Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Instantanées

  • La dame de coeur

    nbricq.jpg

     

    « Impose ta chance,
    serre ton bonheur et va vers ton risque.
    A te regarder,
    ils s’habitueront »
    René Char

     

    Nicole Bricq était une élue comme il en existe peu, attentionnée, disponible, accessible, sincère, autant dire que sa disparition m’a touché, comme elle en a attristé tant et tant ... accessoirement c'était aussi une amie, nos routes s'étaient croisées il y a longtemps déjà et n’ont pratiquement plus divergé depuis.

    Elle avait choisi de s'engager en politique autrement, pour agir et faire, laissant aux amateurs d'écume, commentaires et polémiques politiciennes stériles.
    Désintéressée, animée d'un réel sens de la responsabilité collective, elle ne la jouait jamais solo préférant de loin le jeu d'équipe. J
    e me suis totalement retrouvé dans son positionnement car il était basé sur des fondations profondes, bien charpentées, et des piliers solides : travail, rigueur intellectuelle, éthique. Autant dire qu’elle devait constituer une véritable énigme auprès des spécialistes es courant internes de congrès et manoeuvres en tous genres, d’appareils politiques de plus en plus déconnectés de la réalité quotidienne !


    Passionnée par l’action publique, elle était persuadée que celle ci pouvait et devait améliorer concrètement la vie de nos concitoyens au quotidien et mettait toute son énergie pour contribuer à changer la donne.


    Confrontée directement à la misogynie du monde politique, elle s’était forgée une solide carapace et ne s’en laissait pas compter, soulignant souvent avec malice « qu’on dit toujours d'un homme qu'il a du caractère, mais d'une femme qu'elle a mauvais caractère". Incontestablement, Nicole avait du caractère.
    Des orages, nous en avons bien évidemment connu, mais qui ne s’est jamais accroché avec Nicole ? Il y avait d'abord le tonnerre, l’éclair souvent, la foudre parfois, mais ensuite venait le soleil … C’est une des très rares élus que j’ai connu ayant la capacité de reconnaitre après une prise de tête "carabinée" qu’elle s’était trompée et qui pouvait s’en excuser.


    Son parcours politique est d’autant plus exemplaire qu’il résulte de ses seules compétences, soulignons qu'à l’époque aucun quota de parité n'existait dans ce monde d’hommes qu'était le milieu politique. Pour y arriver, une règle simple, comme en solfège, une femme devait valoir deux hommes, c'est dire.
    Elle a ouvert la voie, première femme à devenir Sénatrice de Seine et Marne et rapporteure général du budget au Parlement, une responsabilité enviée et disputée s’il en est. Aucune manœuvre politicienne derrière ces nominations, mais la reconnaissance par ses pairs de compétences indiscutables, d’une véritable expertise technique doublée d’une honnêteté intellectuelle sans faille, que ce soit sur les questions budgétaires, fiscales ou environnementales dont elle était devenue une grande spécialiste, cheville ouvrière et animatrice du pôle écologiste du PS.


    En ce domaine, elle était avant tout volontaire mais pragmatique,  avec l'ambition de réconcilier écologie, équité sociale et efficacité économique, loin de tout dogme, lobby ou esprit de chapelle. Ses travaux notamment sur la fiscalité écologique lui ont valut d’être nommée Ministre de l’environnement.
    Plus localement, les seine et marnais retiendront que c'est suite à son action énergique que notre département a été durablement protégée de l'exploitation des gaz de schiste. Elle pouvait en ce domaine se montrer inflexible devant les lobbies pétroliers et l’a payé cash en étant démissionné de son poste de Ministre de l'Environnement.

    Parlementaire, elle a refusé tout cumul, consacrant son énergie au seul mandat confié par les électeurs, que ce soit au Sénat ou auprès de nos concitoyens, considérant que préparer et faire la loi, analyser les limites de son application au quotidien et sur le terrain pour l’améliorer, de l’amender si nécessaire était bien une occupation à temps plein.

    Nicole était persuadée qu'il ne fallait surtout pas oublier de toujours réparer, renouer, retisser afin d'éviter fractures et lignes de rupture et que cette volonté imposait d'être toujours sur le terrain, à l'écoute, en veille ...

     

     

    (suite)
     

     

    Lire la suite

  • Pour 2017, que du bonheur !

    Voeux-2017-Trilport.jpg

    Voeux de la ville de Trilport, conception Albert & Concordance (s) / Michel Delon

     

    VILLE  (nf) : d'abord vile (v.980) puis ville (v.1200), du latin classique villa (maison). Fabrique de liens humains en tout genre ...

     

    Pour 2017, je vous souhaite avant toute chose du bonheur et beaucoup de liens humains, positifs et heureux ... Ils rendent bien plus fort, 

     

     

    Meilleurs Voeux 2017

     

    « On transforme sa main en la mettant
    dans une autre.*»

     

      

     

    Trilport vu du ciel

     

    *Paul Eluard

     

    Lire la suite

  • Ce soir, je suis triste

    rocard.jpg

    " Penser clair, parler vrai, agir juste " 

     

    Ce soir je suis triste, Michel Rocard nous a quitté.

     

    J’ai été, je suis et resterais pour toujours "rocardien". Je n'oublie pas que si je me suis engagé un jour en politique, en adhérant notamment au PS, c’est à lui que je le dois.

    Digne héritier de Mendes France, il avait le sens de la morale et de l’éthique, possédait une rigueur et une honnêteté intellectuelle rare, que je n’ai retrouvé ensuite que chez Lionel Jospin. C’est à ce niveau là, que l’on attend le politique.

