place sur la commune (Contrat Temps Libre, Contrat Educatif Local, Ville Vie Vacances).

     

    Dans le Budget de Fonctionnement qui s'élève à 3 736 562 euros les frais de personnel représentent 52% (voir plus bas pour les comparatifs). Insistons sur les missions supplémentaires délégués par l’Etat aux communes ces dernières années, et malheureusement sans aucune contrepartie financière (service des élections, contrôle de légalité, marchés publics, demandes de travaux en urbanisme ...); une liste qui risque de s'allonger ... La baisse considérable  des dotations de l’État n'a pas été sans poser de problème et n' a pas été sans conséquence sur l'augmentation des taux d’imposition votés cette année.

     

    Nous sommes ensuite revenus sur le Budget Investissement 2005 et les perspectives des années à venir, avec surtout les partenariats engagés avec la Région et le Département autour du Contrat Régional (1 161 000 € de subventions), du Contrat d'Aménagement Communal de Territoire (483 000 € de subventions) et du Contrat Triennal de Voirie (prés de 200 000 euros de subventions). Région et Département, deux partenaires privilégiés et indispensables qui nous permettent de lancer et mener à bien ces projets d'équipement et d'aménagement (qui atteindront tout de même les 4 OOO OOO d'euro).  Nous pensons avec les autres participations à venir (CAF, Etat) avoir plus de 50% de subventions au final, ce qui n'est pas riien, d'autant que nos perspectives d'emprunt nous permettent d'engager ces réalisations grace au désendettement réalisé ces dernières années.

     

    Une réunion utile à la vie démocratique mais également à la compréhension des décisions municipales, qu'il nous faut renouveler absolument chaque année. La forme choisie (sur la base de graphiques notamment) a permis de présenter non seulement un exercice budgétaire isolé mais de le resituer dans la perspective des budgets antérieurs et de démontrer ainsi les tendances budgétaires et le lien indiscutable entre la gestion locale et les décisions gouvernementales.

    Ce n'est pas faire d'analyse manichéenne ou simpliste que dire que la baisse des dotations de l'Etat depuis l'arrivée de la Droite au pouvoir est significative et indiscutable : la part de l'Etat dans notre Budget communal est passé en trois ans du tiers (36%) au quart (26%) de 2002 à 2005 !

    Que la baisse des impots représente dogmatiquement pour certains l'alpha et l'omega de la bonne gouvernance, passe encore, mais il serait bon qu'elle soit clairement affichée et assumée devant les français, car sur le terrain ce sont les collectivités locales, toutes tendances politiques confondues qui doivent répondre présent aux demandes croissantes de leurs concitoyens.

    Cette situation budgétaire démontre que la baisse des impôts renforce non seulement les inégalités entre les individus et dans le pays mais également au niveau des territoires et des communes, car sans aide compensatrice de l'Etat, paradoxalement, ce sont les plus pauvres qui ont besoin de plus de moyens, donc de plus d'impôts locaux !

     

     

    Les charges réelles de fonctionnement sont de 2 925 598 € , ce qui représente 626 € par habitant (Moyenne nationale 784 €). Concernant les charges de personnel, elles s’élèvent à 1 548 785 €, soit 331 € par habitant (Moyenne nationale 334 €).

  • Douce france

    "Il revient à ma mémoire, des souvenirs familiers ..."