    Rocard c’était la primauté donnée aux idées, aux propositions, quelquefois disruptives et iconoclastes : comprendre avant toute chose, imaginer les solutions à apporter plutôt que de nouveaux problèmes, proposer et convaincre toujours, et plus que tout, agir juste, faire, afin de changer la vie quotidienne au concret durablement.
    Toute sa vie, ce grand serviteur de l'Etat s'est consacré à 
    la vague des idées plutôt qu'a l’écume des petites phrases ou des commentaires. Il a su ne jamais sacrifier l'avenir, le long et le moyen terme aux imperatifs court termistes de la mode ou de l'instant présent, étant un des trop rares politiques à privilégier le temps long.

    Michel Rocard avait les mots et le verbe libre, une parole authentique et rafraichissante, il a toujours préfére l’équité à une égalité quelquefois factice et inéquitable, privilégiant l’être au paraître et le collectif à l’individualisme.

    Il a eu la grande sagesse de se retirer de la vie politique avec élégance, sur la pointe des pieds, passant le relais aux jeunes générations pour leur laisser construire un avenir meilleur.

    C'était un homme qui aimait passionnément la vie, l’Europe, la nature sauvage et indomptable avec laquelle il faut composer : le vent, les mers et les océans, les pôles aussi ... L’environnement et le devenir de la planète ont été les combats qui ont animé toutes ses dernières années.

     

    Ce soir, je me sens orphelin, Michel Rocard nous a quitté.

     

      

    « Je rêve d'un pays où l'on se parle à nouveau. Je rêve de villes où les tensions soient moindres. Je rêve d'une politique où l'on soit attentif à ce qui est dit, plutôt qu'à qui le dit.

    Je rêve tout simplement d'un pays ambitieux dont tous les habitants redécouvrent le sens du dialogue, pourquoi pas de la fête, et de la liberté.

    Je suis de ceux qui croient, au plus profond d'eux-mêmes, que la liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement.

    Chérir la liberté de cette manière là,
    c'est, construire un nouvel espoir pour que vivent les Français et pour que vive la France. »

    Michel Rocard - Discours d'investiture 1988

     

    En complément, la tribune qu'il a écrit en 2014, pas assez connue celle ci, sur le sens d'un socialisme pour ce nouveau millénaire afin de "l voir éclore la société des hommes à la place de celle de l'argent". Il avait toujours quelques stations d'avance, Michel.

     

    Lire la suite

  • Edgar pense global et il a bien raison

     

    « Je pense que le mot métamorphose est plus riche que le mot révolution…

    La métamorphose signifie qu’il n’y a pas rupture totale avec le passé : on utilise au contraire l’acquis culturel de l’histoire passée de l’humanité…

    C’est ce processus de transformation que nous connaissons très bien chez la chenille qui, s’enfermant dans sa chrysalide, commence à s’autodétruire avec des ailes en tant que papillon. La chenille est devenue une autre, à partir d’elle même.

    On sait avec quelle difficulté, quand la chrysalide s’ouvre, le papillon parvient à déployer ses ailes avant de pouvoir s’envoler. Comme un enfantement, la métamorphose s’accomplit dans la douleur.

    Toute l’évolution est donc un processus de création qui crée de la destruction. La formule de Schumpeter la « destruction créatrice » qui est reprise un peu partout est à mon avis fausse : c’est la création qui est destructrice ...

    Nous vivons le commencement d’un commencement. »

     

    Edgar Nahoum, dit Edgar Morin,

    Grand résistant, sociologue et philosophe français.

    Tirée de son dernier ouvrage : "Penser global"

     

    Pour prolonger, un entretien de 2013 au Monde, toujours d'actualité car Edgar Morin garde toujours quelques stations d'avance "Il faut enseigner ce qu'est être humain" ...

     

    Tout un programme non ? Ecce homo ...

     

     

    Lire la suite

  • Que l'année nouvelle soit belle comme une orange bleue

    voeux-2016.jpg
    Voeux de la Ville de Trilport, Citation : Apollinaire, dessin : Albert, Conception : Concordance(s)

     

    "Il n'y a de rêve que de rêve étoilée"

    Paul Eluard

     

    Que 2016, soit pour chacun d'entre vous, une voie lactée ...


    la terre est bleue comme une orange ...

     

    Lire la suite

  • A mis abuelos

    Certificat de réfugié  de mon père

     

     

    Dernier Conseil communautaire de l'Agglomération du Pays de Meaux, intervention de l’élue FN, classique, ses prises de parole ne démontrant jusque là qu’une très grande méconnaissance des dossiers et un désintérêt manifeste et profond pour le quotidien de nos concitoyens (abstentions ou vote contre de quasiment toutes les délibérations, notamment celles destinées à améliorer les conditions de vie ou de transport).

    Mais là, elle franchit une limite, et quelle limite ... Elle demande tout simplement aux Maires présents de lui faire un état sur les migrants accueillis dans leurs communes … Son intervention m'a amené à lui répondre, cash, afin de ne pas banaliser l'inacceptable, une demande "digne" des époques les moins glorieuses du pays ... 

    Migrant, un mot qui résonne singulièrement à mon cœur ...

     

    "Les migrants

    comme vous dites, Madame,

    ont deux jambes, deux mains, une tête, une âme et un cœur,

    Comme vous et moi,

     

    Le sang des migrants

    comme vous dites Madame,

    est rouge,

    Comme le votre, le mien,

     

    Beaucoup l’ont versé ce sang 

    et ont perdu la vie

    pour libérer le pays qui les avaient accueillis,

    le votre, le mien … Madame,

    Je pense aux soldats de la Nueve entrant dans Paris,

    Je pense aux tirailleurs sénégalais venus d’Afrique Noire ou du Maghreb

     

    Je suis fils et petit fils de migrants

    comme vous dites, Madame,

    de réfugiés plus exactement,

    bergers espagnols fuyant le régime de Franco

     

    Je suis fils et petit fils de migrant

    Comme vous dites , Madame,

    Non seulement je l’avoue,

    Mais face à vous, je le revendique,

     

    Je suis fier de mes grands parents et parents

    Ils m’ont appris à aimer la France,

    Votre pays, mais aussi le mien, Madame

    Même si je n’oublie pas d’ou je viens

     

     

    Lire la suite

  • Elle était "à l’écoute du bien-être des gens" ...

    FH Jourda.jpg

     

    Je viens d'apprendre avec tristesse le décès de Françoise Hélène Jourda, elle était non seulement une architecte talentueuse mais une femme d'exception.
    J'ai eu la chance de la rencontrer plusieurs fois dans le cadre de mes activités d'élu. C'est à elle et l'équipe qu'elle animait que nous avons confié, avec l'aménageur l'AFTRP, les destinées de l'écoquartier de Trilport, "l'Ancre de lune".
    Nous avions été séduits par son projet, son implication concrète et reconnue en architecture environnementale, dont elle était une des pionnières européennes les plus reconnues, son souci de la qualité de vie des habitants, ses partis pris environnementaux, la place laissée au végétal et aux arbres notamment. Mais plus que tout, c'est sa passion sincère à vouloir animer notre projet (au sens premier du mot, "donner la vie") qui nous a convaincu.

    J'ai ensuite appris pourquoi notre éco-quartier avait trouvé une certaine résonance au plus profond d'elle, puisqu'elle a déclaré il y a quelques années :

    "Moi mon rêve, c'est de construire un morceau de ville, sur la ville, dans la ville, pour changer la ville pour démontrer aujourd'hui qu'il est possible de transformer les villes existantes que ce soit au niveau environnemental, au niveau social, et apporter du bonheur aux gens"


    Le métier d'architecte urbaniste aux yeux de cette professionnelle, d'une simplicité non affectée, à la renommée pourtant internationale, devait avant tout être «à l’écoute du bien-être des gens», afin de répondre à leurs besoins, aux usages de la vie et de la ville, prendre en compte également l’urgence environnementale comme l'impératif d'économiser l’énergie en choisissant les matériaux et procédés de construction les plus respectueux de la planète, de leur conception à leur recyclage.

    Autant de parties pris qui ont trouvé de l'écho aux oreilles de l'élu engagé que je suis, sur les questions relatives à l'habitat, à l'urbanisme et au Développement Durable.
    Qu'elle sache, que là où elle est ou pas,  nous ferons tout pour que ce projet soit à la hauteur de ce qu'elle voulait pour la ville, qu'elle soit durable, aimable et désirable ...

     

    Quelques éléments de bio

     

    Lire la suite

  • Tristes topiques

    IMG_0688.jpgLes tristes résultats de ce week end, sont de la même veine que ceux des municipales de l'an dernier, une véritable hécatombe ! Le nombre de duels FN / UMP auxquels nous avons assisté, notamment en Seine et Marne, laisse à tout républicain plus qu'un goût amer dans la bouche et chacun  gardera  de ce dimanche un souvenir douloureux.
    L'enjeu local était en théorie l'objectif central du scrutin, il a  laissé place à un test de popularité national, occasionnant beaucoup de dégâts humains, un gâchis territorial sans nom, et un résultat final en trompe l’œil tant il maximalise les résultats de l'UMP (du fait de la division de la gauche) et ne traduit pas concrètement l'incontestable montée du FN. Cette poussée  n'est ni une fatalité, ni inexorable, encore faut il se donner réellement les moyens concrets de la combattre.

    Ces élections doivent interpeller tous les partis républicains, sans exception aucune, y compris et surtout ceux qui se sont auto englués dans un NiNi irresponsable et coupable. Un résultat qui confirme mon opinion sur le fait  que si un élu ou un politique veut réellement changer la vie des autres, il doit d'abord la partager pour la comprendre tout court ! C'est aussi une leçon de ce scrutin.
    Trop de politiques, qu'ils soient de la gauche du PS, de son centre, ou de sa "dite droite"  pour se limiter à ce seul parti, sont totalement hors sol, ancrés et arc boutés a des priorités qui souvent se trouvent à des années lumière de celles de leurs concitoyens ...  Aussi ne faut il pas s'étonner si, un jour, ces derniers décrochent et se détournent d'un discours qui non seulement ne leur parle pas, ne les respecte pas, tant dans sa formulation que dans ses objectifs ou priorités !

    Alors que faire, aujourd'hui et demain ?

    Pour le PS et ses militants l'équation est on ne peut plus simple : Réagir et rebondir ou mourir ... Trouver la capacité de se rassembler, malgré les soubresauts de ces derniers mois, ou dépenser ce qui nous reste d'énergie à se diviser, s'éparpiller au quatre vents de la discorde et de la polémique, pour in fine, ne plus rien peser dans le débat politique national et n'avoir le sentiment d'exister que par la force des ressentiments ou des ambitions déçues !
    De ma petite fenêtre de petit élu local, une vraie colère, jusque là contenue, monte. Elle m'apparait encore plus légitime après ce triste week end, j'ai le sentiment d'un gâchis incommensurable. Une colère froide, libératoire mais à priori inutile, tant espérer qu'un jour l'effet "bottom up" de la réalité du terrain atteigne des états majors parisiens isolés dans leurs tours d'ivoire (souvent d'ailleurs pour jouer un remake de : "Petits Meurtres entre amis") semble vain.
    Pour être clair, mon propos ne concerne pas spécifiquement ce gouvernement ou un courant particulier du PS, car je pense sincèrement, que là n'est pas le nœud du problème, l'origine du divorce et de la fracture avec le citoyen est non seulement bien plus profonde mais elle s'élargit encore après ce scrutin.
    Aussi j'ai de plus en plus de mal à me retrouver dans ces lignes de partage, souvent factices, que sont les courants du PS, quand le leader remplace l’idée, la réponse formatée (pour ne pas dire l'élément de langage) l'interrogation, la certitude la nécessaire remise en cause et le commentaire au final l'analyse ou la perspective, tous les doutes sont permis.
    Un divorce dont le PS n'a pas l'exclusivité, vu les "scores" réalisés par les autres formations de gauche, qui n'avaient lors de cette campagne, à priori, qu'une seule obsession, éparpiller les voix des électeurs avec les conséquences que l'on connait, pour  "casser du PS"! Reléguant du même coup, l'objectif pourtant central du scrutin : gérer des départements afin de proposer à nos concitoyens une politique plus sociale, solidaire et durable.
    Constatons que ces forces politiques, dites "alternatives", n'ont guère déplacé les foules, bien au contraire ! Vu le résultat des urnes, un constat s'impose, arithmétique. Les Français sont loin de réclamer à corps et à cri une politique plus à gauche; leçon que devrait méditer certains de mes camarades ...