    Le repas des anciens est un moment tout à la fois émouvant, attendu et redynamisant …
    Emouvant car lié à des visages aimés pour certains désormais disparus, aux moments de convivialité et de fête partagés, aux traces laissées par la marche forcenée du temps sur certains de mes concitoyens …
    Attendu, parceque ce repas est tout sauf une obligation et fait partie des moments de plaisir mais également de réflexion; certains sont de vrais sages et possèdent une vue très lucide de la vie dans la cité… Il est toujours enrichissant d’écouter leurs analyses qui permettent souvent d’éclairer la voie ...
    Redynamisant, il ne pourrait en être autrement au regard de l'enthousisasme et de la joie de vivre qui se dégage de ce repas permettant de rétablir les vrais fondamentaux et d’entrevoir de nouvelles pistes d’action … Car animer une municipalité, c’est trop souvent avoir la tête dans le guidon, il faut savoir parfois la relever, afin de faire le point pour dresser le cap et corriger, si nécessaire, la route … Tradition désormais bien établie, ce repas est un de ces moments bienvenus …

     

    Constat évident : le nombre des convives augmente chaque année, conséquence des progrès réalisés par la médecine et la société... Ne parlons plus de troisième âge, il existe désormais un troisième et un quatrième âge … L’économie de marché ne s’y est pas trompée : après le panier de la ménagère de 50 ans, cher à TF1 et à Jean Pierre Foucault, il existe un marché des juniors et un marché des seniors … Nouvelles Frontières a d'ailleurs élargi sa palette vers d’autres nuances et une clientèle aux tempes plus grises …

     

    L’occasion de revenir sur l’importance de l’action publique. La canicule de 2003 a eu au moins un mérite, elle a remis les pendules à l’heure et réintroduit la Solidarité au premier rang de nos priorités; il était temps, n'en déplaise à certains « autistes du cœur » …

    Ici pas de grande messe rédemptrice et télévisée style Téléthon, ou d’opération marketing, genre pièces jaunes … Aprés 364 jours d’égoïsme et d’individualisme, quelques heures d’altruisme en direct et en technicolor … Pas de recyclage pour d’ancienne gloires de l’individualisme forcené recherchant de nouvelles niches publicitaires (et je ne parle pas de Yannick Noah qui lui est un vrai humaniste) …

    La vraie solidarité est faite d'une répétition d’actes simples et quotidiens mais au combien indispensables à la vie de tous les jours vécues; son instrument principal est l’action publique, souvent exercée en première ligne, par les communes et des associations comme l’ASSAD (aides ménagères). Cette solidarité demande des moyens humains et financiers (les impôts servent aussi à cela), de l’organisation, n’est pas toujours simple à mettre en place pour nos petites villes, mais elle est possible, c'est ce que nous essayons de prouver chaque année.

     

    Car les perspectives d’action sont innombrables :

    • Le retard de notre pays est criant … déséquilibre piétons / voitures, accessibilité dans la ville et dans les bâtiments publics … Dans nos communes, il n’est pas bon être piéton et encore moins piéton handicapé ou âgé… Nous avons une vraie révolution culturelle à accomplir afin de rendre nos villes accessibles à tous ; une réflexion qui concerne également les bâtiments publics … Le Développement Durable c'est aussi cela !
    • Autre constat, il n’existe pas de solidarité sans lien social … la vie associative, culturelle et festive est créatrice de lien social … Animer plus que jamais c’est également et surtout donner la vie …
    • Question cruciale s'il en est pour nos sociétés, la question de l’autonomie. Elle nous concernera tous, un jour ou l’autre. Un seul objectif : faciliter l’autonomie la plus longue et la plus douce possible. Le maintien à domicile dans sa maison, dans sa ville, auprès de ses amis et sa famille est préférable au lit médicalisé. C’est plus intelligent, plus humain et à la fin plus économique … Il faudra dans ce domaine également effectuer une révolution culturelle et notamment aborder la question de locatifs sociaux adaptés à ce type de population ...

     

    Ces perspectives d'actions sont au coeur de mon engagement d'élu local ... Afin de contribuer à perpétuer cette chance qui est la nôtre de vivre dans ce modèle français et européen, cette "vieille europe", plutôt que dans une société éclatée ou émiettée ou le maître mot est « chacun pour soi … »

     

    "Douce France Cher pays de mon enfance ... Bercée de tendre insouciance Je t'ai gardée dans mon cœur!"

  • Transilien ... les résultats ne sont pas franchement au rendez vous ...