    Voilà pour le constat.

     

    Nous devons collectivement, et au plus vite, nous retrouver et surtout nous ressourcer pour "réallumer les étoiles" comme l'écrivait si joliment Apollinaire. Encore faut il pour apercevoir la voie lactée, éteindre les sunlights médiatiques et parasites qui nous aveuglent et éblouissent tant de petits égos exacerbés les empêchant de ne percevoir autre chose que leur seul reflet, dans des miroirs cathodiques pathétiques tant ils sont egotiques.
    Tels des narcisses du XXIeme siècle, captivés de leur seul reflet, ils recherchent la minute d'éternité médiatique, ou au choix le quart d'heure de célébrité plus que relative, que leur offrent sans retenue et si facilement les chaines de la TNT ...

    Il serait bon que chacun retrouve le minimum d'humilité et d'humanité nécessaire, renoue avec la proximité concrète et j'ose le dire l'esprit de camaraderie, tout en s’imprègnant de la réalité locale vécue au quotidien par leurs concitoyens, en ayant une oreille attentive pour les alertes lancées par les sentinelles de proximité que sont les élus locaux PS en place (dont la valeur provient aussi désormais de leur rareté croissante), avant de vouloir donner des leçons à la planète entière ou de lancer des mesures déconnectées du sol qui entraînent le chaos.

    Ne nous trompons pas de combat, engageons nous au service de nos concitoyens pour concrètement changer leur vie chaque jour : pas après pas, si nécessaire même si cela fait réformiste ou "petit bras" de la révolution.
    Cette démarche, je l'assume, pire même je la revendique, tant j'ai le sentiment, comme Maire, de transformer au final plus la vie de mes concitoyens que bien des orateurs médiatiques, adversaires auto proclamés de la finance et du grand capital, excommuniant à tour de bras, grands donneurs de bons points en "socialisme théorique et réthorique" devant l'éternel, ! Il est vrai qu'avec eux la droite peut dormir tranquille sur ces deux oreilles !

    Encore devons nous admettre, que le monde se transforme de plus en plus vite, que ne pas avancer signifie reculer et prendre le risque, in fine, de ne plus peser sur notre destinée, celle du pays, de l'Europe ou de la planete.
    Encore devons nous rappeler que nous ne sommes rien sans les autres, et plus que tout, être persuadé que la priorité absolue à accorder à l'urgence environnementale n'est non seulement pas négociable, mais doit devenir la matrice d'un projet politique ambitieux pour le XXI eme siècle comme le moteur d'un nouveau type de croissance durable et surtout équitable qu'il nous faut construire au plus vite ...

    Si je peux comprendre aisément la réaction d'amis désabusés et écœurés par les résultats (trop qui n'avaient pas démérité, loin s'en faut, l'ont payé cash !) qui lâchent l'affaire, à titre personnel, je ne m'y résous pas, préférant agir plutôt que de voir mourir ou se déliter les valeurs auxquelles je crois et de plus en plus. Ce second tour FN / UMP me restera longtemps au travers de la gorge et je ne veux surtout pas avoir à choisir en 2017 entre un Sarkozy et une Le Pen !
    Je privilégierais, comme toujours, le mode d'action local, mais ne m'interdirais pas désormais d'intervenir en mode plus global, faisant entendre une voix aussi légitime finalement que celles inondant et encombrant sans retenue l'univers médiatique, une toute petite valeur ajoutée en quelque sorte.

     

     

    Lire la suite

  • Etre utile à vivre et à rêver

    dilain.jpg

    Les élections locales qui donneront leurs verdicts dans quelques jours, risquent d'apporter de fausses réponses nationales, beaucoup d'observateurs craignant un vote défouloir, à de vrais problèmes locaux.
    Il est bon de rappeler que les élus des 22 et 29 mars devront avant tout gérer des départements, ce que trop d'électeurs que je rencontre ont tendance à oublier.
    Depuis le scrutin municipal de l'an dernier, tout semble se brouiller aux yeux de nos concitoyens, ils risquent d'apprendre à leur dépens qu'un vote local n'est pas un sondage d'impopularité mais bien la désignation d'élus qui devront assumer un mandat destiné à améliorer leur quotidien, il y a toujours des lendemains aux soirées électorales.

    Ce problème de représentation politique illustre la fracture croissante entre le Politique et le local dont chacun, surtout nos responsables, doit saisir à la fois la gravité et le risque démocratique. La politique plus que jamais doit, non seulement se rapprocher de la vie réelle, mais en être l'incarnation, et ne plus rester la chasse gardée d'un sérail d'élèves de grandes écoles et de collaborateurs de cabinet laissant à une technostructure hors sol la maitrise des dossiers.

    L'occasion de saluer la disparition d'un élu local, qui toute sa vie n'a jamais oublié le monde du réel et dont le travail au quotidien a permis de réconcilier nombre de nos concitoyens à l'action politique, surtout lorsqu'elle est authentique, légitime, et plus que tout utile,  je veux bien évidemment parler de Claude Dilain.
    Elu exemplaire s'il en est, humain et humaniste, homme simple mais déterminé, il nous manque cruellement tant il a fait honneur à son mandat local en agissant au quotidien et en portant la voix des oubliés de la république.
    Il a démontré que l'humilité, le doute, l'engagement sincère, et plus que tout l'écoute, permettent concrètement de changer la vie au quotidien, y compris et surtout celle des plus humbles, des exclus de la "France invisible" et sont autant de  clés pour ouvrir des perspectives de monde meilleur à partager.
    Il a agit à l'endroit même, ou certains n'avaient fait qu'attiser et semer par des déclarations irresponsables, haine, division, colère et désespérance. Montrant avec sérénité la force du faire et de la vague inlassable et à contrario la faiblesse du dire et de l'écume médiatique ou sémantique éphémère.

    Claude Dilain a représenté plus que quiconque la noblesse de l'action politique lorsqu'elle est au service de tous et non un outil de promotion à usage personnel. Sa meilleure école a été celle de la vie vécue, de celle qui jour après jour nous façonne et nous amène à nous construire concrètement, avant de vouloir prétendre construire pour les autres.
    Trop de nos politiques aujourd'hui sont à des années lumière de cette démarche authentique, prisonniers d'une bulle médiatique ou d'un microcosme clos, véritable chambre d'écho et de réverbération pour les égos de quelques uns et d'exaspération pour les citoyens. Arrivés aux responsabilités, ils se coupent de ces sentinelles de proximité que sont les élus locaux, qui placés en première ligne sont pourtant autant de lanceurs d'alerte vigilants.
    Les digues de solidarité entretenues au quotidien à grand peine par ces "petits élus", malgré tous les aléas et obstacles placés sur leurs routes, permettent de maintenir encore le minimum de lien et de cohésion sociale qui fait république, là où c’est le plus difficile mais certainement le plus utile, là ou les communes sont trop souvent le dernier acteur public présent et actif ("s'il n'en reste qu'un !"), des digues de solidarités qui risquent de lâcher et de laisser en plan des citoyens de plus en plus paumés qui se sentant abandonnés votent alors pour le parti du désespoir.
    La montée du FN n'est pas irrémédiable, ce n'est ni une fatalité, ni un argument de congrès ou une posture de tribune. Il doit exister certainement plusieurs réponses pour l'endiguer ou la combattre, sur lesquelles beaucoup de nos responsables planchent "activement" en y consacrant moult argumentaires théoriques, moi je n'en connais qu'une, simple, urgente, qui devrait interpeller toute la classe politique nationale : "Retour vers le réel" ...

    Ce réel qui habitait Claude Dilain et était au centre de son engagement politique, ce réel qui l'a amené a interpellé durement la classe politique dans une tribune politique célèbre en 2010.

    Je lui dédie ce texte d'Etienne Roda Gil, qui symbolise magnifiquement son action au service des autres, car il a été avant tout UTILE à VIVRE  ET surtout et plus que tout à REVER ...

    Lire la suite

  • L'après Charlie

    charlie-1.jpgLes évènements dramatiques de ces dernières semaines ont frappé de plein fouet notre pays ; des femmes et des hommes ont été assassinés parce qu’ils symbolisaient la liberté d’expression, la défendaient, ou du fait de leur appartenance religieuse, ce qui est intolérable.

    Les français ont su réagir, retrouvant leurs réflexes républicains et le sens des valeurs communes à défendre, quelque soit leurs opinions politiques ou leurs confessions.
    La communauté nationale a fait bloc, elle sort plus forte et unie d’un tel drame, une unité  à mettre au crédit du chef de l’état et du gouvernement qui ont eu les gestes qu’ils fallaient et les mots justes,  ni surenchère, ni effet de manche superflu. Nos concitoyens se sont levés massivement pour dire non à la haine, aux anathèmes, à l’obscurantisme et oui aux libertés.

    Notre responsabilité désormais est d’agir collectivement pour que cette véritable ferveur citoyenne ne retombe comme un soufflet, à l’image de celle de la France réunie fêtant la victoire de l’équipe « Black blanc, Beur » de 1998.

    Chacun cependant mesure que plus rien ne sera désormais comme avant, aussi nous devons absolument apporter des réponses concrètes aux questions de fond que soulèvent cette tragédie : ici et ailleurs …
    La menace extérieure est bien réelle; notre pays est présent au Moyen Orient et en Afrique pour combattre aux racines l’Etat Islamique afin d’éviter une véritable pandémie. Cet objectif impose une nouvelle grille de lecture géo politique (vis à vis de l’Iran, de la Turquie ou de la Russie) tant l’implosion de pays comme la Lybie, l’Irak ou Syrie bouleverse toute la Région, et constitue une véritable poudrière... L’engagement militaire des français participe à la protection de toutes les démocraties notamment européennes,  il serait bon que Bruxelles en tienne compte dans son calcul de notre déficit budgétaire.

    Plus que jamais la vigilance s’impose. L’Etat Islamique reprend à son compte les codes du « Choc des civilisations » (Huntington) et s’en sert pour frapper les opinions publiques occidentales : mises en scène macabre des «exécutions», attentats, crimes et exactions contre tout ce qui près ou de loin symbolise la culture.
    Pour eux abattre les artistes, les intellectuels, c’est aussi abattre la pensée, la création, le libre arbitre, c'est éteindre les lumières de l'esprit par la terreur et l'intimidation pour la remplacer par l'obscurantisme totalitaire.