    Avant d'aborder la question fondamentale de la qualité du Cocktail "déjeunatoire" abordé par Geb dans son commentaire, quelques infos sur les réponses à l'enquête réalisée auprés de l'ensemble des élus franciliens.  Précaution oratoire ou pas, l'animateur a précisé que, statistiquement au regard des résultats du sondage effectué auprés des élus ceux ci avaient la dent plus dure que les voyageurs ... Cette remarque n'a pas eu un franc succés dans la salle ...
    Je ne pense pas que dans mes réponses, mes analyses, ou mes courriers divers et variés à la SNCF j'ai eu réellement la dent plus dure que les usagers (je préfère cette terminologie à celle de "client") ... Au regard des problèmes connus et identifiés sur certaines lignes telle La Ferté Milon, l'élu que je suis n'a fait que réfléter une situation inacceptable avec retenue et modération...

    Autre constat, la trés grande divergence d'appréciation entre les questionnaires provenant de la première couronne, de la deuxième, de la troisième et des "franges" (elles doivent commencer à Trilport ...) ... Ce qui correspond à l'application du fameux Théorème francilien : Le degré de satisfaction est inversement proportionnelle à la distance de l'épicentre et au rapport qualité / prix ...

    Résultats du questionnaire

    L'enquête réalisée lors des mois de mai et juin 2005 a intéressé les élus puisque sur 27187 questionnaires distribués aux élus franciliens (région, départements, communes), le taux de retour  avoisine les 13%.

    Plus de 57% des élus ne sont pas satisfaits de la situation des transports collectifs franciliens. Une question du questionnnaire a été développé bien trop longuement par l'animateur,  un habitué manifestement des TGV et aéroports, la question relative à la comparaison de la situation francilienne avec les métropoles mondiales ... Une question finalement trés ésotérique dans le contexte, l'interrogation type d'un cadre sup qui passe sa vie à voyager de pays en pays, ce qui ne correspond pas tout à fait à la typlogie et au niveau social moyen des élus franciliens .. Nous ne sommes pas tous, BoBO, ministre, parlementaire ou Maire d'Issy les Moulineaux (je dis cela parceque Santini invité d'une des tables rondes a encore fait un numéro dont il a le secret). Avec Santini, on échange nos budgets, nos contextes et question réalisation, on pourra comparer !

    Plus de 60% des élus estiment insuffisantes les attributions de crédit au transport collectif ...  La Région va avoir du boulot pour rattraper le retard accumulé et réaliser les investissements nécessaires afin de permettre le développement de l'Ile de France, une mandature n'y suffira pas ! Les réticences d'Huchon avant de signer un chèque en blanc au gouvernement sont compréhensibles; surtout qu'ensuite le Ministre du Budget en titre aura beau jeu de critiquer les collectivités locales qui augmentent la fiscalité ... Au regard des décisions prises et de la qualité de l'activité gouvernementale, ils peuvent les diminuer les impôts ... Normal, ils confient aux collectivités territoriales le soin d'effectuer le travail ... Proximité, complémentarité, efficacité ...

    Au fait, j'y pense Santini, Copé, Huchon ... Ca ne vous rappelle rien ?

    Principaux sujets d'insatisfaction : La propreté dans les trains, le confort dans les gares, la fréquence des trains le week end, l'information dans les gares, les aménagements aux abords des gares (trés critiqués dans la première couronne ...)

    Les sujets de profond mécontentement : le rapport qualité prix, la ponctualité des trains, leur fréquence, la lutte contre les incivilités et les dégradations, les moyens de transport de substitution si problème sur la ligne, l'information dans les gares, l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR), l'information dans les trains ...

    Le manque d'information des élus est proche de l'unanimité : répartition des compétences entre RFF et SNCF (75%), l'organisation des responsabilités entre STIF et Transilien (76%) et sur Transilien, prés de 80% ... De quoi apprendre l'humilité ...

    Quels sont les priorités proposées par les élus ?

    Lutte contre la délinquance & incivilités (gare et trains) : 42%
    Ponctualité des trains : 41%
    Rapport Qualité/ Prix : 22%
    Accessibilité pour PMR : 21%
    Couverture géographique : 20%
    Aménagement des infrastructures aux abords des gares : 15%

     

    Une conclusion qui se veut provisoire (un point d'étape, en fait)

    Enquête trés intéressante, les élus de la première couronne et les responsables de l'entreprise Transilien ont pu ainsi découvrir la gravité d'une situation qu'ils ne pressentaient peut être pas entièrement dans sa gravité ...
    L'évaluation a eu lieu ... Sans être un expert en didactique, et bien que la culture de l'évaluation ne soit pas forcemment celle des résultats, l'évaluation a eu lieu, attendons la suite pour voir les résultats."Long is the road ... "
    Tout ne se fera pas en un jour, certes, et les changements prévus au STIF, arrivent fort à propos ... Au regard du décalage entre les attentes et le terrain, le montant du delta financier pour arriver à une situation seulement moyenne, les finances régionales seules ne suffiront pas. L'entreprise SNCF et son actionnaire principal (qui doit être encore l'Etat) ne doivent plus être aux abonnés absents ... Je rappelle que les motrices qui relient Paris Gare de l'Est / La Ferté Milon, ne sont toujours pas commandées. Et que le délai entre la commande et la livraison, le délai est supérieur à 36 mois ... Comme quoi va falloir faire un effort, en attendons l'électrification des voies avec cette fois ci RFF comme partenaire privilégié...

    Enfin, une lueur d'espoir est apparu avec LOuis Gallois, et c'est la bonne nouvelle de la matinée, la teneur de son discours a été dans cette tonalité ... Attendons pour voir ...

    Concernant la qualité du "Cocktail déjeunatoire" , cher à Geb, il était digne de l'Orient Express ... Manque de chance pour mes papilles, un rendez vous important sur Meaux, relatif aux ordures ménagères m'a imposé de raccourcir une dégustation qui pourtant promettait ...

    Précédente note sur ce sujet  : http://jmorer.hautetfort.com/archive/2005/09/23/grande-messe-transilienne.html

     

     

  • Internet, un outil de démocratie citoyenne locale qui reste à apprivoiser ...

    Le site institutionnel de la commune (http://www.trilport.fr/) nous permet modestement, à notre niveau, d’expérimenter le net comme outil de démocratie citoyenne locale.  Ce qui pour une commune d'à peu prés 5 000 habitants n'est pas seulement un challenge intéressant mais peut même au final se révéler d'un bon rapport prix / qualité information citoyenne ... Aprés quelques mois de fonctionnement, il est utile d'effectuer un court bilan sur une expérimentation certes passionnante mais qui reste à mieux faire utiliser et partager par nos administrés / citoyens.

    Outre la possibilité de présenter une commune que je vous invite à découvrir, située comme il se doit entre Marne et forêts, de mettre à disposition de tous les comptes rendus des réunions du Conseil, de télécharger la lettre de la municipalité,  d’informer régulièrement de l’actualité de la commune ...  d’autres possibilités offertes par le site actuel méritent d’être développées car malheureusement pas encore assez utilisées par les internautes  citoyens …

     

    Etat des lieux …

     

    La « newsletter » ou lettre de diffusion

     Elle offre la possibilité à chaque visiteur de s’y inscrire gratuitement, avec un seul impératif, disposer d’une adresse électronique. Chaque abonné reçoit ainsi régulièrement des mels envoyés automatiquement sur sa messagerie qui lui permettent d’être informé de l’actualité de Trilport ou de certains problèmes de dernière minute (style grève de la collecte des ordures ménagères par exemple ) ...

    http://www.trilport.fr/citoyennete-reunions-enquetes-publiques.php

     