    Dans quel but ?

     

    Lire la suite

  • Douce France

    vive-la-france.jpg

     

    « Que règne la liberté. Car jamais le soleil ne s’est couché sur réalisation humaine plus glorieuse. »

     

    Nelson Mandela

     

  • J'écris ton nom, liberté

    a cabu wolinski charb.jpg

     

    A Cabu, Wolinski, Charb,

    à toutes les victimes d'où qu'elles soient,

    tombées au champ d'honneur de la liberté d'expression,

    de la liberté, tout court

     

    (Liberté, Paul Eluard, 1945)

     

    Lire la suite

  • Bonne année 2015

    bonjour 2015.jpg

    Voeux 2015 / Ville de Trilport / Concordance(s) - Albert

     

    Bonne année à tous
    Que 2015 soit une année de l'essentiel
    Plus que de l'accessoire

     

     

  • Passeur de culture

    gd echiqier.jpg

    « Un coeur n'est juste que s'il bat au rythme des autres coeurs. »

    Paul Eluard

     

    Je veux témoigner de ma reconnaissance envers Jacques Chancel, tant je lui dois une part de ce que je suis devenu aujourd’hui. 

    Au travers de son émission du Grand échiquier, il nous a permis d’accéder à des univers que nous n’aurions sans lui jamais parcouru, car inaccessibles jusque là, chasse gardée d’une petite élite, généralement parisienne.

    Ce passeur de culture a su mieux que personne faire œuvre de vulgarisation en faisant, excuser du peu, rimer culture (avec un grand "C" et un "s" comme plurielle), l’émotion (la joie du direct) avec le "populaire", dans tout ce que ce si beau mot revêt de dignité et de noblesse.

    Jacques Chancel  est intimement lié à des moments précieux et fédérateurs de ma vie, gravés au plus profond de mon cœur et de mon âme, car partagée, en famille, autour de son émission …
    Tant et tant de talents l’ont traversé, tant et tant de mélanges et de cultures d'ailleurs … Ces moments nous ont tant et tant apporté ...

     

    A tous ceux qui doutent aujourd'hui de l'intérêt d’une télévision publique, Jacques Chancel comme Bernard Pivot et tant d’autres apportent la meilleure des réponse. 

    Encore faut il, que le service public soit animé d’une véritable ambition et qu'il cherche, tout en étant et restant profondément populaire, c'est sa noblesse, à élever, interpeller et enrichir, plutôt qu’habiter le temps de bruit médiatique insipide, insignifiant et racoleur, bref qu’il soit une valeur ajoutée culturelle et un supplément d'âme. 

    Ce soir je pense énormément à mon père et avec nostalgie à tous ces visages disparus qui ont peuplé le Grand échiquier et ont tant compté pour moi : de Brassens à Montant en passant par Ferré, De Moraes, Menuhin, Nougaro, Marceau et tant et tant d'autres ...

     

     

  • Rentrée "littéraire"

     

    meursault.jpg

    Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud, Actes Sud ... Un vrai livre à découvrir !

     Après le coup de gueule, voici un coup de blues, en attendant le coup de coeur qui va bien finir par arriver ! 

     

    Quitte à lire un livre, autant en lire un vrai ...
    Un livre aux mots choisis pour leur sens, ou leur sonorité, non pour leur cruauté,
    un livre dont l'intrigue a été composée avec soin, délicatesse, retenue, minutie, passion et créativité, fruit d'un long travail d’artisan,  qui ne se limite pas à un simple règlement de compte réducteur, expéditif et sommaire, histoire de soulager "rapidos" un égo exacerbé bafoué, alors qu'il est avant tout démesuré.

     Quitte à lire un livre, autant en lire un qui soit un cadeau rare et précieux offert au lecteur, non un vol d’intimité proposé au voyeur,

    un livre qui fasse appel à ce que le lecteur a de plus beau en lui, non de plus vil, d'où l'on sorte après sa lecture, meilleur qu'avant, ou du moins différent ...

     Quitte à lire un livre, autant lire une œuvre écrite avec talent, authenticité, sens du partage, et non participer à une vengeance sordide visant uniquement à faire mal, meurtrir, abattre …

    Un livre est le reflet de son auteur(e)... Il y a ceux qui élèvent, ceux qui rabaissent, tout dépend de la hauteur de point de vue, de la qualité de la plume (ou de celle du "nègre" !), mais surtout et principalement de la nature profonde de l’âme …

     

    Spéciale dédicace à CD, VT, DB (à priori)
    "Je sais maintenant qu'il n'y a pas de bonheur dans la haine." Albert Camus, les justes
    « Les frelons ne sucent pas le sang des aigles mais pillent les ruches des abeilles. » William Shakespeare, Henri VI

  • Still I Rise

    maya angelou.jpg

    Maya Angelou (Marguerite Johnson) 4 avril 1928 / 28 mai 2014)

     

    "Des cabanes d’une histoire honteuse, je me soulèverai

    Je me soulèverai plus haut qu’un passé inculqué dans la douleur

    je suis un océan noir, large, qui saute et gonfle, 

    je supporte  la marée

    Je  laisse derrière moi des nuits de terreur et de peur

    pour  une aurore  merveilleusement claire

    J'apporte les cadeaux de mes ancêtres

    Je suis le rêve et l'espoir de l'esclave

    Je me soulèverai"

    Maya Angelou - Still I rise

     

    Qui était t'elle ? 

    Article de Corinne Lesnes du monde sur sa vie et son oeuvre 

    Poème Still I Rise

     

    Lire la suite

  • La réponse à Marine : rebondir nous devons

     

    yoda_large.jpg

     

    " Déterminé je suis ... 