    La présentation des procédures d’urbanisme ou des enquêtes publiques en cours

    Lors des révisions simplifiées du P.O.S (bientôt de l’élaboration du PLU) et afin de permettre à chaque Trilportais d’être informé, nous avons mis en place trois dispositifs d'information pour les citoyens : la réunion publique débat, l’exposition des projets en Mairie grâce à des panneaux informatifs et désormais le site internet qui permet de visualiser à  domicile les plans, les photos, les mises en perspective et le zonage etudié ...

    http://www.trilport.fr/citoyennete-reunions-enquetes-publiques.php

     

     

    La messagerie électronique

    Elle permet d’interroger directement les élus … encore faut il que ces derniers utilisent comme il se doit cet outil, des progrés restent à faire des deux cotés ...

     

     

    La morale du jour est toute simple ... Avant d’aller plus loin dans l'utilisation des formidables potentialités de cet outil prodigieux qu’est Internet, il est essentiel avant tout de généraliser l'utilisation de procédures  basiques ... Ce qui revient plus simplement à reprendre une maxime ancestrale :  avant de courir, il vaut mieux apprendre à marcher  ...
    Car aprés quelques mois d'utilisation, force est de constater qu'il nous reste encore du pain sur la planche, de quoi rester humble ...

    au niveau technologique, bien évidemment

  • L'Edito de septembre

    Trilport, le 15 septembre

     

     

    Livraison de l'édito de septembre (publié sur le site de Trilport) ... Thème principal : les partenaires privélégiés de la commune, avec au  premier rang : le Conseil Général et le Conseil Régional ... Qui s'en étonne ?


     

    La signature du CONT.AC.T par Vincent Eblé Président du Conseil Général ne constitue pour Trilport qu’un premier pas; ce contrat représente tout de même une subvention de 500 000 euros pour notre ville ... Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, cet été la Région a validé notre Contrat Régional, avec à la clé une aide de plus d’ un million cent mille euros pour trois de nos projets d’équipement majeurs. Signalons que nous serons une des rares communes franciliennes à obtenir un tel contrat pour 2005.

    Avec la participation de la C.A.F, à ces projets, le montant de l’aide récoltée atteindra environ 2 000 000 d’euros de subventions !

    Nous mettons également la dernière main au Contrat Triennal de Voirie qui permettra en partenariat avec le département et la DDE, de réaliser des aménagements destinés à sécuriser les rues de Trilport et protéger les piétons. Avec le même objectif, dans quelques jours peu débuteront les travaux du carrefour Schweitzer, financé à 50% par le Département, et les aménagements de la rue de Fublaines et de la rue de Brinches, excepté la rue de Germigny, toutes les entrées de ville de Trilport auront été traitées d'ici la fin d'année.
    Nous allons entreprendre également, l'appel d'offres est en cours, des travaux rue de Germigny d'enfouissement des réseaux aériens et de création de trottoirs, dossier monté avec la participation financière de France Telecom, d’E.D.F, et G.D.F .


    Pour toutes ces réalisations, une même méthode, en trois temps : une phase de concertation auprés des riverains (ces travaux sont une des conséquences des réunions de quartier), une phase d’arbitrage aprés étude des différents scénarios possibles et de nos possibilités financières, puis enfin et surtout un long travail de dossier. C’est ce travail qui nous a permis d’aboutir à de tels partenariats.

    Méthode fastidieuse, discrète, souvent ingrate, mais qui porte aujourd’hui ses fruits. Je comprends l’impatience de beaucoup, sachez que cette impatience est également nôtre ! Cette méthode permettra de faire plus pour la commune, en limitant nos dépenses et ce pour le plus grand bénéfice de tous les Trilportais !

     

    pour toutes les infos sur Trilport, une seule bonne adresse : http://www.trilport.fr/actualites-de-trilport.php

     

  • Les vacances d'été ne sont déjà plus qu'un lointain souvenir ...