    Combattre les forces obscures bleues marines je dois ...

     La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance.

    Le côté obscur de la Force, redouter tu dois. 

    Rebondir il faut,  toujours en mouvement est l'avenir."

     

  • Bon vent au fils de Aracataca

     

    AVT_Gabriel-Garcia-Marquez_704.jpg

    "J'ai tant appris de vous,

    les hommes,

    J'ai appris que tout le monde
     veut vivre au sommet de la montagne, 
    sans soupçonner que le vrai bonheur 
    est dans la manière de gravir la pente."

    Gabriel Garcia Marquez

     

     

    Son discours de réception du Prix Nobel,  toute la tragique histoire moderne du continent Sud américain ...
    "y donde las estirpes condenadas a cien años de soledad tengan por fin y para siempre una segunda oportunidad sobre la tierra ..."

     

    Lire la suite

  • Meilleurs voeux pour 2014

    voeux-2014.jpg
    Affiche Ville de Trilport / Dessin Albert / Conception Michel Delon

     

    Papillon bleu

     

    Bleu reflet qui s'irise,

    Un papillon nacré

    Emporté par la brise

    Luit, brille, disparait.

     

    Tel, d'une aile légère,

    Le bonheur est venu

    Puis a, fleur éphémère,

    Luit , brillé, disparu.

     

    Herman Hesse

     

    Il en va du papillon bleu,
    comme il en va du bonheur,
    ou du temps qui passe,
    qui luit, brille puis disparaît … 


    Au revoir 2013, bonjour 2014 ...

     

     

  • Qui Edouard Martin gêne t'il ?

    edouard3nb.jpg

     

    Quelles hommes et femmes politiques voulons nous ?

    A l'image de la vraie vie, celle vécue tous les jours par des millions de gens, en galère et révolte parfois, ou à celle du microcosme médiatique et politique parisien cosy, feutré, fermé, réservé aux seuls diplômés de grandes écoles ou apparatchiks d’écuries présidentielles ?

    Une telle question s’impose après le lynchage médiatique et les réactions suscitées par la courageuse décision d’Edouard Martin d’accepter de conduire la liste PS aux européennes. Des commentaires révélateurs d’un vrai mépris sinon de classe, du moins de caste …


    Un tel procès est inacceptable, par bien des égards


    Lire la suite

  • Rolihlahla, Madiba, Mandela

    Nelson-Mandela 2.jpg

    1918 - 2013

    Il était le capitaine de son âme ...


    Invictivus


    "Dans les ténèbres qui m'enserrent

    Noires comme un puits où l'on se noie

    Je rends grâce aux dieux, quels qu'ils soient

    Pour mon âme invincible et fière.

    Dans de cruelles circonstances

    Je n'ai ni gémi ni pleuré

    Meurtri par cette existence

    Je suis debout, bien que blessé.

    En ce lieu de colère et de pleurs

    Se profile l'ombre de la Mort

    Je ne sais ce que me réserve le sort

    Mais je suis, et je resterai sans peur.

    Aussi étroit soit le chemin

    Nombreux, les châtiments infâmes

    Je suis le maître de mon destin

    Je suis le capitaine de mon âme."


    William Ernest Henley 


    Nelson Mandela avait écrit cette poésie sur le mur de sa prison de Robben Island



  • Companero Presidente

    allende.jpg

    Il y a soixante aujourd'hui, disparaissait Salvador Allende, lors du coup d'état 

     

    "Travailleurs de ma patrie !

    J'ai confiance au Chili et à son destin.

    D'autres hommes dépasseront les temps obscurs et amers durant lesquels la trahison prétendra s'imposer. Allez de l'avant tout en sachant que bientôt s'ouvriront de grandes avenues sur lesquelles passeront des homme libres de construire une société meilleure."


    Salvador Allende, Palais de la Moneda
    11 septembre 1973

     

    Les derniers discours prononcés par le Président Chilien

     

    Lire la suite

  • 14 juillet 2013, le sens d'un hymne

     

    14-juillet-2013.jpg

    La cérémonie du 14 juillet est une célébration particulière, à l’ambiance un peu estivale, car annonciatrice de vacances attendues proches, d’autant pls que l’année a été difficile et quasi interminable.
    Nous avons le plaisir d’accueillir lors de cette manifestation, qu’il y est un soleil éclatant comme en ce 14 juillet, qu'il vente, neige ou pleuve, générallement plutot en novembre ou mai, les musiciens de l'Harmonie du Pays de Meaux. Présence fidèle, qui fait de ces moments solennels, de vrais instants de recueillement et d’émotion, notamment au moment des hymnes. Témoingange rassurant du dynamisme de cette structure, la présence de nombreux jeunes musiciens pour qui ces moments sont d’autant plus importants qu'ils constituent une première.

    Cette commémoration née avec la République témoigne de notre attachement commun à ses valeurs citoyennes, qui au fil du temps et de l’histoire ont forgé ce pays et semé bien au delà de ses frontières, des petites graines de France, patrie des lumières et des droits de l’homme, qui depuis, avec des fortunes diverses fleurissent un peu partout sur la planète.
    Un pays ce n’est pas qu’une économie, un marché ou une géographie, c’est également une histoire, une culture et des valeurs qui transcendent. La France est également symbolisée par des signes extérieurs : les trois couleurs de son drapeau tricolore, nos valeurs républicaines et un hymne national, la Marseillaise, dont un couplet est remis en cause de manière un peu malheureuse me semble t’il …

     

    Pourquoi ?