    Trilport, le 3 septembre 2005

     

    Les vacances d'été ne sont déjà plus qu'un lointain souvenir ... Deux mois attendues par beaucoup mais redoutées par d'autres, car ressentis comme un temps de discrimination; entre ceux qui peuvent partir sous d'autres cieux et ceux qui ne le peuvent pas, ou comme un temps d'abandon, je pense aux personnes âgées isolées . Les communes lors de ces deux mois d'été se doivent d'être présentes : afin de proposer à leurs habitants un soutien, un réconfort, quelquefois même des perspectives … On a trop tendance à banaliser cette présence quotidienne, pas assez spectaculaire pour exister aux yeux de certains.

    Dire qu’il a fallu les morts de la canicule pour remettre les pendules à l’heure et rappeler aux autistes du cœur l’importance essentielle pour nos sociétés de la Solidarité entre les uns et les autres . Le moteur central de cette solidarité, est l’action publique, au premier plan la collectivité de proximité qu'est la commune.
    Pour les petites ville, la mise en place de ces actions, faute de moyens financiers et humains est difficile et prend du temps, mais elle est possible, j’en veux pour preuve certains des temps forts qui ont marqué l’été à Trilport :

    - une journée à la Mer, à l'initiative du C.C.AS qui a rassemblé des personnes âgées, des jeunes, des familles de la commune, dont certaines ont découvert pour la première fois la grande bleue,

    - la Nuit des étoiles organisée et animée par l'Association Uranie qui durant trois nuits a permis à plus de 250 personnes de découvrir les trésors de la voûte céleste,

    - Les activités de nos Centres de Loisirs et de l’Action Jeunesse qui ont rassemblé prés de 300 jeunes et ados durant ces mois d'été, leur permettant de passer des vacances agréables et distrayantes avec notamment l'organisation d'un stage de voile et d’un chantier Jeunesse en Hongrie, faisant découvrir à certains de nos jeunes une autre face de l'Europe de 2005 ...

    Une présence sur le terrain rendue possible grâce au travail quotidien, des bénévoles, des responsables associatifs, des services municipaux, des élus mais également aux moyens dégagés par les nombreux partenariats noués (Contrat Temps Libre, Contrat Educatif Local, dispositif V.V.V (Ville Vie Vacances)) et notamment avec la C.A.F.

    Il est de notre devoir d’élu de mettre en place les outils de cette solidarité, afin qu’elle constitue un ciment fédérateur entre tous nos administrés.
    C’est le sens de notre engagement politique d’élu local … faire de nos villes, des villes solidaires … afin de perpétuer cette chance qui est la nôtre de vivre dans une société solidaire, plutôt que dans une société éclatée ou émiettée …


  • Un CONTACT pour Trilport

    Trilport, le 1er juillet 2005


    C’est avec beaucoup de plaisir que Vendredi 1er juillet, j’ai signé le Contrat d’Aménagement Communal de Territoire (CONTACT) de Trilport avec le Président du Conseil Général, Vincent Eblé, qui s’était déplacé pour l’occasion dans le parc de la Villa Bia. Ce partenariat représente prés de 500 000 euros de subventions pour Trilport.
    Ce Contrat était un objectif important du mandat, il est tenu. Nous nous étions lancé dans cette démarche avec la volonté de bâtir un projet de développement harmonieux pour notre ville. C'est dans cet esprit qu'une importante concertation a été engagé auprès des habitants et des différents acteurs locaux.
    Rappellons que cette réussite est avant tout collective ... il faut y associer tous ceux qui y ont oeuvré, les élus qui ont travaillé sur ce projet durant toutes ses étapes, et l’ont voté à l’unanimité, les services municipaux pour la somme considérable de travail accomplie durant ces derniers mois. Outre la finalisation de ce dossier, nous avons entrepris dans le même temps une réorganisation totale des services municipaux, une modification du P.O.S, deux révisions simplifiées et monté également un dossier de Contrat Régional. L'objectif étant de bénéficier d'une synergie entre les subventions du Département, de la Région et de la C.A.F afin de réaliser nos projets d'équipements …

    Il faut insister sur la nécessité pour nos communes, devant le désengagement croissant de l’Etat, de disposer de partenaires comme le Département et la Région. Ce sont des partenaires fiables, fidèles qui en s'associant avec nous, nous permettent de réaliser des projets dont l’unique ambition est de répondre aux besoins légitimes de nos concitoyens. Nos budgets n’y suffiraient pas !

    Soulignons une fois de plus, l’importance des politiques contractuelles menées par le Département et la Région dans le développement de nos communes, un effort trop souvent ignoré qu'il convient de mettre à sa juste place.

  • Trouble à l'ordre public ou non ?

    Trilport, le 2 juin


    Suite à mon dépôt de plainte, consécutif au coup reçu lors d’une installation illicite des gens du voyage, et à l’écho médiatique que cet événement a suscité j’ai été reçu, par le Sous Préfet. Celui ci a regretté lors de cette entrevue, mes propos sur le sentiment d’abandon de la part des pouvoirs publics ressentis l’an dernier.
    Je l’ai informé d’une remarque émise par son prédécesseur, lors d’une réunion obtenue dix jours après l’installation de deux cent caravanes sur la Côte Rôtie, durant laquelle j'évoquais le trouble que cette occupation illicite provoquait auprés de mes administrés. « De quoi vous plaignez vous Monsieur le Maire, ils n’ont pas que je sache violé vos collégiennes ou mis votre ville à feu et à sang ? » Ce à quoi je lui ai répondu « Si cela était, je n’aurais pas attendu dix jours. »

    Puis, plus rien jusqu’à leur départ et même après …  Le Procureur a refusé de retenir la notion de trouble à l’ordre public et m'a déconseillé toute initiative. Ce que je n'ai pas fait, nous nous sommes alors rapproché de l'ensemble des propriétaires des parcelles, et en leur nom, avons engagé la procédure qui a permis d'arriver finalement au départ des caravanes aprés plusieurs semaines de travail de dossier..

  • Pour la Côte Rotie ...

    Trilport, le 23 mai



    J’ai été agressé alors que je m’interposai pacifiquement à une installation illicite de gens du voyage, jugeant cet acte inadmissible, j’ai décidé de porter plainte mais il est essentiel à mes yeux qu’un acte isolé et fâcheux commis par un individu ne porte préjudice à toute une communauté, en l’occurrence, celle des gens du voyage.

    Certains peuvent se demander pourquoi des élus de terrain réputés, plutôt "cool" et conciliant peuvent s’interposer physiquement afin d’éviter une intrusion sur une propriété privée. Notre réaction est la conséquence directe de "l’occupation" vécue l’année dernière sur le même site, au lieu dit « La Côte Rotie ». Ce n’est qu’après un marathon de plus de quatre mois de formalités, de démarches administratives, officielles et juridiques, uniquement assumées par nous mêmes et nos services que nous sommes parvenus à obtenir le départ des dernières caravanes.
    Je ne peux accepter l’invasion de plus de 400 véhicules sur un site de la commune totalement inadaptée à cette occupation : les entrées possibles (cinq différentes), le nombre potentiel de caravanes pouvant y séjourner, la qualité paysagère remarquable du site, ce coteau offre une exceptionnelle perspective sur ma commune, la proximité immédiate avec les habitations et le Collège (un jet de pierre), les risques d’accidents de la route (deux routes départementales : RD 33 et RD 17), la configuration des lieux est totalement inadaptée aux allers et venues des véhicules, la situation foncière (nombre important de propriétaires et de nombreuses parcelles situées sur deux communes), l’état de dégradation de ces terrains après les quatre mois d’occupation ...