    Lire la suite

  • A Jeannot


    a-jeannot.jpgLa vie d’un élu est ainsi faite, qu’il croise chaque jour beaucoup de personnes sur sa route. Cependant, lorsqu’il a grandit dans sa ville, certaines de ces rencontres humaines font également partie de ses souvenirs intimes et prennent alors plus d’importance, car liés à son enfance.
    C’est le tamis de la vie, aussi lorsque ces personnes nous quittent, souvent avec élégance, sur la pointe des pieds, c’est un peu notre histoire qui se fait la malle …

    Jeannot, à l’image de tant d’autres visages, a été un de ses acteurs, qui de par leur passion pour cette ville, leur énergie contagieuse, leur sens du dévouement et de la relation humaine ont tant apporté à notre commune, et fait que vivre ici, est une aventure singulière par bien des aspects.

    Il était construit de bois brut, quelquefois même, un peu abrupt, ce qui donnait lieu à des discussions animées mais toujours respectueuses et passionnées. 
    Mais plus que tout, ce bénévole, Président associatif actif,  était attaché viscéralement à la fête populaire, dans tout ce qu’à de remarquable et noble ce si beau mot ...

    Lire la suite

  • Florange, l'arrêt des fourneaux

     

    ARCELOR.jpg

    Dédicace

     

    "Tirons notre courage de notre désespoir même"

     

    Sénèque



    Les mains d'or (Bernard Lavilliers pour les sidérurgistes de Florange)


     

    Lire la suite

  • Une justice et une presse enfin libres

    la honte.jpg

    d'aprés l'affiche du film "La Haine" de Mathieu Kassovitz.

     

    « Gouverner, c'est maintenir les balances de la justice égales pour tous. »


    Franklin Delano Roosevelt

     

    la preuve par l'exemple ...

  • Hetero mais solidaire

    mariage_gay.jpg

      

    "Il ne faut pas de tout pour faire un monde.
    Il faut ... du bonheur, et rien d'autre."

     

    Paul Eluard

  • Bonne année

    voeux-2013b.jpg

     

    En 2013, "beaucoup encore il te reste à apprendre."


    Maître Yoda à Comte Dooku,
    Starwar épisode 2 (l'attaque des clones)


  • Pour Obama, évidemment ...

     

     

    barak.jpg

     

    Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre

     

     Fiodor Dostoïevski 

  • Michel Rousseau, in memoriam

    Photo-357.jpg

    Michel Rousseau nous a quitté ce 3 aout 2012. Ce Proviseur de Lycée Professionnel passionné par son métier a attendu les vacances pour tirer sa révérence avec élégance, on ne change pas sa nature ...
    Il avait commencé sa carrière en 1980 comme Professeur d'Allemand au Lycée Charles Baudelaire,  et l'a terminé cet été comme Proviseur du même établissement, son Lycée de coeur.

    Voici quelques mots, non pour atténuer notre peine, mais pour rappeler et saluer l'itinéraire d'un de ces anonymes qui sont la grandeur de l'Education Nationale, héritier légitime des hussards noirs qui à partir des écoles de quartier ou de province ont construit notre République. L'enseignement professionnel fait partie intégrante de cette grande et belle  histoire ...

    Son Lycée et l'institution lui ont rendu l'hommage qu'il méritait, en présence du Recteur de Créteil, William Marois, de la Directrice Départementale des Services de l'Education, de ses proches et de nombreux amis qui l'ont accompagné dans son itinéraire professionnel : Gué à Tresme, Thorigny et Meaux.

     

    Lire la suite

  • Sarko recréé l'ORTF

     

    sarko ORTF.jpg

     

    « Etre journaliste à l'ORTF ça n'est pas la même chose que d'être journaliste ailleurs. L'ORTF, qu'on le veuille ou non, c'est la voix de la France.

    C'est considéré comme tel dans le public. [...]"

     

    Georges Pompidou


    "Vous rêviez  de voir le dernier épisode de votre série préférée ou de regarder le  film du dimanche ? Eh bien, changez vos plans. Ce soir, l’intervention de Nicolas Sarkozy remplacera les programmes habituels de huit chaînes de télévision : un record.
    TF1, France 2, BFM TV, i>TELE, LCI, France 24, LCP/Public Sénat et TV5 Monde (en léger différé). Toutes retransmettront en direct dès 20h10 une interview d’un peu plus d’une heure du chef de l’État, réalisée par quatre journalistes.
    Par ailleurs, si vous désirez regarder son intervention en direct, nul besoin d’allumer le petit écran : sachez que de nombreuses chaînes proposent une retransmission live sur Internet."

    http://www.minutebuzz.com/

  • Pour 2012 : résolument optimiste ...

     

    Voeux-2012.jpg

     

    "Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité,

    un optimiste voit une opportunité dans chaque difficulté" 

    Winston Churchill 

     

    Moralité :


    En 2012,


    Soyons résolument optimistes,


    car nous aurons manifestement beaucoup d’opportunités à saisir

     

     

     

  • Comment garder la pêche l'an prochain ?

    voeux 2012.jpg

     

    " Il est grand temps de rallumer les étoiles "

     

    Guillaume Appolinaire
    Les mamelles de Tirésias, prologue


    Ou comment "avoir la pêche" en 2012 afin de semer enfin quelques graines d'avenir ...


    Lire la suite

  • Lendemain de primaires

     

    1588699_3_5b2d_francois-hollande-et-martine-aubry-le-16.jpg

     

    "Avec vous, dès demain,

    Je veux construire une France qui croit en sa jeunesse et donc en son avenir.
    Une France qui croit en l'égalité, où chaque citoyen paie ses impôts en fonction de ce qu'il gagne et possède réellement,
    Une France qui croit en ses valeurs et qui sera capable de mettre en place,
    un modèle de République écologique et solidaire."


    François Hollande
    Candidat des socialistes à l'élection présidentielle de 2012
    16 octobre 

     

    Résultats du scrutin des primaires au niveau local

     

    Lire la suite