    L’estimation des frais occasionnés par ce « séjour » se monte à environ 10 000 euros (dont les frais de justice et d’huissier) ; un calcul qui ne tient pas compte des heures passées (montage juridique du dossier, temps passé avec les riverains, les pouvoirs publics et les gens du voyage, nettoyage du site) et des 1000 m3 de consommation d’eau non réglées. Les aménagements réalisés cette année afin de prévenir une nouvelle intrusion (installation de barrières, dépôt de terre) sont estimés eux à 5 000 euros.


    L’attitude de nos communes durant des années face aux gens du voyage, a toujours été conciliante et responsable. Trilport finance depuis l’origine, tant en investissement qu’en fonctionnement, l’aire d’accueil de Poincy, nous respectons le Schéma Départemental d’Accueil des gens du Voyage (pour les grands passages). L’exaspération monte, devenant inquiétante, cet événement le démontre même s’il n’a pas eu et il faut s’en féliciter de conséquence dramatique.
    Une commune isolée est désarmée. La situation vécue l’année dernière m’incline à penser qu’elle est abandonnée à son triste sort. Comment faire passer un message de médiation auprès de nos concitoyens mais également auprès de la communauté des gens du voyage, afin de gérer une cohabitation de plus en plus délicate lorsque l’Etat de droit n’est pas respecté et qu’aucune solution alternative n’est proposée aux nomades.

    Je n’ai fait que mon devoir d’élu, en m’interposant pacifiquement mais avec détermination afin d’empêcher une nouvelle intrusion sur la Côte Rôtie ; fort heureusement la situation n’a pas dégénérée, mais pour combien de temps ?

  • Une augmentation qui ne peut nous satisfaire

    Trilport, le 30 avril 2005



    Le Budget 2005 voté par la majorité du Conseil Municipal enregistre cette année une hausse des taux de 2,2%. Cette augmentation a été rendu inévitable pour trois raisons principales :

    - Principalement, le désengagement croissant de l’Etat. Une situation qui devient de plus en plus problématique. Cette année, malgré une inflation de 2,2%, la participation de l'Etat au budget communal diminue de plus de 4% ! Alors que dans le même temps il transfère toujours plus d’obligations aux communes et de responsabilités aux Maires.
    En 2005 par exemple, nous devons assurer nous mêmes, le contrôle de légalité et la gestion des marchés publics, des charges nouvelles qui s’ajoutent à la gestion des élections, désormais assumées par nos services, à l’application de normes de sécurité toujours plus draconiennes et difficiles à appliquer. Nous assistons de fait à une décentralisation larvée et pernicieuse, car non déclarée, qui augmente inexorablement nos charges,

    - L’augmentation de certaines dépenses incompressibles liées à l’énergie, à l’inflation mais également aux charges de personnel (augmentation salariale, évolution indiciaire de nos agents …), sans augmentation de nos effectifs,

    - A l’absence de Taxe Professionnelle, du fait de la création de la Communauté d’Agglomération, qui nous pénalise de plus en plus et ampute notre budget de nouvelles recettes, alors que nous avons plus d’entreprises sur le territoire de la commune,et de contraintes liées à leur présence et que nous continuons à payer les emprunts de la Halotte.

    Nous avions pu l’an dernier ne pas augmenter les taux, mais ne pas le faire en 2005 pouvait remettre en cause notre programme d’investissement, capital pour le développement harmonieux de Trilport.

    Ce budget m’amène deux réflexions :

    Refuser toute démagogie concernant la dépense publique. Si l’impôt est un mal, c'est un mal nécessaire qui permet de répondre aux besoins et aux demandes des Trilportais,

    Poursuivre nos recherches d’économie. Nous ne pouvons nous satisfaire de cette augmentation des taux ; en conséquence, nous devrons prendre des décisions douloureuses. Un euro d’impôt, c'est également un euro de moins pour nos concitoyens, dont beaucoup sont dans des situations financières ou sociales difficiles.